L’Histoire ecclésiastique de Théodoret de Cyr

Je continue ma série sur les histoires ecclésiastiques avec celle de Théodoret de Cyr.

L’auteur

Théodoret est né à Antioche, probablement en 393. Il parle syriaque et grec. Sa mère, mariée à l’âge de 13 ans, a été miraculeusement guérie par un moine, Pierre le Galate, à l’âge de 22 ans. De fait, celle-ci a ensuite un grand attachement pour la vie monastique.

Théodoret nait finalement après 13 ans de mariage, après avoir été voué à Dieu avant même sa conception. A la mort de ses parents, alors qu’il n’a que 23 ans, il décide de vendre tous ses biens, de distribuer l’argent aux pauvres et de se faire moine.

Il reçoit sa formation théologique des deux grands maîtres de la tradition antiochienne de l’époque : Polychronios d’Apamée et son frère Théodore de Mopsueste.

Théodoret a comme particularité de ne pas avoir été seulement un historien, mais aussi un acteur important de l’histoire de l’Eglise, puisqu’il a été impliqué dans les débats christologiques de son temps. Evêque de Cyr, un immense diocèse d’Orient, il est aussi un proche de Nestorius et prendra sa défense lorsque celui-ci sera attaqué. Il est notamment le principal théologien du camp de Jean d’Antioche et à ce titre joue un rôle important dans la rédaction des ouvrages de polémique doctrinale contre les Alexandrins.

A cause de cela, il a été tantôt condamné, tantôt réhabilité, de son vivant et après sa mort. Après avoir été condamnée une première fois au concile d’Ephèse de 449, il est réhabilité par le concile de Chalcédoine (451). Son oeuvre, mais non sa personne, a ensuite été condamnée au concile de Constantinople II (553) lors de la querelle des « Trois Chapitres », que je présenterai dans un prochain article, avant de connaître une réhabilitation définitive au concile de Constantinople III (680).

Lui-même avait pu terminer paisiblement sa carrière après le concile de Chalcédoine et est mort sous le règne de l’empereur Léon, a une date inconnue, entre 457 et 466. Il est par ailleurs l’auteur d’ouvrages exégétiques et théologiques, que je présenterai dans d’autres articles.

L’Histoire ecclésiastique

L’Histoire ecclésiastique est composée de cinq livres. Comme Socrate, ses livres suivent les règnes des différents empereurs. Le livre I couvre le règne de Constantin, le livre II, ceux de ses fils, le livre III celui de Julien, le livre IV ceux de Jovien, Valentinien et Valens. Enfin, le livre V couvre ceux de Gratien, Théodose Ier, Honorius et Théodose II.

Cette Histoire est écrite du point de vue antiochien. De manière significative son récit s’arrête en 428 à la mort de Théodore de Mopsueste, qui fut le grand exégète et théologien de l’Orient, condamné ensuite à titre posthume comme « précurseur de Nestorius ». L’Histoire elle-même a été écrite dans les années 440, avant 448.

Extrait

Pour terminer, je vous propose un extrait de cette Histoire, le chapitre 1 du livre I, dans lequel Théodoret définit le but de son ouvrage.

« Les peintres qui fixent sur les tableaux et les murs les histoires d’autrefois procurent un plaisir aux spectateurs et conservent toujours en fleurs le souvenir du passé. Les historiens, eux, en utilisant les livres au lieu de tableaux et le style fleuri en guise de couleurs, rendent plus durable et plus stable la mémoire des événements, car le temps dégrade l’art des peintres. Aussi essaierai-je à mon tout de rédiger la suite de l’histoire ecclésiastique, estimant, en effet, qu’il n’est pas permis de laisser l’oubli dépouiller de gloire les gestes illustres et les récits édifiants.

Pour cette raison, des amis aussi m’ont maintes fois encouragé à tâche. Mais, de mon côté, mesurant ce labeur à mes propres forces, je redoute l’entreprise ; comptant néanmoins sur les largesses du dispensateur de tout bien, je vais entreprendre un travail qui me dépasse. Donc, puisque Eusèbe de Palestine a consigné par écrit les événements qui sont advenus dans les Eglises depuis l’histoire des saints apôtres jusqu’au règne de Constantin cher à Dieu, je prendrai pour point de départ du présent ouvrage la fin de cette Histoire» (1)

Note

(1) Théodoret de Cyr, Histoire Ecclésiastique, I, 1.

Bibliographie

Théodoret de Cyr, Histoire ecclésiastique, (trad. P. Canivet), Paris, Cerf, 2006.

Résumé détaillé

Livre I.

I. But de l’Histoire.

II. Origine de l’hérésie des ariens.

III. Liste des évêques des sièges principaux.

IV. Lettre d’Alexandre, évêque d’Alexandrie, à Alexandre, évêque de Constantinople.

V. Lettre d’Arius à Eusèbe, évêque de Nicomédie.

VI. Lettre d’Eusèbe, évêque de Nicomédie, à Paulin, évêque de Tyr.

VII. Evènements relatifs au grand concile de Nicée.

VIII. Réfutation des arianisants d’après les écrits du grand Eustathe et d’Athanase.

IX. Evènements relatifs à Mélitios d’Egypte à partir de qui les mélitiens schismatiques ont subsisté jusqu’à nos jours, et lettre synodale à son sujet.

X. Lettre de l’empereur Constantin aux évêques restés chez eux, à propos de ce qui a été décidé au concile.

XI. Allocations en vivres pour les personnes attachées aux Eglises, et autres mérites de l’empereur.

XII. Lettre d’Eusèbe, évêque de Césarée, sur la foi exposée à Nicée.

XIII. Réfutation des ariens qui persistent dans le blasphème, d’après les écrits d’Eusèbe, évêque de Césarée.

XIV. Mort d’Arius, d’après la lettre d’Athanase.

XV. Lettre de l’empereur Constantin sur la construction d’églises.

XVI. Autre lettre du même sur la confection de livres des saintes Ecritures.

XVII. Autre lettre du même à Macaire, évêque de Jérusalem, sur la construction du saint temple divin.

XVIII. Hélène, mère de l’empereur Constantin : son zèle vénérable pour la découverte de la croix et le soin qu’elle a pris pour la construction du temple divin.

XIX. Translation illégale d’Eusèbe, de Nicomédie à Constantinople.

XX. Lettre de l’empereur Constantin contre Eusèbe et Théognis, écrite aux habitants de Nicomédie.

XXI. Machination d’Eusèbe et de ses partisans contre Eustathe, le saint évêque d’Antioche. XXII. Evêques hérétiques installés à Antioche après l’exil du saint Eustathe.

XXIII. De la foi des Indiens.

XXIV. Conversion des Ibères à la vraie religion.

XXV. Lettre de l’empereur Constantin à Sapor, roi des Perses.

XXVI. Complot fomenté contre le saint Athanase.

XXVII. Lettre de l’empereur Constantin aux Alexandrins.

XXVIII. Autre complot contre Athanase.

XXIX. Lettre de l’empereur Constantin au synode.

XXX. Synode réuni à Tyr et complot machiné contre le bienheureux Athanase à cause de la fameuse main d’Arsénios.

XXXI. Fêtes d’inauguration à Jérusalem et exil du grand Athanase.

XXXII. Testament du bienheureux Constantin empereur.

XXXIII. Apologie pour l’empereur.

XXXIV. Mort de l’empereur.

Livre II.

I. Retour du saint Athanase.

II. Lettre de l’empereur Constantin, fils de Constantin, aux Alexandrins.

III. Comment l’empereur Constance fut détourné de l’orthodoxie.

IV. Deuxième exil du bienheureux Athanase et installation de Grégoire ainsi que sa mort.

V. Paul qui fut évêque de Constantinople.

VI. Makédonios et l’hérésie qu’il a fondée.

VII. Synode tenu à Sardique.

VIII. Lettre synodale des évêques réunis à Sardique adressée aux évêques du monde entier.

IX. Evénements concernant les évêques Euphratas et Vincent, et complot monté contre eux à Antioche.

X. Déposition d’Etienne.

XI. Lettre de Constance à Athanase.

XII. Deuxième retour du saint Athanase.

XIII. Son troisième exil et sa fuite.

XIV. Sur Georges et le mal qu’il a osé faire à Alexandrie.

XV. Concile tenu à Milan.

XVI. Dialogue de Libère, évêque de Rome, et de l’empereur Constance.

XVII. Exil et retour du saint Libère.

XVIII. Concile tenu à Rimini.

XIX. Lettre synodale des évêques réunis à Rimini adressée à l’empereur Constance.

XX. Autre lettre à Constance.

XXI. Synode tenu à Nikè, en Thrace, et exposé de la foi rédigé par les évêques.

XXII. Tome synodal de Damase, évêque de Rome, et des évêques d’Occident adressé aux évêques d’Illyricum au sujet du concile de Rimini.

XXIII. D’Athanase, évêque d’Alexandrie, sur le même concile.

XXIV. La malversation de Léonce, évêque d’Antioche, et la liberté de parole de Flavien et de Diodore.

XXV. Innovations d’Eudoxe de Germanicie et zèle déployé contre lui par Basile d’Ancyre et Eustathe de Sébastée. XXVI. Synode tenu à nouveau à Nicée.

XXVII. Synode tenu à Séleucie d’Isaurie.

XXVIII. Ce qui est arrivé à Constantinople aux évêques orthodoxes.

XXIX. Lettre synodale contre Aèce.

XXX. Sous quel prétexte les eunomiens se sont séparés des ariens.

XXXI. Siège de la ville de Nisibe et vie apostolique de l’évêque Jacques.

XXXII. Synode tenu à Antioche et ce qui arriva à cette occasion au saint Mélèce.

XXXIII. Eusèbe, évêque de Samosate.

Livre III

I. Le règne de Julien.

II. Elevé dès son enfance dans la piété, il a sombré dans l’impiété.

III. Comment il cacha son impiété puis la révéla plus tard.

IV. Retour des évêques.

V. Consécration de Paulin.

VI. Non par humanité, mais par jalousie, il ne faisait pas périr ouvertement les fidèles.

VII. Nombreux excès de toutes sortes commis par les hellènes contre les chrétiens avec son autorisation.

VIII. Sa législation contre les chrétiens.

IX. Quatrième exil du saint Athanase et sa fuite.

X. Evènements concernant l’Apollonion de Daphné et le saint Babylas.

XI. Théodore le confesseur.

XII. Confiscations des biens sacrés et suppression des allocations de vivres.

XIII. Evènements relatifs à Julien son oncle.

XIV. Le fils du prêtre.

XV. Juventin et Maximin martyrs.

XVI. Valentinien qui plus tard régna.

XVII. Autres confesseurs.

XVIII. Le dux Artémios.

XIX. Le diacre Publia et sa liberté de parole au nom de Dieu.

XX. Evènements relatifs aux Juifs : tentative de reconstruction du Temple et châtiment qui leur fut envoyé du ciel.

XXI. Expédition contre les Perses.

XXII. Liberté de parole du curiale de Bérée.

XXIII. Prédiction du pédagogue.

XXIV. Prophétie du saint moine Julien.

XXV. Mort violente de l’empereur Julien survenue en Perse.

XXVI. Faits de magie dévoilés à Carrhes après sa mort.

XXVII. Crânes trouvés dans le palais d’Antioche.

XXVIII. Festivités populaires à Antioche.

Livre IV

I. Le règne de Jovien et sa piété.

II. Retour du saint Athanase.

III. Lettre synodale à l’empereur Jovien sur la foi.

IV. Rétablissement des allocations aux Eglises.

V. Mort de Jovien.

VI. Règne de Valentinien et comment il s’associa son frère Valens.

VII. Consécration de l’évêque Ambroise.

VIII. Lettre de l’empereur Valentinien et de Valens sur l’homoousios adressée au diocèse d’Asie.

IX. Synodale du synode réuni en Illyricum sur la foi.

X. Hérésie des audiens.

XI. Hérésie des messaliens.

XII. De quelle manière Valens inclina vers l’hérésie.

XIII. Comment il exila ceux des évêques qui brillaient par leur vertu.

XIV. L’évêque Eusèbe de Samosate, le prêtre Antiochos et le diacre Euolkios.

XV. Zèle des gens de Samosate.

XVI. Le saint Barsès, évêque d’Edesse, et les clercs exilés avec lui.

XVII. Persécution à Edesse.

XVIII. Euloge et Protogène, prêtres d’Edesse.

XIX. Le saint Basile évêque de Césarée et ce qui fut entrepris contre lui par l’empereur Valens et le préfet Modestus.

XX. Mort du saint Athanase et consécration de Pierre.

XXI. L’arien Lucius.

XXII. Récit du bienheureux Pierre évêque d’Alexandrie sur les évènements d’Alexandrie. XXIII. Consécration du moine Moïse.

XXIV. Excès commis à Constantinople.

XXV. Comment Flavien et Diodore animaient l’Eglise des orthodoxes à Antioche.

XXVI. Evènements relatifs au saint moine Aphraate.

XXVII. Evènements relatifs au saint moine Julien.

XXVIII. Evènements relatifs au saint moine Antoine.

XXIX. Quels autres moines furent remarquables en ce temps-là.

XXX Didyme d’Alexandrie et Ephrem le Syrien.

XXXI. Quels évêques furent remarquables dans le Pont et en Asie en ce temps-là.

XXXII. Ce qu’écrivit Valens au grand Valentinien sur la guerre et ce qu’inspiré par la foi celui-ci répondit.

XXXIII. Piété du comte Térentius.

XXXIV. Liberté de parole du général Trajan.

XXXV. Isaac moine de Constantinople.

XXXVI. Liberté de parole de Vétranion, évêque de Scythie.

XXXVII. Expédition de Valens contre les Goths et châtiment de son impiété.

XXXVIII. Origine de l’erreur arienne chez les Goths.

Livre V

I. Piété de l’empereur Gratien.

II. Retour des évêques.

III. Amour de la discorde chez Paulin, innovation chez Apollinaire de Laodicée, et amour de Dieu et de la sagesse chez Mélèce.

IV. Eusèbe évêque de Samosate.

V. Le commandement de Théodose.

VI. Son règne et ce qu’il a vu en songe.

VII. Quelles furent les personnalités les plus en vue à la tête de l’impiété d’Arius.

VIII. Synode réuni à Constantinople.

IX. Synodale du synode réuni à Constantinople écrite aux évêques d’Occident.

X. Synodale de Damase évêque de Rome écrite contre Apollinaire et Timothée.

XI. Autre synodale du même contre différentes hérésies.

XII. Mort de Gratien et usurpation de Maxime.

XIII. Justine femme de Valentinien et complot contre Ambroise.

XIV. Remontrance faite par l’usurpateur Maxime à Valentinien le Jeune.

XV. Ce qu’écrivit l’empereur Théodose à ce sujet.

XVI. Amphiloque l’évêque d’Iconium.

XVII. Massacres qui eurent lieu à Thessalonique.

XVIII. Liberté de parole de l’évêque Ambroise et piété de l’empereur.

XIX. L’impératrice Flacille.

XX. Emeute survenue à Antioche.

XXI. Destruction générale des temples des idoles.

XXII. Marcel l’évêque d’Apamée et les temples des idoles qu’il fit détruire.

XXIII. Théophile l’évêque d’Alexandrie et les évènements qui dans cette ville ont accompagné la destruction des idoles.

XXIV. Flavien l’évêque d’Antioche et la discorde survenue avec les Occidentaux à cause de Paulin.

XXV. Usurpation d’Eugène et victoire remportée par l’empereur Théodose grâce à sa foi. XXVI. Mort de l’empereur Théodose.

XXVII. L’empereur Honorius et le moine Têlemakhios.

XXVIII. Piété de l’empereur Arcadius et la consécration de l’évêque Jean.

XXIX. Liberté de parole de cet évêque au nom de Dieu.

XXX. Temple des idoles qu’il fit détruire en Phénicie.

XXXI. L’Eglise des Goths.

XXXII. Sollicitude de Jean à l’égard des Scythes et son ardeur contre les marcionites. XXXIII. Requête de Gaïnas et réponse de l’évêque Jean.

XXXIV. L’ambassade.

XXXV. Manœuvres contre lui.

XXXVI. Evènements survenus à cause de lui.

XXXVII. Alexandre l’évêque d’Antioche.

XXXVIII. Repentir éprouvé plus tard par ceux qui s’en étaient pris à l’évêque Jean et translation de ses restes.

XXXIX. La foi de l’empereur Théodose et de ses sœurs.

XL. Théodote l’évêque d’Antioche.

XLI. Persécution et martyrs en Perse.

XLII. Théodore l’évêque de Mopsueste.

Version vidéo

Articles liés

Il est possible de me contacter pour réagir à l’article.

Si vous appréciez le travail, il est possible de soutenir financièrement Didascale.

A propos David Vincent 285 Articles
Né en 1993, David Vincent est chrétien évangélique et doctorant en sciences religieuses à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (#GSRL). Ses recherches portent sur l’histoire de la théologie chrétienne et de l’exégèse biblique, les rapports entre théologie et savoirs profanes, et l’historiographie confessionnelle. Il est membre de l’association Science&Foi et partage ses travaux sur son blog et sa chaîne Youtube.