La bibliothèque de Nag Hammadi (1) : Introduction générale

Le 20esiècle a été marqué par une série de découvertes archéologiques importantes. Il y a bien sûr celle de Qumran et des manuscrits de la Mer Morte en 1947, que j’aurai l’occasion de présenter en détail. Toutefois, dans cet article, j’aimerais parler d’une autre découverte survenue deux ans plus tôt, celle de Nag Hammadi.

La découverte des papyri de Nag Hammadi

En décembre 1945, des paysans égyptiens ont découvert près de Nag Hammadi, une ville égyptienne située à 130 km de Louxor, une collection de papyri. Cette découverte n’a cependant été rendue publique qu’en 1948 et les manuscrits n’ont été rassemblés au Musée Copte qu’en 1975.

Cette découverte est importante car ces manuscrits sont en fait des écrits gnostiques. Les gnostiques étaient les principaux adversaires théologiques des Pères de l’Église durant les premiers siècles, mais jusqu’à présent nous ne connaissions leurs doctrines qu’à travers les écrits patristiques. Or, étudier une personne ou un mouvement à travers les écrits de ses adversaires, n’est pas forcément ce qu’il y a de mieux. Grâce à cette découverte, nous disposons maintenant d’écrits émanant directement des milieux gnostiques.

Je dis « milieux » car le gnosticisme recouvre des groupes très divers. On peut retenir que leur dénominateur commun est une vision très négative de la matière. Pour eux seul le spirituel a de la valeur et le salut consiste à se libérer du monde matériel. Cette libération se fait grâce à la connaissance de la vérité. Connaissance se dit « gnose » en grec d’où le nom de « gnostique ».

Les manuscrits de Nag Hammadi

Les papyri sont répartis en douze codices, auxquels il faut ajouter huit feuillets détachés d’un autre codex et ajoutés au codex VI. Ces huit feuillets contenant un écrit complet, on a pris l’habitude de les compter comme un treizième codex. Sur ces treize codices, on trouve quarante-six écrits gnostiques différents, certains revenant plusieurs fois, qui représentent 1156 pages. On estime que plus de 90% du corpus a été préservé.

Deux de ses écrits figuraient déjà sur un manuscrit retrouvé à la fin du 19esiècle et conservé à Berlin. Mais ce manuscrit comporte aussi deux textes inédits, ce qui porte donc à un total de quarante-huit le nombre d’ouvrages gnostiques connus. En français, ils ont tous été édités et traduits dans la collection « La Pléiade ».

La bibliothèque de Nag Hammadi

Pour terminer, je donne maintenant le sommaire général de l’ouvrage. Je présenterai de manière plus détaillée les différents textes dans de prochains articles :

  • Prière de l’apôtre Paul (NH I, 1)
  • Épître apocryphe de Jacques (NH I, 2)
  • Évangile de la Vérité (NH I, 3 ; XII, 2)
  • Traité sur la résurrection (NH I, 4)
  • Traité tripartite (NH I, 5)
  • Livre des secrets de Jean. A) Recension brève (BG 2 ; NH III, 1) B) Recension longue (NH II, 1 ; IV, 1)
  • Évangile selon Thomas (NH II, 2)
  • Évangile selon Philippe (NH II, 3)
  • L’hypostase des Archontes (NH II,4)
  • Écrit sans titre (NH II, 5 ; XIII, 2)
  • Exégèse de l’âme (NH II, 6)
  • Livre de Thomas (NH II, 7)
  • Livre sacré du grand Esprit invisible (NH III, 2 ; IV, 2)
  • Eugnoste (NH III, 3 ; V, 1)
  • La sagesse de Jésus-Christ (NH III, 4 ; BG 3)
  • Dialogue du Sauveur (NH III, 5)
  • Apocalypse de Paul (NH V, 2)
  • Deux apocalypses de Jacques (NH V, 3 et 4)
  • Apocalypse d’Adam (NH V, 5)
  • Actes de Pierre et des douze apôtres (NH VI, 1)
  • Le Tonnerre, intellect parfait (NH VI, 2)
  • Enseignement d’autorité (NH VI, 3)
  • L’entendement de notre grande puissance (NH VI, 4)
  • Extrait deLa Républiquede Platon (NH VI ,5)
  • L’Ogdoade et l’Ennéade (NH VI, 6)
  • Prière d’action de Grâces (NH VI, 7)
  • Extrait du « Discours parfait » d’Hermès Trismégiste à Asclépius (NH VI, 8)
  • Paraphrase de Sem (NH VII, 1)
  • Deuxième traité du Grand Seth (NH VII, 2)
  • Apocalypse de Pierre (NH VII, 3)
  • Enseignements de Silvanos (NH VII, 4)
  • Fragments des « Enseignements d’Apa Andonios)
  • Les trois stèles de Seth (NH VII, 5)
  • Zostrien (NH VIII, 1)
  • Lettre de Pierre à Philippe (NH VIII, 2)
  • Melchisédek (NH IX, 1)
  • Noréa (NH IX, 2)
  • Témoignage véritable (NH IX, 3)
  • Marsanès (NH, X)
  • Interprétation de la gnose (NH XI, 1)
  • Exposé du mythe valentinien (NH XI, 2)
  • Allogène (NH XI, 3)
  • Hypsiphroné (NH XI, 4)
  • Sentences de Sextus (NH XII, 1)
  • Fragments de traités (NH XII, 3)
  • La pensée première la triple forme (NH XIII, 1)

Manuscrits de Berlin 8502

  • Évangile selon Marie (BG 1)
  • Actes de Pierre (BG 4)

Bibliographie

Mahé, J.-P. & Poirier, P.-H. (éd.). (2007). Écrits gnostiques. La bibliothèque de Nag Hammadi. Paris : Gallimard.

Version vidéo

Articles liés

Si vous avez un commentaire ou une question, vous pouvez me contacter.

Si vous appréciez le travail, vous pouvez contribuer au financement participatif de Didascale sous forme d’un micro-don mensuel.

A propos David Vincent 296 Articles
Né en 1993, David Vincent est chrétien évangélique et doctorant en sciences religieuses à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (#GSRL). Ses recherches portent sur l’histoire de la théologie chrétienne et de l’exégèse biblique, les rapports entre théologie et savoirs profanes, et l’historiographie confessionnelle. Il est membre de l’association Science&Foi et partage ses travaux sur son blog et sa chaîne Youtube.