Les trois raisons pour lesquelles Jésus n’est pas revenu… et ne reviendra pas tout de suite

Nous sommes le 15 septembre 2015, si vous êtes chrétien et que vous lisez ce message, c’est que Jésus n’est pas revenu le 13 ou le 14 septembre 2015 comme certains l’avaient annoncé.

Cette erreur n’est pas due à un mauvais calcul mais elle a des racines bien plus profondes et découle de trois idées fausses. Ces idées ne sont pas seulement propres aux chrétiens qui ont pu croire à cette fausse date de retour, mais sont partagées par de nombreux chrétiens, ceux qui adhèrent au futurisme.

Dans cet article, je présenterai brièvement ces trois erreurs : le fatalisme, le catastrophisme et l’anachronisme. Ceux qui voudront approfondir ces différents points pourront se référer aux articles plus détaillés que je mets en lien.

Le fatalisme

La première erreur est ce que j’appelle le « fatalisme ». Il s’agit tout simplement de confondre la Bible et la boule de cristal de Mme Irma.

Les personnes qui s’imaginent pouvoir connaître l’avenir à partir des prophéties bibliques n’ont tout simplement pas compris le but même de ces prophéties. En effet, les prophéties bibliques servent avant tout à avertir les croyants pour qu’ils changent leur comportement, si celui-ci est mauvais, ou qu’ils persévèrent, si celui-ci plaît à Dieu.

« Dis-leur: je suis vivant! dit le Seigneur, l’Éternel, ce que je désire, ce n’est pas que le méchant meure, c’est qu’il change de conduite et qu’il vive » Ezéchiel 33 : 11

Voir mon article : Les prophéties bibliques : oracles fatalistes ou panneaux d’avertissement ?

Le catastrophisme ou le providentialisme

La deuxième erreur est que toutes ces prédictions sont basées sur l’idée que la fin du monde sera nécessairement catastrophique et que Jésus reviendra pour tout remettre en ordre.

Or, les Ecritures nous enseignent exactement le contraire. Jésus ne reviendra pas pour résoudre tous les problèmes, mais Il attend que son corps (l’Eglise) agisse sur Terre et que « toutes choses » soient restaurées pour revenir.

« Repentez-vous donc et convertissez-vous, pour que vos péchés soient effacés, afin que des temps de rafraîchissement viennent de la part du Seigneur, et qu’il envoie celui qui vous a été destiné, Jésus-Christ, que le ciel doit recevoir jusqu’aux temps du rétablissement de toutes choses, dont Dieu a parlé anciennement par la bouche de ses saints prophètes. » Actes des apôtres 3 : 19-21

Voir mon article : Retour de Jésus et retour de Christ

L’anachronisme ou le concordisme

Enfin, la dernière erreur est de chercher à faire correspondre les prophéties bibliques avec les évènements que nous vivons (ce que l’on peut appeler le « concordisme »). Une telle lecture ne tient pas compte du contexte historique des prophéties bibliques.

En réalité, les prophéties bibliques concernant la fin du monde se réfèrent à la fin de l’Ancienne Alliance et se sont déjà accomplies il y a plus de 1900 ans … dans les délais annoncés par Jésus.

« Quand on vous persécutera dans une ville, fuyez dans une autre. Je vous le dis en vérité, vous n’aurez pas achevé de parcourir les villes d’Israël que le Fils de l’homme sera venu. » Matthieu 10:23

Voir mon article : La fin des temps est proche !

En complément, les commentaires de Matthieu 24 et Apocalypse 17 (Partie 1) (Partie 2)

Conclusion

De nombreux chrétiens ont cru à ces fausses prédictions annonçant le retour de Jésus pour le 13 ou 14 septembre 2015, d’autres ont proposé diverses dates.

Toutefois, le problème est bien plus profond. Au delà de ces fausses dates, beaucoup de chrétiens, même parmi ceux qui ont critiqué ces dates, partagent aussi les erreurs qui conduisent à ces fausses prédictions. En effet, tout cela est lié à une interprétation « futuriste » des prophéties bibliques.

Si vous souhaitez découvrir une autre perspective, je vous invite à lire ma série consacrée à la fin des temps qui présente l’eschatologie prétériste (appelée aussi « eschatologie optimiste »).

Voir mon article : Disciples de Jésus : quelle est notre espérance eschatologique ?

L’ensemble de ma série sur l’eschatologie peut-être consulté via cet article :

Sommaire : Les chrétiens et la fin du monde

A propos David Vincent 221 Articles
Né en 1993, David Vincent est chrétien évangélique et doctorant en sciences religieuses à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (#GSRL). Ses recherches portent sur l’histoire de la théologie chrétienne et de l’exégèse biblique, les rapports entre théologie et savoirs profanes, et l’historiographie confessionnelle. Il est membre de l’association Science&Foi et partage ses travaux sur son blog et sa chaîne Youtube.
  • Pingback: Comment justifier une fausse prédiction en trois étapes (par David Vincent) | La foi sans religion()

  • Plusieurs paraboles parlent du retour de Jésus : les « vierges folles », les talents, l’esclave fidèle, etc.

    Que signifie pour chacun de nous, à toute époque et en tout lieu, le retour de Christ ?

    Parousie veut dire « présence » : Christ est constamment en train de venir à nous – sommes-nous prêts à chaque instant à Le recevoir ?

    Déjà lors de la conversion, il y a rencontre – nous nous tournons vers Lui / Il vient pour nous : c’est une parousie, Sa Présence.

    Christ mène au Père – le Père sait le jour et l’heure – donc en communion avec le Père, tu sais le jour et l’heure, tu sais que le jour et l’heure, c’est ICI et MAINTENANT – il n’y a ni jour ni heure, simplement parce que ce jour, cette heure, c’est ICI et MAINTENANT.

    Il y a aussi notre rencontre avec Lui, à notre mort physique : l’enlèvement. L’enlèvement, c’est : vu du Ciel, où le temps n’existe pas, tous nous arrivons en même temps (vu de la terre, où le temps existe, nous voyons les nôtres partir à Sa rencontre à des époques différentes – mais tous arrivent au Ciel en même temps, d’où cette vision d’enlèvement).

    Attendre un règne de Christ sur la planète Terre est faire la même erreur que Judas (*) – par contre, le règne de Christ sur notre terre intérieure est biblique (le livre de Josué, par exemple, où on voit Josué/Yeshoua/Jésus prendre possession de notre terre intérieure).

    (*) Judas livra Jésus, soit par déception de ne pas voir Son règne sur Terre, soit pour provoquer celui-ci.

  • joakimoliveira

    Shalom,

    ce livre explique que la theorie pre-tribulationiste peut avoir de grave danger sur la foi des croyants http://www.islam-bible-prophecy.com/enlevement-eglise/ (en l’occurence, totu arrivera a la fin…)

  • Pingback: Affaire Claude Ignerski : Enfin une prédiction accomplie ! - Didascale()

  • Bruno

    Le Christ est peut-être déjà là, depuis ce fameux 15 Septembre 2015. C’était le 444ème jour du règne de Daesh. (vérifiez !) Nous avons donc passé réçemment le 888ème jour, et depuis 15 jours nous avons passé le 999ème jour de l’existence de l’Abomination sur le trône. Heureux celui qui parviendra vivant au 1335ème jour, car 1335 = (1200 + 120 + 12) + 3. Cela dit, le Jour du Jugement aura lieu certainement avant. Bon courage !
    Pour infos, entre le 17 Décembre 2010 (début du Printemps Arabe) et le 29 Juin 2014 (L’abomination Daesh est dressée sur le trône), il y a 1290 jours. (vérifiez !)

  • Bruno

    Pour précisions, l’Islam Sunnite annonce la venue de l’antéchrist « Ad Dajjal », qui règne pendant « 40 jours, dont un jour long comme un an, un long comme un mois, un long comme une semaine, et les 37 jours restants sont normaux ». Total = 1 an + 1 mois + 1 semaine + 30 jours + 7 jours = 444 jours. Si l’on considère que l’Antéchrist des Musulmans est Daesh, alors, on se rend compte qu’il a commencé à être combattu depuis le 15 Septembre 2015, par un certain « Imam El Mahdi », qui est, toujours selon eux, celui qui se bat contre l’Antéchrist en attendant le Christ.