Ma conversion au pescetarisme non-dogmatique

Je suis actuellement en train de tourner une série de vidéos pour présenter le prétérisme. Si je devais résumer en une phrase la principale conséquence de cette doctrine, je dirais que l’Eglise n’attend plus que Jésus revienne pour résoudre tous les problèmes, mais elle doit elle-même agir sur Terre pour que Jésus revienne. La perspective est donc inversée.

Cependant affirmer qu’il faut agir ne suffit pas. Encore faut-il savoir dans quelle direction nous allons. C’est pour cela que suite à cette série d’introduction au prétérisme, je prépare actuellement d’autres séries concernant l’éthique chrétienne et les rapports entre l’Eglise et la société.

Ces travaux m’ont notamment conduit à réfléchir sur la question de l’éthique animale. Cela fait déjà plusieurs mois que je m’intéresse à ce sujet, mais j’ai décidé, à partir du 1er novembre 2017, de devenir pescetarien non-dogmatique et je souhaite partager les raisons de ce choix dans cet article.

Le pescetarisme non-dogmatique

Le pescetarisme est un régime alimentaire qui consiste à ne plus manger de viandes issues d’animaux terrestres. En revanche, les pescetariens, contrairement aux végétariens, consomment du poisson ou des fruits de mer.

J’ajoute non-dogmatique, car je ne prétends pas que ce régime soit absolu. Concrètement si j’en ai la possibilité, j’éviterai de consommer de la viande. Toutefois, si je suis invité chez quelqu’un et que je n’ai pas le choix, je mangerai ce que l’on me donnera.

Mes motivations

J’ai opté pour ce régime essentiellement pour une question éthique, même s’il paraît qu’il a des effets positifs sur la santé. Je n’ai cependant pas eu le temps d’étudier réellement ce point.

Avant d’aller plus loin, il me paraît nécessaire d’apporter une précision importante. Même si à terme je pense qu’elle disparaitra, je ne considère pas que la consommation de viande soit un péché.

En revanche, je pense que le niveau actuel de consommation est trop élevé, ce qui conduit à développer des méthodes d’exploitation (élevage et abattage) qui sont dégradantes pour l’animal. Sur ce sujet, je recommande notamment la vidéo d’Absol que j’avais déjà postée dans un article précédent il y a quelques mois.

Le but de ce nouveau régime alimentaire est donc surtout d’alerter les chrétiens (même si cela peut aussi toucher les non-chrétiens) sur ce sujet, en douceur, afin d’entamer une réflexion collective.

Conclusion

Je tenais à publier cet article au moment où je commençais ce nouveau régime alimentaire. Toutefois, je reprendrai cette question plus en détail lorsque je traiterai de l’éthique chrétienne. J’examinerai en particulier les fondements bibliques et les précédents historiques.

A propos David Vincent 265 Articles
Né en 1993, David Vincent est chrétien évangélique et doctorant en sciences religieuses à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (#GSRL). Ses recherches portent sur l’histoire de la théologie chrétienne et de l’exégèse biblique, les rapports entre théologie et savoirs profanes, et l’historiographie confessionnelle. Il est membre de l’association Science&Foi et partage ses travaux sur son blog et sa chaîne Youtube.