L’importance de la Septante : un exemple de son utilisation dans le Nouveau Testament

Après avoir présenté la Septante, je souhaite maintenant vous montrer son importance pour l’étude du nouveau Testament en comparant un passage de l’Ancien Testament cité dans le Nouveau Testament. Je mettrai côté à côté, le texte rabbinique, le texte de la Septante et la citation du Nouveau Testament.

Amos 9 et la conversion des nations

 La prophétie qui nous intéresse est Amos 9 versets 11 et 12. Lisons tout d’abord la version rabbinique qui se trouve dans  toutes les Bibles des confessions occidentales (catholiques et protestantes) , et comparons avec le texte de la Septante :

Texte rabbinique

Septante

En ce temps-là, je relèverai de sa chute la maison de David, J’en réparerai les brèches, j’en redresserai les ruines, Et je la rebâtirai comme elle était autrefois, afin qu’ils possèdent le reste d’Edom et toutes les nations sur lesquelles mon nom a été invoqué, dit l’Eternel, qui accomplira ces choses.

Et ce jour-là Je relèverai le tabernacle de David, qui était tombé ; J’en réparerai les brèches, J’en réédifierai les ruines, et Je le restaurerai comme il était dans les anciens jours, afin que le reste des hommes et tous les gentils, par qui Mon Nom a été invoqué, Me cherchent, dit le Seigneur, qui fera toutes ces choses

Nous voyons que ces versets ont un sens très différent. Tandis que la version rabbinique, qu’on appellera par la suite texte massorétique,  parle de la conquête militaire d’Edom et de l’ensemble du pays de Canaan, la Septante prédit la conversion des « gentils », c’est-à-dire des personnes extérieures au peuple hébreu.

Amos 9 et le discours de Jacques

Regardons maintenant comment ce texte est cité dans le Nouveau Testament. Nous le trouvons en Actes 15, dans le discours de Jacques :

« Jacques prit la parole, et dit: Hommes frères, écoutez-moi! Simon a raconté comment Dieu a d’abord jeté les regards sur les nations pour choisir du milieu d’elles un peuple qui portât son nom. Et avec cela s’accordent les paroles des prophètes, selon qu’il est écrit: Après cela, je reviendrai, et je relèverai de sa chute la tente de David, J’en réparerai les ruines, et je la redresserai, afin que le reste des hommes cherche le Seigneur, ainsi que toutes les nations sur lesquelles mon nom est invoquédit le Seigneur, qui fait ces choses » Actes 15

 

Comparons donc les trois versions :

 

Texte rabbinique Nouveau Testament

Septante

afin qu’ils possèdent le reste d’Edom et toutes les nations sur lesquelles mon nom a été invoqué

afin que le reste des hommes cherche le Seigneur, ainsi que toutes les nations sur lesquelles mon nom est invoqué

afin que le reste des hommes et tous les gentils, par qui Mon Nom a été invoqué, Me cherchent

 

Nous voyons que Jacques suit bien la lecture de la Septante et non celle du texte rabbinique. Plus encore, regardons le contexte dans lequel il cite la prophétie :

 Jacques prit la parole, et dit: Hommes frères, écoutez-moi! Simon a raconté comment Dieu a d’abord jeté les regards sur les nations pour choisir du milieu d’elles un peuple qui portât son nom. Et avec cela s’accordent les paroles des prophètes, selon qu’il est écrit [citation de la prophétie]

 Jacques se sert de cette prophétie pour justifier la conversion des païens. Or une telle application n’est valable qu’avec le texte de la Septante. Essayez donc de remplacer la citation des Septante par la version rabbinique de ce verset et vous verrez que le discours de Jacques n’a plus aucun sens.

Conclusion

Cet exemple, nous montre donc bien l’importance de tenir compte de la pluralité textuelle du texte biblique. Dans le prochain article, je présenterai quelques éléments historiques qui montrent que les auteurs du Nouveau Testament utilisaient bien la Septante.

Articles liés

Sommaire de la série :

La Septante

Article précédent :

Flavius Josèphe

Article suivant :

La Septante dans le Nouveau Testament : quelques éléments historiques

Autres articles

L’utilité du Targoum pour l’étude du Nouveau Testament

Les sources du Nouveau Testament

Partage et échanges

Si vous avez une remarque ou une question, n’hésitez pas à laisser un commentaire sous cet article ou à m’envoyer un message privé.

Si vous avez apprécié l’article, je vous invite à le partager autour de vous, via notamment les réseaux sociaux.

A propos David Vincent 242 Articles
Né en 1993, David Vincent est chrétien évangélique et doctorant en sciences religieuses à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (#GSRL). Ses recherches portent sur l’histoire de la théologie chrétienne et de l’exégèse biblique, les rapports entre théologie et savoirs profanes, et l’historiographie confessionnelle. Il est membre de l’association Science&Foi et partage ses travaux sur son blog et sa chaîne Youtube.
  • maribe

    c’est énorme les différences
    je me demandais si ce n’était pas là l’explication de la rumeur qui dit que la bible aurait été falsifiée ? mal traduite ?

    • Bonsoir Marie Bé,

      Oui il y a eu quelques controverses à ce sujet entre les juifs et les chrétiens. Notamment je sais que les rabbins accusent l’apôtre Paul de s’appuyer sur des textes mal traduits, puisque Paul utilise la Septante. Toutefois, la question est un peu plus complexe que cela. Je préparerai aussi une série sur le sujet.

  • jonathansinc

    Drôle de coïncidence, je suis tombé sur ce cas il y a quelques jours en travaillant sur un tout autre sujet.

    Chose intéressante ici :

    Le passage d’Amos connecte explicitement la restauration physique d’Israël à l’inclusion des non-juifs. En citant ce passage, Jacques ne voit absolument aucun problème à assimiler le thème de la restauration aux événements de la période contemporaine des apôtres, il voit dans l’avènement de la Nouvelle alliance l’accomplissement de la prophétie de restauration.

    Selon la séquence chronologique de la prophétie d’Amos, la restauration précède l’inclusion des non-juifs, les deux événements sont placés sur le même plan temporel : la restauration n’est pas reportée à un hypothétique futur lointain mais elle se déroule « maintenant ». En d’autres termes, les promesses à portée matérielle à propos de l’Israël politique sont indirectement spiritualisées.

    Ce qui va totalement à l’encontre du dispensationalisme.

    • Bonsoir Jonathan et bienvenue sur ce blog,

      Effectivement de mon côté je ne suis pas dispensationaliste.
      Si la question de la fin des temps t’intéresse, je commencerai à publier une série d’articles sur ce thème vers le milieu ou la fin du mois de septembre.
      Par contre, je te préviens tout de suite. Je défends une opinion assez minoritaire dans le monde évangélique et très éloignée des grandes positions connues, cela peut donc faire un choc dans un premier temps 😀 Mais je ne fais que proposer des idées, à chacun d’examiner et de retenir ce qui lui semble bon.

  • Pingback: LA SEPTANTE DANS LE NOUVEAU TESTAMENT (Didascale – David Vincent) | Lève-toi ! / Etz Be-Tzion()

  • Pingback: La Bible, une révélation progressive - Didascale()

  • Toky

    Merci ! Ça peut effectivement aider pour la compréhension de certains passage. Sans les voyelles, on peut facilement confondre Adam et Edom…

  • Pingback: INERRANCE BIBLIQUE ET PERFECTION DE LA BIBLE (par: David Vincent) | lafoisansreligion()

  • Pingback: La Septante dans le Nouveau Testament - Didascale()

  • Pingback: Sommaire : La Septante - Didascale()

  • Pingback: Inerrance biblique et perfection de la Bible - Didascale()

  • Pingback: Trois bonnes raisons pour un protestant de lire les Pères de l'Eglise - Didascale()