Le baptême selon Justin de Naplouse (Justin martyr)

Dans des articles précédents, je vous ai présenté les œuvres principales de Justin de Naplouse, plus connu sous le nom de Justin martyr. Dans celui-ci, je vous propose un extrait concernant le baptême.

Justin martyr sur le baptême

« Nous vous exposerons maintenant comment, renouvelés par le Christ, nous nous consacrons à Dieu. Si nous omettions ce point dans notre exposition, nous paraîtrions être en faute.

Ceux qui croient à la vérité de nos enseignements et de notre doctrine promettent d’abord de vivre selon cette loi. Alors nous leur apprenons à prier et à demander à Dieu, dans le jeûne, la rémission de leurs péchés, et nous-mêmes, nous prions et nous jeûnons avec eux.

Ensuite, nous les conduisons en un endroit où il y a de l’eau et là, de la même manière que nous avons été régénérés nous mêmes, ils sont régénérés à leur tour. Au nom de Dieu le Père et le Maître de toutes choses, et de Jésus-Christ, notre Sauveur, et du Saint-Esprit, ils sont alors lavés dans l’eau. Car le Christ a dit : « Si vous ne renaissez, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux ». Il est évident pour tout le monde que ceux qui sont nés une fois ne peuvent pas rentrer dans le sein de leur mère. Le prophète Esaïe, comme nous l’avons dit plus haut, enseigne de quelle manière les pécheurs repentants effaceront leurs péchés. Il s’exprime en ces termes :

« Lavez-vous, purifiez-vous,

enlevez le mal de vos cœurs,

apprenez à bien faire,

rendez justice à l’orphelin

et défendez la veuve ;

venez alors et comptons, dit le Seigneur.

Vos péchés vous eussent-ils rendus rouges comme la pourpre,

je vous rendrai blancs comme la laine ;

fussiez-vous rouges comme l’écarlate,

je vous rendrai blancs comme la neige.

Mais si vous ne m’écoutez pas,

le glaive vous dévorera.

C’est la bouche du Seigneur qui a parlé. » (1)

Voici la doctrine que les apôtres nous ont transmise sur ce sujet. Dans notre première génération, nous naissons sans le savoir et par nécessité, d’une semence humide, grâce à l’union mutuelle de nos parents. Nous vivons ensuite avec des habitudes mauvaises et des inclinations perverses. Pour que nous ne restions pas ainsi les enfants de la nécessité et de l’ignorance, mais de l’élection et de la science, pour que nous obtenions la rémission de nos fautes passées, on invoque dans l’eau sur celui qui veut être régénéré et qui se repent de ses péchés le nom de Dieu le Père et le Maître de l’univers. Cette dénomination seule est précisément celle que prononce celui qui conduit au bain le candidat qui doit être lavé. Peut-on donner en effet un nom au Dieu ineffable, et ne serait-ce pas folie orgueilleuse que d’oser dire qu’il en a un ?

Cette ablution s’appelle illumination, parce que ceux qui reçoivent cette doctrine ont l’esprit rempli de lumière. Et aussi au nom de Jésus-Christ, qui fut crucifié sous Ponce Pilate, et au nom de l’Esprit Saint, qui prédit par les prophètes toute l’histoire de Jésus, est lavé celui qui est illuminé. » (2)

Notes

(1) Esaïe 1 : 16-20.

(2) Justin de Naplouse, Grande Apologie, 61.

Bibliographie

Justin martyr, Œuvres Complètes, Paris, Migne, 1994.

Version vidéo

Articles liés

Il est possible de me contacter pour réagir à l’article

A propos David Vincent 295 Articles
Né en 1993, David Vincent est chrétien évangélique et doctorant en sciences religieuses à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (#GSRL). Ses recherches portent sur l’histoire de la théologie chrétienne et de l’exégèse biblique, les rapports entre théologie et savoirs profanes, et l’historiographie confessionnelle. Il est membre de l’association Science&Foi et partage ses travaux sur son blog et sa chaîne Youtube.