L’Histoire ecclésiastique de Socrate de Constantinople

Dans un article précédent, j’ai eu l’occasion de présenter l’Histoire ecclésiastique d’Eusèbe de Césarée. Cette histoire s’arrête au début du quatrième siècle, mais plusieurs auteurs, grecs et latins, ont ensuite décidé de prolonger cette histoire pour les siècles suivants. Je vais maintenant vous les présenter, en commençant par Socrate de Constantinople

L’auteur

Socrate est né à Constantinople dans les années 380. Il meurt entre 439 et 450 et la publication de son œuvre a probablement eu lieu au début des années 440. Il semble que Socrate ait été novatien. C’est-à-dire qu’il appartenait à une Eglise séparée de l’Eglise officielle, mais qui avait la particularité de partager la même doctrine.

L’œuvre et son plan

Au début de son œuvre, il affirme explicitement vouloir continuer l’œuvre d’Eusèbe. On peut cependant noter plusieurs différences dans la manière d’écrire l’histoire. En particulier, contrairement au récit d’Eusèbe, le diable et les forces surnaturelles ne sont pas très présents.

L’Histoire ecclésiastique de Socrate se compose de sept livres, chacun étant consacré au règne d’un empereur ou d’un couple d’empereurs. Le livre I traite du règne de Constantin, le livre II de celui de Constance II, et accessoirement de ses frères, le livre III couvre ceux de Julien et Jovien, le livre IV ceux de Valentinien et Valens, le livre V ceux de Gratien et Théodose Ier, le livre VI celui d’Arcadios et le livre VII celui de Théodose II jusqu’à l’année 439.

Importance de l’oeuvre

Cette œuvre est donc extrêmement importante pour l’histoire des trois premiers conciles (Nicée (325), Constantinople (381) et Ephèse (431), d’autant que comme Eusèbe, il a pris le temps de recopier certains documents (lettres, confessions de foi, etc.) qui sont par ailleurs perdus. J’aurai l’occasion de partager plusieurs extraits de cette Histoire ecclésiastique dans différents articles.

Extraits

Pour terminer, je te propose deux extraits de l’œuvre.

Projet de Socrate

Le premier extrait est la préface qui présente le projet :

« Eusèbe de Pamphile après avoir exposé l’histoire ecclésiastique dans dix livres au total, s’est arrêté à l’époque de l’empereur Constantin, où cessa aussi la persécution menée par Dioclétien contre les chrétiens. Le même, écrivant sur la vie de Constantin, a fait mention en partie de ce qui concerne Arius, plus préoccupé, comme c’est le cas dans les éloges, de donner des louanges à l’empereur et le ton panégyrique à ses paroles que de relater les faits avec précision.

Pour nous, qui nous proposons de raconter ce qui s’est passé dans les Eglises depuis celui-ci jusqu’à nos jours, nous ferons commencer notre propos là où celui-ci l’a laissé, sans nous soucier de l’enflure du style, mais en rapportant tout ce que nous avons trouvé dans des documents ou ce que nous avons entendu de ceux qui les ont racontés. Et puisque cela fait partie de notre entreprise de rapporter de quelle façon l’empereur Constantin en vint à faire profession de christianisme, rapportons, autant que faire se peut, quelques éléments à ce sujet, en en faisant notre entrée matière. » (1)

Histoire profane et histoire ecclésiastique

« Avant de commencer le cinquième livre de l’Histoire, nous demandons à ceux qui vont lire cet écrit de ne pas nous blâmer parce que, tout en proposant une histoire ecclésiastique, nous melons à celle-ci les guerres qui ont eu lieu à l’époque en question, pour autant que nous avons pu en connaître l’histoire avec certitude.

Nous faisons cela pour plusieurs raisons : non seulement pour porter à la connaissance ce qui s’est passé, mais aussi pour que les lecteurs n’éprouvent pas un sentiment de saturation en ayant à s’intéresser aux seules querelles des évêques et à ce qu’ils manigancèrent les uns contre les autres. Avant même cela, c’est pour que l’on sache que lorsque les affaires publiques sont dans le trouble, celles de l’Eglise le sont aussi, par une sorte de sympathie. Si l’on y prend garde, on découvrira que les malheurs publics et les difficultés des Eglises culminent ensemble. On découvrira ou bien qu’ils débutent au même moment, ou bien qu’ils se succèdent les uns aux autres : tantôt ce sont les affaires de l’Eglise qui commencent, suivies alors par les affaires publiques, tantôt c’est le contraire. Aussi, je pense que leur succession ne provient pas de quelque hasard, mais qu’elle trouve son origine dans nos fautes, et que les malheurs se produisent comme un châtiment, si du moins, comme le dit l’apôtre, « les péchés de certains hommes apparaissent lorsqu’ils les conduisent au jugement, mais chez certains ils le suivent. » (1 Tim 5 : 27) C’est donc pour cette raison que nous entremêlons à l’histoire ecclésiastique quelques-unes des affaires publiques.

A cause de la longueur du temps, nous n’avons pas pu découvrir ce qui était arrivé en fait de guerres à l’époque de Constantin. Mais de celles qui sont arrivées ensuite, pour autant que nous en avons appris de gens encore vivants, nous faisons rapidement mention. Nous incluons aussi constamment les empereurs dans notre histoire, parce que, depuis qu’ils ont commencé d’être chrétiens, les affaires de l’Eglise ont dépendu d’eux et que les conciles les plus importants ont eu lieu et ont lieu sur leur ordre. Nous avons en outre fait mention de Julien parce qu’il a semé le trouble dans les Eglises. Que tout cela suffise pour la préface ; abordons maintenant l’histoire. » (2)

Notes

(1) Socrate de Constantinople, Histoire ecclésiastique, I, 1.

(2) Socrate de Constantinople, Histoire ecclésiastique, V, Préface.

Bibliographie

Socrate de Constantinople, Histoire ecclésiastique, (trad. P. Périchon & P. Maraval), Paris, Le Cerf, 2004-2007.

Sommaire détaillé

Livre I.

I. Préface.

II. Les circonstances de la conversion de Constantin (305-313).

III. Constantin favorise le christianisme, Licinius persécute les chrétiens (313-324).

IV. Guerre entre Constantin et Licinius à cause des chrétiens (324).

V. La querelle d’Arius avec l’évêque Alexandre (318).

VI. La doctrine d’Arius se répand.

VII. Lettre de Constantin à Alexandre et Arius (fin 324).

VIII. Concile de Nicée (325).

IX. Lettres du concile et de l’empereur.

X. Constantin et l’évêque Novatien.

XI. Paphnuce.

XII. Spyridon.

XIII. §1-10 : Eutychien ; § 11-12 : Liste des Pères de Nicée.

XIV. Libelle de rétraction d’Eusèbe et Théognios (335).

XV. La jeunesse d’Athanase.

XVI. La fondation de Constantinople.

XVII. La découverte du tombeau et de la croix du Christ et les constructions impériales en Palestine.

XVIII. Mesures contre le paganisme et construction d’églises.

XIX. La conversion des Indiens.

XX. La conversion des Ibères.

XXI. Antoine.

XXII. Les débuts du manichéisme.

XXIII. Premières attaques contre Athanase.

XXIV. Déposition d’Eustathe d’Antioche (327-328).

XXV. Rappel d’Arius à Constantinople (335).

XXVI. Confession de foi d’Arius.

XXVII. Retour d’Arius à Alexandrie. Machinations contre Athanase.

XXVIII. Le concile de Tyr (juillet 335).

XXIX. L’affaire d’Arsène.

XXX. Confusion des adversaires d’Athanase.

XXXI. L’affaire de Makarios.

XXXII. Déposition d’Athanase (août 335).

XXXIII. Dédicace du Martyrium et concile de Jérusalem (septembre 335).

XXXIV. Lettre de Constantin au concile de Tyr.

XXXV. Envoi d’Athanase en exil (septembre 335).

XXXVI. Déposition de Marcel d’Ancyre (336).

XXXVII. Arius rappelé à Constantinople (335).

XXXVIII. Mort d’Arius (335).

XXXIX. Mort de l’empereur Constantin (22 mai 337).

XL. Funérailles de Constantin.

Livre II

I. Préface.

II. Manœuvre du parti eusébien contre Athanase (337).

III. Lettre de Constantin II autorisant le retour d’Athanase (17 juin 337).

IV. Mort et succession d’Eusèbe de Césarée (339).

V. Mort de Constantin II (début 440).

VI.Election de Paul de Constantinople (été 337).

VII. Renvoi de Paul, installation d’Eusèbe (337-338).

VIII. Le concile de la Dédicace (341).

IX. Notice sur Eusèbe d’Emèse.

X. Les textes doctrinaux du concile de la Dédicace ; Evènements divers (341-342).

XI. Grégoire à Alexandrie. Fuite d’Athanase (avril 339).

XII. Macédonios à Constantinople (hiver 341-342).

XIII. Emeutes à Constantinople (342).

XIV. Georges de Cappadoce à Alexandrie (357).

XV. Echange de lettres entre Rome et Antioche (fin 340-janvier 341).

XVI. Paul exilé, Macédonios installé définitivement (349).

XVII. Jules et les Orientaux (338-341).

XVIII. Ambassade des Orientaux auprès de Constant (fin 341) ; L’hérésie de Photin.

XIX. L’« Exposé aux longues lignes » (344).

XX. Concile de Sardique (343).

XXI. Défense d’Eusèbe de Césarée.

XXII. L’Orient et l’Occident séparés après Sardique.

XXIII. Lettres de Constance à Athanase (345-346) ; Lettres de Jules de Rome aux Alexandrins (346) ; Athanase à Antioche (346) ; Le sort des autres Orientaux déposés ; Lettre de Constance en faveur d’Athanase.

XXIV. Athanase sur le chemin du retour (346) ; rétractation d’Ursace et Valens (347).

XXV. Rappel de divers évènements de mai 337 à juin 350. Usurpation de Magnence (350). XXVI. Nouvelles accusations contre Athanase (350) ; Reprise de la répression en Orient (après 350).

XXVII. Macédonios à Constantinople (après 344 ou 350).

XXVIII. Georges à Alexandrie (357) ; Evénements politiques : Vétranion Gallus (351). XXIX. Concile de Sirmium (351).

XXX. Deux formules de Sirmium (351 et 357). Première formule (Sirmium 351) ; Deuxième formule (Sirmium 357)

XXXI. Hosius de Cordoue.

XXXII. Chute de Magnence (353).

XXXIII. Révolte des Juifs de Diocésarée (352).

XXXIV. Exécution de Gallus (fin 354).

XXXV. Un nouvel hérésiarque : Aétios.

XXXVI. Concile de Milan (355).

XXXVII. Convocation des conciles de Rimini et Séleucie ; Eudoxe d’Antioche (357/8-359) ; Concile de Rimini (359) ; Le Credo daté (22 mai 359) ; Retours aux débats du concile ; Jugement d’Athanase sur le Credo daté ; Suite du concile de Rimini : lettre du concile à Constance : Suite du récit sur le concile et réponse de Constance ; Nouvelle lettre des évêques de Rimini à Constance ; Suite du concile de Rimini.

XXXVIII. Persécution en Orient de la part du parti arien et de Macédonios.

XXXIX. Concile de Séleucie (359).

XL. Concile de Séleucie (suite).

XLI. Les deux partis de Séleucie chez l’empereur ; Concile de Constantinople (360).

XLII. Déposition d’évêques (360).

XLIII. Eustathe de Sébastée. Concile de Gangres ; Eudoxe de Constantinople.

XLIV. Mélèce d’Antioche.

XLV. Les macédoniens ; Concile d’Antioche (361).

XLVI. Apollinaire de Laodicée.

XLVII. Mort de Constance (novembre 361)

Livre III

I. Avènement de Julien. Son histoire avant celui-ci.

II. Troubles à Alexandrie. Meurtre de Georges (361).

III. Lettre de Julien aux Alexandrins.

IV. Retour d’exil d’Athanase.

V. Retour d’exil de Lucifer de Cagliari et Eusèbe de Verceil.

VI. Lucifer à Antioche.

VII. Concile d’Alexandrie (362).

VIII. L’Apologie pour sa fuite d’Athanase.

IX. La situation à Antioche.

X. Concile des macédoniens.

XI. La politique religieuse de Julien.

XII. Maris de Chalcédoine chez Julien.

XIII. Mesures contre les chrétiens.

XIV. Nouvelle fuite d’Athanase.

XV. Mise à mort de chrétiens en Phrygie.

XVI. La réaction des Apollinaire. Plaidoyer pour la culture païenne.

XVII. Julien à Antioche.

XVIII. Transfert des reliques de S. Babylas.

XIX. Persécution à Antioche.

XX. La reconstruction du temple de Jérusalem.

XXI. L’expédition de Perse. Mort de Julien (juin 363).

XXII. Avènement de Jovien ; L’éloge de Julien par Libanios.

XXIII. Critique de l’éloge de Julien.

XXIV. La politique religieuse de Jovien.

XXV. Démarches des partis auprès de Jovien. Concile d’Antioche (363).

XXVI. Mort de Jovien (364).

Livre IV

I. Avènement de Valentinien et Valens.

II. Politique religieuse des deux empereurs.

III. Usurpation de Procope (28 septembre 365).

IV. Concile de Lampsaque (364).

V. Exécution de Procope (366).

VI. Eleusios de Cyzique.

VII. Eunome.

VIII. Les remparts de Chalcédoine.

IX. Valens et les Novations.

X.Les fils des empereurs.

XI. Evènements divers (367-368).

XII. La délégation des homéousiens chez Libère (365).

XIII. Situation à Constantinople et Alexandrie.

XIV. Démophile à Constantinople (370).

XV. Persécutions suscitées par les ariens.

XVI. Quatre-vingts victimes.

XVII. Valens persécute les nicéens à Antioche (après 371).

XVIII. Valens persécute les nicéens à Edesse.

XIX. Répression d’une pratique divinatoire.

XX. Mort d’Athanase (373).

XXI. Lucius imposé à Alexandrie.

XXII. Persécution des nicéens en Egypte.

XXIII. Le monachisme en Egypte.

XXIV. Persécution des moines d’Egypte.

XXV. Didyme d’Alexandrie.

XXVI. Basile de Césarée et Grégoire de Nazianze.

XXVII. Grégoire le Thaumaturge.

XXVIII. Schisme chez les novatiens de Phrygie.

XXIX. Damase et Ursin (366).

XXX. Ambroise de Milan (373/4).

XXXI. Mort de Valentinien Ier. Avènement de Valentinien II (375).

XXXII. Thémistios prêche la tolérance à Valens.

XXXIII. Relations avec les Goths et conversion de ceux-ci.

XXXIV. Les Goths en Thrace.

XXXV. Valens quitte Antioche (mai 378).

XXXVI. Moïse, évêque des Saracènes.

XXXVII. Pierre chasse Lucius d’Alexandrie.

XXXVIII. Campagne contre les Goths et mort de Valens (378)

Livre V

Préface.

I. Les barbares repoussés de Constantinople (378).

II. Avènement de Théodose (379).

III. Les chefs des Eglises.

IV. Nouveau schisme des macédoniens.

V. La situation de l’Eglise d’Antioche.

VI. Baptême de Théodose (380).

VII. Démission forcée de Démophile de Constantinople.

VIII. Concile de Constantinople (mai-juillet 381).

IX. Suites immédiates du concile.

X. Concile de Constantinople (383).

XI. Usurpation de Maxime en Occident (383).

XII. Guerre contre Maxime (388).

XIII. Troubles à Constantinople.

XIV. Victoire sur Maxime (août 388).

XV. Flavien à Antioche.

XVI. Emeutes à Alexandrie (391) et destruction du Sérapéum.

XVII. Le signe de croix dans le temple de Sérapis.

XVIII. Théodose à Rome (389).

XIX. Réforme de la pénitence.

XX. Ariens, novatiens, macédoniens et eunomiens.

XXI. Evêques novatiens et schisme chez les novatiens.

XXII. La question de la Pâque ; diversités des usages dans les Eglises.

XXIII. Schisme chez les ariens.

XXIV. Schisme chez les eunomiens et les macédoniens.

XXV. Usurpation d’Eugène (août 392) ; bataille du Frigidus (septembre 394).

XXVI. Mort de Théodose (17 janvier 395).

Livre VI

Préface.

I. Situation à l’avènement d’Arcadios et Honorius (395).

II. Jean Chrysostome, évêque de Constantinople (398).

III. Jean avant son épiscopat.

IV. Les débuts de l’épiscopat de Jean (398-399).

V. Premières difficultés de Jean. L’affaire d’Eutrope (juillet 399).

VI. Gaïnas (399-400).

VII. Théophile, les Longs Frères et les anthropomorphistes.

VIII. Conflits avec les ariens de Constantinople.

IX. Les Longs Frères à Constantinople (401).

X. Alliance de Théophile et d’Epiphane de Salamine.

XI. Conflit avec Sévérien de Gabala. L’affaire d’Ephèse.

XII. Epiphane à Constantinople (avril-mai 403).

XIII. Défense d’Origène.

XIV. Jean et Epiphane.

XV. Théophile à Constantinople. Concile du Chêne (septembre 403).

XVI. Rappel et retour de Jean (fin 403).

XVII. Troubles à Constantinople. Théophile repart à Alexandrie.

XVIII. La statue d’Eudoxie. Nouvel exil de Jean (404).

XIX. Arsakios succède à Jean. Les bruits qui courent à Constantinople.

XX. Atticos succède à Arsakios (406).

XXI. Mort de Jean en exil (407).

XXII. Sisinnios, évêque novatien de Constantinople.

XXIII. Mort d’Arcadios (408).

Livre VII

I. Début du règne de Théodose II. Anthémios.

II. Attikos de Constantinople.

III. Théodose et Agapat de Synnada.

IV. Guérison d’un juif.

V. Schisme du novatien Sabbatios.

VI. Les ariens de Constantinople.

VII. Cyrille d’Alexandrie succède à Théophile (412).

VIII. Le christianisme se répand en Perse. Marouthas.

IX. Evêques d’Antioche et de Rome.

X. Prise de Rome par Alaric (410).

XI. Evêques de Rome. Sort des novatiens.

XII. Chrysanthe, évêque novatien de Constantinople.

XIII. Les juifs chassés d’Alexandrie.

XIV. Révolte des moines de Nitrie.

XV. Meurtre d’Hypatie (415).

XVI. Crimes des juifs contre des chrétiens.

XVII. Evêques novatiens.

XVIII. Guerre contre la Perse (414).

XIX. Le courrier Palladios.

XX. Fin de la guerre perse (422).

XXI. Charité d’Akakios d’Amida ; Discours royaux. Athénaïs-Eudoxie.

XXII. Les qualités de Théodose II.

XXIII. Mort d’Honorius. Usurpation et défaite de Jean (423-425).

XXIV. Avènement de Valentinien III (424).

XXV. Attikos de Constantinople.

XXVI. Sisinnios de Constantinople (426).

XXVII. Philippe de Sidè.

XXVIII. Proclos évêque de Cyzique. Mort de Sisinnios (427).

XXIX. Nestorius, évêque de Constantinople (428).

XXX. Conversion des Burgondes.

XXXI. Persécutions de Nestorius.

XXXII. Le débat sur le terme Théotokos.

XXXIII. Une révolte d’esclaves.

XXXIV. Concile d’Ephèse de 431.

XXXV. Maximien succède à Sisinnios (431).

XXXVI. Remarques sur les translations d’évêques.

XXXVII. Silvanos de Troas.

XXXVIII. Conversions des Juifs de Crète.

XXXIX. Miracle obtenu par Paul, évêque novatien de Constantinople.

XL. Proclos succède à Maximien (434).

XLI. Carrière de Proclos.

XLII. Douceur de Théodose.

XLIII. Attaque vaine des barbares.

XLIV. Mariage d’une fille de Théodose II (437).

XLV. Retour de la dépouille de Jean Chrysostome (438).

XLVI. Funérailles de Paul, évêque novatien de Constantinople ; son successeur Marcianos (438).

XLVII. Eudocie à Jérusalem (438).

XLVIII. Action admirable de Proclos (439). Conclusion.

Version vidéo

Articles liés

Il est possible de me contacter pour réagir à l’article.

Si vous appréciez le travail, il est possible de soutenir financièrement Didascale.

A propos David Vincent 295 Articles
Né en 1993, David Vincent est chrétien évangélique et doctorant en sciences religieuses à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (#GSRL). Ses recherches portent sur l’histoire de la théologie chrétienne et de l’exégèse biblique, les rapports entre théologie et savoirs profanes, et l’historiographie confessionnelle. Il est membre de l’association Science&Foi et partage ses travaux sur son blog et sa chaîne Youtube.