Homme déchu ou Homme nouveau : quel est notre modèle ?

Je vous propose de continuer cette série de réflexions sur la personne de Jésus en répondant à quelques objections qui peuvent être faites à la doctrine que j’ai exposée dans l’article précédent.

Je conseille vivement à ceux qui découvrent cette série d’articles de lire mes deux articles précédents, et surtout le second, afin de bien comprendre ma position sur le sujet, qui est une variante du « kénotisme ».

Les chalcédonistes, qui affirment que Jésus était pleinement homme et pleinement Dieu sur Terre, croient trouver dans la Bible un certain nombre de versets qui confirmeraient que sur Terre Jésus possédait tous ses attributs divins.

En examinant de plus près ces différents versets, il me semble que le principal problème vient de notre modèle. En effet, pour juger de ce qui est « humain » et de ce qui est « divin », nous avons tendance à prendre l’homme actuel comme référent. Mais l’homme actuel n’est pas l’homme conçu initialement par Dieu. Bien au contraire, depuis la chute d’Adam, c’est un homme déchu. C’est d’ailleurs précisément pour cela que Jésus est venu sur Terre : nous montrer l’homme tel que Dieu l’a voulu.

Examinons donc les deux arguments principaux qui tendraient à prouver que Jésus aurait conservé ses attributs divins.

Les miracles

Le premier, et à mon sens le plus faible, des arguments est celui des miracles accomplis par Jésus. Les miracles de Jésus sont souvent présentés comme une preuve de sa divinité. Il me semble que c’est un contresens. En réalité, il suffit de regarder l’Ancien Testament pour voir que tous les types de miracles accomplis par Jésus, l’ont déjà été par des humains (Moïse, Josué, les prophètes d’Israël, etc.)

Mais surtout Jésus et ses disciples affirment clairement que ces miracles n’ont pas été accomplis par les capacités propres de Jésus, mais par le Père agissant en Lui, au moyen de son Esprit :

« Hommes Israélites, écoutez ces paroles! Jésus de Nazareth, cet homme à qui Dieu a rendu témoignage devant vous par les miracles, les prodiges et les signes qu’Il (Dieu) a opérés par lui au milieu de vous, comme vous le savez vous-mêmes; cet homme, livré selon le dessein arrêté et selon la prescience de Dieu, vous l’avez crucifié, vous l’avez fait mourir par la main des impies. Dieu l’a ressuscité, en le délivrant des liens de la mort, parce qu’il n’était pas possible qu’il fût retenu par elle. » Actes 2 : 22-24

Or ce Père qui a agi en Jésus veut aussi agir en nous. C’est pour cela que Jésus a affirmé :

« En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi fera aussi les oeuvres que je fais, et il en fera de plus grandes, parce que je m’en vais au Père » Jean 14 : 12

De plus, le Nouveau Testament nous fournit lui-même de nombreux exemples de ces actions divines :

« La crainte s’emparait de chacun, et il se faisait beaucoup de prodiges et de miracles par les apôtres. » Actes 2 : 43

« Et Dieu faisait des miracles extraordinaires par les mains de Paul, au point qu’on appliquait sur les malades des linges ou des mouchoirs qui avaient touché son corps, et les maladies les quittaient, et les esprits malins sortaient. » Actes 19 : 11-12

Jésus n’a donc accompli aucun miracle par une éventuelle « nature divine ». Au contraire, il a été sur Terre uniquement homme, mais un homme pleinement rempli de l’Esprit de Dieu qui agissait librement en Lui. C’est toute la différence entre lui et les autres hommes.

Homme nouveau 2

La plénitude de la divinité

C’est d’ailleurs de cette plénitude dont parle l’apôtre Paul en Colossiens 2 : 9 : « Car en lui habite corporellement toute la plénitude de la divinité. »

Il est important de noter que l’apôtre Paul emploie le terme « habiter », ce qui renvoie à la métaphore du Temple. Jésus est le Temple de Dieu et l’Esprit de Dieu pouvait pleinement habiter dans son corps.

Mais ce privilège n’est pas réservé à Jésus seul, bien au contraire. Depuis son ascension, il a envoyé l’Esprit de Dieu à ses disciples qui à leur tour sont appelés à former le Temple de Dieu et à être pleinement remplis de l’Esprit :

« …et connaître l’amour de Christ, qui surpasse toute connaissance, en sorte que vous (ndl : l’apôtre Paul s’adresse à des chrétiens) soyez remplis jusqu’à toute la plénitude de Dieu. Or, à celui qui peut faire, par la puissance qui agit en nous, infiniment au delà de tout ce que nous demandons ou pensons, à lui soit la gloire dans l’Église et en Jésus Christ, dans toutes les générations, aux siècles des siècles! Amen! » Ephésiens 3 : 19-21

« Et nous, nous avons connu l’amour que Dieu a pour nous, et nous y avons cru. Dieu est amour; et celui qui demeure dans l’amour demeure en Dieu, et Dieu demeure en lui. » 1 Jean 4 : 16

Nous sommes donc tous appelés à être pleinement remplis de l’Esprit de Dieu pour qu’Il puisse librement agir en nous.

Le jugement

Le deuxième argument avancé pour « prouver » que Jésus aurait conservé ses attributs divins sur Terre est sa capacité à pardonner les péchés et à juger les hommes. Toutefois là encore cette prérogative n’est pas rattachée à sa divinité mais à son humanité.

En effet, le jugement et le pardon découlent de la souveraineté. Cette souveraineté appartient bien sûr à Dieu, mais Celui-ci l’a délégué à l’homme lors de la Création. Suite à sa désobéissance, l’homme a abandonné cette souveraineté au diable. Mais Jésus, en venant sur Terre, a vaincu le diable par sa parfaite obéissance et a donc repris, en tant que Fils de l’homme, cette souveraineté.

A notre tour, si nous demeurons en Christ, nous pouvons accorder le pardon et juger :

« Jésus leur dit de nouveau: La paix soit avec vous! Comme le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie. Après ces paroles, il souffla sur eux, et leur dit: Recevez le Saint Esprit. Ceux à qui vous pardonnerez les péchés, ils leur seront pardonnés; et ceux à qui vous les retiendrez, ils leur seront retenus. » Jean 20 : 21-23

« Jésus leur répondit: Je vous le dis en vérité, quand le Fils de l’homme, au renouvellement de toutes choses, sera assis sur le trône de sa gloire, vous qui m’avez suivi, vous serez de même assis sur douze trônes, et vous jugerez les douze tribus d’Israël. » Matthieu 19 : 28.

« Ne savez-vous pas que nous jugerons les anges? » 1 Corinthiens 6 : 3

Conclusion : Jésus notre modèle

Dieu avait créé l’homme à son image, mais après la chute, cette image a été corrompue. Dieu a donc du envoyer un nouvel homme, Jésus, pour accomplir tout ce qu’Adam n’avait pas pu faire. Adam a montré le chemin de la désobéissance, Jésus a montré celui de l’obéissance.

Toutefois, pour mener à bien cette mission et créer une nouvelle humanité dont il serait le prototype et le modèle, il était nécessaire que Jésus agisse entièrement comme un homme.

Un homme sans Dieu ne peut cependant rien faire et si Jésus a pu faire de grandes choses c’est justement parce qu’il était entièrement dépendant de Dieu. Si Jésus en venant sur Terre ne s’était pas dépouillé (kénose) de ses attributs divins (omniscience, omnipotence, etc.), alors il n’aurait jamais eu besoin de cette dépendance envers Dieu et il n’aurait par conséquent pas pu nous servir d’exemple.

A propos David Vincent 221 Articles
Né en 1993, David Vincent est chrétien évangélique et doctorant en sciences religieuses à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (#GSRL). Ses recherches portent sur l’histoire de la théologie chrétienne et de l’exégèse biblique, les rapports entre théologie et savoirs profanes, et l’historiographie confessionnelle. Il est membre de l’association Science&Foi et partage ses travaux sur son blog et sa chaîne Youtube.
  • Lenny

    Tes articles sur la personne de Jésus sont excellents et tu replaces la vérité au devant des débats à ce sujet. J’avais rangé cette problématique dans la case : « tu ne peux certainement pas appréhender ce problème avec ta conscience humaine », mais j’ai enfin pu trouver des réponses claires en te lisant ! C’est pourtant tellement limpide et juste.
    Merci pour ton travail qui mérite d’être beaucoup plus répandu qu’il ne l’est (ce qui est dommage…) !