L’origine de la croix renversée : Quo vadis Domine ?

Dans un article précédent, j’avais expliqué pourquoi les catholiques chantaient des hymnes à Lucifer. Dans cet article, j’aimerais répondre à une autre question : pourquoi les papes prennent-ils des croix renversées (ou inversées) comme symbole ?

En effet, plusieurs sites de diverses obédiences, dont un certain nombre d’évangéliques, relayent cette information en affirmant que ce serait un « signe satanique ». Mais est-ce vraiment le cas ?

Il est vrai que les satanistes peuvent utiliser la croix renversée comme symbole. On  a un exemple de cela sur cette photo :

Capture d’écran 2016-03-04 à 14.20.03

Toutefois, dans le cas des papes, le sens est tout autre. En réalité, ce symbole est une référence à un texte chrétien de l’Antiquité tardive, intitulé la Passion de Pierre. Ce récit (apocryphe) nous raconte le martyr de l’apôtre.

« Pierre dit alors aux chefs des bourreaux : « Qu’avez-vous à lambiner ? Appariteurs, pourquoi tolérez-vous ces retards ? Exécutez ce qui vous a été commandé. Dépouillez moi de la tunique mortelle, pour que j’adhère par l’esprit au Seigneur. » Il leur fit cette demande, puis il adressa aux aides des bourreaux cette requête : « Je vous en supplie, bons serviteurs de mon salut, crucifiez-moi la tête en bas et les pieds en haut. Car il ne convient pas que le dernier des serviteurs soit crucifié de la manière dont le Maître de l’Univers a accepté de souffrir pour le salut du monde entier, lui que ma passion veut glorifier (…) Ainsi fut fait. » (1)

Pierre a donc choisi de se faire crucifier à l’envers, la tête en bas. La croix inversée est une référence à cet épisode car le pape se considère comme le successeur de Pierre.
Il faut noter que c’est aussi de ce récit qu’est extrait la célèbre expression : Quo vadis Domine ? Alors que Pierre s’apprêtait à quitter la ville de Rome, il rencontre le Seigneur :

« Mais au moment où Pierre allait franchir la porte de la ville, il vit le Christ venir à sa rencontre et, se prosternant, il dit « Seigneur, où vas-tu ? » (en latin : Quo vadis Domine ?) Le Christ lui répondit : « Je vais à Rome pour être de nouveau crucifié. » Pierre lui dit : « Seigneur seras tu de nouveau crucifié ? » Et le Seigneur lui dit : « Oui, je serai de nouveau crucifié. » Pierre alors lui dit : « Seigneur, je retournerai et te suivrai. » Et, sur ces paroles, le Seigneur monta au ciel. Et Pierre le suivit longuement, les yeux baignés de très douces larmes. Puis, rentrant en lui-même, il comprit qu’il avait été question de son martyre et qu’en lui le Seigneur souffrirait, lui qui souffre dans les élus par la compassion de la miséricorde et le partage de la glorification. » (2)

Conclusion

La croix renversée utilisée par certains papes n’est donc pas un signe satanique mais une référence au martyre de Pierre qui, d’après la Tradition (probablement légendaire) a été crucifié la tête à l’envers.

Note

(1) Passion de Pierre, 12, 1-3.

(2) Passion de Pierre, 6, 3-4.

Articles liés

Quelle(s) différence(s) entre catholiques et protestants ? 

Qui sont Jannès et Jambrès ? 

L’avis des religions monothéistes sur la masturbation

La Bulle Unam Sanctam (1302) de Boniface VIII

A propos David Vincent 295 Articles
Né en 1993, David Vincent est chrétien évangélique et doctorant en sciences religieuses à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (#GSRL). Ses recherches portent sur l’histoire de la théologie chrétienne et de l’exégèse biblique, les rapports entre théologie et savoirs profanes, et l’historiographie confessionnelle. Il est membre de l’association Science&Foi et partage ses travaux sur son blog et sa chaîne Youtube.