Ma conversion au pescetarisme non-dogmatique

Je suis actuellement en train de tourner une série de vidéos pour présenter le prétérisme. Si je devais résumer en une phrase la principale conséquence de cette doctrine, je dirais que l’Eglise n’attend plus que Jésus revienne pour résoudre tous les problèmes, mais elle doit elle-même agir sur Terre pour que Jésus revienne. La perspective est donc inversée.

Cependant affirmer qu’il faut agir ne suffit pas. Encore faut-il savoir dans quelle direction nous allons. C’est pour cela que suite à cette série d’introduction au prétérisme, je prépare actuellement d’autres séries concernant l’éthique chrétienne et les rapports entre l’Eglise et la société.

Ces travaux m’ont notamment conduit à réfléchir sur la question de l’éthique animale. Cela fait déjà plusieurs mois que je m’intéresse à ce sujet, mais j’ai décidé, à partir du 1er novembre 2017, de devenir pescetarien non-dogmatique et je souhaite partager les raisons de ce choix dans cet article.

Le pescetarisme non-dogmatique

Le pescetarisme est un régime alimentaire qui consiste à ne plus manger de viandes issues d’animaux terrestres. En revanche, les pescetariens, contrairement aux végétariens, consomment du poisson ou des fruits de mer.

J’ajoute non-dogmatique, car je ne prétends pas que ce régime soit absolu. Concrètement si j’en ai la possibilité, j’éviterai de consommer de la viande. Toutefois, si je suis invité chez quelqu’un et que je n’ai pas le choix, je mangerai ce que l’on me donnera.

Mes motivations

J’ai opté pour ce régime essentiellement pour une question éthique, même s’il paraît qu’il a des effets positifs sur la santé. Je n’ai cependant pas eu le temps d’étudier réellement ce point.

Avant d’aller plus loin, il me paraît nécessaire d’apporter une précision importante. Même si à terme je pense qu’elle disparaitra, je ne considère pas que la consommation de viande soit un péché.

En revanche, je pense que le niveau actuel de consommation est trop élevé, ce qui conduit à développer des méthodes d’exploitation (élevage et abattage) qui sont dégradantes pour l’animal. Sur ce sujet, je recommande notamment la vidéo d’Absol que j’avais déjà postée dans un article précédent il y a quelques mois.

Le but de ce nouveau régime alimentaire est donc surtout d’alerter les chrétiens (même si cela peut aussi toucher les non-chrétiens) sur ce sujet, en douceur, afin d’entamer une réflexion collective.

Conclusion

Je tenais à publier cet article au moment où je commençais ce nouveau régime alimentaire. Toutefois, je reprendrai cette question plus en détail lorsque je traiterai de l’éthique chrétienne. J’examinerai en particulier les fondements bibliques et les précédents historiques.

A propos David Vincent 221 Articles
Né en 1993, David Vincent est chrétien évangélique et doctorant en sciences religieuses à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (#GSRL). Ses recherches portent sur l’histoire de la théologie chrétienne et de l’exégèse biblique, les rapports entre théologie et savoirs profanes, et l’historiographie confessionnelle. Il est membre de l’association Science&Foi et partage ses travaux sur son blog et sa chaîne Youtube.
  • Shor L.

    Bonjour David,
    S’il faut considérer le caractère sauvage de l’exploitation terrestre animal, il faudrait aussi montrer l’hécatombe dans les océans à cause de la pêche intensive qui n’est pas moins sauvage et barbare. Et si à cause de cela il faut s’abstenir, il faudrait s’abstenir tant qu’il nous faudrait carrément sortir du Monde car rien de ce Monde n’est seyant à notre Sanctification.

    Ce n’est pas l’animal le fautif ou l’impur dans l’histoire mais bien la cupidité des hommes et sur ce registre, s’il faut observer un véritable jeûne ce serait se couper véritablement du Monde, et cela est possible non point au travers d’un ascétisme ou d’un autre procédé similaire ce qui me semble charnel, mais au travers de ce que Dieu nous a donné, à savoir la SANCTIFICATION qui selon moi est le véritable Jeûne et qui débute avec la circoncision de Christ qui est le dépouillement du corps de la chair et la mort du vieil homme au travers du baptême en la mort de Christ.

    Quoi que parlant ainsi, ce que chacun fait s’il mange ou pas s’il le fait pour le Seigneur, je dis bien pour le Seigneur, nul n’a rien à y ajouter car le Seigneur reçoit favorablement celui qui mange ou celui qui ne mange pas. Pour toutes autres raisons que le Seigneur j’estime que cela n’a aucun poids !

    Au delà de toutes choses, le Seigneur Jésus dit que nous connaîtrons la Vérité et que cette Vérité nous affranchira.
    Si d’aventure nous croissons en Christ nous savons que tout est sanctifié par la Parole et par la Prière et que rien de ce qui est comestible n’est impur en soit, même si cela fait l’objet d’un sacrifice pour les idoles.
    Une chose n’est impure ou indigeste que pour celui qui la voit impure ou indigeste ou impropre à sa consommation pour telle ou telle raison, bien entendu en faisant abstraction à ce qui est nuisible à notre état de santé.

    Or celui qui s’affranchit dans la Vérité ne revient pas aux préceptes du « Ne mange pas, ne touche pas, ne goûte pas…», prétextes qui par l’usage ne servent qu’à la satisfaction de la chair, car en Vérité ils n’ont aucun poids spirituel.
    En effet ce n’est pas manger ou ne pas manger qui nous éloigne ou nous rapproche du Seigneur car ce qui souille l’homme, c’est ce qui est dans le cœur et qui parait sur les lèvres ou dans l’écrit et qui sont les moichao, porneia, meurtres, convoitises, idolâtries etc.

    En terme de mon commentaire et pour tout te dire, c’est la Sanctification qui est à retenir car sans cette Sanctification nul ne verra Dieu le Père, ni le Seigneur Jésus-Christ son Fils !
    En gros, Soyons tous des Hommes Faits !

    Bien à toi.

  • Shor L.

    Bonjour David,
    S’il faut considérer le caractère sauvage de l’exploitation terrestre animal, il faudrait aussi montrer l’hécatombe dans les océans à cause de la pêche intensive qui n’est pas moins sauvage et barbare. Et si à cause de cela il faut s’abstenir, il faudrait s’abstenir tant qu’il nous faudrait carrément sortir du Monde car rien de ce Monde n’est seyant à notre Sanctification.
    Ce n’est pas l’animal le fautif ou l’impur dans l’histoire mais bien la cupidité des hommes et sur ce registre, s’il faut observer un véritable jeûne ce serait se couper véritablement du Monde, et cela est possible non point au travers d’un ascétisme ou d’un autre procédé similaire ce qui me semble charnel, mais au travers de ce que Dieu nous a donné, à savoir la SANCTIFICATION qui selon moi est le véritable Jeûne et qui débute avec la circoncision de Christ qui est le dépouillement du corps de la chair et la mort du vieil homme au travers du baptême en la mort de Christ.
    Quoi que parlant ainsi, ce que chacun fait s’il mange ou pas s’il le fait pour le Seigneur, je dis bien pour le Seigneur, nul n’a rien à y ajouter car le Seigneur reçoit favorablement celui qui mange ou celui qui ne mange pas. Pour toutes autres raisons que le Seigneur j’estime que cela n’a aucun poids !
    Au delà de toutes choses, le Seigneur Jésus dit que nous connaîtrons la Vérité et que cette Vérité nous affranchira.
    Si d’aventure nous croissons en Christ nous savons que tout est sanctifié par la Parole et par la Prière et que rien de ce qui est comestible n’est impur en soit, même si cela fait l’objet d’un sacrifice pour les idoles.
    Une chose n’est impure ou indigeste que pour celui qui la voit impure ou indigeste ou impropre à sa consommation pour telle ou telle raison, bien entendu en faisant abstraction à ce qui est nuisible à notre état de santé.
    Or celui qui s’affranchit dans la Vérité ne revient pas aux préceptes du « Ne mange pas, ne touche pas, ne goûte pas…», prétextes qui par l’usage ne servent qu’à la satisfaction de la chair, car en Vérité ils n’ont aucun poids spirituel.
    En effet ce n’est pas manger ou ne pas manger qui nous éloigne ou nous rapproche du Seigneur car ce qui souille l’homme, c’est ce qui est dans le cœur et qui parait sur les lèvres ou dans l’écrit et qui sont les moichao, porneia, meurtres, convoitises, idolâtries etc.
    En terme de mon commentaire et pour tout te dire, c’est la Sanctification qui est à retenir car sans cette Sanctification nul ne verra Dieu le Père, ni le Seigneur Jésus-Christ son Fils !
    En gros, Soyons tous des Hommes Faits !
    Bien à toi.

  • MJL

    Bonjour David,
    Je me suis exprimé sur un sujet précédent traitant du prétérisme. Je vous ai posé une question importante dans le sens ou vous pensez que les chapitres 4 à 19 de l’apocalypse sont accomplis. Si nous considérons que ces chapitres ont déjà eu lieu, qu’en est il du chapitre 13 versets 16 et 17: Et elle fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçussent une marque sur leur main droite ou sur leur front, et que personne ne pût acheter ni vendre, sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom.
    Pouvez vous, ce soir, me répondre ?
    Merci à vous.
    Cordialement

    • Bonjour MJL,
      Je suis actuellement en train de faire une série de vidéos sur le prétérisme :

      J’aborderai cette question lorsque j’arriverai à l’Apocalypse.
      A bientôt,

  • Shor L.

    Bonjour David,
    S’il faut considérer le caractère sauvage de l’exploitation terrestre animal, il faudrait aussi montrer l’hécatombe dans les océans à cause de la pêche intensive qui n’est pas moins sauvage et barbare. Et si à cause de cela il faut s’abstenir, il faudrait s’abstenir tant qu’il nous faudrait carrément sortir du Monde car rien de ce Monde n’est seyant à notre Sanctification.
    Ce n’est pas l’animal le fautif ou l’impur dans l’histoire mais bien la cupidité des hommes et sur ce registre, s’il faut observer un véritable jeûne ce serait se couper véritablement du Monde, et cela est possible non point au travers d’un ascétisme ou d’un autre procédé similaire ce qui me semble charnel, mais au travers de ce que Dieu nous a donné, à savoir la SANCTIFICATION qui selon moi est le véritable Jeûne et qui débute avec la circoncision de Christ qui est le dépouillement du corps de la chair et la mort du vieil homme au travers du baptême en la mort de Christ.
    Quoi que parlant ainsi, ce que chacun fait s’il mange ou pas s’il le fait pour le Seigneur, je dis bien pour le Seigneur, nul n’a rien à y ajouter car le Seigneur reçoit favorablement celui qui mange ou celui qui ne mange pas. Pour toutes autres raisons que le Seigneur j’estime que cela n’a aucun poids !
    Au delà de toutes choses, le Seigneur Jésus dit que nous connaîtrons la Vérité et que cette Vérité nous affranchira.
    Si d’aventure nous croissons en Christ nous savons que tout est sanctifié par la Parole et par la Prière et que rien de ce qui est comestible n’est impur en soit, même si cela fait l’objet d’un sacrifice pour les idoles.
    Une chose n’est impure ou indigeste que pour celui qui la voit impure ou indigeste ou impropre à sa consommation pour telle ou telle raison, bien entendu en faisant abstraction à ce qui est nuisible à notre état de santé.
    Or celui qui s’affranchit dans la Vérité ne revient pas aux préceptes du « Ne mange pas, ne touche pas, ne goûte pas…», prétextes qui par l’usage ne servent qu’à la satisfaction de la chair, car en Vérité ils n’ont aucun poids spirituel.
    En effet ce n’est pas manger ou ne pas manger qui nous éloigne ou nous rapproche du Seigneur car ce qui souille l’homme, c’est ce qui est dans le cœur et qui parait sur les lèvres ou dans l’écrit et qui sont les moichao, porneia, meurtres, convoitises, idolâtries etc.
    En terme de mon commentaire et pour tout te dire, c’est la Sanctification qui est à retenir car sans cette Sanctification nul ne verra Dieu le Père, ni le Seigneur Jésus-Christ son Fils !
    En gros, Soyons tous des Hommes Faits !
    Bien à toi.

  • Shor L.

    NB : Cela fait deux fois que je tente de poster cette réponse sans succès car DISQUQ, ce programme très mal conçu et assassin les invalide en pourriel ou spam. Je fais une énième tentative.

    Bonjour David,
    S’il faut considérer le caractère sauvage de l’exploitation terrestre animal, il faudrait aussi montrer l’hécatombe dans les océans à cause de la pêche intensive qui n’est pas moins sauvage et barbare. Et si à cause de cela il faut s’abstenir, il faudrait s’abstenir tant qu’il nous faudrait carrément sortir du Monde car rien de ce Monde n’est seyant à notre Sanctification.
    Ce n’est pas l’animal le fautif ou l’impur dans l’histoire mais bien la cupidité des hommes et sur ce registre, s’il faut observer un véritable jeûne ce serait se couper véritablement du Monde, et cela est possible non point au travers d’un ascétisme ou d’un autre procédé similaire ce qui me semble charnel, mais au travers de ce que Dieu nous a donné, à savoir la SANCTIFICATION qui selon moi est le véritable Jeûne et qui débute avec la circoncision de Christ qui est le dépouillement du corps de la chair et la mort du vieil homme au travers du baptême en la mort de Christ.
    Quoi que parlant ainsi, ce que chacun fait s’il mange ou pas s’il le fait pour le Seigneur, je dis bien pour le Seigneur, nul n’a rien à y ajouter car le Seigneur reçoit favorablement celui qui mange ou celui qui ne mange pas. Pour toutes autres raisons que le Seigneur j’estime que cela n’a aucun poids !
    Au delà de toutes choses, le Seigneur Jésus dit que nous connaîtrons la Vérité et que cette Vérité nous affranchira.
    Si d’aventure nous croissons en Christ nous savons que tout est sanctifié par la Parole et par la Prière et que rien de ce qui est comestible n’est impur en soit, même si cela fait l’objet d’un sacrifice pour les idoles.
    Une chose n’est impure ou indigeste que pour celui qui la voit impure ou indigeste ou impropre à sa consommation pour telle ou telle raison, bien entendu en faisant abstraction à ce qui est nuisible à notre état de santé.
    Or celui qui s’affranchit dans la Vérité ne revient pas aux préceptes du « Ne mange pas, ne touche pas, ne goûte pas…», prétextes qui par l’usage ne servent qu’à la satisfaction de la chair, car en Vérité ils n’ont aucun poids spirituel.
    En effet ce n’est pas manger ou ne pas manger qui nous éloigne ou nous rapproche du Seigneur car ce qui souille l’homme, c’est ce qui est dans le cœur et qui parait sur les lèvres ou dans l’écrit et qui sont les moichao, porneia, meurtres, convoitises, idolâtries etc.
    En terme de mon commentaire et pour tout te dire, c’est la Sanctification qui est à retenir car sans cette Sanctification nul ne verra Dieu le Père, ni le Seigneur Jésus-Christ son Fils !
    En gros, Soyons tous des Hommes Faits !
    Bien à toi.

  • Shor L.

    NB : Cela fait trois fois que je tente de poster cette réponse sans succès car DISQUS programme assassin de communication les invalide en pourriel ou spam.
    Je fais une énième tentative.

    Bonjour David,
    S’il faut considérer le caractère sauvage de l’exploitation terrestre animal, il faudrait aussi montrer l’hécatombe dans les océans à cause de la pêche intensive qui n’est pas moins sauvage et barbare. Et si à cause de cela il faut s’abstenir, il faudrait s’abstenir tant qu’il nous faudrait carrément sortir du Monde car rien de ce Monde n’est seyant à notre Sanctification.
    Ce n’est pas l’animal le fautif ou l’impur dans l’histoire mais bien la cupidité des hommes et sur ce registre, s’il faut observer un véritable jeûne ce serait se couper véritablement du Monde, et cela est possible non point au travers d’un ascétisme ou d’un autre procédé similaire ce qui me semble charnel, mais au travers de ce que Dieu nous a donné, à savoir la SANCTIFICATION qui selon moi est le véritable Jeûne et qui débute avec la circoncision de Christ qui est le dépouillement du corps de la chair et la mort du vieil homme au travers du baptême en la mort de Christ.
    Quoi que parlant ainsi, ce que chacun fait s’il mange ou pas s’il le fait pour le Seigneur, je dis bien pour le Seigneur, nul n’a rien à y ajouter car le Seigneur reçoit favorablement celui qui mange ou celui qui ne mange pas. Pour toutes autres raisons que le Seigneur j’estime que cela n’a aucun poids !
    Au delà de toutes choses, le Seigneur Jésus dit que nous connaîtrons la Vérité et que cette Vérité nous affranchira.
    Si d’aventure nous croissons en Christ nous savons que tout est sanctifié par la Parole et par la Prière et que rien de ce qui est comestible n’est impur en soit, même si cela fait l’objet d’un sacrifice pour les idoles.
    Une chose n’est impure ou indigeste que pour celui qui la voit impure ou indigeste ou impropre à sa consommation pour telle ou telle raison, bien entendu en faisant abstraction à ce qui est nuisible à notre état de santé.
    Or celui qui s’affranchit dans la Vérité ne revient pas aux préceptes du « Ne mange pas, ne touche pas, ne goûte pas…», prétextes qui par l’usage ne servent qu’à la satisfaction de la chair, car en Vérité ils n’ont aucun poids spirituel.
    En effet ce n’est pas manger ou ne pas manger qui nous éloigne ou nous rapproche du Seigneur car ce qui souille l’homme, c’est ce qui est dans le cœur et qui parait sur les lèvres ou dans l’écrit et qui sont les moichao, porneia, meurtres, convoitises, idolâtries etc.
    En terme de mon commentaire et pour tout te dire, c’est la Sanctification qui est à retenir car sans cette Sanctification nul ne verra Dieu le Père, ni le Seigneur Jésus-Christ son Fils !
    En gros, Soyons tous des Hommes Faits !
    Bien à toi.