Jésus revient en septembre !

Depuis un certain temps une rumeur court dans le monde évangélique francophone : Jésus revient en septembre 2015 et même plus précisément le 13 ou le 14 ! La date fatidique approchant, le débat s’amplifie sur les réseaux sociaux.

Une telle rumeur n’a cependant rien de nouveau et je vous propose un petit retour dans le passé.

Un cas similaire

Durant l’été 1988, un américain du nom d’Edgar Whisenant avait déjà publié une brochure pour annoncer le retour de Jésus le 12 septembre 1988 ! Ayant le sens du marketing, il avait intitulé son livre 88 raisons pour lesquelles l’enlèvement aura lieu en 1988. Si le compte est bon et que, d’un point de vue publicitaire, le titre est vendeur, on comprend aisément que le résultat ne l’est pas. Le 12 septembre 1988 est passé et il ne s’est rien produit !

Découragement ?

On pourrait penser qu’un tel échec découragerait l’apprenti prophète, mais il n’en est rien. Comme l’a très bien montré la sociologue Romy Sauvayre dans son ouvrage Croire à l’incroyable, il ne suffit pas d’une fausse prédiction pour décrédibiliser les prophètes auto-proclamés. Bien au contraire, ceux-ci trouveront le moyen d’expliquer pourquoi ils se sont trompés … et donneront même une (ou plusieurs !) nouvelle(s) prédiction(s). C’est effectivement ce qui s’est produit, puisque Edgar Whisenant a ensuite proposé de fixer la date du retour de Jésus en septembre 1989 ou lors d’une fête de Rosh Hashana au début des années 90 ou au plus tard entre le 15 et le 17 septembre 1993. Un air de déjà vu ?

Conséquences

Bien entendu vous connaissez la fin de l’histoire et si je suis là pour écrire et que vous êtes là pour me lire, c’est bien parce que Jésus n’est pas revenu le 17 septembre 1993 (mais je suis né le 13 avril … coïncidence ?).

Après cette date de 1993, Edgar continua ses prédictions encore quelques années mais son audience déclina significativement (il était temps me direz-vous).

Ces prédictions pourraient être prises à la rigolade, et je pense qu’il faut mieux en rire, elles ont néanmoins plusieurs effets fâcheux.

Pour la personne qui les fait, elles peuvent être une source de revenus importants (des milliers, voir des millions de livres vendus !), mais pour ceux qui y croient :

  • Elles peuvent les pousser à faire de mauvais choix (abandonner un emploi, vendre ses biens, etc.)
  • Miner leur foi. La déception suite à la non-réalisation de ces prédictions pourtant « bibliquement irréfutables » (d’après leurs promoteurs !) peut les conduire à douter de la Bible.

Enfin, aux yeux des non-chrétiens, de telles tentatives ne font que décrédibiliser le message évangélique.

Et après ?

Que se passera-t-il le 15 septembre 2015 ? L’avenir nous le dira, mais l’histoire se répétant bien souvent, je suis prêt à parier que l’on aura droit à une explication pour nous dire pourquoi Jésus n’est pas revenu à la date convenue, ainsi qu’à une (ou plusieurs) nouvelle(s) date(s) du retour de Jésus … Comme disait l’Ecclésiaste : « Rien de nouveau sous le Soleil ».

Articles liés

Disciples de Jésus : quelle est notre espérance eschatologique ?

Sommaire : Les chrétiens et la fin du monde

Le retour de Christ

L’enlèvement : fuite au ciel ou accueil triomphal ? 

La fin des temps est proche !

Les prophéties bibliques: oracles fatalistes ou panneaux d’avertissement ? 

A propos David Vincent 209 Articles
Né en 1993, David Vincent est chrétien évangélique doctorant en sciences religieuses à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes. Ses recherches portent sur l’histoire de la théologie chrétienne et de l’exégèse biblique, les rapports entre théologie et savoirs profanes, et l’historiographie confessionnelle. Il est membre de l’association Science&Foi et partage ses travaux sur son blog et sa chaîne Youtube.