Daniel 2 : La succession des empires

Je vous propose de continuer cette série sur la fin des temps en examinant un autre texte biblique bien connu, le fameux songe du roi de Babylone (Daniel 2 : 31-45).

Le songe et l’explication de Daniel

« O roi, tu regardais, et tu voyais une grande statue; cette statue était immense, et d’une splendeur extraordinaire; elle était debout devant toi, et son aspect était terrible. La tête de cette statue était d’or pur; sa poitrine et ses bras étaient d’argent; son ventre et ses cuisses étaient d’airain; ses jambes, de fer; ses pieds, en partie de fer et en partie d’argile. Tu regardais, lorsqu’une pierre se détacha sans le secours d’aucune main, frappa les pieds de fer et d’argile de la statue, et les mit en pièces. Alors le fer, l’argile, l’airain, l’argent et l’or, furent brisés ensemble, et devinrent comme la balle qui s’échappe d’une aire en été; le vent les emporta, et nulle trace n’en fut retrouvée. Mais la pierre qui avait frappé la statue devint une grande montagne, et remplit toute la terre.

Voilà le songe. Nous en donnerons l’explication devant le roi. O roi, tu es le roi des rois, car le Dieu des cieux t’a donné l’empire, la puissance, la force et la gloire; il a remis entre tes mains, en quelque lieu qu’ils habitent, les enfants des hommes, les bêtes des champs et les oiseaux du ciel, et il t’a fait dominer sur eux tous: c’est toi qui es la tête d’or. Après toi, il s’élèvera un autre royaume, moindre que le tien; puis un troisième royaume, qui sera d’airain, et qui dominera sur toute la terre. Il y aura un quatrième royaume, fort comme du fer; de même que le fer brise et rompt tout, il brisera et rompra tout, comme le fer qui met tout en pièces. Et comme tu as vu les pieds et les orteils en partie d’argile de potier et en partie de fer, ce royaume sera divisé; mais il y aura en lui quelque chose de la force du fer, parce que tu as vu le fer mêlé avec l’argile. Et comme les doigts des pieds étaient en partie de fer et en partie d’argile, ce royaume sera en partie fort et en partie fragile. Tu as vu le fer mêlé avec l’argile, parce qu’ils se mêleront par des alliances humaines; mais ils ne seront point unis l’un à l’autre, de même que le fer ne s’allie point avec l’argile. Dans le temps de ces rois, le Dieu des cieux suscitera un royaume qui ne sera jamais détruit, et qui ne passera point sous la domination d’un autre peuple; il brisera et anéantira tous ces royaumes-là, et lui-même subsistera éternellement. C’est ce qu’indique la pierre que tu as vue se détacher de la montagne sans le secours d’aucune main, et qui a brisé le fer, l’airain, l’argile, l’argent et l’or. Le grand Dieu a fait connaître au roi ce qui doit arriver après cela. Le songe est véritable, et son explication est certaine. »

Daniel 2 (image 2)

Commentaire

Les quatre empires et la pierre

Nous voyons une succession de quatre empires, le quatrième étant lui-même détruit par une pierre mystérieuse qui prend de plus en plus d’espace sur Terre, jusqu’à la remplir complètement. Par ailleurs, ce royaume, représenté par cette pierre, subsistera éternellement.

Le premier empire est clairement défini par Daniel, il s’agit de l’empire babylonien. Les trois autres ne sont décrits que par allusion. Ils ont fait l’objet de beaucoup de discussions et différentes identifications ont été proposées. Voici celle qui me semble la plus probable d’un point de vue historique : Le premier empire est celui des Babyloniens. Le deuxième celui des Perses, qui ont conquis Babylone avant d’être eux-mêmes vaincus par les Grecs, qui représentent le troisième empire. Le quatrième empire est celui des Romains.

L’empire des romains

Il est à la fois fort et faible. Fort car militairement parlant l’armée romaine finissait toujours par triompher. Mais faible, car les dynasties des empereurs étaient très fragiles. En particulier, le premier empereur, Auguste, a développé une importante politique matrimoniale, mais celle-ci a complètement échoué et tous ses héritiers directs ont fini par mourir prématurément. Par la suite, cette faiblesse a été constante durant toute l’histoire de Rome.

La pierre

La petite pierre, c’est le Royaume de Dieu annoncé par Jésus. Ce n’est pas une construction humaine, il n’est pas bâti pas la force des hommes, mais vient directement de Dieu : « Tu regardais, lorsqu’une pierre se détacha sans le secours d’aucune main ».

On peut aussi mettre ce texte en parallèle avec d’autres passages bibliques, deux me semblent particulièrement intéressant.

Le premier reprend l’idée de la pierre :

« La pierre qu’ont rejetée ceux qui bâtissaient est devenue la principale de l’angle. »

Il s’agit d’un texte du Psaume 118 qui est ensuite cité plusieurs fois dans le Nouveau Testament :

« Jésus leur dit: N’avez-vous jamais lu dans les Écritures: La pierre qu’ont rejetée ceux qui bâtissaient Est devenue la principale de l’angle; C’est du Seigneur que cela est venu, Et c’est un prodige à nos yeux ? »

Le second met en valeur l’idée d’une croissance perpétuelle qui finit par remplir toute la Terre :

« Il leur proposa une autre parabole, et il dit: Le royaume des cieux est semblable à un grain de sénevé qu’un homme a pris et semé dans son champ. C’est la plus petite de toutes les semences; mais, quand il a poussé, il est plus grand que les légumes et devient un arbre, de sorte que les oiseaux du ciel viennent habiter dans ses branches (Matthieu 13 : 31-32.)»

Cette croissance se fait grâce à l’annonce de l’Evangile sur toute la surface de la Terre. Annonce qui a commencé dès la Pentecôte et se poursuit jusqu’à nos jours.

Conclusion

Au delà de ces quatre empires historiques, ce songe nous rappelle que tous les pouvoirs terrestres passeront un jour ou l’autre, même l’empire romain qui a pourtant eu une exceptionnelle longévité. Seul le Royaume de Dieu, différent de tous les autres, est appelé à subsister éternellement.

Articles liés

Sommaire de la série :

Les chrétiens et la fin du monde

Article précédent :

Qui est l’antéchrist ?

Article suivant :

Daniel 8 et 11 : Les guerres helléniques 

A propos David Vincent 221 Articles
Né en 1993, David Vincent est chrétien évangélique et doctorant en sciences religieuses à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (#GSRL). Ses recherches portent sur l’histoire de la théologie chrétienne et de l’exégèse biblique, les rapports entre théologie et savoirs profanes, et l’historiographie confessionnelle. Il est membre de l’association Science&Foi et partage ses travaux sur son blog et sa chaîne Youtube.