Jésus est-il mort pour tous les hommes ?

J’aimerais poursuivre la réflexion sur la portée de l’expiation. Pour dire les choses simplement : Jésus est-il mort pour tous les hommes (expiation illimitée) ou seulement pour certains, les élus (expiation limitée) ?

Personnellement, je suis partisan de la première option (expiation illimitée), mais, au sein du christianisme, les deux positions existent.

Dans un article précédent, j’ai montré l’enjeu de la question : si Jésus n’est pas mort pour tous les hommes, cela veut dire que Dieu n’aime pas tous les hommes et, par conséquent, en tant que chrétiens (imitateurs du Christ, image de Dieu) nous ne devons pas aimer tous les hommes.

J’avais terminé l’article en exposant quelques versets qui, à mon sens, affirmaient clairement que Jésus était mort pour tous les hommes. Toutefois, les partisans de l’expiation limitée n’ignorent pas ces versets mais les interprètent autrement.

Dans cet article, j’exposerai donc leurs interprétations de ces versets et je montrerai pourquoi elles ne me semblent pas convaincantes. Pour cela, je regrouperai les versets en deux catégories principales, ceux qui parlent du « monde » et ceux qui parlent de « tous les hommes ».

Jésus est mort pour le monde entier

La première catégorie de versets qui, selon moi, prouvent la portée illimitée de l’expiation est constituée par ceux qui parlent du salut du « monde ». Voici quelques exemples (liste non-exhaustive) :

« Et comme Moïse éleva le serpent dans le désert, il faut de même que le Fils de l’homme soit élevé, afin que quiconque croit en lui ait la vie éternelle. Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle. Dieu, en effet, n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu’il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui. » Jean 3 : 15-17

« Il est lui-même une victime expiatoire pour nos péchés, non seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier. » 1 Jean 2 : 2

« Et nous, nous avons vu et nous attestons que le Père a envoyé le Fils comme Sauveur du monde» 1 Jean 4 : 14

Pour ces versets l’explication des partisans de l’expiation limitée est très simple : le terme de « monde » ne désigne pas l’ensemble du monde mais seulement « les élus ». Que penser de cet argument ?

Tout d’abord reconnaissons, que deux points sont vrais :

  1. Premièrement, un mot dans la Bible n’a pas nécessairement le même sens partout. Cette remarque peut paraître évidente, pourtant il faut bien constater que, consciemment ou non, beaucoup de chrétiens ont tendance à commettre cette erreur en considérant qu’un terme employé dans la Bible a forcément le même sens dans tous les passages où il est cité.
  2. Deuxièmement, il est vrai que le « monde » ne désigne pas forcément l’ensemble de la Terre.

Toutefois, faut-il pour autant accepter cette explication ? Je ne le pense pas pour les raisons suivantes :

  1. Dans la Bible, nous pouvons distinguer trois sens du terme « monde » :
  • Le monde comme « ensemble de la Terre ou de l’humanité »
  • Le monde comme « totalité d’une partie de la Terre ou de l’humanité »
  • Le monde comme opposé des choses divines

Or l’explication des partisans de l’expiation limitée supposerait d’inventer un quatrième sens, le monde comme ensemble des élus, attesté nulle part ailleurs, dont le seul intérêt est de corroborer leur propre doctrine.

     2. Une deuxième objection concerne le contexte immédiat. Lorsque l’on étudie l’emploie du mot « monde », notamment par Jean, on voit bien que le sens proposé ne correspond pas à l’emploi habituel que l’apôtre fait de ce terme.

     3. L’adjonction du terme « entier » au monde dans 1 Jean 2 :2 renforce l’idée de monde comme « ensemble de l’humanité ». Je vois mal comment Jean aurait pu s’y prendre autrement pour affirmer que l’ensemble des hommes était concerné par ce salut.

Jésus est mort pour tous les hommes

Les versets clefs

Là encore je vous propose une liste non-exhaustive de versets.

« C’est pourquoi, comme par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu’ainsi la mort s’est étendue sur tous les hommes, parce que tous ont péché,…  car jusqu’à la loi le péché était dans le monde. Or, le péché n’est pas imputé, quand il n’y a point de loi. Cependant la mort a régné depuis Adam jusqu’à Moïse, même sur ceux qui n’avaient pas péché par une transgression semblable à celle d’Adam, lequel est la figure de celui qui devait venir. Mais il n’en est pas du don gratuit comme de l’offense; car, si par l’offense d’un seul il en est beaucoup qui sont morts, à plus forte raison la grâce de Dieu et le don de la grâce venant d’un seul homme, Jésus Christ, ont-ils été abondamment répandus sur beaucoup. Et il n’en est pas du don comme de ce qui est arrivé par un seul qui a péché; car c’est après une seule offense que le jugement est devenu condamnation, tandis que le don gratuit devient justification après plusieurs offenses. Si par l’offense d’un seul la mort a régné par lui seul, à plus forte raison ceux qui reçoivent l’abondance de la grâce et du don de la justice régneront-ils dans la vie par Jésus Christ lui seul. Ainsi donc, comme par une seule offense la condamnation a atteint tous les hommes, de même par un seul acte de justice la justification qui donne la vie s’étend à tous les hommes. Car, comme par la désobéissance d’un seul homme beaucoup ont été rendus pécheurs, de même par l’obéissance d’un seul beaucoup seront rendus justes » Romains : 5-12-19

« Car Dieu a renfermé tous les hommes dans la désobéissance, pour faire miséricorde à tous. » Romains 11 : 32

«J’exhorte donc, avant toutes choses, à faire des prières, des supplications, des requêtes, des actions de grâces, pour tous les hommes, pour les rois et pour tous ceux qui sont élevés en dignité, afin que nous menions une vie paisible et tranquille, en toute piété et honnêteté. Cela est bon et agréable devant Dieu notre Sauveur, qui veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité. Car il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus Christ homme, qui s’est donné lui-même en rançon pour tous.» 1 Timothée 2 : 1-6.

« Car la grâce de Dieu, source de salut pour tous les hommes, a été manifestée. » Tite 2 : 11

« Mais celui qui a été abaissé pour un peu de temps au-dessous des anges, Jésus, nous le voyons couronné de gloire et d’honneur à cause de la mort qu’il a soufferte, afin que, par la grâce de Dieu, il souffrît la mort pour tous. » Hébreux 2 : 9

« Le Seigneur ne tarde pas dans l’accomplissement de la promesse, comme quelques-uns le croient; mais il use de patience envers vous, ne voulant pas qu’aucun périsse, mais voulant que tous arrivent à la repentance. » 2 Pierre 3 : 9

Pour « tous les hommes », la question est plus compliquée car diverses interprétations peuvent être proposées. Soit comme pour « monde », il s’agit de nier le fait que l’expression « tous les hommes » désigne réellement tous les hommes. Dans ce cas on affirme que tous les hommes doit plutôt se comprendre comme « de tous les hommes »., c’est-à-dire que Dieu veut sauver des hommes de toutes les nations. Soit il est aussi possible de donner un sens plus faible au terme sauveur.

Pour répondre à ces objections j’aimerai me concentrer sur deux passages principaux : Romains 5 et 11.

Expiation illimitée 2

Romains 5

Dans le passage de Romains 5, on peut relever un triple parallèle

Mort/condamnation

Vie/salut

car, si par l’offense d’un seul il en est beaucoup qui sont morts

à plus forte raison la grâce de Dieu et le don de la grâce venant d’un seul homme, Jésus Christ, ont-ils été abondamment répandus sur beaucoup. 

Ainsi donc, comme par une seule offense la condamnation a atteint tous les hommes

de même par un seul acte de justice la justification qui donne la vie s’étend à tous les hommes.

Car, comme par la désobéissance d’un seul homme beaucoup ont été rendus pécheurs

de même par l’obéissance d’un seul beaucoup seront rendus justes

Ce parallèle entre la mort et la vie est renforcé par la construction syntaxique, répétée à deux reprises « comme… de même » qui établit très clairement le parallèle entre « tous morts » et « tous vivants » et qui conduit donc à donner le même sens aux termes « tous » et « beaucoup » utilisés par l’apôtre. La lecture la plus cohérente, et même la seule cohérente, est donc de conclure que la perte et la justification concernent tous les hommes.

Romains 11

« Car Dieu a renfermé tous les hommes dans la désobéissance, pour faire miséricorde à tous. » Romains 11 : 32

Les partisans de l’expiation limitée reconnaissent que Dieu a bien enfermé « tous les hommes dans la désobéissance », mais affirment en même temps que le deuxième « tous » ne concerne que les élus, ce qui ne représente en réalité que certains hommes. Là encore, une telle interprétation détruit complètement le parallélisme nettement mis en avant par l’apôtre Paul (tous les hommes dans la désobéissance/ miséricorde à tous).

Conclusion

De nombreux passages viennent appuyer la thèse selon laquelle Dieu veut que tous les hommes soient sauvés et qu’Il a donc envoyé Jésus mourir en faveur de tous les hommes.

Plus précisément, dans les deux passages étudiés un peu plus en détail, nous avons pu voir que Paul établit clairement un parallèle entre le premier « tous » et le second « tous ». L’interprétation la plus naturelle est donc de donner le même sens à « tous » pour respecter la pensée de l’apôtre, tandis que l’interprétation proposée par les partisans de l’expiation limitée donne au contraire un  sens différent à ces deux « tous ».

A propos David Vincent 297 Articles
Né en 1993, David Vincent est chrétien évangélique et doctorant en sciences religieuses à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (#GSRL). Ses recherches portent sur l’histoire de la théologie chrétienne et de l’exégèse biblique, les rapports entre théologie et savoirs profanes, et l’historiographie confessionnelle. Il est membre de l’association Science&Foi et partage ses travaux sur son blog et sa chaîne Youtube.