Un peu de repos… bilan de l’année 2017

Ces derniers mois ont été très denses. Mes obligations étant (provisoirement) terminées, j’ai décidé de prendre quelques jours de repos loin des réseaux sociaux. Cet article est donc le dernier de l’année 2017.

Les statistiques ont montré une forte progression du nombre de visiteurs, que ce soit sur le blog ou sur la chaîne Youtube. Il m’a donc paru pertinent de terminer avec un récapitulatif de l’année écoulée, ainsi qu’une synthèse de mon travail, pour que les nouveaux lecteurs puissent mieux comprendre mon approche.

Eucharistie

Tout d’abord, un temps d’eucharistie. J’avais commencé au cours de l’année une lettre eucharistique. Le but était de rendre grâce à Dieu, c’est le sens du mot « eucharistie », pour toutes les bonnes choses que je vivais. Je n’ai pas abandonné le projet, mais je l’ai finalement « privatisé ». J’aimerais quand même partager quelques temps forts.

Tout d’abord, mon premier séjour à l’étranger. J’ai pu passer trois mois à l’Ecole Biblique et Archéologique Française de Jérusalem, où j’ai eu l’occasion de tourner quelques vidéos, que je vous invite à découvrir. Ce fut un séjour très riche sur le plan intellectuel et spirituel, avec des conditions de travail optimales.

Comme l’année précédente, je suis aussi retourné en Grèce au début du mois d’août dans le cadre de vacances organisées par l’association Socrate Saint-Paul. Là encore, une expérience très riche et beaucoup de joie.

Entre ces deux séjours à l’étranger, j’ai officiellement lancé ma société Didascale. J’y reviens juste en dessous.

Enfin, la rentrée universitaire a été marquée par un événement inattendu, puisque j’ai eu ma première charge d’enseignement. Deux cours d’histoire (romaine et européenne) à l’Université Catholique de l’Ouest (Angers).

Etat d’esprit

Deuxièmement, je voulais revenir sur le travail effectué à travers Didascale et surtout l’état d’esprit qui m’anime. Mon but est d’être le plus transparent afin que personne ne soit pris au dépourvu.

Tout d’abord, la première chose que j’aimerais conseiller à ceux qui découvrent Didascale, c’est de consulter trois articles ou vidéos : Mon parcours personnel, Le christianisme confessant et ma série sur l’Inspiration et l’interprétation de la Bible, ou au moins l’article de conclusion. Ces trois articles permettront à chacun de mieux me connaître et de comprendre l’état d’esprit qui m’anime.

J’ai certaines certitudes fondamentales. Aujourd’hui, je ne doute plus de l’existence de Dieu, ni de la véracité de Jésus et de son message tel qu’il nous est présenté dans les évangiles. Toutefois, je suis aussi guidé par un esprit de recherche, obéissant d’ailleurs à la demande de Jésus : « Or, la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus Christ. » (Jean 17 :3)

Ce travail est à la fois une activité professionnelle et une passion. Il est de toute façon difficile de faire de la recherche universitaire, quelque soit le domaine, sans passion. Toutefois, plutôt que de garder cela pour moi, j’ai aussi souhaité le partager avec d’autres, d’où l’existence de Didascale.

Mes premiers pas

Lorsque j’ai commencé à découvrir de nouvelles choses, j’ai voulu les partager avec d’autres personnes, pensant qu’elles seraient intéressées, mais je me suis bien souvent heurté à des incompréhensions, allant de la simple indifférence à la violence verbale.

Sur le moment, ces réactions ont été assez difficiles à encaisser. Avec un peu de recul, et beaucoup de travail du Saint-Esprit, j’ai appris à ne plus prendre ces attaques personnellement et à ne plus être troublé par cela. J’ai surtout compris que chacun n’avait pas les mêmes préoccupations, ni les mêmes démarches. Une conversation m’a particulièrement marqué. Alors que je proposais à une personne de lire un article de mon blog, celle-ci m’a répondu qu’elle ne préférait pas, car « elle avait peur de changer d’avis ». J’ai alors réalisé que tout le monde ne cherchait pas nécessairement la vérité et que certains préféraient tout simplement rester dans leur zone de confort, ce qui impliquait notamment de ne surtout pas remettre en question ce qu’ils croyaient.

Cela m’a permis de comprendre qu’il ne servait à rien d’essayer de convaincre des personnes qui n’étaient pas en quête de vérité et j’ai donc totalement changé d’état d’esprit.

Mon travail

Comme je l’ai dit précédemment, je passe des journées entières à faire de la recherche, puisque c’est à la fois une passion et un métier. Cela implique que je peux passer dix heures en bibliothèque (les bibliothèques parisiennes étant rarement ouvertes plus longtemps). Mais je ne dis pas cela pour me plaindre, car je suis au contraire très heureux de faire ce que je fais. Chaque matin je me lève et je pars à la bibliothèque en sachant que je vais apprendre de nouvelles choses qui vont m’intéresser.

Tout le monde ne peut pas bien sûr consacrer autant de temps aux études et certaines personnes, intéressées par ces recherches, n’ont tout simplement pas la possibilité de les mener directement. C’est pour cette raison qu’à côté de ce travail de recherche, j’ai aussi souhaité mettre en place une activité de partage, que ce soit par le biais d’articles de blogs, de vidéos, de podcasts de conférences ou de livres, afin que les personnes intéressées par ces sujets puissent aussi profiter de ce travail.

Mon objectif est donc simplement de mettre à disposition de chaque personne intéressée les informations dont je dispose et les réflexions qui en découlent. A chacun ensuite d’utiliser, ou non, le matériel et les outils que j’apporte.

Les idées et les personnes

En complément, j’aimerais aussi évoquer le lien entre les idées et les personnes. Je viens d’un milieu religieux où les désaccords doctrinaux peuvent devenir particulièrement violents et dégénérer en conflits personnels.

De mon côté, j’ai totalement rompu avec cette démarche et je sépare aujourd’hui les personnes et les idées, même si cela n’est pas toujours réciproque.

Ainsi, vous pourrez être en accord avec certaines idées que je vais partager et en désaccord avec d’autres, sachez toutefois que cela ne change absolument rien aux relations humaines que nous pouvons entretenir. Je n’attends pas d’un frère, ou d’une sœur, en Christ ou en humanité, qu’il partage toutes mes opinions.

A chacun d’examiner soi-même, à la lumière de l’Esprit et des Ecritures, les éléments de réflexion que je propose, pour voir si ce que je dis lui semble juste ou pas.

Si sur un sujet que je partage, vous n’arrivez pas à la même conviction que moi, sachez que vous pouvez librement exprimer votre propre opinion. Dans tous les cas, je ne rentrerai jamais dans un conflit personnel, car j’ai vu tous les dégâts que cela pouvait occasionner.
Si par le passé, vous vous êtes senti attaqué ou blessé par des réactions que j’ai pu avoir, vous pouvez me contacter en message privé et je suis prêt, s‘il y a faute de ma part, à demander pardon individuellement.

Projets

Quelques mots sur les projets en cours. Je prépare actuellement plusieurs livres, dont la suite de Sauvés par sa vie, qui abordera l’eschatologie, individuelle et collective.

Les échéances ont été quelque peu décalées, car le début de l’année 2018 sera principalement occupé par un cours d’histoire de l’Eglise, sujet qui me passionne particulièrement et que je vous partagerai par le biais d’articles et de vidéos.

Je compte aussi repartir à l’étranger pour travailler mes langues, mais je vous reparlerai de cela dans quelques mois.

J’aimerais enfin remercier tous ceux qui ont déjà participé financièrement à Didascale. Je ne l’ai pas exprimé de manière individuelle, mais je vous en suis très reconnaissant.

Je termine cet article en vous souhaitant une joyeuse fête de la Nativité,

Dans la joie du Christ.

Bonus : Inoï 2017

A propos David Vincent 265 Articles
Né en 1993, David Vincent est chrétien évangélique et doctorant en sciences religieuses à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (#GSRL). Ses recherches portent sur l’histoire de la théologie chrétienne et de l’exégèse biblique, les rapports entre théologie et savoirs profanes, et l’historiographie confessionnelle. Il est membre de l’association Science&Foi et partage ses travaux sur son blog et sa chaîne Youtube.