Publication de mon premier livre : Sauvés par sa vie

Pour ce premier article de l’année 2017, je vous souhaite tout d’abord une bonne année ! Comme vous avez pu le constater, j’ai été, ces dernières semaines, un peu moins présent sur le blog. Cela est dû au fait que je me consacrais à l’achèvement d’un projet qui me tient particulièrement à cœur et, en ce début d’année, je suis heureux de pouvoir vous annoncer la réalisation de celui-ci. Il s’agit de la publication de mon premier livre : Sauvés par sa vie.

Présentation du livre

Ce livre a un double but. Premièrement, réfléchir sur la définition que nous donnons au terme de « salut ». Deuxièmement, montrer en quoi cette réflexion est importante pour notre compréhension de Dieu, mais aussi pour la vie en société.

Ceux qui suivent mon blog régulièrement ont pu remarquer que cela fait déjà plusieurs mois que je réfléchis à la question du salut. Après un certain nombre d’évènements plus ou moins récents, sur lesquels je reviens en introduction, ainsi que de nombreuses discussions avec différentes personnes, il m’a semblé que le moment était venu de proposer une première synthèse générale de ma pensée sur ce sujet. D’où ce livre.

Celui-ci est composé de quatre chapitres. Dans le premier chapitre, je m’interroge sur la notion de péché. Qu’est-ce que le péché ? Nous verrons que la Bible propose quatre grandes images pour définir le péché : le péché comme éloignement de Dieu ou ignorance, le péché comme maître, le péché comme maladie et le péché comme infraction à la loi divine ou dette envers Dieu. Nous verrons que chaque image permet de mettre en valeur un aspect du péché, et par conséquent de la rédemption, et qu’il est nécessaire de prendre en compte ces quatre dimensions pour avoir une définition équilibrée du péché.

Le deuxième chapitre constitue une réflexion sur la notion de sacrifice. Après avoir évoqué les sacrifices en général, j’étudierai plus particulièrement le système sacrificiel de l’ancienne alliance. Je proposerai notamment une nouvelle façon de comprendre la notion « d’expiation ». Nous verrons ensuite que la mort de Jésus est présentée comme le sacrifice accomplissant tous ces sacrifices. Enfin, je terminerai en m’interrogeant sur la nécessité de ces sacrifices.

Le troisième chapitre se concentrera sur l’œuvre du salut accomplie par Jésus. Je proposerai alors le modèle de la recréation (« nouvelle création ») comme grille de lecture centrale de cette oeuvre. Après avoir replacé la venue de Jésus au sein de l’histoire du salut, nous verrons que sa mort constitue un élément important qu’il ne faut pas sous-estimer, puisqu’elle représente la destruction de l’ancienne création. Toutefois, je montrerai aussi que cette mort ne doit pas être séparée du reste de sa vie, puisque le but de cette destruction est de permettre la naissance d’une nouvelle création manifestée par la résurrection de Jésus et qu’en définitif c’est bien cette résurrection qui nous procure le salut.

Enfin, le quatrième et dernier chapitre, abordera la question de la justice divine. De quelle nature est cette justice ? Après avoir présenté les grandes approches possibles de la peine, je proposerai la notion de « justice régénératrice » pour définir la justice divine et je montrerai toute l’importance que cette question a pour nous aujourd’hui.

En savoir plus et le commander

Le livre est disponible sur Amazon en version papier et en Ebook version Kindle. Il est aussi disponible sur Lulu en Ebook version Epub. Par ailleurs, si vous souhaitez en savoir plus, le sommaire et l’introduction complète sont disponibles gratuitement sur ma page Academia.

Version vidéo

 

 

A propos David Vincent 221 Articles
Né en 1993, David Vincent est chrétien évangélique et doctorant en sciences religieuses à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (#GSRL). Ses recherches portent sur l’histoire de la théologie chrétienne et de l’exégèse biblique, les rapports entre théologie et savoirs profanes, et l’historiographie confessionnelle. Il est membre de l’association Science&Foi et partage ses travaux sur son blog et sa chaîne Youtube.
  • Fernando

    Félicitation pour ton travail. Pour moi, j’en veux un dédicacé. Au plaisir.

    • Merci Fernando, avec plaisir !
      Si tu passes sur Paris avant février on pourra se voir. Sinon, ce sera à mon retour 🙂

      • Fernando

        Salut David.

        Ma petite soeur va bientôt te contacter concernant l’évangile de Jean, elle te prendra un exemplaire de ton livre pour moi.

        Je n’ai pas encore choisi les dates de mon prochain voyage, pour paris et la région. Mais je n’oublierais pas de passer te voir pour un bon repas, ce sera une joie pour moi.

        P.-S. Je viendrais une heure en avance cette fois-ci (sourire).

        Au plaisir. Fernando

        • Oui, elle m’a contacté, il faut que je lui réponde.
          Je serai à Jérusalem de février à mai.
          Soit on se voit en janvier, soit on se voit à mon retour.
          Dans tous les cas, cela me fera plaisir de partager un nouveau repas avec toi !
          A bientot !

        • Fernando

          Bon voyage et bon séjour mon ami. Sois prudent surtout, je n’ai pas envie de prendre un repas seul; c’est moins savoureux. On se reverra à ton retour. Au plaisir.

  • Renaud Fabre

    Est-il possible de commander la version papier autrement que sur Amazon ? J’essaye d’éviter ce site pour des raisons éthiques.

    • Bonjour Renaud,
      Merci pour ton message.
      Es-tu ou peux-tu passer en région parisienne ?
      Si oui je peux directement t’en vendre un de la main à la main.
      Sinon pour l’instant, il n’y a qu’Amazon, mais normalement à l’avenir il est probable que le livre soit aussi disponible en librairie.

  • Renaud Fabre

    David Vincent auriez-vous posté un commentaire ? La page d’accueil le signale mais je n’arrive pas à le voir.

  • Pingback: Lancement de la société "Didascale" - Didascale()

  • Pingback: Trois types de christianisme : confessionnel, libéral et confessant - Didascale()

  • Renaud Fabre

    J’ai terminé de lire cet ouvrage il y a quelques temps et voici en quelques lignes ce que j’en ai pensé :

    – L’ouvrage est globalement intéressant, que cela soit par le sujet traité, les positions défendues ou les sources et les arguments avancés.
    – Je trouve rafraichissant qu’une personne issue du monde évangélique précise que certaines doctrines et surtout leur caractère juridique et systématique ne peuvent guère être fondés sur les textes bibliques et leur interprétation historique.
    – En tant qu’ancien étudiant en histoire religieuse et actuel enseignant, j’ai beaucoup apprécié que les auteurs utilisés proviennent d’époques et d’environnements différents.

    – Quelques critiques, sur la forme : des citations parfois trop longues et du coup moins de place pour le développement, un style un peu proche de celui des mémoires universitaires (notamment les redites).

    En tous les cas, je vous encourage à continuer votre travail.

    • Bonjour Renaud,
      Merci pour votre commentaire et vos différentes remarques.

      Je viens de voir vos précédents commentaires. Effectivement, c’est étrange. Je suis presque certain de vous avoir répondu sur la question d’Amazon et pourtant mon commentaire n’est pas visible.

      Ce n’est pas la première fois que cela arrive, mais je n’ai pour l’instant pas réussi à identifier la source du problème.

    • Sylvain Frei

      Bonjour !
      Je t’ai découvert hier soir et j’en suis heureux !
      Enfin !

      Tu dis :Toutefois, je montrerai aussi que cette mort ne doit pas être séparée du reste de sa vie, puisque le but de cette destruction est de permettre la naissance d’une nouvelle création manifestée par la résurrection de Jésus et qu’en définitif c’est bien cette résurrection qui nous procure le salut.

      Je pense que le sacrifice du Christ n’a pas commencé à la croix, mais lors de l’abandon de son trône pour venir sur Terre en tant que simple homme

      Je pense aussi que sa vie sans péchés, un second Adam parfait, est la base de la validité de sa vie, et donc de son sacrifice !

      Tu dis : « c’est bien cette résurrection qui nous procure le salut. »… C’est parce qu’il a vécu sans pécher (un agneau sans défaut et sans taches) que son sacrifice a été approuvé… Et que Dieu l’a ressuscité !

      Non ?