Le Vatican est-il contrôlé par une secte satanique ?

Il y a quelques jours, j’ai eu l’occasion de présenter un livre de Michael Barkun intitulé Une culture de la conspiration. Ce livre traitait des théories du complot. Comme je l’ai dit, c’est un sujet qui m’intéresse beaucoup pour différentes raisons, notamment à cause de son lien avec l’eschatologie.

Suite à cet article, on m’a communiqué une série de vidéos que j’ai visionnée et qui, à mon avis, peut servir à la réflexion.

Je tiens à préciser en introduction, que je n’avais jamais entendu parler du jeune homme qui intervient dans cette vidéo et que mon but n’est absolument pas de le critiquer en tant que tel, mais plutôt d’analyser son discours et d’expliquer pourquoi je ne suis pas en accord avec lui et même pourquoi je le trouve dangereux, particulièrement pour un chrétien.

Des points positifs

Avant d’en venir aux objections, j’aimerais quand même souligner quelques points positifs. Comme je l’ai dit, je ne connais pas l’intervenant, mais il nous donne lui-même quelques informations autobiographiques au cours de la conférence. Plus jeune, il menait une vie de débauche avant de découvrir l’Evangile qui l’a conduit à une conversion radicale. C’est bien sûr un changement tout à fait positif.

On voit aussi qu’il est zélé pour Dieu et les conseils qu’il donne ne sont pas tous mauvais. Il est vrai par exemple que la musique mondaine et la télévision peuvent avoir un impact très négatif sur la vie chrétienne. Enfin, en conclusion, il prend bien la peine de préciser qu’il ne faut pas non plus être obnubilé par les complots au point d’oublier l’Evangile. C’est une remarque extrêmement importante, car je pense que c’est là un des grands dangers du complotisme pour la foi chrétienne : détourner le chrétien de l’essentiel.

Toutefois, en dépit de ces points positifs, je ne partage pas du tout le fond de ce discours et je pense que celui-ci est très problématique, voire même dangereux, pour les chrétiens.

Présentation de la théorie

Avant cela, il faut brièvement présenter la théorie qu’il propose. Celle-ci s’inscrit dans la catégorie « 2 », ou peut-être « 3 », de la typologie élaborée par Michaël Barkun. L’idée est assez simple, le Vatican, sous l’influence de Satan, a créé toutes sortes de groupes antichrétiens, comprendre antiprotestants, pour lutter contre l’Evangile et dominer le monde. Cela s’est fait notamment par l’intermédiaire des jésuites, qui ont créé les francs-maçons, ces derniers ayant ensuite eux-mêmes créé toutes sortes de groupes antichrétiens : les mormons, les témoins de Jéhovah, les théosophes, etc. Cette théorie est résumée en un schéma :

Pour ceux qui s’intéressent un peu au complotisme, on a affaire ici à un « classique » du complotisme et spécialement du complotisme protestant, où le Vatican joue le rôle du grand ennemi contrôlant tous les autres. Cependant, cette théorie ne résiste pas vraiment à l’analyse historique.

Un peu de vrai, beaucoup de faux

Sans prétendre à une analyse complète de toute la conférence, qui dure plus d’une heure, j’aimerais soulever quelques points pour montrer pourquoi cette théorie, n’est pas cohérente. 

Les jésuites

Tout d’abord concernant les jésuites. L’auteur affirme que les jésuites ont été créés au 16e siècle pour combattre le protestantisme. Il est vrai qu’ils ont eu un rôle important dans la lutte contre les protestants. Toutefois, ce n’était pas là leur but premier.

Ignace de Loyola (1491-1556), le fondateur des jésuites a aussi eu, comme l’auteur de la conférence, une jeunesse agitée avant de connaître une conversion radicale. Cette conversion a suscité chez lui une vocation tout aussi radicale de vie évangélique consacrée à l’annonce de la Bonne Nouvelle de Jésus (« l’Evangile »). C’est dans ce but qu’a été créée la compagnie de Jésus, qui a très vite envoyé des missionnaires dans le monde entier.

Certes, les jésuites ont combattu le protestantisme, car ils pensaient que les protestants s’opposaient à l’Evangile, mais on ne peut pas réduire leur rôle à cela. Ils ont aussi contribué à diffuser le message de Jésus-Christ tout autour du monde.

Jésuites et francs-maçons

Le deuxième point problématique est le lien qui est fait entre jésuites et francs-maçons, et plus généralement le rapport entre les francs-maçons et l’Eglise romaine. D’après l’auteur de la vidéo, les francs-maçons auraient été créés par les jésuites et travailleraient finalement pour le Vatican. Or, c’est historiquement faux, à double titre.
D’une part, la franc-maçonnerie n’a pas été créée par des jésuites, mais par des pasteurs protestants, qui étaient justement très opposés aux jésuites.

D’autre part, la papauté a toujours considéré les francs-maçons comme des adversaires et la réciproque était souvent vraie. Historiquement, la franc-maçonnerie a été une des institutions qui a le plus lutté contre l’Eglise romaine et son influence, particulièrement en Europe. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard, si les papes ont affirmé à plusieurs reprises qu’il n’était pas possible d’être catholique romain et franc-maçon. Au contraire, beaucoup d’Eglises protestantes étaient assez favorables aux francs-maçons, mais pas toutes, car il y a aussi des protestants et des Eglises protestantes fermement anti-francs-maçons.

Toujours est-il, qu’historiquement, il est impossible d’affirmer que le Vatican se sert de la franc-maçonnerie pour lutter contre l’Evangile, alors même que les loges maçonniques ont constamment lutté contre l’influence de l’Eglise romaine sur la société.

La croix de Pierre

Après avoir vu pourquoi la théorie générale n’était pas cohérente, je vous propose maintenant d’analyser un argument employé dans la vidéo. Celui-ci revient régulièrement dans certains milieux protestants antiromains et illustre bien, à mon avis, le problème des théories du complot. Cet argument, c’est la fameuse croix inversée sur la chaire pontificale.

L’auteur montre une photo où l’on voit une croix inversée sur la chaire du pape et commente en disant que c’est là un signe sataniste et donc la preuve que le pape travaille pour Satan.

Je trouve que c’est là un bon exemple qui permet de mettre le doigt sur le cœur du problème des arguments complotistes. Ils se basent souvent sur des faits qui peuvent être vrais, mais en proposent une interprétation fausse et tirent à partir de là toutes sortes de conclusions qui n’ont plus rien à voir avec la réalité.

En l’occurrence, cette croix inversée existe bel et bien, mais n’a rien à voir avec Satan. D’après la tradition chrétienne, et l’auteur de la vidéo mentionne d’ailleurs ce récit dans un autre contexte, l’apôtre Pierre est mort crucifié la tête en-bas. La croix renversée est donc devenue le symbole du martyre de l’apôtre Pierre. Or, le pape se considère comme le successeur de Pierre et c’est pour cette raison qu’il y a une croix renversée sur sa chaire. La croix renversée n’est donc pas un symbole satanique, mais au contraire un symbole chrétien qui rappelle le martyre de l’apôtre Pierre.

Ainsi, on voit bien comment à partir d’un fait qui est vrai, on peut, en ajoutant une interprétation erronée, inventer toutes sortes de théories. C’est ainsi que se construisent les théories du complot.

Conclusion

En conclusion, j’aimerais rappeler que le but de cet article n’était pas de critiquer une personne précise, mais plutôt d’analyser un type de discours, malheureusement très répandu dans certains milieux protestants. Je me souviens par exemple d’un pasteur pentecôtiste qui expliquait que l’islam avait été créé par le Vatican (encore lui !) et les gens qui l’écoutaient acceptaient tout ce qu’il disait sans se rendre compte de l’incohérence de ses propos.

Pour en revenir à notre vidéo, même si l’auteur est bien intentionné et qu’il peut dire des choses justes, je pense que le message qu’il véhicule est dangereux, particulièrement pour les chrétiens, et ce, pour deux raisons.

D’une part, nous devons en tant que chrétiens chercher la vérité. Cela implique de vérifier les informations que nous relayons. Or, les théories du complot véhiculent souvent des faits erronés ou des interprétations fausses.

D’autre part, accuser d’autres chrétiens de satanisme me paraît particulièrement grave. On peut certes avoir des désaccords doctrinaux, et les exprimer, mais dire que des personnes travaillent pour Satan alors qu’elles annoncent l’Evangile, c’est, à mon avis, tenir des propos inconsidérés qui ne sont pas loin du blasphème contre le Saint-Esprit.

Bien sûr, il faut terminer en précisant que la réciproque est aussi vraie et qu’il existe de nombreuses théories du complot antiprotestantes. J’aurais l’occasion d’y revenir dans d’autres articles.

Version vidéo

Articles liés

L’Eglise catholique romaine vue par Dietrich Bonhoeffer 

Communion eucharistique et divergences doctrinales

Il est possible de me contacter pour réagir à l’article.

Si vous appréciez le travail, il est possible de soutenir financièrement Didascale.

 

A propos David Vincent 283 Articles
Né en 1993, David Vincent est chrétien évangélique et doctorant en sciences religieuses à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (#GSRL). Ses recherches portent sur l’histoire de la théologie chrétienne et de l’exégèse biblique, les rapports entre théologie et savoirs profanes, et l’historiographie confessionnelle. Il est membre de l’association Science&Foi et partage ses travaux sur son blog et sa chaîne Youtube.