Histoire humaine et révélation divine

En ce moment, je regarde beaucoup de débats islamo-chrétiens et je remarque que ce sont souvent les mêmes thèmes qui reviennent : Trinité, divinité de Jésus, salut etc.

Il y a pourtant un sujet qui est presque complètement oublié, mais qui me paraît essentiel, c’est celui de la conception de l’histoire et du rapport entre l’histoire humaine et la révélation divine.

Ce sujet est peu abordé, car cette divergence n’est certainement pas la plus visible, pourtant elle est une des plus profondes, car elle en entraine beaucoup d’autres (dont celles évoquées en introduction). C’est ce que j’aimerais expliquer dans cet article.

Vision musulmane

D’un point de vue musulman, la révélation divine est complète dès les origines. Chaque messager a alors pour but d’annoncer ce message aux peuples qui ne l’ont pas encore reçu ou alors de le rappeler aux peuples qui l’ont corrompu.

Ainsi Muhammad n’a jamais prétendu apporter une révélation nouvelle, mais seulement rappeler ce qui avait été annoncé par les prophètes qui l’ont précédé, notamment Moïse et Jésus. Les divergences entre le message de Muhammad et ceux de Jésus ou Moïse s’expliquent par le fait que leurs messages ont été corrompus après leur mort. Muhammad a donc dû venir pour rétablir le vrai message.

Vision chrétienne

Dans le christianisme, au contraire, il y a l’idée que la révélation progresse au cours du temps. Les Pères de l’Eglise ont parlé de « préparation évangélique », tandis que moi-même j’ai employé l’expression de « révélation progressive ». Les deux termes sont différents, mais l’idée est la même.

Avant Jésus, Moïse et les prophètes ont préparé le terrain. Mais la révélation de Dieu qu’ils apportaient n’était pas complète. Seul Jésus est la pleine révélation.

Et après la venue de Jésus ?

La question qui se pose ensuite aux chrétiens est de savoir si cette révélation peut progresser après Jésus. Certains pensent que l’Eglise était déjà parfaite au commencement et qu’il faut revenir à ces débuts.

D’autres, comme moi, pensent que si la révélation était bien complète, nous pouvons toujours progresser dans la compréhension de cette révélation. En ce sens, l’Eglise n’est pas appelée à regarder en arrière, mais en avant. Ce qui ne veut bien sûr pas dire que nous devions ignorer l’histoire. Bien au contraire, il faut prendre en compte les apports du passé pour progresser et aller de l’avant.

Toutefois, c’est un débat entre chrétiens sur lequel je reviendrai dans de prochains articles.

Moïse, Jésus et Muhammad

Quelque soit leur avis sur ce point, les chrétiens sont cependant d’accord sur le fait que Jésus a bien apporté une nouvelle révélation par rapport aux prophètes qui l’ont précédé.

Cette vision est décisive car elle explique la plupart des différences entre chrétiens et musulmans. Lorsque les musulmans évoquent la proximité entre la loi de Muhammad et celle de Moïse et qu’ils y voient un signe de fidélité, les chrétiens y voient au contraire un signe de régression, un retour en arrière.

A titre d’exemple, on peut prendre la question du divorce ou de la polygamie. Moïse avait temporairement autorisé ces pratiques, mais Jésus a ensuite ordonné à ses disciples de revenir aux principes créationnels du mariage définis avant la chute : une union monogame et indissoluble. Ce retour s’explique par une révélation nouvelle sur le sens du mariage puisqu’il représente l’union entre Christ et son Eglise. J’y reviendrai cependant dans une autre série d’articles. Muhammad en revanche effectue un retour en arrière, puisqu’il rétablit la polygamie et le divorce.

Conclusion

Dans cet article, il me paraissait important d’attirer l’attention sur un point souvent oublié, mais pourtant capital, à savoir la différence de conception de l’histoire entre le christianisme et l’islam.

Version vidéo

A propos David Vincent 209 Articles
Né en 1993, David Vincent est chrétien évangélique doctorant en sciences religieuses à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes. Ses recherches portent sur l’histoire de la théologie chrétienne et de l’exégèse biblique, les rapports entre théologie et savoirs profanes, et l’historiographie confessionnelle. Il est membre de l’association Science&Foi et partage ses travaux sur son blog et sa chaîne Youtube.
  • Shor L.

    Bonjour David,
    J’estime que ton regard sur la polygamie n’est pas complet car tu sembles effacer le fait que dans la polygamie il y a deux aspects, la polygamie féminine qui est encore appelée la polyandrie et la polygamie masculine qui est encore appelée la polygynie.

    Si la Loi Mosaïque a parfaitement défini la polyandrie en péché, ce n’est pas le cas de la polygynie qui n’a jamais été interdite et considérée pour être péché.
    Jésus venant dans le Monde, n’a pas invalidé la Loi, bien au contraire il l’a confirmé et il n’a jamais infirmé la polygynie, ce qui fait qu’il ne l’invalide pas.
    Jésus a parlé du divorce abusif et de la violation de la loi divine concernant la responsabilité bilatérale des membres composant un couple uni selon Dieu et cette responsabilité est aussi forte pour la femme que pour l’homme et si Jésus a fait référence au premier «couple» en période anté péché, c’est bien pour insister, dans notre vie post-péché, sur le péché du Moichao et non point sur la polygamie.

    Donc Moïse n’a pas temporairement autorisé la polygynie car ce n’est pas péché, Moïse a autorisé les divorces abusifs, ce qui est contraire à la Volonté de Dieu, et cela est tout autre chose.
    Cependant Moïse ou la Loi ont fortement condamné la polyandrie.

    Jésus a en outre défini clairement la notion des mariages illicites en matière de Porneia(qui je le rappelle n’est pas infidélité sexuelle mais infidélité spirituelle au regard de la loi ou de la Volonté de Dieu) et de Moichao(qui est la violation du lien spirituel marital existant entre époux et épouse pendant leur vivant).
    Et le seul cas de divorce/répudiation possible que Jésus précise se voit dans le Porneia qui est l’union illicite au regard de la loi c’est à dire l’union entre un croyant/chrétien et un incroyant/infidèle, et à l’époque entre un juif et un païen, entre un fidèle à la Loi mosaïque et un infidèle à la Loi mosaïque. L’union en effet n’étant pas licite dès le départ, le lien spirituel divin n’existe pas, il pouvait y avoir une séparation (Lire l’épisode d’Esdras et Néhémie) sans qu’il y ait infraction envers la Loi.

    Paul, l’apôtre des païens, a défini une clause au service des «episkopos_évêques» sur l’Assemblée de l’Église, c’est qu’il exigeait que ceux ci soient «mari d’une seule femme». Donc l’apôtre Paul connaissait parfaitement la loi sur la polygynie mais ne l’invalidait pas.
    Et la raison majeure de cette clause réside bien entendu dans le fait que celui qui est libre de tout attachement et bien plus libre afin de servir Christ, et c’est pour cela que Paul va jusqu’à montrer que «rester seul» est le meilleur afin de servir Christ et dans l’hypothèse où chacun aurait reçu cet appel. Cependant si l’appel n’existe pas mieux vaut se marier dans le Seigneur, je dis bien dans le Seigneur, au lieu de brûler et pour celui qui veut être episkopos, qu’il soit mari d’une seule femme.

    Ainsi quand tu parles «d’union monogame et indissoluble», il faut être au clair là dessus, car la polygynie n’est pas un péché, tandis que la polyandrie l’est. La norme morale française est monogame, mais la polygynie n’est pas péché. Il faut être très clair là dessus !
    Cependant et selon mon avis, même si la polygynie n’est pas péché, le caractère monogame prévient de bien des tribulations en la chair.
    En cas de polygynie le lien spirituel entre l’homme et ses diverses femmes mariées avec lui est autant valable que s’il était marié à une seule femme et cet aspect la Loi mosaïque est formelle là dessus !
    La polyandrie est péché à cause de la loi créationelle et spirituelle qui dit que «l’homme est le chef de la femme» tandis que l’inverse est faux. En effet, la femme ne peut avoir plusieurs têtes, car le corps n’a qu’une tête, tandis que le corps qui n’a qu’une tête peut avoir plusieurs membres et une femme est membre du corps de l’homme en cas d’union dans le Seigneur.

    Par ailleurs, tu parles «d’union indissoluble», il faut être très précis encore là-dessus car l’indissolubilité du lien spirituel marital n’est valable que du vivant d’un des époux.
    Si l’un des époux décède, le lien n’existe plus, donc c’est un lien indissoluble du vivant des époux, il faut le préciser, sinon on pourrait croire que c’est un lien éternel, ce qui est faux.

    En plus si l’un des époux devient un antichrist(celui qui renie volontairement le Christ), j’ose rappeler que nul ne peux faire appel à une quelconque indissolubilité dans ces cas, puisque le Seigneur Jésus lui même dit que cet antichrist soit considéré comme un païen et dès lors ce qui par les disciples de Christ (les véritables et les spirituels bien entendu) est délié sur terre, l’est aussi dans le ciel dans ces cas là !
    En gros dans ce type d’union qui se désagrège, il peut avoir rupture du lien spirituel marital car on peut délier l’un de l’autre à cause du reniement d’un des conjoints qui part rejoindre le monde et devient un «démon».
    Donc ce qui au préalable semble être indissoluble ne l’est pas tant que cela car la mort d’un des époux est motif de dissolution et cette mort est aussi actée dans la mort spirituelle de celui qui devient un antichrist.

    Ton argumentation n’est pas fondé pour moi car elle manque de rigueur spirituelle.

    Bien à toi !

    • Bonjour Shor,
      Merci pour tes remarques.
      J’approfondirai donc ce point lorsque je reprendrai ma série consacrée au mariage.
      Bonne soirée,

  • Pistis

    Approche pour ma part juste en ce qui concerne les écrits coraniques. Après lecture du Coran, j’ai eu cette compréhension que Mohammad a voulu contrer l’apostasie de son époque ou cette évolution du christianisme et rétablir celle d’origine. Toutefois, il est vrai qu’on ne tient que très peu compte que la religion catholique évolue et ne reste pas attaché à l’écriture comme le font les protestants.
    Par contre cette évolution peut être en contradiction avec les écrits d’origine ce fut le cas avec l’acceptation de la théorie de l’évolution, le culte de Marie qui remplace celui de Jésus et le canon biblique qui nie d’autres écrits. Merci David pour ta fidélité et j’attends avec impatience d’autres articles sur le sujet.

    • Bonjour Pistis,

      Tu as tout à fait raison de souligner que les évolutions ne sont pas forcément positives. J’y reviendrai dans de prochains articles. Je pense aussi faire plusieurs articles de théologie historique, pour montrer comment différents dogmes ont pu apparaitre au cours du temps (le purgatoire, etc.)

      Pour ce qui est de la théorie de l’évolution, j’ai un avis différent, car je suis partisan de la création évolutive. C’est-à-dire que je pense que Dieu a pu utiliser le processus de l’évolution pour créer les différents êtres vivants de cette planète, dont les êtres humains. Mais nous pourrons en rediscuter lorsque j’aborderai ce sujet.

      A bientôt,

  • Shor L.

    Mes commentaires sont placés en spam par Diqus et j’ignore pourquoi…
    Bon je pense ne plus commenter car je ne trouve pas de solutions à ce problème et ne lis que la moitié des réponses portées au site.

    Bien à vous tous.

    • Bonjour Shor,
      Je suis désolé, je ne comprends pas d’où vient le problème.
      Si jamais cela est résolu, n’hésite pas à revenir nous partager tes remarques.

      • Shor L.

        Bonjour David,

        J’ai créé un autre compte Disqus avec une autre adresse mail et cela semble résoudre mon souci.
        Permets moi de ré-écrire ma première intervention car je ne la retrouve plus en espérant quelle ne fasse pas double emploi pour d’autres.
        Si c’est le cas, je te prie de bien vouloir supprimer le doublon de ton site.

        Bien à toi !

  • Shor L.

    Bonjour David,
    J’estime que ton regard sur la polygamie n’est pas complet car tu sembles oublier le fait que dans la polygamie il y a deux aspects, la polygamie féminine qui est encore appelée la polyandrie et la polygamie masculine qui est encore appelée la polygynie.

    Si la Loi Mosaïque a parfaitement défini la polyandrie en péché, ce n’est pas le cas de la polygynie qui n’a jamais été interdite et considérée pour être péché.
    Jésus venant dans le Monde n’a pas invalidé la Loi, bien au contraire il l’a confirmé et il n’a jamais infirmé la polygynie dans ses propos sur le mariage, ce qui fait qu’il ne l’invalide pas.
    En effet, Jésus a parlé du divorce abusif et de la violation de la loi divine concernant la responsabilité bilatérale des membres composant un couple uni selon Dieu et cette responsabilité est aussi forte pour la femme que pour l’homme et si Jésus a fait référence au premier «couple» en période anté-péché, c’est bien pour insister, dans notre vie post-péché, sur le péché du «Moichao(violation du lien marital» et non point sur la polygamie.

    Donc Moïse n’a pas temporairement autorisé la polygynie car ce n’est déjà pas péché, Moïse a autorisé les divorces abusifs, ce qui est contraire à la Volonté de Dieu, et cela est tout autre chose.
    Cependant Moïse ou la Loi ont fortement condamné la polyandrie.

    Jésus a en outre défini clairement la notion des mariages illicites en matière de «Porneia»(qui je le rappelle n’est pas infidélité sexuelle mais infidélité spirituelle au regard de la loi ou de la Volonté de Dieu) et de «Moichao»(qui est la violation du lien spirituel marital existant entre époux et épouse pendant leur vivant).
    Et le seul cas de divorce/répudiation possible que Jésus précise se voit dans le «Porneia» qui est l’union illicite au regard de la loi c’est à dire l’union entre un croyant/chrétien et un incroyant/infidèle, et à l’époque entre un juif et un païen, entre un fidèle à la Loi mosaïque et un infidèle à la Loi mosaïque. L’union en effet n’étant pas licite dès le départ, le lien spirituel divin n’existe pas, il pouvait y avoir une séparation (Lire l’épisode d’Esdras et Néhémie) sans qu’il y ait infraction envers la Loi.

    Paul, l’apôtre des païens, a défini une clause au service des «episkopos_évêques» sur l’Assemblée de l’Église, c’est qu’il exigeait que ceux ci soient «mari d’une seule femme». Donc l’apôtre Paul connaissait parfaitement la loi sur la polygynie mais ne l’invalidait pas.
    Et la raison majeure de cette clause réside bien entendu dans le fait que celui qui est libre de tout attachement et bien plus libre afin de servir Christ, et c’est pour cela que Paul va jusqu’à montrer que «rester seul» est le meilleur afin de servir Christ et dans l’hypothèse où chacun aurait reçu cet appel. Cependant si l’appel n’existe pas mieux vaut se marier dans le Seigneur, je dis bien dans le Seigneur, au lieu de brûler et pour celui qui veut être episkopos, qu’il soit mari d’une seule femme.

    Ainsi quand tu parles «d’union monogame et indissoluble», il faut être au clair là dessus, car la polygynie n’est pas un péché, tandis que la polyandrie l’est. La norme morale française est monogame, mais la polygynie n’est pas péché. Il faut être très clair là dessus !
    Cependant et selon mon avis, même si la polygynie n’est pas péché, le caractère monogame prévient de bien des tribulations en la chair.
    En cas de polygynie, et selon que le démontre la loi mosaïque, le lien spirituel entre l’homme et ses diverses femmes mariées avec lui est autant valable que s’il était marié à une seule femme.
    La polyandrie est péché à cause de la loi créationnelle et spirituelle qui dit que «l’homme est le chef de la femme» tandis que l’inverse est faux. En effet, la femme ne peut avoir plusieurs «têtes(chefs)», car le corps(naturel) n’a qu’une tête, tandis que le corps(naturel) qui n’a qu’une tête reçoit plusieurs membres(cou, bras, torse, pieds etc), et une femme est membre du «Corps de l’homme»(Eph.5:) en cas d’union dans le Seigneur.

    Par ailleurs, tu parles «d’union indissoluble», il faut être très précis encore là-dessus car l’indissolubilité du lien spirituel marital n’est valable que du vivant d’un des époux.
    Si l’un des époux décède, le lien n’existe plus, donc c’est un lien indissoluble du vivant des époux, il faut le préciser, sinon on pourrait croire que c’est un lien éternel, ce qui est faux.

    En plus si l’un des époux devient un antichrist(celui qui renie volontairement le Christ), j’ose rappeler que nul ne peux faire appel à une quelconque indissolubilité dans ces cas, puisque le Seigneur Jésus lui même dit que cet antichrist soit considéré comme un païen et dès lors, ce qui par les disciples de Christ (les véritables et les spirituels bien entendu) est délié sur terre, l’est aussi dans le ciel dans ces cas là !
    En gros dans ce type d’union qui se désagrège, il peut avoir rupture du lien spirituel marital car on peut délier l’un de l’autre, à cause du reniement d’un des conjoints qui part rejoindre le monde et devient un «démon».
    Donc ce qui au préalable semble être indissoluble ne l’est pas tant que cela, car la mort d’un des époux est motif de dissolution et cette mort est aussi actée dans la mort spirituelle de celui qui devient un antichrist.

    Ton argumentation finale fondée sur ces exemples n’est pas suffisamment creusée et maîtrisée afin de montrer la différence entre la pensée musulmane et chrétienne car elle manque de rigueur spirituelle.
    Concernant le divorce en effet il y a opposition avec la pensée de Christ mais pas en ce qui concerne la polygynie.

    Bien à toi.

  • Dither Jannev

    Bonsoir.
    Concernant les origines , le coran ne permet pas aux musulmans de comprendre la nécessité d’un sacrifice rédempteur à cause du rejet par Adam de l’autorité de Dieu et donc, de ce fait ils ne saisissent pas le rôle essentiel de Jésus.
    Je ne pense donc pas que la grande majorité acceptera de concevoir cela avant la résurrection des morts sur la terre après Armageddon.
    Là , il leur faudra bien admettre qu’ils ne sont ni au ciel ni en enfer, tout comme tous les  » chrétiens  » qui croient en cela.