Qu’est-ce que le « parler en langues » ?

Dans cet article, j’aimerais évoquer brièvement le « parler en langues », une doctrine qui suscite beaucoup de débats au sein du monde évangélique. .

Il est tout d’abord important de rappeler qu’en théologie, on distingue deux types de parler en langues : la glossolalie et la xénoglossie.

La glossolalie correspond à ce que les pentecôtistes et certains charismatiques pratiquent habituellement. Il s’agit de prononcer une suite de syllabes inintelligibles, au sens étymologique du terme, c’est-à-dire non compréhensibles par l’entendement humain. Toutefois, ceux qui pratiquent ou croient à ce parler en langues, considèrent que ces suites de syllabes ont une signification dans une langue céleste que Dieu et les anges comprennent. Le but est donc avant tout, et même exclusivement, l’édification personnelle.

La xénoglossie en revanche correspond au don de pouvoir parler une langue inconnue mais néanmoins terrestre et compréhensible par d’autres personnes. Le but est ici la diffusion de l’Evangile.

Je vous propose d’examiner successivement ces deux aspects.

La glossolalie

Le parler en langue glossolalique est au cœur du débat entre évangéliques. D’un côté, les charismatiques/pentecôtistes y sont favorables, certains considérant même que c’est une pratique obligatoire pour un croyant réellement né de nouveau. D’autres évangéliques, que l’on appelle « cessationistes », considèrent au contraire que c’est, au mieux, une supercherie inutile, au pire une manifestation démoniaque.

Personnellement, comme je l’explique dans mon témoignage, j’ai connu les deux extrêmes. J’ai tout d’abord fréquenté pendant les huit premières années de ma vie une Mégachurch pentecôtiste, puis pendant douze ans, des assemblées de frères farouchement anti-charismatiques. Il me semble que quelques remarques peuvent être faites pour parvenir à une position plus équilibrée.

Il est vrai que le « parler en langues » existe dans de nombreuses religions. Il faut donc être très prudent. La première question est de savoir si bibliquement ce phénomène existe. Le texte clef est 1 Corinthiens 14 :

« Recherchez la charité. Aspirez aussi aux dons spirituels, mais surtout à celui de prophétie. En effet, celui qui parle en langue ne parle pas aux hommes, mais à Dieu, car personne ne le comprend, et c’est en esprit qu’il dit des mystères. Celui qui prophétise, au contraire, parle aux hommes, les édifie, les exhorte, les console. Celui qui parle en langue s’édifie lui-même; celui qui prophétise édifie l’Église. Je désire que vous parliez tous en langues, mais encore plus que vous prophétisiez. Celui qui prophétise est plus grand que celui qui parle en langues, à moins que ce dernier n’interprète, pour que l’Église en reçoive de l’édification. Et maintenant, frères, de quelle utilité vous serais-je, si je venais à vous parlant en langues, et si je ne vous parlais pas par révélation, ou par connaissance, ou par prophétie, ou par doctrine? Si les objets inanimés qui rendent un son, comme une flûte ou une harpe, ne rendent pas des sons distincts, comment reconnaîtra-t-on ce qui est joué sur la flûte ou sur la harpe? Et si la trompette rend un son confus, qui se préparera au combat? De même vous, si par la langue vous ne donnez pas une parole distincte, comment saura-t-on ce que vous dites? Car vous parlerez en l’air. Quelque nombreuses que puissent être dans le monde les diverses langues, il n’en est aucune qui ne soit une langue intelligible; si donc je ne connais pas le sens de la langue, je serai un barbare pour celui qui parle, et celui qui parle sera un barbare pour moi. De même vous, puisque vous aspirez aux dons spirituels, que ce soit pour l’édification de l’Église que vous cherchiez à en posséder abondamment. C’est pourquoi, que celui qui parle en langue prie pour avoir le don d’interpréter. Car si je prie en langue, mon esprit est en prière, mais mon intelligence demeure stérile. Que faire donc? Je prierai par l’esprit, mais je prierai aussi avec l’intelligence; je chanterai par l’esprit, mais je chanterai aussi avec l’intelligence. Autrement, si tu rends grâces par l’esprit, comment celui qui est dans les rangs de l’homme du peuple répondra-t-il Amen! à ton action de grâces, puisqu’il ne sait pas ce que tu dis? Tu rends, il est vrai, d’excellentes actions de grâces, mais l’autre n’est pas édifié. Je rends grâces à Dieu de ce que je parle en langue plus que vous tous; mais, dans l’Église, j’aime mieux dire cinq paroles avec mon intelligence, afin d’instruire aussi les autres, que dix mille paroles en langue. » 1 Corinthiens 14

Ce texte est très débattu et donne lieu à des interprétations divergentes. Ceux qui ne croient pas au parler en langues « glossolalique » affirment que Paul se réfère ici à des langues humaines, il s’agirait donc d’un phénomène de xénoglossie.

Cependant, de mon point de vue, il me semble plutôt que Paul fait bien référence à la glossolalie. Sans entrer dans une interprétation détaillée, je comprends le texte de la manière suivante :

  1. Paul reconnaît l’existence de la glossolalie
  2. Mais démontre que c’est inutile dans un culte public
  3. Il recommande donc son usage privé

Ainsi je n’irai pas jusqu’à affirmer que ces manifestations sont forcément fausses ou démoniaques. Néanmoins, je pense aussi que l’on peut relever au moins trois dérives dans la pratique pentecôtiste:

  1. La première est de considérer qu’il s’agirait d’une manifestation obligatoire attestant le « baptême du Saint-Esprit ». Sans entrer dans le débat sur le « baptême du Saint-Esprit » qui est déjà très problématique, rien n’atteste bibliquement que ce « parler en langues » soit une preuve d’une quelconque maturité spirituelle.
  2. Deuxièmement, Paul est très clair là-dessus, cette pratique doit être privée. Soit tout seul, soit au sein de petits groupes de chrétiens partageant déjà une ferme conviction. Les manifestations publiques du « parler en langues » risquent de porter un contre-témoignage défavorable à l’Evangile.
  3. Troisièmement, il me semble dangereux de pousser les gens à parler en langues. La pression de groupe peut entrainer les gens à parler en langues, mais le danger est que cela soit alors juste un pur « mimétisme »

Parler en langues 2

La xénoglossie

L’expérience de xénoglossie est associée à la fondation même de l’Eglise. Il y a un lien étroit entre ce miracle et la diffusion de l’Evangile.

« Le jour de la Pentecôte, ils étaient tous ensemble dans le même lieu. Tout à coup il vint du ciel un bruit comme celui d’un vent impétueux, et il remplit toute la maison où ils étaient assis. Des langues, semblables à des langues de feu, leur apparurent, séparées les unes des autres, et se posèrent sur chacun d’eux. Et ils furent tous remplis du Saint Esprit, et se mirent à parler en d’autres langues, selon que l’Esprit leur donnait de s’exprimer. Or, il y avait en séjour à Jérusalem des Juifs, hommes pieux, de toutes les nations qui sont sous le ciel. Au bruit qui eut lieu, la multitude accourut, et elle fut confondue parce que chacun les entendait parler dans sa propre langue. Ils étaient tous dans l’étonnement et la surprise, et ils se disaient les uns aux autres: Voici, ces gens qui parlent ne sont-ils pas tous Galiléens? Et comment les entendons-nous dans notre propre langue à chacun, dans notre langue maternelle? Parthes, Mèdes, Élamites, ceux qui habitent la Mésopotamie, la Judée, la Cappadoce, le Pont, l’Asie,la Phrygie, la Pamphylie, l’Égypte, le territoire de la Libye voisine de Cyrène, et ceux qui sont venus de Rome, Juifs et prosélytes, Crétois et Arabes, comment les entendons-nous parler dans nos langues des merveilles de Dieu? Ils étaient tous dans l’étonnement, et, ne sachant que penser, ils se disaient les uns aux autres: Que veut dire ceci. Mais d’autres se moquaient, et disaient: Ils sont pleins de vin doux » Actes 2 : 1-13

Dans le récit des Actes, le caractère miraculeux est très marqué. Mais je pense que ce don peut aussi se manifester de manière tout aussi efficace, mais avec un caractère surnaturel moins visible.

En étudiant l’histoire, j’ai toujours été frappé par les prouesses linguistiques de certains missionnaires. Le christianisme est certainement la religion qui a créé le plus d’alphabets (arménien, cyillique, etc.). Plusieurs langues étaient parlées avant le christianisme, mais n’ont été écrites qu’après. Le but des missionnaires était de permettre aux populations locales d’avoir accès aux Ecritures (la Bible) dans leur propre langue.

Un autre cas qui m’a particulièrement marqué est celui du Nouveau Monde. Les langues sont plus ou moins proches les unes des autres et il est bien sûr plus facile d’apprendre des langues proches des nôtres. Or les langues des civilisations amérindiennes (les Mayas, les Aztèques, etc.) sont certainement les langues les plus éloignées des langues européennes. Malgré cela, les missionnaires chrétiens ont réussi à apprendre très rapidement ces langues et ont pu ensuite en un temps record composer des grammaires et traduire des ouvrages religieux pour diffuser l’Evangile.

Il me semble que de telles prouesses peuvent aussi être rattachées au don des langues que nous venons d’évoquer.

Conclusion

En conclusion, je dirai que les deux types de « parler en langues » (glossolalie et xénoglossie) existent. Toutefois, le premier type de parler en langue doit être manié avec une extrême prudence et strictement encadré. Il faut mieux l’exercer dans la sphère privée et non dans le culte public, car la visée est avant tout individuelle.
Le second type de parler en langues a au contraire une dimension collective puisqu’il sert avant tout à diffuser l’Evangile.

Version vidéo

A propos David Vincent 222 Articles
Né en 1993, David Vincent est chrétien évangélique et doctorant en sciences religieuses à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (#GSRL). Ses recherches portent sur l’histoire de la théologie chrétienne et de l’exégèse biblique, les rapports entre théologie et savoirs profanes, et l’historiographie confessionnelle. Il est membre de l’association Science&Foi et partage ses travaux sur son blog et sa chaîne Youtube.
  • Bible2000

    Bonjour,
    ___Plusieurs pentecôtistes disent que le parler en langues généralisés aujourd’hui est un parler en langues des anges. Ceci est contraire aux écritures qui affirment clairement que personne ne peut exprimer les PAROLES des anges.

    2 Corinthiens 12.2: « Je connais un homme en Christ, qui fut, il y a quatorze ans, ravi jusqu’au troisième ciel… 4 fut enlevé dans le paradis, et qu’il entendit des paroles ineffables qu’il n’est pas permis à un homme d’exprimer.

    ___Quand Paul dit que même SI on PARLERAIT les langues des hommes et des anges et qu’on n’a pas l’amour on est rien, il ne dit pas qu’on peut parler la langue des anges, mais il dit que « même SI cela était possible et qu’on n’a pas l’amour, alors on parlerait pour rien ». Car, Paul dit la même chose pour la connaissance en disant que même si on aurait TOUTE la connaissance et qu’on n’a pas l’amour on est rien. Paul ne dit donc pas qu’il est possible d’avoir TOUTE la connaissance, car ailleurs il dit qu’on n’a pas toute la connaissance.

    1 Corinthiens 13.1-2: « 1 -Quand je parlerais les langues des hommes et des anges, si je n’ai pas l’amour, je suis un airain qui résonne, ou une cymbale qui retentit. 2 Et quand j’aurais le don de prophétie, la science de tous les mystères et toute la connaissance,… si je n’ai pas l’amour, je ne suis rien. »

    1 Corinthiens 8.2: « Si quelqu’un croit savoir quelque chose, il n’a pas encore connu comme il faut connaître. »

    1 Corinthiens 13.9: « …Car nous connaissons en partie,… »

    ___Donc, selon ce raisonnement, de même qu’on ne connait pas tout, de même on ne parle pas la langue des anges. Donc, le parler en langues selon la bible ce sont des paroles que Dieu donnes à l’homme DE S’EXPRIMER (Ac 2.4), tandis que concernant les paroles des anges ce n’est pas permis à l’homme de les EXPRIMER (1 Cor 12.2).

    Actes des Apôtres 2.4: « Et ils furent tous remplis du Saint Esprit, et se mirent à parler en d’autres langues, selon que l’Esprit leur donnait de s’exprimer. »

    2 Corinthiens 12.2: « …il entendit des paroles ineffables qu’il n’est pas permis à un homme d’exprimer. »

    ___Ce parler en langues ce sont des langues humaines. Plus tard, chez un homme nommé Corneille, lorsque les païens ont reçu le Saint-Esprit, ils se mirent à « parler en langues » COMME Pierre au jour de la Pentecôte au commencement (en Actes 2). Chez Corneille, c’est justement par le parler en langues que Pierre a reconnu que c’était le même parler en langues que lui au commencement en « Actes 2 » au jour de la Pentecôte, donc qu’ils avaient reçu le même Saint-Esprit accompagné de langues humaines étrangères. De plus, Pierre dit que dans les deux cas, ils ont reçu le baptême du Saint-Esprit et que c’est à ce moment que les gens chez Corneille ont été sauvés: ils ont cru les paroles de Pierre et ils ont reçu le Saint-Esprit qui les fit parler en langues humaines étrangères.

    Actes des Apôtres 2.8, 11 (chez les Juifs): « 8 Et comment les entendons-nous dans notre propre langue à chacun, dans notre langue maternelle?… 11 Crétois et Arabes, comment les entendons-nous parler dans nos langues des merveilles de Dieu? »

    Actes des Apôtres :10.44 (chez le païen Corneille): « 44 Comme Pierre prononçait encore ces mots, le Saint Esprit descendit sur tous ceux qui écoutaient la parole. 45 Tous les fidèles circoncis qui étaient venus avec Pierre furent étonnés de ce que le don du Saint Esprit était aussi répandu sur les païens. 46 Car ils les entendaient parler en langues et glorifier Dieu. 47 Alors Pierre dit: Peut-on refuser l’eau du baptême à ceux qui ont reçu le Saint Esprit aussi bien que nous? »

    Actes des Apôtres 11.15 (chez le païen Corneille): « 11 (Pierre dit:) Lorsque je me fus mis à parler, le Saint Esprit descendit sur eux, comme sur nous au commencement. 16 Et je me souvins de cette parole du Seigneur: Jean a baptisé d’eau, mais vous, vous serez baptisés du Saint Esprit. 17 Or, puisque Dieu leur a accordé le même don qu’à nous qui avons cru au Seigneur Jésus Christ, pouvais-je, moi, m’opposer à Dieu? »

    ___Or, l’enseignement chez les Pentecôtistes, c’est qu’on doit premièrement être né de Dieu et ensuite rechercher une 2e expérience qui est le baptême du Saint-Esprit. Ceci contredit clairement la Bible où Paul dit en « 1 Cor 12.13 » que c’est par le baptême du Saint-Esprit qu’on fait partie du corps de Jésus-Christ (voir la version « Jérusalem » qui traduit un peu mieux ce verset de « 1 Cor 12.13 » selon le grec original, ou lire des versions en anglais comme la Darby anglaise). Or, comment serait-il possible d’être né de Dieu sans faire partie du corps de Christ. De plus, Paul dit que l’Église c’est le corps de Christ et que le corps de Christ est l’Église. On reçoit donc le baptême du Saint-Esprit à notre conversion et le parler en langue n’est pas une obligation selon Paul; tous ne recevaient pas le parler en langues à l’époque de Paul.

    1 Corinthiens 12.13 (à partir du grec): « Car par un seul Esprit, nous TOUS nous avons été baptisés DANS un seul corps, soit Juifs, soit Grecs, soit esclaves, soit libres,… »

    1 Corinthiens 12.18: « Maintenant Dieu a placé chacun des membres dans le corps comme il a voulu. »

    1 Corinthiens 12.27: « Vous (les croyants) êtes le corps de Christ, et vous êtes ses membres, chacun pour sa part. »

    Colossiens 1.24: « …son corps, qui est l’Église. »
    Éphésiens 5.23: « …Christ est le chef de l’Église, qui est son corps… »

    Colossiens 1.18: « Il est la tête du corps de l’Église »

    Matthieu 16.18: « (Jésus dit:) …je bâtirai mon Église… »

    1 Corinthiens 12.30: « Tous ont-ils le don des miracles? Tous ont-ils le don des guérisons? Tous parlent-ils en langues? Tous interprètent-ils? » (Toutes ces questions sous-entendent un « NON » obligatoire.)

    ___Le parler en langues ce ne sont pas des prières sous forme de demande, mais sous forme de louange, c’est-à-dire d’actions de grâce, des merveilles dites sur Dieu (soit en parlant ou en chantant). Ce n’est donc pas une prophétie que Dieu adresse aux hommes, puisque celui qui parle en langue ne parle PAS AUX HOMMES, mais à Dieu. Or, Dieu siège au milieu des louanges, c’est pourquoi celui qui parle en langue s’édifie lui-même par l’Esprit de Dieu qui se manifeste en lui au travers cette louange en langues humaines étrangères. Si une personne parle une langue étrangère aux gens de l’assemblée, alors pour ces gens ce sont des mystères qui sont dits, car personne ne le comprend, à moins qu’une personne puisse l’interpréter pour que les autres en reçoivent de l’édification.

    Actes des Apôtres 2.11 (à la fête de la Pentecôte où des gens de plusieurs langues étaient venus se réunir): « …comment les entendons-nous parler dans nos langues des merveilles de Dieu? »

    Psaumes 22.3: « (22:4) …Tu sièges au milieu des louanges… »

    Éphésiens 5.18: « …soyez remplis de l’Esprit, 19 en vous entretenant par… des cantiques spirituels, en chantant et psalmodiant de votre coeur au Seigneur »

    1 Corinthiens 14.4: « Celui qui parle en langue s’édifie lui-même… »

    1 Corinthiens 14.14-17: « 14 Car si je prie en langue, mon esprit est en prière,… 15 …Je prierai par l’Esprit, …je chanterai par l’Esprit… 16 …si tu rends grâces par l’Esprit, comment celui qui est dans les rangs de l’homme du peuple répondra-t-il Amen! à ton action de grâces, puisqu’il ne sait pas ce que tu dis? 17 Tu rends, il est vrai, d’excellentes actions de grâces,… »

    1 Corinthiens 14.2: « En effet, celui qui parle en langue ne parle pas aux hommes, mais à Dieu, car personne ne le comprend, et c’est en esprit qu’il dit des mystères. »

    ___Il ne faut donc pas refuser la vérité contre l’expérience qui contredit la parole. Il suffit de regarder sur Youtube des vidéos de gens, en Afrique (ou ailleurs), qui entrent dans un état spirituel malsain en dansant tout en invoquant des esprits maléfiques qui les font parler en langues bizarres qui ressemblent quelques fois à ce qu’on peut constater dans certains milieux pentecôtistes. Sur Youtube,il y a aussi plein de vidéos qui montrent des gens se faire hypnotiser qui tombent par terre au contact d’une main sur leur front, qui rient, qui pleurent, qui ont une douleur qui part ou une douleur qui vient, etc. sous l’effet d’un mauvais esprit (sans le savoir) durant qu’ils sont hypnotisés. Il faut donc faire attention et demander à Dieu du discernement pour ne pas être séduit par le MALIN qui porte bien son titre.

    Éphésiens 6.11: « Revêtez-vous de toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir tenir ferme contre les ruses du diable. »

    ___voici deux messages (sur vidéos) d’un vieil homme du temps de son vivant sur le parler en langues. Il démontre clairement et logiquement plusieurs vérités sur le parler en langues selon la Bible. Une personne pentecôtiste qui est sincère devrait changer son opinion assez rapidement. Sur Youtube:
    1) « Le parler en langue biblique » = https://www.youtube.com/watch?v=dZ8zTnsDEro
    2) « Le parler en langue selon Corinthiens (Fernand Legrand).wmv = https://www.youtube.com/watch?v=ruC5FuMEMsw

    Raymond Houle http://www.bible2000.net
    Vous pouvez répandre fidèlement tous mes écrits.

  • Bonjour,

    Voici une petite question que je me pose. Si 1 Corinthiens 14 parle de la glossolalie, il existe alors une interprétation de la glossolalie, selon ce même passage. Quelqu’un a-t-il déjà rencontré un interprète de la glossolalie ?

  • Bible2000

    Bonsoir,
    ___Il faut faire attention lorsqu’on utilise des mots en rapport avec ce qu’on commente dans la Bible et ne pas en donner une définition différente de la Bible ni ajouter des mots qui ne sont pas utilisés dans la Bible.
    ___Voici la définition du dictionnaire Larousse sur les mots « xénoglossie » et « glossolalie » où on peut voir une certaine confusion par rapport à ce qu’on voit dans la Bible.

    http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais

    xénoglossie : « Phénomène au cours duquel un sujet se montre capable, dans un état modifié de conscience, de parler une langue étrangère véritable qu’il ne connaît pas à
    l’état conscient. »

    glossolalie : « Phénomène extatique, constaté dans de nombreuses religions et sectes religieuses anciennes et modernes, dans lequel le sujet émet une série de sons ou de mots
    dont les auditeurs ne peuvent saisir le sens sans le concours d’un autre sujet possédant le don de l’interprétation. »

    ___Or, la bible parle de « glossolalie » puisque le mot grec utilisé dans la bible pour le « parler en langue » est « glossa » (la langue qui est l’organe de chair dans notre bouche, mais aussi utilisé pour indiquer une langue parlée), numéro strong: 1100. Je pense qu’utiliser le mot « xénoglossie » en rapport avec la Bible, cela ajoute à la confusion; et sans parler de certaines mauvaises définitions en rapport avec le texte de la Bible.
    ___Voici plusieurs versets de la Bible où ce mot grec « glossa) est utilisé. Cela confirme ce que j’ai écrit dans mon commentaire précédent, que le « parler en langue » biblique correspond uniquement à des langues humaines. Le « parler en langue » que l’on voit en général dans le milieu Pentecôtiste (par exemple) n’est tout simplement pas de Dieu, c’est une séduction. Vérifiez par vous-mêmes ce qui suit en rapport avec mon commentaire précédent.

    Marc 7.33: « Il le prit à part loin de la foule, lui mit les doigts dans les oreilles, et lui toucha la langue (dans le grec original, c’est le mot « glossa ») avec sa propre salive; »

    Marc 7.35: « Aussitôt ses oreilles s’ouvrirent, sa langue (glossa) se délia, et il parla très bien. »

    Jacques 3.5: « De même, la langue (glossa) est un petit membre, et elle se vante de grandes choses. Voici, comme un petit feu peut embraser une grande forêt ! »

    Marc 16.17: « Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru : en mon nom, ils chasseront les démons; ils parleront de nouvelles langues (glossa); »

    Actes 2.4: « Et ils furent tous remplis du Saint-Esprit, et se mirent à parler en d’autres langues (glossa), selon que l’Esprit leur donnait de s’exprimer. »

    Actes 2.11: « Crétois et Arabes, comment les entendons-nous parler dans nos langues (glossa) des merveilles de Dieu ? »

    Actes 10.46: « Car ils les entendaient parler en langues (glossa) et glorifier Dieu… »

    Actes 19.6: « Lorsque Paul leur eut imposé les mains, le Saint-Esprit vint sur eux, et ils parlaient en langues (glossa) et prophétisaient. »

    1 Corinthiens 12.10: « à un autre, le don d’opérer des miracles; à un autre, la prophétie; à un autre, le discernement des esprits; à un autre, la diversité des langues (glossa); à un autre, l’interprétation des langues (glossa). »

    1 Corinthiens 12.28: « Et Dieu a établi dans l’Eglise premièrement des apôtres, secondement des prophètes, troisièmement des docteurs, ensuite ceux qui ont le don des miracles, puis ceux qui ont les dons de guérir, de secourir, de gouverner, de parler diverses langues (glossa). »

    1 Corinthiens 14.2: « En effet, celui qui parle en langue (glossa) ne parle pas aux hommes, mais à Dieu, car personne ne le comprend, et c’est en esprit qu’il dit des mystères. »

    1 Corinthiens 14.4: « Celui qui parle en langue (glossa) s’édifie lui-même; celui qui prophétise édifie l’Eglise. »

    1 Corinthiens 14.5: « Je désire que vous parliez tous en langues (glossa), mais encore plus que vous prophétisiez. Celui qui prophétise est plus grand que celui qui parle en langues (glossa), à moins que ce dernier n’interprète, pour que l’Eglise en reçoive de l’édification. »

    1 Corinthiens 14.6: « Et maintenant, frères, de quelle utilité vous serais-je, si je venais à vous parlant en langues (glossa), et si je ne vous parlais pas par révélation, ou par connaissance, ou par prophétie, ou par doctrine ? »

    1 Corinthiens 14.9: « De même vous, si par la langue (glossa) vous ne donnez pas une parole distincte, comment saura-t-on ce que vous dites ? Car vous parlerez en l’air. »

    1 Corinthiens 14.13: « C’est pourquoi, que celui qui parle en langue (glossa) prie pour avoir le don d’interpréter. »

    1 Corinthiens 14.14: « Car si je prie en langue (glossa), mon esprit est en prière, mais mon intelligence demeure stérile. »

    1 Corinthiens 14.18: « Je rends grâces à Dieu de ce que je parle en langue (glossa) plus que vous tous; »

    1 Corinthiens 14.19: « mais, dans l’Eglise, j’aime mieux dire cinq paroles avec mon intelligence, afin d’instruire aussi les autres, que dix mille paroles en langue (glossa). »

    1 Corinthiens 14.22: « Par conséquent, les langues (glossa) sont un signe, non pour les croyants, mais pour les non-croyants; la prophétie, au contraire, est un signe, non pour les non-croyants, mais pour les croyants. »

    1 Corinthiens 14.23: « Si donc, dans une assemblée de l’Eglise entière, tous parlent en langues (glossa), et qu’il survienne des hommes du peuple ou des non-croyants, ne diront-ils pas que vous êtes fous ? »

    1 Corinthiens 14.26: « Que faire donc, frères ? Lorsque vous vous assemblez, les uns ou les autres parmi vous ont-ils un cantique, une instruction, une révélation, une langue (glossa), une interprétation, que tout se fasse pour l’édification. »

    1 Corinthiens 14.27: « En est-il qui parlent en langue (glossa), que deux ou trois au plus parlent, chacun à son tour, et que quelqu’un interprète; »

    1 Corinthiens 14.39: « Ainsi donc, frères, aspirez au don de prophétie, et n’empêchez pas de parler en langues (glossa). »

    Apocalypse 5.9: « …tu as été immolé, et tu as racheté pour Dieu par ton sang des hommes de toute tribu, de toute langue (glossa), de tout peuple, et de toute nation; »

    ___Pour tous les versets, voir ici: http://www.enseignemoi.com/bible/strong-biblique-grec-glossa-1100.html

    Raymond Houle http://www.bible2000.net

  • Bonjour tous, bonjour David,

    Ma conviction demeure ce que m’enseigne l’Écriture sur ce sujet.
    Selon ce qui est écrit il n’y a pas plusieurs « parler en langue » mais un et un seul.

    Le parler en langue en Acte2, est le même spécifié par Jésus en Marc 16:17, et par l’apôtre Paul en 1Cor.13 et encore dans tous les passages biblique le mentionnant.

    Celui qui parle en langue s’adresse toujours à Dieu dans une langue de l’Esprit et incomprise de tout homme.
    Cette langue est intraduisible, ne peut être comprise et apprise d’aucun homme car c’est un don de l’Esprit et c’est un miracle de l’Esprit.
    Celui qui parle en langue n’évangélise pas car il ne parle pas aux hommes mais s’adresse à Dieu et lui dit des merveilles.
    C’est une langue de l’Esprit afin de dire à Dieu des merveilles soit en paroles simples, soit en chants, soit en prière, ou adoration etc.

    Ainsi nul ne peut traduire le parler en langue car ce n’est pas une langue de l’intelligence ou humaine mais une langue usitée par notre esprit né de nouveau et inspirée par le Saint-Esprit.

    Cette langue n’est pas une langue usuelle, ni un ancien dialecte, ni une langue perdue, ni une langue connue des hommes, etc. mais c’est une langue de l’Esprit, c’est une langue nouvelle.
    L’Esprit de Dieu inspirant à l’instant même, à celui qui parle, des mots sur sa langue dans une langue de l’Esprit.

    J’insiste sur ce point, en Actes2 ceux qui parlaient en langue ne s’adressaient à aucun homme et ne parlaient aucun dialecte ou aucune langue humaine connue.
    Ils parlaient tous à Dieu et disaient tous à Dieu ses merveilles en de nouvelles langues, des langues inconnues des hommes.

    Le récit de Actes 2 révèle deux attitudes face à ce miracle :
    1) Certains disaient entendre dans leur langue maternelle les merveilles de Dieu
    2) D’autres disaient : « ils sont plein de vin doux »

    Que spécifie ceci ?

    1) Que les premiers « entendaient… ».
    Ce qui était dit par la manifestation du don des langues ne s’adressait pas à eux mais étant présents, ils accoururent au bruit qu’il y eut, et voilà ils entendaient, chacun dans leur langue maternelle, ceux qui avaient le don des langues dire à Dieu des merveilles.
    Ce qui était dit s’adressait à Dieu, mais eux présents, entendaient dans leur langue.

    Comment est ce possible ?

    C’est possible d’une seule et unique manière :
    Que le Saint-Esprit lui même leur permettent de saisir ce qui était dit par ceux qui parlaient en langue.

    Comment peut on saisir soit même ce qui se dit d’un parler en langue ?
    Il y a une seule manière.

    Que celui qui entends ait lui même aussi reçu un don de Dieu.

    Quel est le don qui rends le sens du parler en langue ?
    ► Le don d’interprétation des langues.

    De sorte que ceux des juifs qui vinrent et entendaient les merveilles de Dieu en leur langue, avaient eux reçus le don d’interprétation des langues.

    C’est cela le double miracle de la Pentecôte :
    • Les uns avaient reçus le parler en langue
    • Les autres avaient reçus l’interprétation des langues

    De sorte que les apôtres qui parlaient en langue ne parlaient pas une langue humaine mais à cause de l’interprétation de langue chez les autres, ils entendaient parler en leur langue maternelle des merveilles de Dieu.

    2) La preuve que le parler en langue est pour celui qui n’a pas reçu l’interprétation un « baragouinage » c’est la troisième catégorie des individus présents.
    La Bible dit Actes 2:13 Mais d’autres se moquaient, et disaient : Ils sont pleins de vin doux.

    Pourquoi ils se moquaient ?
    Parce que cette troisième catégorie entendaient un  » baragouinage « , des  » sons bizarres  » qui n’avaient aucun sens, aucune logique et qui ne ressemblaient à rien. Le fameux « shabalababa » que personne ne comprends et dont on se moque !
    Et pourquoi ils ne faisaient qu’entendre ces bruits bizarres ?
    Parce que simplement, ils n’avaient pas reçus le don d’interprétation tandis que ceux qui avaient reçu le don d’interprétation entendaient les merveilles de Dieu de la bouche de ceux qui parlaient en langue.

    C’est cela le miracle de la pentecôte :
    Effusion de l’Esprit
    1) Certains reçoivent le parler en langue et parlent à Dieu en Esprit dans un langage nouveau, inconnu de toute intelligence d’homme,
    2) d’autres l’interprétation des langues et entendent parler des merveilles de Dieu, paroles qui ne s’adressent pas à eux mais à Dieu
    3) d’autres n’ont rien du tout(ni langue, ni interprétation) et ceux là se moquent car ils entendent du baragouinage.

    Ainsi Paul dit que celui qui parle en langue ne comprends pas non plus ce qu’il dit et ce ne sont que des sons incompréhensibles.
    C’est vraiment cela le parler en langue.

    Cependant Paul insiste sur le fait que Celui qui parle en langue prie aussi pour avoir le don d’interpréter car c’est le don d’interprétation qui donne un sens à la langue de l’Esprit et qui confirme l’Esprit.

    Ainsi je ne valide aucun enseignements parlant en mal du « parler en langue » et disant qu’il en existe plusieurs etc.
    Ces propos sont tenus dans l’inintelligence des Écritures et détruisant ce don précieux chez les bien-aimés du Seigneur.
    C’est assez d’avoir à pervertir les voies droites du Seigneur et avoir détruit chez le faible le don du Saint-Esprit en leur disant qu’ils ne faisaient que « baragouiner » des choses sordides et incompréhensibles et que ce n’était pas cela le « vrai » don des langues en Actes2.

    Et bien permettez moi de répondre à tous ceux là que les langues parlées par les 120 en Acte2 étaient aussi du « baragouinage », des mots sans sens pour l’intelligence des hommes, mais qui avaient tout leur sens pour qui possédait le don d’interprétation des langues.

    Il n’existe qu’un seul « parler en langue » chez le chrétien qui est « baragouinage » pour toute intelligence d’homme y compris chez celui qui parle en langue sauf si celui qui entends reçoit aussi instamment la manifestation du don d’interprétation des langues qui donne à la langue de l’Esprit un sens car on entends en notre langue maternelle, parler des merveilles de Dieu.

    Que Dieu soit béni et que celui qui parle en langue, parle encore plus en langue avec Dieu et que tout se fasse avec ordre selon les prescriptions de Paul en 1 cor.13.

    J’exhorte celui qui parle en langue de ne pas se laisser séduire par les enseignements fallacieux, mais de prier instamment Dieu que l’on a reçu ou pas le don d’interprétation.
    Que nul homme ne domine sur votre Foi et sur le Don de Dieu en vous !

    Parlez en de nouvelles langues au nom de Jésus et abondez dans ce don aussi souvent que faire se peut et ne vous laissez arrêter par aucune crainte.
    Priez aussi pour le don d’interprétation.

    Maranatha !

  • Bible2000

    ___En « Actes 2 », ils parlaient de nouvelles langues (au pluriel). Or, si ce n’était pas une langue des anges ni des langues humaines, mais que c’était une langue secrète de l’Esprit, alors pourquoi est-il parlé de plusieurs langues ? Concernant celui qui parle en langues, si personne ne le comprend d’une façon absolue dans le monde, alors pourquoi l’Esprit ferait-il parler un croyant dans une langue et un autre croyant dans une autre langue que ce premier ? Puisque le premier ne comprend pas la langue du deuxième alors où la nécessité qu’il y ait deux langues différentes spirituelles dans ce cas ? Puisque le premier ne comprendrait pas le deuxième lorsqu’ils parlent tous deux dans la même langue de l’Esprit alors pourquoi Dieu ferait-il en sorte qu’ils parleraient tous deux une langue spirituelle différente l’une de l’autre (au pluriel) ? Bien que Dieu pisse faire tout ce qu’il lui plaît, il est néanmoins un Dieu qui ne s’amuse pas à faire des choses inutilement. Or, si on voit le terme « parler en langues » au pluriel, c’est qu’il correspond aux langues des hommes au pluriel.

    ___En « Actes 2 », il est faux de dire que la multitude qui entendait les disciples parler en langues avaient le don d’interprétation, car cette multitude n’était pas encore convertie et n’avait donc pas reçue le Saint-Esprit. Or, en « 1 Corinthiens 12 », il est dit clairement que pour avoir le don d’interprétation il faut faire partie du corps de Christ, donc être sauvé, car cette interprétation des langues se fait par l’Esprit de Dieu au travers du croyant. Il faut obligatoirement être converti à Dieu (pardonné de nos péchés) avant de pouvoir parler en langues et d’interpréter les langues par le Saint-Esprit. Lorsque Dieu nous pardonne, il nous place dans le corps de Christ, dans Son unique Église à Lui; c’est à ce moment même que nous recevons le Saint-Esprit (même si on ne le réalise pas pleinement).

    Colossiens 1.24: « …son corps, qui est l’Église. »

    1 Cor 12.13 (selon le grec original): « Car par un seul Esprit, nous TOUS nous avons été baptisés DANS un seul corps,… »

    1 Cor 12.27: « …vous êtes le corps de Christ, et [ses] membres chacun en particulier. »

    1 Cor 12.18: « Maintenant Dieu a placé chacun des membres dans le corps comme il a voulu. »

    1 Cor 12.28: « …Dieu a établi dans l’Église… ceux qui ont les dons… de parler diverses langues. …(30)… Tous parlent-ils en langues? Tous interprètent-ils? »

    ___Donc, en « Actes 2 », lorsque les disciples parlaient en langues par l’Esprit-Saint, les inconvertis qui les écoutaient les entendaient parler dans leurs propres langues maternelles; cela prouve que les disciples parlant en langues parlaient bel et bien des langues humaines et non des supposées autres langues de l’Esprit qu’aucun incroyant n’aurait compris à ce moment-là.

    ___En « Actes 2 », ceux qui entendaient le parler en langues dans leur propre langue maternelle, n’étaient pas sauvés et n’avaient pas encore reçu le Saint-Esprit, car aussi c’est PRÉCISÉMENT à eux que Pierre RÉPOND en leur disant qu’ils doivent se repentir pour être pardonné et recevoir le Saint-Esprit. Or, sans le Saint-Esprit, on ne peut pas interpréter le parler en langues qu’on ne connait pas; ils étaient donc des inconvertis sans l’ombre d’un doute.
    ___Or, au moment où l’Esprit de Dieu manifeste une interprétation des langues au travers d’un croyant, ce croyant est sous l’effet d’une onction de Dieu. Or, là où est l’Esprit là est la liberté et l’absence de crainte et de confusion. Ces trois versets à eux seuls nous aident à discerner si certaines manifestations spirituelles que l’on voit se produire sont du malin ou sont de l’Esprit de Dieu (nous devrions les mémoriser pour toujours et les utiliser, c’est une arme spirituelle contre les ténèbres).

    2 Timothée 1.7 (Darby): « car Dieu ne nous a pas donné un esprit de crainte, mais de puissance, et d’amour, et de conseil. »

    Galates 5.22: « Mais le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance; »

    Jacques 3.17: « La sagesse d’en haut est premièrement pure, ensuite pacifique, modérée, conciliante, pleine de miséricorde et de bons fruits, exempte de duplicité, d’hypocrisie. »

    ___Or, remarquons à partir de « Actes 2.6 », que ceux qui entendaient le parler en langues dans leur langue maternelle étaient bien cette multitude qui était dans la CONFUSION, HORS D’EUX-MÊMES, qui S’ÉTONNAIENT, qui étaient PERPLEXE, qui SE QUESTIONNAIENT ne comprenant rien, démontrant par là qu’ils n’avaient pas le Saint-Esprit (et encore moins le don d’interpréter des langues par le Saint-Esprit), car aussi ils s’étaient assemblés là à la suite du bruit qui s’était répandu sur ceux qui parlaient en langue (v.6). D’autres parmi eux se moquaient de les voir joyeux louant Dieu à voix haute d’une manière pas normale à la 3e heure du jour (donc vers 9 heures du matin), c’est pourquoi ils leurs attribuaient ce comportement comme à des gens qui avaient bu du vin doux (le Saint-Esprit produit la joie: « Gal 5.22 »; « Actes 13.52 »). Remarquez que c’est à CHACUN D’EUX que Pierre dit de se repentir pour être pardonnés et recevoir le Saint-Esprit promis, car aussi ils se demandaient ce qu’ils devaient faire suite au message de Pierre (v.37).

    Actes des Apôtres :
    « 2.6 Et le bruit de ceci s’étant répandu, la multitude s’assembla, et fut CONFONDUE de ce que chacun les entendait parler dans son propre langage.
    2.7 Et ils étaient TOUS HORS D’EUX-MÊMES, et S’ÉTONNAIENT, disant : … (8) …comment les entendons-nous, chacun dans son propre langage, [celui du pays] dans lequel nous sommes nés ? (11)…nous les entendons annoncer dans nos langues les choses magnifiques de Dieu.
    2.12 Et ils étaient TOUS HORS D’EUX-MÊMES et en PERPLEXITÉ, disant l’un à l’autre : QUE VEUT DIRE CECI ? (13) Et d’autres, se moquant, disaient : Ils sont pleins de vin doux.
    2.14 Mais Pierre, s’étant levé avec les onze, éleva sa voix, et LEUR parla [DONC À EUX TOUS] : Hommes Juifs, ET VOUS TOUS qui séjournez à Jérusalem, sachez ceci, et prêtez l’oreille à mes paroles! …
    2.37 Après avoir entendu ce discours, ils eurent le coeur vivement touché, et ils dirent à Pierre et aux autres apôtres: Hommes frères, que ferons-nous?
    2.38 Pierre leur dit: Repentez-vous, et que CHACUN DE VOUS soit baptisé au nom de Jésus Christ, pour le pardon de vos péchés; et vous recevrez le don du Saint Esprit. »

    ___Voici avec plus de détails (version biblique « Darby »):
    Actes des Apôtres :
    « 2.1 Et comme le jour de la Pentecôte s’accomplissait, ils étaient tous ensemble dans un même lieu.
    2.2 Et il se fit tout à coup du ciel un son, comme d’un souffle violent et impétueux, et il remplit toute la maison où ils étaient assis.
    2.3 Et il leur apparut des langues divisées, comme de feu ; et elles se posèrent sur chacun d’eux.
    2.4 Et ils furent tous remplis de l’Esprit Saint, et commencèrent à parler d’autres langues, selon que l’Esprit leur donnait de s’énoncer.
    2.5 Or il y avait des Juifs séjournant à Jérusalem, hommes pieux, de toute nation d’entre ceux qui sont sous le ciel.
    2.6 Et le bruit de ceci s’étant répandu, la multitude s’assembla, et fut confondue de ce que chacun les entendait parler dans son propre langage.
    2.7 Et ils étaient tous hors d’eux-mêmes, et s’étonnaient, disant : Voici, tous ceux-ci qui parlent ne sont-ils pas des Galiléens ?
    2.8 Et comment les entendons-nous, chacun dans son propre langage, [celui du pays] dans lequel nous sommes nés ?
    2.9 Parthes et Mèdes et Élamites, et nous qui habitons la Mésopotamie, la Judée et la Cappadoce,
    2.10 le Pont et l’Asie, la Phrygie et la Pamphylie, l’Égypte et les quartiers de la Libye qui est près de Cyrène, et nous, Romains qui séjournons [ici], tant Juifs que prosélytes,
    2.11 Crétois et Arabes,- nous les entendons annoncer dans nos langues les choses magnifiques de Dieu.
    2.12 Et ils étaient tous hors d’eux-mêmes et en perplexité, disant l’un à l’autre : Que veut dire ceci ?
    2.13 Et d’autres, se moquant, disaient : Ils sont pleins de vin doux.
    2.14 Mais Pierre, s’étant levé avec les onze, éleva sa voix, et leur parla : Hommes juifs, et vous tous qui habitez Jérusalem, sachez ceci, et prêtez l’oreille à mes paroles ;
    2.15 car ceux-ci ne sont pas ivres, comme vous pensez, car c’est la troisième heure du jour;
    2.16 mais c’est ici ce qui a été dit par le prophète Joël :
    2.17  » Et il arrivera aux derniers jours, dit Dieu, que je répandrai de mon Esprit sur toute chair, et vos fils et vos filles prophétiseront, et vos jeunes hommes verront des visions, et vos vieillards songeront en songes ;

    2.37 Et ayant ouï [ces choses], ils eurent le coeur saisi de componction, et ils dirent à Pierre et aux autres apôtres : Que ferons-nous, frères ?
    2.38 Et Pierre leur dit : Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus Christ, en rémission des péchés ; et vous recevrez le don du Saint Esprit :
    2.39 car à vous est la promesse et à vos enfants, et à tous ceux qui sont loin, autant que le *Seigneur notre Dieu en appellera à lui.
    2.40 Et par plusieurs autres paroles, il conjurait et exhortait, disant : Sauvez-vous de cette génération perverse.
    2.41 Ceux donc qui reçurent sa parole, furent baptisés ; et en ce jour-là furent ajoutées environ trois mille âmes.
    2.42 Et ils persévéraient dans la doctrine et la communion des apôtres, dans la fraction du pain et les prières. »

    ___Bien que Dieu se manifeste de différentes manières encore aujourd’hui, nous constatons tout de même, qu’il y a une grande séduction parmi la « chrétienté » où plusieurs essaient de justifier des manifestations spirituelles qui ne viennent pas de Dieu et cela en tordant les écritures. Dans un sens général, voici quelques versets indiquant justement que dans notre époque de la fin, il y a de la séduction qui se passe dans des milieux de rassemblement « chrétiens ». À nous d’être attentif à ce que la parole dit contrairement aux hauts murs de raisonnements humains religieux que le malin tente par tous les moyens d’ériger pour garder captives toutes pensées humaines dans ce genre de forteresse; il faut renverser ce processus par l’Esprit de Dieu. Donc, ne pas confondre l’interprétation humaine de la Parole de Dieu d’avec la Parole de Dieu elle-même. Que chacun marche en bonne conscience en ne protégeant pas l’expérience si celle-ci est contraire à la Parole de Dieu.

    2 Corinthiens 10.4: « Car les armes avec lesquelles nous combattons ne sont pas charnelles; mais elles sont puissantes, par la vertu de Dieu, pour renverser des forteresses. (5) Nous renversons les raisonnements et toute hauteur qui s’élève contre la connaissance de Dieu, et nous amenons toute pensée captive à l’obéissance de Christ. »

    1 Timothée 4.1: « -Mais l’Esprit dit expressément que, dans les derniers temps, quelques-uns abandonneront la foi, pour s’attacher à des esprits séducteurs et à des doctrines de démons, (2) par l’hypocrisie de faux docteurs portant la marque de la flétrissure dans leur propre conscience, »

    2 Corinthiens 11.13: « Ces hommes-là sont de faux apôtres, des ouvriers trompeurs, déguisés en apôtres de Christ. (14) Et cela n’est pas étonnant, puisque Satan lui-même se déguise en ange de lumière. (15) Il n’est donc pas étrange que ses ministres aussi se déguisent en ministres de justice. Leur fin sera selon leurs oeuvres. »

    2 Pierre 3.16: « C’est ce qu’il fait dans toutes les lettres, où il parle de ces choses, dans lesquelles il y a des points difficiles à comprendre, dont les personnes ignorantes et mal affermies tordent le sens, comme celui des autres Écritures, pour leur propre ruine. (17) Vous donc, bien-aimés, qui êtes avertis, mettez-vous sur vos gardes, de peur qu’entraînés par l’égarement des impies, vous ne veniez à déchoir de votre fermeté. (18) Mais croissez dans la grâce et dans la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ. À lui soit la gloire, maintenant et pour l’éternité! Amen! »

    Raymond Houle http://www.bible2000.net

  • Le texte de Joel est clair que Dieu répands de son Esprit sur toute chair.
    Le corps de Christ n’est pas un bâtiment mais une assemblée répartie partout dans le Monde avec pour signe la marque de Christ sur le front.
    Dieu fait comme il veut avec qui il veut, quand il veut et il baptise de l’Esprit qui il veut, quand il veut et où il veut.

    En Actes2, ceux qui entendirent le grand bruit et accoururent sont des Juifs et ce sont ceux là qui entendirent le message de Pierre et il y eu les 3000 âmes sauvées.
    Dieu répands de son Esprit sur ces Juifs là au delà même des 120 et les appelle ensuite à la repentance et au baptême d’eau.

    Les païens en Actes 10 ont reçu le Saint-Esprit AVANT leur baptême d’eau. Ceux là parlaient en langues, donc don des langues.

    Mais ceux des juifs qui en Actes 2 reçoivent le Saint-Esprit, certains reçoivent le don des langues, les autres l’interprétation des langues.
    Ceux qui furent touchés par le Saint Esprit et ayant reçu le don d’interprétation se firent baptiser en ce jour car il y eu au moins 3000 âmes de touchées.
    Et si d’autres n’ont rien manifesté comme don c’est simplement que Dieu ne les avaient donné ni le don des langues, ni le don d’interprétation.
    Peut-être avaient-ils reçu un autre don car tous ne parlent pas en langue, n’interprètent pas, etc…
    Ils se moquaient mais quoi de plus humain face à la manifestation de l’Esprit la première fois car ils entendent des gens « baragouiner » disant des mystères de Dieu et d’autres qui sont stupéfaits par ce qu’ils entendaient?
    Vous vous imaginez un peu le spectacle et l’incompréhension des uns et des autres et même chez les apôtres qui devaient être plus qu’étonnés et surpris par ce qui arrivait.

    Mais ensuite ayant entendu Pierre, saisi par l’Esprit, la Bible nous dit que les Juifs appelés d’entre les Juifs, eurent le cœur vivement touchés et ils se font baptiser.

    Vous posez beaucoup de questions mais la Bible réponds à toutes.
    Déjà quiconque parle en langues personne ne le comprends.
    Donc en Actes2, personne ne pouvait comprendre ceux qui parlaient en langues(même pas ceux qui parlaient) SAUF ceux qui avaient aussi un don de l’Esprit, qui est le don d’interprétation des langues.

    Est ce si compliqué à saisir ce qui est Biblique et de l’Esprit?

    C’était la première fois que le Saint-Esprit se manifestait ainsi au milieu des hommes, il fallait bien une inauguration par Dieu et il était tout à fait normal que les Juifs présents et héritiers des promesses faites au patriarches soient étonnés de ce qui leur arrivait et ne comprenaient pas, jusqu’à ce que Pierre animés de l’Esprit, disent que ce qui leur arrivait était la PROMESSE de Dieu en ce qui concerne le Saint-Esprit et Pierre les a apaisé en disant que c’était là, la manifestation du Saint-Esprit et ensuite Pierre fait l’Appel à la repentance à tous.

    Cela vous étonne que Dieu baptise de l’Esprit ceux qui ne sont même pas encore au courant de sa Gloire alors qu’il est écrit que Dieu répands dans les derniers temps de son Esprit sur TOUTE chair ?
    Aujourd’hui c’est toujours pareil, Dieu touche qui il veut où il veut là où il veut et bien souvent les ministère passent après afin d’enseigner et recueillir le fruit des champs que Dieu a déjà travaillé et préparé par son Saint-Esprit.

    Il est tout à fait normal que ceux qui en Actes2 reçurent ce jour le Saint-Esprit étaient étonnés, stupéfaits, troublés car ils entendaient pour la première fois de leur vie des choses merveilleuses par la bouche d’autres qui parlaient en langues et disant des choses glorieuses à Dieu.
    Qui ne seraient pas surpris d’être là et subitement on entends des choses merveilleuses mais on ne comprends pas ce qui nous arrive alors que d’autres se moquent?
    C’est cela la Gloire de Dieu dans l’accomplissement de la promesse faites au Juifs par les patriarches.

    Mais je n’irai pas plus loin sur ce point car ma démonstration est suffisamment claire pour qui est de l’Esprit et qui a l’Esprit.

    • Bonjour Shor.L,

      Merci pour ta contribution.

      « Ainsi donc les langues sont un signe, non pour les croyants, mais pour les incrédules; au lieu que la prophétie est un signe, non pour les incrédules, mais pour les croyants. » (1 Cor 14:22)

      Comment comprends-tu ce verset ?

      « Celui qui parle en langue [ou ‘une langue’, version OST] s’édifie lui-même; celui qui prophétise édifie l’Eglise.
      Je désire que vous parliez tous en langues [ou ‘des langues’, version OST], mais encore plus que vous prophétisiez.
       » (1 Corinthiens 14:4-5)

      Comment expliques-tu l’emploi du pluriel dans le verset 5, contrairement au verset 4, s’il existe un unique « parler en langues » ?

  • Bonjour jorel,

    Quand Paul parle du don des langues chez lui on a traduit au singulier comme au pluriel alors qu’il parle du même don chez lui.

    ► v6: si je venais à vous parlant en langues,

    ♦ v14: Car si je prie en langue, mon esprit est en prière, mais mon intelligence demeure stérile.
    ♦ v18: 18 Je rends grâces à Dieu de ce que je parle en langue plus que vous tous;

    Les mots Grec sont strictement les mêmes pour les deux traductions.
    On peut comprendre que l’expression est mise au singulier ou au pluriel quand le texte parle de plusieurs personnes qui parlent ou entendent ou simplement que le texte exprime que la langue de l’Esprit est diverses langues nouvelles de l’Esprit chez celui qui parle.

    Je n’ai pas d’explications particulières sur ces choix des traducteurs car d’autres versions ne mettent pas de « s » là où certains en mettent encore moins de pluriel là où d’autres en voient un.

    Version Saci par exemple :
    4 Celui qui parle une langue inconnue, s’édifie lui-même; au lieu que celui qui prophétise, édifie l’Eglise de Dieu.
    5 Je souhaite que vous ayez tous le don des langues, mais encore plus celui de prophétiser; parce que celui qui prophétise, est préférable à celui qui parle une langue inconnue, si ce n’est qu’il interprète ce qu’il dit, afin que l’Eglise en soit édifiée.

    Me concernant le « don des langues » est le don de la diversités des langues de l’Esprit car celui qui parle en langues, parle en de nouvelles langues selon que l’Esprit lui donne de s’exprimer.

    ******
    Pour votre seconde question le texte biblique y réponds.
    21 Il est écrit dans la loi : C’est par des hommes d’une autre langue Et par des lèvres d’étrangers Que je parlerai à ce peuple, Et ils ne m’écouteront pas même ainsi, dit le Seigneur.
    22 Par conséquent, les langues sont un signe, non pour les croyants, mais pour les non-croyants ; la prophétie, au contraire, est un signe, non pour les non-croyants, mais pour les croyants.
    23 Si donc, dans une assemblée de l’Eglise entière, tous parlent en langues, et qu’il survienne des hommes du peuple ou des non-croyants, ne diront-ils pas que vous êtes fous ?
    24 Mais si tous prophétisent, et qu’il survienne quelque non-croyant ou un homme du peuple, il est convaincu par tous, il est jugé par tous,
    25 les secrets de son cœur sont dévoilés, de telle sorte que, tombant sur sa face, il adorera Dieu, et publiera que Dieu est réellement au milieu de vous.

    ► Le « non croyant » est aussi traduit par incrédule selon les versions.
    Ceux qui aujourd’hui critiquent le « don des langues » en disant que c’est un « baragouinage mystique », du « shabalababa » et les doux mots du même genre, sont des incrédules(non-croyant) face à ce don de Dieu.

    Les langues sont pour eux le signe démontrant leur incrédulité car s’ils croyaient ils auraient eu l’intelligence spirituelle de dirent en eux même et confesser « c’est de Dieu car personne ne peut comprendre ce don de Dieu. On ne peut l’approcher que par le don d’interprétation des langues. »
    Donc le croyant valide dans l’intelligence de l’Esprit ce qu’il ne comprends pas car il parle et/ou il entends ce qu’il ne comprends pas et il glorifie Dieu parce qu’il sait par la Foi que c’est un don de Dieu. Tandis que l’incrédule va demeurer septique, imperméable, il va rejeter, mépriser et inventer toutes sortes de doctrines pour prouver que ce n’est pas cela le don de Dieu.

    Les langues deviennent donc pour les incrédules le signe qui prouve leur incrédulité car ils n’y croient pas et disent de ceux qui parlent en langues : »ils sont tous fous », « ils baragouinent », « ce sont des mystiques », « leur shabalababa est langue de démon » etc.
    En gros ils tiennent le même langage, envers la Foi, de ceux qui ne croient pas en Dieu.
    Car ceux qui croient en Dieu sont enseignés par l’Esprit de Dieu et savent ce qu’est la Foi et aussi ce qu’est le don des langues et ne méprisent ni la Foi, ni le don des langues qu’aucun humain ne peut comprendre et qui est saisissable uniquement par le don d’interprétation des langues.

    ► Les prophéties(toujours données dans une langue comprise des hommes) sont un signe pour les croyants car les prophéties ne sont vérifiées que chez ceux qui croient et non chez les incrédules.
    En effet, celui qui entends une prophétie et qui tombe sur sa face en glorifiant Dieu démontre qu’il croit et celui là est justifié tandis que l’incrédule n’est pas justifié.
    C’est ainsi que les prophéties sont un signe pour les croyants car celui qui entends une prophétie et agit en adéquation à cette prophétie démontre qu’il a cru en ce qui est annoncé.
    Donc toute prophétie divine et de l’Esprit est pour (ou justifiée par) le croyant et non pour l’incroyant car l’incroyant méprisera toujours les prophéties tandis que le croyant donnera toujours raison à la prophétie par sa Foi en donnant gloire à Dieu.
    C’est ainsi que Ninive s’est révélée avoir la Foi(croyante) car elle a entendu Jonas et elle s’est repentie.

    La prophétie révèle donc celui qui est croyant(car il croit) et le sépare de l’incroyant(qui s’endurcit) tandis que le don des langues révèle l’incroyant(qui méprise et rejette) et le sépare du croyant(qui glorifie Dieu dans la foi pour ce don merveilleux).

    Bien à vous !

  • Bible2000

    Actes 2.4: « Et ils furent tous remplis du Saint Esprit, et se mirent à parler en d’AUTRES langues, selon que l’Esprit leur donnait de s’exprimer. »

    _En disant le mot « AUTRES » cela indique « d’autres langues humaines que la langue maternelle dont chacun parlait habituellement. Les mots « AUTRES LANGUES » au pluriel, indique qu’ils PARLAIENT (et non « écoutaient ») les uns les autres des langues différentes. Or, il ne s’agit pas d’UNE langue de l’Esprit, mais de PLUSIEURS langues. Ils parlaient donc PLUSIEURS langues DIFFÉRENTES l’une de l’autre. Que sont ces PLUSIEURS LANGUES qu’ils parlaient ? Réponse:

    Actes 2.8: « Et comment les entendons-nous dans NOTRE PROPRE LANGUE à chacun, dans notre langue maternelle? (9) Parthes, Mèdes, Élamites, ceux qui habitent la Mésopotamie, la Judée, la Cappadoce, le Pont, l’Asie, (10) la Phrygie, la Pamphylie, l’Égypte, le territoire de la Libye voisine de Cyrène, et ceux qui sont venus de Rome, Juifs et prosélytes, (11) Crétois et Arabes, comment les entendons-nous parler dans NOS langues… »

    ___Pourquoi étaient-ils TOUS dans l’ÉTONNEMENT ? Était-ce parce qu’ils auraient entendu du tatatatataoukalatoto ? Non. C’est parce que les 120 disciples qui parlaient les langues humaines étrangères étaient des Galiléens; car un Galiléen demeure en Galilée et ceux qui demeurent en Galilée parlent la langue de leur pays. Or, la Galilée est une région qui fait partie du Pays d’Israël, dans le nord d’Israël. Donc, un Galiléen parle normalement la langue qui est parlée en Israël. C’est pourquoi la multitude, parmi laquelle plusieurs personnes étaient venues d’autres pays pour la fête la Pentecôte, était ÉTONNÉE d’en entendre 120 parler des langues qui ne se parlent pas normalement en Israël et non pas parce que c’était du soit-disant tatatatataoukalatoto qu’ils n’auraient pas compris; or, non seulement cela, mais les langues qu’ils entendaient étaient celles de leur propre pays à chacun comme s’ils se sentaient interpeler par Dieu étant donné que les merveilles de Dieu qu’ils entendaient se disaient spécialement en ce jour-là de la fête de la Pentecôte; c’était un signe pour eux, car ils étaient des non-croyants. C’était bien le but de Dieu de les attirer afin qu’ils entendent par la suite le message de Jésus par leur bouche comme Pierre l’a fait; pourtant à l’époque, plusieurs de ceux qui entendaient parler des croyants en langues dans leurs propres langues ne se repentirent pas plus lorsque ceux-ci les évangélisaient par la suite).

    1 Corinthiens 14.21: « Il est écrit dans la loi: C’est par des hommes d’une autre langue Et par des lèvres d’étrangers Que je parlerai à ce peuple, Et ils ne m’écouteront pas même ainsi, dit le Seigneur. »

    1 Corinthiens 14.22: « De sorte que les langues sont un signe, non pour les croyants, mais pour les non-croyants… »

    Actes 2.7: « Ils étaient TOUS dans l’ÉTONNEMENT et la surprise, et ils se disaient les uns aux autres: Voici, ces gens qui parlent ne sont-ils pas TOUS Galiléens? »

    ___Qui les entendaient ? La multitude ? Oui, chacun D’EUX; et ce « EUX » ce sont ceux qui composent la multitude, donc la totalité de cette multitude. C’est bien CHACUN d’eux et non pas quelques-uns parmi eux. C’est donc CHACUN de CEUX QUI SONT cette MULTITUDE, donc EUX TOUS; et c’est bien écrit.

    Actes 2.6: « Au bruit qui eut lieu, la MULTITUDE accourut, et ELLE fut confondue PARCE QUE CHACUN les entendait parler dans sa propre langue. (7) Ils étaient TOUS dans l’étonnement… »

    ___Tout en étant étonnés, ils ne savaient pas que c’était Dieu qui parlait au travers des 120. Ces gens étonnés qui ne savaient pas quoi en penser se demandaient les uns les autres ce qui se passait, ce que cela signifie. C’est normal, ils étaient des incroyants. C’est à eux TOUS que Pierre leur dit de se repentir de leurs péchés afin qu’ils puissent eux aussi recevoir le Saint-Esprit qui se manifestait.

    Actes 2.12: « Ils étaient TOUS dans l’étonnement, et, NE SACHANT QUE PENSER, ils se disaient les uns aux autres: QUE VEUT DIRE CECI ? »

    Actes 2.14: « Alors Pierre, …leur parla en ces termes: Hommes Juifs, et vous TOUS qui séjournez à Jérusalem, sachez ceci, et prêtez l’oreille à mes paroles! »

    Actes 2.37: « Après avoir entendu ce discours, ils eurent le coeur vivement touché, et ils dirent à Pierre et aux autres apôtres: Hommes frères, que ferons-nous? (38) Pierre leur dit: Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus Christ, pour le pardon de vos péchés; et vous recevrez le don du Saint Esprit. »

    ___Dieu répand son Esprit sur toute chair qui se tourne vers Lui. Voilà pour celui qui sait ne pas ignorer ce qui est écrit.

    ___Pour ceux à qui cela intéresse, voici tous les versets du « Nouveau Testament » contenant le mot grec GLOSSA (langue) (numéro Strong 1100) avec leurs accords en grec (mot grec 50 fois, dans 47 versets):

    Mc 7.33: Gen Sg f
    Mc 7.35: Gen Sg f
    Mc 16.17: Dat Pl f
    Lu 1.64: Nom Sg f
    Lu 16.24: Acc Sg f
    Ac 2.3: Nom Pl f
    Act 2.4: Dat Pl f
    Ac 2.11: Dat Pl f
    Ac 2.26: Nom Sg f
    Ac 10.46: Dat Pl f
    Ac 19.6: Dat Pl f
    Ro 3.13: Dat Pl f
    Ro 14.11: Nom Sg f
    1 Co 12.10 (x2): Gen Pl f ; Gen Pl f
    1 Co 12.28: Gen Pl f
    1 Co 12.30: Dat Pl f
    1 Co 13.1: Dat Pl f
    1 Co 13.8: Nom Pl f
    1 Co 14.2: Dat Sg f
    1 Co 14.4: Dat Sg f
    1 Co 14.5 (x2): Dat Pl f; Dat Pl f
    1 Co 14.6: Dat Pl f
    1 Co 14.9: Gen Sg f
    1 Co 14.13: Dat Sg f
    1 Co 14.14: Dat Sg f
    1 Co 14.18: Dat Sg f
    1 Co 14.19: Dat Sg f
    1 Co 14.22: Nom Pl f
    1 Co 14.23: Dat Pl f
    1 Co 14.26: Acc Sg f
    1 Co 14.27: Dat Sg f
    1 Co 14.39: Dat Pl f
    Php 2.11: Nom Sg f
    Ja 1.26: Acc Sg f
    Ja 3.5: Nom Sg f
    Ja 3.6 (x2): Nom Sg f ; Nom Sg f
    Ja 3.8: Acc Sg f
    1 Pi 3.10: Acc Sg f
    1 Jn 3.18: Dat Sg f
    Ap 5.9: Gen Sg f
    Ap 7.9: Gen Pl f
    Ap 10.11: Dat Pl f
    Ap 11.9: Gen Pl f
    Ap 13.7: Acc Sg f
    Ap 14.6: Acc Sg f
    Ap 16.10: Acc Pl f
    Ap 17.15:Nom Pl f

    ___Vous pouvez vérifier dans l’interlinéaire sur ces deux sites Web:
    http://biblehub.com/interlinear/mark/16-17.htm
    http://www.scripture4all.org/OnlineInterlinear/Greek_Index.htm

    Raymond Houle
    http://www.bible2000.net
    https://bible2000.wordpress.com/

    • @Bible2000 // 13 décembre 2015 á 21 h 37 min
      _____________
      Il convient de lire en toute honnêteté la Parole de Dieu sans ajouter de ses propres pensées pour fonder des doctrines mensongères et tromper le peuple de Dieu et ceux qui parlent en langues.

      Il est écrit :
      Actes 2:
      4 Et ils furent tous remplis du Saint-Esprit, et se mirent à parler en d’autres langues, selon que l’Esprit leur donnait de s’exprimer.

      Il n’a JAMAIS été écrit en d’autres langues « humaines ».
      Le « humaines », cela vous l’ajoutez au texte et lui faite dire ce qu’il ne dit pas et ce que vous voulez qu’il dise.

      L’Écriture est formelle car les apôtres ce jour de la Pentecôte reçurent le don des langues.
      Or Paul enseignant sur le don des langues dit la chose suivante :
      1Cor.14:
      2 En effet, celui qui parle en langue ne parle pas aux hommes, mais à Dieu, car personne ne le comprend, et c’est en esprit qu’il dit des mystères.

      C’est écrit : « personne ne le COMPRENDS« 
      Soit on valide l’Écriture, soit on l’invalide !
      Personnellement je VALIDE l’Écriture et vous invalide et déclare vos propos anathèmes.(je n’ai pas de temps à perdre avec les fausses doctrines)

      La Bible dit que Celui qui parle en langue PERSONNE ne le comprends.
      Les apôtres en Actes2 parlaient TOUS en langues.
      Donc PERSONNE ne les comprenaient sinon cela veut dire qu’ils n’avaient pas le don des langues et que ce n’était pas le Saint-Esprit.
      Or il s’agit bien en Actes2 du Saint-Esprit et de ses dons divers, avec une manifestation du don des langues.
      Ce même don des langues cité par Paul en 1cor.14.
      On ne peut pas conclure qu’en Actes2 il s’agissait de langues humaines car celui qui parle en langues, parle en de nouvelles langues selon l’Esprit et ces langues ne sont pas des langues humaines et comprises par les humains.
      Ce sont toutes des langues de l’Esprit incompréhensibles de tout humain.

      La Bible exprime que certains les « ENTENDAIENT » parler en leur langue maternelle.
      La Bible ne dit pas qu’ils COMPRENAIENT ce qui se disait dans les langues de l’Esprit.
      D’un côté on traduit « Akouo (grec) » par « entendre »[Actes2] et d’un autre par « comprendre »[1Cor.14:2].
      Donc l’Esprit voulait montrer par là que en Actes2, les hommes ne « comprenaient » pas ce qui se disaient mais ils les « entendaient…et saisissaient par l’Esprit »

      La différence ici entre « comprendre » et « entendre » c’est que si ils comprenaient, cela spécifierait un langage humain et selon l’intelligence humaine mais la Bible dit : ils les « ENTENDAIENT… ».
      Donc en Actes2, on n’est pas ici dans le registre de l’appel à l’intelligence humaine et de la compréhension d’un langage ou d’une langue mais bien dans un rapport ou le Saint-Esprit permet à certains d’entre eux de saisir par lui-même (par l’Esprit) ce qui se disaient par les autres afin que tous glorifient Dieu pour l’effusion du Saint-Esprit qui vient avec des charismes divers, don des langues, don d’interprétation des langues, don des guérisons, don des miracles etc…

      Ceux qui « entendaient et saisissaient les langues de l’Esprit » étaient saisis eux même par l’Esprit et eux aussi manifestaient un don de l’Esprit qui est le don d’interprétation des langues.

      ► Ce don d’interprétation permets d’entendre la langue de l’Esprit selon une langue humaine connue et comprise des hommes.

      C’est pourquoi en 1Cor.14 Paul exhorte à prier pour le Don d’interprétation des langues, car sans le don d’interprétation des langues, nul ne peut saisir ce qui se dit dans une langue de l’Esprit…
      …Afin que celui qui donne une langue de l’Esprit, dans une assemblée de l’Église réunie, édifie ceux qui sont présents et ne comprennent pas car celui qui parle en langues NUL ne le comprends et en peut le comprendre mais par l’interprétation des langues chacun peut être édifié par le rapport orale de ce qui est entendu de la langue de l’Esprit.

      Le parler en langue en Actes2 est le même que en 1Cor.14, c’est exactement le même don.
      Personne ne comprends une langue de l’Esprit mais si quelqu’un « entends en sa langue usuelle et parlée » ce qui est donné dans une langue de l’Esprit, l’on n’est plus dans le registre de la compréhension d’une langue par l’intelligence mais dans le registre de l’Esprit qui permets de saisir ce qui est dit par la langue de l’Esprit, car la langue de l’Esprit est interprétée par l’Esprit seul et non pas par l’intelligence humaine.

      C’est un MIRACLE de Dieu afin que l’homme le glorifie et qu’aucun homme ne méprise le Saint-Esprit et ses dons.

      Qu’importe les pensées sur ce qui vient car avant même de parler je suis déjà décrêté à coups de verset en « faux docteur » :
      Il est certes vrai que ce que j’enseigne n’est pas commun ni peut-être déjà entendu des hommes car ce que j’enseigne sur ce thème je l’ai reçu du Saint-Esprit et je le dis selon que je l’ai entendu.

      Non je n’ai plus peur de dire « j’ai entendu » et ce n’est pas de l’orgueil chez moi.
      De même que celui qui est de peau noir dit « je suis noir » et que c’est une réalité, et que celle qui est femme dit « je suis femme », je dis « j’ai entendu le Saint-Esprit » et je me suis incliné devant sa majesté et j’ai jeté mes convictions précédentes sur le thème pour saisir sa Sagesse et son enseignement…

      J’ai compris, car mon oreille avait entendu parler de Dieu mais maintenant mon œil l’a vu !
      [youtube https://www.youtube.com/watch?v=OtZ9QGl8jno&w=854&h=480%5D

      Que celui a qui l’Esprit entende l’Esprit du Seigneur.

      • Bible2000

        À « Shor L. // 14 décembre 2015 á 14 h 51 min ».
        Shor a écrit ceci: « Les ‘humaines’, cela vous l’ajoutez au texte… ».
        ___Relisez tous les versets bibliques que j’ai cités et vous verrez que je n’ai pas fait cet ajout dans les versets en question. Lorsque de dis qu’il est ÉCRIT que les 120 parlaient des langues humaines, c’est dans le sens que l’ensemble du chapitre 2 des Actes nous ÉCRIT cette vérité. C’est donc dans l’ensemble du contexte que cette vérité nous est ÉCRITE. Je pense que les gens comprennent bien cela puisque aussi j’affichais les versets de la Bible en question pour que les gens puissent les lire et vérifier.
        ___Concernant le mot grec « akouo » traduit par « entendre », il ne se limite pas à ENTENDRE sans COMPRENDRE. Souvent « akouo » est utilisé pour « entendre » une personne qui nous parle. Or, une personne qui nous parle on entend et comprend ce qu’elle nous dit; pourtant elle parle la même langue que nous. Par exemple:

        Actes 2.8: « Et comment les entendons-nous (grec: « akouo » no.191) dans notre propre langue à chacun, dans notre langue maternelle? »

        Matthieu 13.18: « Vous donc, écoutez (akouo) ce que signifie la parabole du semeur. »

        Matthieu 8.10: « Après l’avoir entendu (akouo), Jésus fut dans l’étonnement… »

        ___Voici le lien pour tous les versets en français contenant ce mot grec « akouo »:
        http://www.enseignemoi.com/bible/strong-biblique-grec-akouo-191.html

        ___Or, quand il est écrit que celui qui parle en langue PERSONNE ne le comprend (en grec c’est le mot « akouo », donc « personne ne l’entend »), cela sous-entend que ce n’est pas la langue commune du peuple de cette région-là; cela sous-entend qu’il n’y a personne dans l’assemblée qui parle cette langue, puisque cette langue est une langue qui est étrangère à cette région-là; c’est pourquoi il doit y avoir un interprète pour comprendre les actions de grâce qui se disent dans cette langue humaine étrangère.

        1 Corinthiens 14.2: « En effet, celui qui parle en langue ne parle pas aux hommes, mais à Dieu, car personne ne le comprend (grec: « akouo » no.191), et c’est en esprit qu’il dit des mystères. »

        ___Mais en « Actes 2 », les langues parlées n’étaient pas étrangères à tous ceux qui les entendaient, puisque chacun entendait et comprenait la langue parlée qui correspondait à sa langue maternelle dans le pays d’où ils venaient d’arriver, car ces gens-là venait d’autres pays temporairement pour la fête de la Pentecôte. Chaque personne entendait et comprenait la langue qui correspondait à la sienne, celle de son pays d’où il vient. Quelle simplicité à comprendre cela. Ainsi, la multitude ENTENDAIT et COMPRENAIT les langues PARLÉES par les 120 disciples. Il est écrit que c’est TOUS les gens de cette multitude qui entendaient et comprenaient ces langues étrangères et non pas quelques-uns seulement comme vous dites.
        ___Mettons une chose au clair: je n’ai jamais dit que je ne croyais pas au don des langues dont la Bible parle; je crois qu’aujourd’hui, Dieu peut manifester tous les « dons » qui sont écrits et même plus. Ce que je dis, c’est que la majorité du parler en langues que l’on voit aujourd’hui dans les milieux « chrétiens » n’est pas de Dieu et qu’il y a donc une grande séduction. Bien souvent il y a du désordre lors de ces parler en langues: des gens tombent de douleur, marchent sur le dos des bancs, bouge d’une façon indécente, cris, font croire que l’interprétation s’adresse à une autre personne, tandis que la Bible dit que celui parle en langue parle non aux hommes, mais à Dieu, etc. etc. etc. On peut donc voir beaucoup de désordre et de confusion.

        1 Corinthiens 14.33: « Car Dieu n’est pas [un Dieu] de désordre, mais de paix, comme dans toutes les assemblées des saints. »

        ___Je m’adresse à tous. Sachez qu’en louant Dieu sous l’inspiration de l’Esprit en chantant en français, vous pouvez vous édifier vous-mêmes par l’Esprit de Dieu qui siège au milieu de vos louanges; et vous aurez la certitude que ce que vous chantez c’est vraiment des louanges et qu’elles sont faites à Dieu; cela plait au Seigneur.

        Psaumes 22.3 (22:4): « Pourtant tu es le Saint, Tu sièges au milieu des louanges… »

        Hébreux 13.15: « Offrons donc, par lui, sans cesse à Dieu un sacrifice de louanges, c’est-à-dire le fruit des lèvres qui confessent son nom. »

        Éphésiens 5.18: « …soyez remplis de l’Esprit, (19) en vous entretenant par… des cantiques spirituels, chantant et psalmodiant de votre coeur au Seigneur »

        ___Mais il faut refuser les pensées charnelles de toutes sortes pendant vos louanges et ne pas vivre dans le péché et ne pas détester quelqu’un (Matthieu 18.35); refusez simplement ce qui est contraire à Dieu (Philippiens 4.8), sinon cela attristera le Saint-Esprit. Il n’est pas obligatoirement de chanter fort, ça peut être à voix très basse tout en étant assis dans votre salon les yeux fermés seul. Il se peut que quelquefois ça prenne plus de temps que d’autres fois à ressentir la présence de Dieu, Sa gloire au travers vous. Même au milieu de la nuit lorsque vous avez de la difficulté à dormir, vous pouvez chanter des louanges à Dieu; et si votre cerveau est trop fatigué pour réfléchir sachez que c’est encore mieux, car vous aurez mieux conscience de votre esprit, car aussi le Diable a plus de difficultés à vous injecter des pensées de toutes sortes pendant ce temps de louange où votre cerveau est fatigué, car vous n’avez pas besoin de réfléchir pendant vos louanges, mais faites-en en esprit sans raisonnement ni pensée. Vous pouvez autant louer Dieu 15, 30 ou encore mieux 60 minutes par jour régulièrement; c’est un sacrifice agréable à Dieu. Vous pouvez inventer les aires de chants et les paroles; vous pouvez même chanter le mot « Alléluia » 100 fois de suite ou chanter un même petit chant une demie heure de temps à répétition; et si vous faussez ce n’est pas à cela que Dieu regarde. Ne cherchez pas la joie quand vous louez, mais louez le Seigneur Jésus par Son Esprit, car c’est Lui qui manifestera Sa joie quand il se manifestera en vous de plus en plus. Voilà! Le diable ne veut pas que la gloire de Dieu se manisfeste en vous et c’est pourquoi quand vous louerai Dieu, les mauvais esprits roderont autour en essayant de vous déranger (1 Pierre 5.8), soit par un voisin, un téléphone, etc.; vous saurez alors qu’il y a une guerre dans l’invisible pour vous empêcher d’avoir la gloire de Dieu en vous, mais le Seigneur vous aime constamment. Si un jour vous êtes tombés dans le péché, relevez-vous et louez-le, vous n’êtes plus sous la loi qui condamne, mais vous êtes mort à ce monde à la croix il y a 2000 ans et vous êtes maintenant assis dans les lieux célestes en Jésus (Colossiens 2.20; 3.1-3; Éphésiens 2.6; Romains 8.1), car vous faites partie de Son Corps (1 Corinthiens 12.27), il vous a racheté une fois pour toutes (1 Corinthiens 6.20).

        ___Voici un livre que je conseille très fortement à tous: intitulé « Le don de parler diverses langues », écrit par « Ralph Shallis »; éditions du C.C.B.P. ou s’adresser dans des librairies évangéliques. Même de nombreux versets grecs y sont analysés très soigneusement.

        Raymond Houle

        • @Bible2000 // 14 décembre 2015 á 21 h 31 min //
          ___Relisez tous les versets bibliques que j’ai cités et vous verrez que je n’ai pas fait cet ajout dans les versets en question.
          ____________
          C’est bien ce que je vous conteste, vous dîtes langues humaines alors que le texte ne le dit pas, le texte dit :
          4 Et ils furent tous remplis du Saint-Esprit, et se mirent à parler en d’autres langues, selon que l’Esprit leur donnait de s’exprimer.

          Le texte n’a JAMAIS dit que c’étaient des langues humaines.
          Le « humaines » c’est vous et vous seul qui l’ajoutez pas le texte.
          Vous interprétez le texte selon votre entendement et non selon l’Esprit c’est là votre problème.

          La Bible dit « en d’autres langues selon que l’Esprit leur donnait de s’exprimer »
          Donc des langues de l’Esprit et non des langues humaines.
          Or qui parle une langue de l’Esprit ne parle pas une langue humaine.
          Celui qui parle en langues personne ne le comprend et cette règle est doctrinale que vous le vouliez ou pas !
          De sorte que les apôtres parlaient une langue inintelligible des hommes et certains de ceux qui entendaient, entendaient des sons qu’ils ne comprenaient pas, donc un « baragouinage » pour eux, le fameux « shabalababa » d’où la conclusion de certains : » Ils sont plein de vin doux ! »

          Mais d’autres entendaient en leur langue maternelle et cela est un miracle car c’est aussi un don, le don d’interprétation des langues.

          Visiblement vous ignorez ce qu’est le don d’interprétation des langues.
          Quand certains entendent « shabalababa », celui qui possède le don d’interprétation des langues, entends ce qui se dit en langue usuelle et peut donner l’interprétation aux autres, par ce qu’il entends de la langue.

          C’est cela le don d’interprétation des langues.
          Celui qui a le don d’interprétation des langues ne comprends pas ce qui se dit mais il reçoit instamment par l’Esprit l’interprétation et il entends en sa langue usuelle.
          C’est un miracle de l’Esprit !
          Car si dans l’Église, il y a plusieurs personnes ayant le don d’interprétation, tous ne reçoivent pas l’interprétation quand une langue de l’Esprit est donnée, de sorte que certains de ceux qui ont le don d’interprétation entendent « shabalababa », tandis que d’autres entendront en langue usuel et ceux là peuvent donner à leur tour l’interprétation selon l’ordre et la bienséance en Christ.

          Si vous voulez l’ignorez, ignorez le mais ne dîtes surtout pas que l’explication ne vous a pas été donnée.

          Un minimum d’honnêteté scripturaire vous aurait conduit à la Révélation mais j’observe quelqu’un de dur d’oreilles et d’entendement, un homme au cou raide.

          Ce que je vous écris n’est pas inventé, je n’ai fait AUCUN ajout au texte, j’ai laissé un texte expliquer l’autre texte.
          Vous ne pouvez pas m’imputer d’ajouter quoi que ce soit à la Parole écrite ce que vous vous faites et j’estime que c’est à vous de revenir à la simplicité des écritures sur ce point.

        • Bible2000

          ___Shor, montrez-nous où c’est écrit : « langue de l’Esprit ». Déjà-là vous ajoutez cette expression en l’interprétant en plus à votre façon. Cette expression se trouve à aucun endroit dans toute la Bible.
          ___Sachez que des paroles dites par l’Esprit peuvent très bien être dites en langues humaines; en voici la preuve.

          Matthieu 10.19-20: « Mais, quand on vous livrera, ne vous inquiétez ni de la manière dont vous PARLEREZ ni de ce que vous DIREZ: ce que vous aurez à DIRE vous sera donné à l’heure même; (20) car ce n’est pas vous qui parlerez, c’est l’ESPRIT de votre Père QUI PARLERA EN VOUS. »

          1 Corinthiens 12.7-8: « (7) Or, à chacun la manifestation de l’Esprit est donnée… (8) …à l’un est donnée par l’Esprit une PAROLE de sagesse; à un autre, une PAROLE de connaissance, selon le même Esprit; »

          ___Concernant le reste de votre raisonnement vous l’avez déjà dit plusieurs fois et je pense qu’on a bien compris, mais cela contredit les écritures. Il est préférable de faire raisonner les écritures par elles-mêmes, car la foi des lecteurs doit venir des écritures…

          Raymond Houle

        • @Bible2000 15 décembre 2015 á 15 h 08 min
          ____________
          il est écrit :
          1 Corinthiens 14:2 En effet, celui qui parle en langue ne parle pas aux hommes, mais à Dieu, car personne ne le comprend, et c’est en esprit qu’il dit des mystères….
          ….
          14 Car si je prie en langue, mon esprit est en prière,

          C’est dit ici !
          Mon esprit est en prière.
          Donc c’est mon esprit qui prie (pas mon intelligence) et qui parle à Dieu.
          Donc la langue est l’expression orale de mon esprit et non pas de mon intelligence.
          Ce qui se dit ce sont des paroles exprimées par mon esprit, c’est la langue de mon esprit par le Saint-Esprit.

          En simple c’est la langue donnée instamment par l’Esprit et par laquelle mon esprit prie Dieu.
          C’est cela le don des langues.

          Et c’est une langue que personne ne comprends car c’est mon esprit qui parle à Dieu selon que le Saint-Esprit lui donne de s’exprimer.

          Dire que le parler en langue ce sont des langues de l’Esprit ou des langues nouvelles données par l’Esprit à mon esprit, c’est scripturaire.
          Dire que ce sont des langues humaines ce n’est pas scripturaire.

          Nous savons tous que la prophétie est un ensemble de paroles inspirées par Dieu en langue intelligible et que Dieu inspire aussi par son Esprit des paroles intelligentes dans les cœurs.
          Mais nous parlons ici du « don des langues » cela n’a rien à voir avec une inspiration selon l’intelligence du Saint-Esprit dans les cœurs !

          Le « don des langues », ce sont des langues nouvelles parlées par mon esprit selon que l’Esprit lui donne de s’exprimer et cette langage est inaccessible à toute intelligence d’homme.

          Il y a parler par mon intelligence sous l’inspiration de l’Esprit mais il y a aussi parler par mon esprit selon que l’Esprit me donne de m’exprimer.

          La langue de l’intelligence est la langue humaine comprise mais celle de mon esprit n’est pas une langue humaine et de l’intelligence car cette langue m’est donnée instamment par le Saint-Esprit (les langues de feu vinrent de poser sur…sens du haut vers le bas, langue qui vient d’en haut).

          Par quel terme peut-on qualifier une langue donnée par le Saint-Esprit et par laquelle mon esprit parle directement à Dieu sinon que c’est une langue de l’Esprit(car donnée par l’Esprit puisqu’elle vient du Saint-Esprit).

          Vous traduisez par « humaines » ce qui est de l’Esprit et qui coule de source et ensuite vous exigez des explications.
          C’est vraiment ne pas vouloir comprendre.

        • Bible2000

          À :Shor L. 16 décembre 2015 á 2 h 37 min »:
          L’expression: « langue de l’esprit » ne se trouve pas non plus dans la Bible, pas plus que l’expression: « langue de l’Esprit ». C’est une expression que le malin doit beaucoup aimer utiliser, car cette expression est excellente pour semer la confusion, car la préposition « de » a au moins quatre sens en français:
          1) il indique l’origine ou la source (ex.: J’arrive de Paris; l’amour qui vient de l’Esprit),
          2) il marque la possession (ex.: L’auto de Pierre; l’Amour de l’Esprit),
          3) il peut être attribué au temps, la durée, la distance, la qualité, etc. (ex.: une auto du siècle dernier; une auto de trois mètres; l’auto retardée de 30 minutes; etc.
          4) il peut introduire un complément d’objet indirect, un verbe transitif ou pronominal ou à l’infinitif, etc. etc. (se priver de l’Esprit; le don de l’Esprit; rempli de l’Esprit; rien de nouveau; etc.)

          ___Voici ce qu’on pourrait interpréter pour l’expression « la langue de l’Esprit »:
          1- langue que l’Esprit crée,
          2- langue qui vient de l’Esprit,
          3- langue qui est parlée par l’Esprit,
          4- langue que l’Esprit manifeste,
          5- langue qui appartient à l’Esprit,
          6- langue qui est transmise par l’Esprit,
          7- langue par laquelle l’Esprit aide à parler, etc. etc. etc.
          ___L’expression: « en esprit » ou « en Esprit » est très différente de l’expression: « de l’esprit » ou ‘de l’Esprit » qui n’est pas biblique du tout, car beaucoup de personnes pourraient premièrement comprendre cette expression comme « la langue personnelle que Dieu parle habituellement dans le ciel »; on sait que ce n’est pas le cas, car aussi il y avait plusieurs langues différentes qui se parlaient en « Actes 2 ». Alors, pourquoi ne pas se limiter à utiliser des termes bibliques (qui sont déjà là) pour éviter un triple sens qui produirait une triple confusion ?
          ___Or, le mot grec « én » signifie « dans » ou « en », mais lorsqu’il est instrumental il signifie « par ». Le verset français de « 1 Cor 14.2 » que vous citez emploie le mot français « en »; mais dans le grec, ce verset ne contient pas le mot grec « én » (signifiant « dans », « en » ou « par »), il est absent et le mot « ESPRIT » est au datif, ce qui fait que les traducteurs peuvent le comprendre et traduire différemment ce verset (la « Martin » ne se prononce pas sur le fait de savoir si le mot ESPRIT est « esprit » ou « Esprit »; en grec les minuscules n’existaient pas à l’époque):

          1 Corinthiens 14.2 (Darby 1872): « …mais en esprit il prononce des mystères. »

          1 Corinthiens 14.2 (Martin): « …et les mystères qu’il prononce ne sont que pour lui. »

          1 Corinthiens 14.2 (Lausanne 1872): « …il prononce des mystères par l’Esprit »

          1 Corinthiens 14.2 (TOB): « …son esprit énonce des choses mystérieuses »

          ___De toute façon, par l’ensemble des écritures, on sait que ces langues sont données par l’Esprit au travers notre esprit en sorte que les paroles sont exprimées par notre bouche qui fait partie de notre corps de chair mortel qui sert d’instrument à Dieu (2 Corinthiens 4.11; Romains 6.13).

          1 Cor 12.8 (Darby): « (8) …est donnée, par l’Esprit… (10) …[diverses] sortes de langues ; et à un autre l’interprétation des langues.

          1 Corinthiens 14.14: « Car si je prie en langue, mon esprit est en prière, mais mon intelligence demeure stérile. »

          ___Or Shor, le problème n’est pas de comprendre que l’Esprit produit les langues au travers de l’esprit de celui qui parle, mais plutôt de savoir si c’est une langue humaine (ce que j’ai déjà démontré).
          ___Le fait que ce soit l’Esprit qui parle au travers de l’esprit humain, ne signifie pas que c’est une langue qui n’est pas humaine. L’Esprit a même déjà créé des langues humaines qui ne se parlaient pas avant et pourtant c’était la première fois que des humains parlaient ces langues inculquées (ou imprimées) par l’Esprit de Dieu dans la mémoire: on voit cela à l’époque de la tour de Babel où Dieu a confondu leur langage.
          http://www.cnrtl.fr/lexicographie/inculquer

          Genèse 11.1, 6, 7: « -Toute la terre avait une seule langue et les mêmes mots. (6) Et l’Éternel dit: Voici, ils forment un seul peuple et ont tous une même langue, … (7) Allons! descendons, et là confondons leur langage, afin qu’ils n’entendent plus la langue, les uns des autres. »

          ___Ainsi, du temps de la tour de Babel, ils se mirent à parler en d’autres langues selon que l’Esprit leur a donné de s’exprimer. L’exception en « Actes 2 », c’était des louanges merveilleuses sur Dieu qu’ils exprimaient dans une langue humaine non commune à la leur; ils exprimaient des actions de grâce (1 Cor 14.17); tandis qu’à la tour de Babel, Dieu a modifié leur mémoire en sorte que lorsqu’un de ces groupes de personnes (famille, etc.) parlait (une famille par exemple), aucune PERSONNE d’un autre groupe NE LE COMPRENait. Donc, le fait que l’Esprit produise une langue au travers l’esprit humain, cela ne signifie pas que c’est une soi-disante langue personnelle que Dieu seul connaisse; car en « Actes 2 », ils parlaient plusieurs langues au pluriel. Or, pourquoi Dieu aurait-il plusieurs langues personnelles qu’il ne parle pas avec les anges ni même avec personne ? Car aussi, nous avons vu que dans ce parler en langues en « Actes 2 », ce ne sont pas des langues des anges, car selon « 2 Corinthiens 12.4 », ces dernières ne sont pas données aux hommes d’être exprimées. Où est donc la logique pour Dieu d’avoir plusieurs langues personnelles qu’il ne dialogue avec personne ? Comme nous le savons, c’est l’Esprit Lui-même qui PARLE au travers l’esprit humain en « Mt 10.19 » dans le language humain de la personne qui se défend contre ses adversaires, mais ici LES AUTRES LES COMPRENAIENT parce qu’ils parlaient la même langue. Mais si un chinois serait de passage dans cette assistance, il ne comprendrait rien, ce serait un mystère pour lui d’entendre l’Esprit du Père PARLER au travers son disciple qui se défend devant un juge par exemple; c’est normal, car c’est une langue qui n’est pas de sa région (en Chine) où il vit normalement; donc ce chinois NE LE COMPREND PAS lorsque ce disciple de Jésus parle pour sa défense. Ce n’est pas identique à 100% au parler en langue en « Actes 2 », mais c’est le principe qui est le même.

          Matthieu 10.19: « Mais, quand on vous livrera, ne vous inquiétez ni de la manière dont vous parlerez ni de ce que vous direz: ce que vous aurez à dire vous sera donné à l’heure même; (20) car ce n’est pas vous qui parlerez, c’est l’Esprit de votre Père qui parlera en vous. »

          Raymond Houle

        • @Bible2000 17 décembre 2015 á 0 h 32 min
          ____________
          Que dit le texte ?
          6 Au bruit qui eut lieu, la multitude accourut, et elle fut confondue parce que chacun les entendait parler dans sa propre langue.
          7 Ils étaient tous dans l’étonnement et la surprise, et ils se disaient les uns aux autres : Voici, ces gens qui parlent ne sont-ils pas tous Galiléens ?
          8 Et comment les entendons-nous dans notre propre langue à chacun, dans notre langue maternelle ?
          9 Parthes, Mèdes, Elamites, ceux qui habitent la Mésopotamie, la Judée, la Cappadoce, le Pont, l’Asie,
          10 la Phrygie, la Pamphylie, l’Egypte, le territoire de la Libye voisine de Cyrène, et ceux qui sont venus de Rome, Juifs et prosélytes,
          11 Crétois et Arabes, comment les entendons-nous parler dans nos langues des merveilles de Dieu ?
          12 Ils étaient tous dans l’étonnement, et, ne sachant que penser, ils se disaient les uns aux autres : Que veut dire ceci ?

          Toute cette partie là concerne uniquement ceux qui entendaient en leurs langues maternelles et ils étaient tous dans l’étonnement et se disaient l’un à l’autre que veut dire ceci ?

          Et la Bible poursuis avec une conjonction de coordination qui est le « mais » …
          Donc on passe à un autre groupe de Juifs

          La version Saci rend le texte ainsi :

          5 Or il y avait alors dans Jérusalem des Juifs religieux et craignant Dieu, de toutes les nations qui sont sous le ciel.

          6 Après donc que ce bruit se fut répandu, il s’en assembla un grand nombre, qui furent épouvantés de ce que chacun d’eux les entendait parler en sa langue.
          7 Ils en étaient tous hors d’eux-mêmes; et dans cet étonnement ils s’entre-disaient: Ces gens-là qui parlent, ne sont-ils pas tous Galiléens?
          8 Comment donc les entendons-nous parler chacun la langue de notre pays?
          9 Parthes, Mèdes, Elamites, ceux d’entre nous qui habitent la Mésopotamie, la Judée, la Cappadoce, le Pont et l’Asie,
          10 la Phrygie et la Pamphylie, l’Egypte et cette partie de la Libye qui est proche de Cyrène, et ceux qui sont venus de Rome.
          11 Juifs aussi et prosélytes, Crétois et Arabes, nous les entendons parler chacun en notre langue, des merveilles de Dieu.
          12 Etant donc tous étonnés et dans la dernière admiration, ils s’entre-disaient: Que veut dire ceci?

          13 Mais d’autres s’en moquaient, et disaient: C’est qu’ils sont ivres et pleins de vin doux.

          Le texte est clair et formel, les autres ne sont pas de ceux qui entendaient en leur langue maternelle.
          C’est un autre groupe.

          CQFD

        • @ Bible2000
          ______________
          Quand un miracle est de Dieu vous dîtes bien que c’est un miracle de l’Esprit, c’est à dire attribué à l’Esprit.
          Où dans la Bible c’est noté « miracle de l’Esprit » ?
          C’est une expression spécifiant simplement que le miracle est manifesté par l’Esprit, propre à l’Esprit, appartenant à l’Esprit… N’est ce pas ?
          Alors pourquoi pinailler quand on dit « langue de l’Esprit », alors que c’est écrit « selon que l’Esprit donne de s’exprimer » ?

          Quand une prophétie vient de Dieu ne dit-on pas qu’elle est de L’Esprit ?
          On dit bien une prophétie de l’Esprit, donc en quoi est ce une grosse affaire de dire la langue de l’Esprit ?

          Bref…

          *****
          Vous avez lu dans le texte « …à parler en d’autres langues, selon que l’Esprit leur donnait de s’exprimer. » et vous avez selon votre exégèse traduit en « …d’autres langues humaines« .
          Où avez vous vu le « humaines » ? Ce n’est pas scripturaire car 1Cor.14 le démontre.
          Pour vous opposer le texte biblique j’ai dit « des langues de l’Esprit » ce qui n’est pas faux car ce sont des langues données par l’Esprit.
          Ce n’est qu’une notion exprimant une pensée biblique.

          Une chose demeure en Actes2, c’est le don des langues donc les apôtres ne parlaient pas des langues humaines ou les langues compréhensibles par les hommes !
          Sinon ce ne serait pas le don des langues qui est un don du Saint-Esprit que nul ne comprends.

          Mais comme on aime à pinailler pour assœir des doctrines étrangères sur le parler en langues, je laisse ceux là à leurs explications douteuses et erronées, croyant que ceux qui lisent sont assez intelligents pour ne pas suivre des propos floues.

          J’ajoute que :
          Aucun parler en langue n’est une langue intelligible pour les humains ou comprise par les humains.
          Une langue de l’intelligence est une langue comprise par les hommes, donc parlée par les hommes, et l’on peut conclure que ce sont des langues humaines.
          Mais, celui qui parle en langues, s’exprime en de nouvelles langues données par le Saint-Esprit, non avec son intelligence mais avec/par son esprit.
          Ce n’est pas une langue de l’intelligence pour dire que c’est une langue humaine puisque Jésus dit que ce sont de « nouvelles langues » (donc inconnues des humains).
          Paul explique ce don en disant que c’est une langue donnée par L’Esprit et parlée par notre l’esprit qui s’adresse non pas aux hommes mais à Dieu.
          L’on dit par l’Esprit et dans une langue inconnue des hommes ou une langue étrangère des hommes, des mystères à Dieu.

          Paul dit que ces langues ne s’adressent pas aux hommes mais à Dieu.
          Or vous même dîtes qu’il n’existe qu’un don du parler en langues qui est le même en Actes2 et 1Cor.14
          Pourquoi voulez vous que ce soient des langues comprises par l’homme vue qu’elles ne s’adressent déjà pas aux hommes mais à Dieu selon 1Cor.14 ?
          De plus si ces langues peuvent être comprises(langues humaines pour utiliser votre expression) quelle est l’utilité du don d’interprétation des langues ?
          A quoi il sert si ceux qui sont là comprennent sans ce don ?
          Car le don d’interprétation des langues est donné pour saisir ce qui se dit par la langue parlée par l’esprit et que personne ne comprends !

          Si la langue pouvait être une langue humaine comprise ou une langue intelligible, à quoi servirait encore le don d’interprétation des langues ?
          Le don des langues sert-il a traduire littéralement une langue humaine inconnues des hommes ou à interpréter une langue nouvelles inconnues de tous les humains ?
          Le don d’interprétation des langues ne traduit rien du tout, il interprète en langue usuel ou maternelle ou humaine la langue donnée par l’Esprit qui n’est compris par personne et que nul humain ne peut comprendre.

          Le Saint-Esprit ne pouvait-il pas donner directement la langue intelligente pour parler à Dieu et tous auraient compris sans l’usage du don d’interprétation des langues ?
          Dans ce cas on ne parlerait plus de « don des langues » (car celui qui parle en langue personne ne le comprends et même pas lui même ne se comprends) et on ne parlerait plus de don d’interprétation des langues.
          Tous se contenteraient de la prophétie, de la parole de sagesse et de la parole de connaissance et de l’inspiration par l’Esprit en langues intelligentes afin de prier, parler à Dieu et glorifier Dieu !
          N’est ce pas ?

          Or le don des langues et le don d’interprétation des langues existent bien et ce don des langues n’est pas comme le don de prophétie ou de parole de sagesse ou de connaissance car sans le don d’interprétation des langues, ce don des langues n’est d’aucune utilité dans l’Église car PERSONNE ne comprends la langue donnée par l’Esprit et exprimée en esprit.

          Ainsi en Actes2, on parle bien du don des langues, ces langues inconnues des hommes puisque les langues de feu se posent sur les 120.Donc elles viennent bien d’en haut et de l’Esprit.
          Cette simple vision traduit bien qu’il s’agit non pas de choses terrestres mais bien de choses célestes.
          Ce qui est donné vient d’en haut et n’est pas terrestre pour dire que les langues étaient humaines.
          Le don des langues manifesté en Actes2 est exactement ce que Paul en dit en 1Cor.14, car il n’existe en effet pas deux dons différents des langues mais un seul don des langues exprimé partout dans la Bible de la même manière par l’Esprit.

          Ainsi le don du parler en langues manifesté par les apôtres en Actes2 n’est pas différent de ce que l’on retrouve en 1Cor.14 ou encore chez les pentecôtistes ou charismatiques que l’on accuse à tord de parler une langue de démon ou du charabia en « shabalababa ».

          C’est strictement la même chose à la différence que chez certains, on fait les choses dans le désordre et avec beaucoup de démonstrations de chair alors que Dieu est un Dieu d’ordre et de paix.

          Le reproche que l’on pourrait faire à certaines confessions, c’est le désordre dans la manifestation des dons spirituels mais les dons sont bien divins.
          Mais on ne peut pas les accuser d’avoir reçu un « des langues satanique » comme j’entends beaucoup dire, car s’il est donné à Satan de faire certaines choses, tout ne lui est pas permis par Dieu.
          Il y a des miracles dont Satan ne touchera jamais et qui est « propriété exclusive » du Saint-Esprit.

          • Ressusciter un mort est propriété de Dieu,
          • Faire un miracle au nom de Jésus est propriété de Dieu et cela quelque soit l’individu qui a fait le miracle et le miracle produit,
          • Toute parole qui s’accomplit au nom de Jésus est de Dieu car c’est Dieu qui a donné la parole et qui l’a accompli,
          • Tout démon chassé au nom de Jésus est œuvre du Saint-Esprit même si le démon est chassé par quelqu’un qui ne suit pas le cursus traditionnel des catholiques ou protestant ou évangélique,
          • Par Jésus-Christ, en son nom, tout don divers merveilleux de miracles, de guérisons, de parler en diverses langues inconnues, d’interprétation des diverses langues inconnues est de Dieu car c’est la promesse accomplie de la prophétie du prophète Joël,

          ► Le « don des langues » est propriété exclusive du Saint-Esprit car c’est l’accomplissement de la prophétie de Joël

          Ainsi ne soyez pas si léger et frisant le blasphème contre l’Esprit de penser un instant que les dons du Saint-Esprit ne sont pas protégés par le Saint-Esprit lui même et qu’ils peuvent être manifestés par Satan.
          Chasser un démon, Satan ne peut pas le faire, donner le parler en de nouvelles langues non plus car cela appartient au ministère du Saint-Esprit et Dieu ne permet pas la contrefaçon de ce miracle là !
          Car le don des langues est bien un miracle du Saint-Esprit, tout comme le fait de chasser un démon.
          Ce sont des don de l’Esprit ! Dîtes moi aussi que ce n’est pas écrit « don de l’Esprit ».

          Par ailleurs pour juger spirituellement du « parler en langues », il faudrait déjà :
          Que vous parliez couramment en langues diverses selon que l’Esprit vous donne de vous exprimer !
          Est ce le cas ?
          Non !
          Sinon vous n’aurez pas parlé du don des langues avec une telle contradiction et une telle pauvreté spirituelle flirtant avec le blasphème contre l’Esprit et d’une inintelligence que l’on ne retrouve que chez les incroyants.
          Donc comment pouvez vous juger de ce que vous ne connaissez même pas et ce en quoi vous ne croyez même pas ?
          C’est sans intelligence !

          Donc laissez à ceux qui maîtrise ce don et qui en usent tous les jours, l’intelligence spirituelle d’en parler et encourager ceux qui parlent en langues diverses selon que l’Esprit leur donne de s’exprimer.

          Le parler en langue n’est pas pour les incrédules mais est un signe pour eux.
          Cela on l’a déjà dit car les incrédules se heurtent au parler en langues car ils n’y croient pas et ne peuvent pas le manifester car ils sont incrédules.(je ne dis pas par là, que c’est le seul signe distinctif qu’on a le Saint-Esprit)
          De sorte que le don des langues est bien pour eux(les incrédules) le signe de Dieu annoncé depuis longtemps face à leur incrédulité selon qu’il est écrit : « C’est par des hommes d’une autre langue et par des lèvres d’étrangers que je parlerai à ce peuple, et ils ne m’écouteront pas même ainsi, dit le Seigneur. »

          La preuve je vous en parle par expérience, vous n’écoutez même pas ce que l’on vous dit de l’expérience de ceux qui ont ce don.
          Et cela démontre que vous êtes un incrédule face au don des langues.

          Ce don des langues est comme une « pierre d’achoppement et un rocher de scandale » pour les incrédules et il s’y heurtent pour ne pas y croire et cela pour leur propre confusion.

          Est-il encore utile que je vous pose la question à savoir si vous parlez à Dieu en de nouvelles langues incompréhensibles des humains ?
          Avez vous ce don des langues comme Paul le dit en 1Cor.14 ou vous vous exprimez à Dieu alors que ceux qui vous entendent ne vous comprennent pas ? Avez vous ce don ?

          Si vous ne l’avez pas, pourquoi vous acharnez vous contre ce que vous ne comprenez même pas et que vous ne possédez pas ?
          C’est sans intelligence.
          Car l’apôtre Paul parlait en langues et il parlait de choses qu’il exerçait et maîtrisait et moi aussi je parle en langues, ma femme aussi et je peux vous dire que PERSONNE ne peut comprendre ce qui se dit à Dieu en langues SAUF si cette personne possède le don d’interprétation de langues qui permets de saisir la langue exprimée.

          Actes2,il s’agit bien du don des langues et nul ne peut saisir ce qui est dit à Dieu sans le don qui l’accompagne savoir le don d’interprétation des langues.
          Ainsi on revient à ma démonstration première.

          Bien à vous !

    • Bible2000

      ___En me relisant ici, je me suis aperçue qu’il y a un verset (1 Cor 14.21) dont la version « Segond 1910 » ne reflète pas bien la pensée du grec original concernant le mot « étrangers ». Il aurait fallu que je cite ce verset à partir de la version « J.N. Darby » qui est plus exacte (en grec ce mot « heteros » est bien au « Datif » et non pas au « génitif » comme la « Segond 1910 » le laisse supposer faussement en ajoutant « d' » au mot « étrangers »). En effet, lorsque Pierre (qui venait de parler en langue) a dit à la multitude (en Actes 2) de se repentir, Pierre n’était pas un étranger, mais il était une personne qui venait de parler une langue étrangère à la sienne, les paroles de ses lèvres étaient donc étrangères, il avait des lèvres étrangères lorsqu’elles parlaient en langue. C’est cet homme Pierre qui, par la suite, a parlé à la multitude dans sa langue régulière disant de se repentir. C’était donc par cet homme (Pierre) aux lèvres étrangères que Dieu s’est servi par la suite pour prêcher la repentance à la multitude.
      ___Voici la différence des deux versions de ce verset de « 1 Cor 14.21 ».

      1 Corinthiens (version « Segond 1910 ») 14.21: « Il est écrit dans la loi: C’est par des hommes d’une autre langue Et par des lèvres d’étrangers Que je parlerai à ce peuple, Et ils ne m’écouteront pas même ainsi, dit le Seigneur. »

      1 Corinthiens (version « Darby 1872) 14.21: « Il est écrit dans la loi :  » C’est en d’autres langues et par des lèvres étrangères que je parlerai à ce peuple ; et même ainsi, ils ne m’écouteront pas, dit le *Seigneur « . »

      ___Voilà! Chaque détail est important à mentionner; surtout qu’il y a une grande confusion sur le parler en langues à notre époque.

      Raymond Houle

      • La confusion c’est vous qui la véhiculez et non pas l’Esprit car tout est clair pour qui comprends qu’en Actes2 les apôtres parlaient en langues selon l’Esprit et que personne ne pouvait les comprendre de sorte que ceux qui les entendaient, les entendait selon le même Esprit par lequel ils parlaient.
        Or qui entends la langue de Esprit en sa langue maternelle (usuelle)entends par un don de l’Esprit et ce don est le don d’interprétation des langues.
        CQFD

        • Bible2000

          ___Le texte dit que TOUS les entendaient parler dans leur propre langue maternelle et non pas seulement quelques-uns. Si TOUS auraient eu le don d’interpréter par l’Esprit, alors où sont-ils ceux qui étaient exhortés à se repentir (v.38) ? Car, il faut avoir premièrement été convertis et avoir reçu le Saint-Esprit pour pouvoir avoir le don d’interpréter les langues par l’Esprit. Donc, l’évidence est que ceux de la multitude étaient tous des non-croyants et de ce fait ce qu’ils entendaient étaient bien des langues humaines qui sortaient directement de la bouche des disciples qui parlaient en langues humaines étrangères par l’Esprit. J’ai déjà démontré cela par plusieurs mots du texte biblique qui prouvent cela. Oui, TOUS étaient des incroyants et donc aucun de TOUS ceux-là n’avaient le don d’interpréter les langues, ce qui signifie que TOUS ceux-là entendaient ce qui sortait directement de la bouche des 120 disciples, puisque le don d’interprétation est réservé aux croyants seulement, c’est-à-dire à ceux qui font partie du Corps de Christ (1 Cor 12.10 et 30). C’est l’ensemble du texte biblique qui le dit Shor. Voilà!
          ___Si un autre lecteur veut ajouter quelque chose d’utile alors…

          Raymond Houle

      • @ Bible2000 15 décembre 2015 á 15 h 15 min
        _____________
        Le verset 13 de Actes2 vous contredit car il montre qu’une partie de la multitude entendait en leur langue maternelle et était dans l’étonnement tandis que d’autres disaient qu’ils étaient plein de vin doux !

        Ceux qui disaient « ils sont plein de vin doux » ne sont pas les mêmes qui entendaient en leur langue maternelle puisque la Bible dit au verset
        Actes 2
        13 Mais d’autres se moquaient, et disaient : Ils sont pleins de vin doux.

        d’autres c’est marqué et ils ne sont pas du nombre de ceux qui « entendaient en langue maternelle »

        Il y avaient parmi tous ces Juifs 3 catégories :
        1- les 120 parlant en de nouvelles langues(Don des langues)
        2- La multitude qui accoure et qui tous entendent en sa langue maternelle(Don d’interprétation des langues parlées par les 120)
        3- D’autres qui se moquaient (zéro langue et zéro interprétation)

        Les autres(v:13) sont simplement ceux qui entendaient un charabia et non pas des merveilles de Dieu.
        C’est pourquoi ils conclurent en disant : »Ils sont plein de vin doux ! »
        Ils entendaient du « shabalababa » et rien de plus, ils entendaient des sons inintelligibles tandis que d’autres entendaient en leur langue maternelle les merveilles de Dieu.

        C’est cela le miracle de la Pentecôte.
        Révisez votre texte et cela devient urgent car vous dites tous alors que c’est écrit aussi « D’AUTRES » !

        • Bible2000

          Actes 2.6: « …la multitude… chacun les entendait parler dans sa propre langue. (7) …ils se disaient les uns aux autres: …(8) comment les entendons-nous dans notre propre langue à chacun, dans notre langue maternelle? …(12) Ils étaient tous dans l’étonnement, et, ne sachant que penser, ils se disaient les uns aux autres:
          1) Que veut dire ceci [dirent les uns] ?
          2) (13) Mais d’autres se moquaient, et disaient: Ils sont pleins de vin doux.

          ___Lorsqu’il est écrit: « ils se disaient les uns aux autres », ce sont les gens de la multitude. Qu’est-ce qu’ils se disaient ? Ils se disaient deux choses:
          – Les uns disaient: « Que veut dire ceci,
          – et les autres, parmi cette même multitude, se moquaient en disant: « Ils sont plein de vin doux.
          ___Donc, les mots « ils se disaient les uns aux autres » sont liés à ce que les uns disaient, mais aussi à ce que les autres disaient parmi cette même multitude. Or, il est bien écrit que chacun de cette multitude les entendait parler dans sa propre langue.
          ___De plus, la langue nous permet de dire « il » ou « ils » dans le sens de « on », mais ça ne change rien de toute façon, l’idée reste claire. À l’époque ils avaient leur façon de dire les choses; même chose aujourd’hui entre plusieurs langues actuelles où la façon de dire les choses peuvent varier d’une langue à l’autre. Comme on dit, regarder un arbre de trop prêt nous empêche de voir le paysage de la forêt elle-même. Tout ce que dit « Actes 2 » il faut le lire non seulement dans les détails, mais aussi globalement; ce sont les détails qui forment le tout comme dans un tableau. Autrement dit, une partie ne doit pas contredire l’ensemble; c’est la pensée globale de l’écrivain qu’il faut voir dans les détails qu’il cite et non pas faire contredire ses détails.
          ___Shor, vous dites qu’il est écrit qu’une partie de la multitude ENTENDAIT… tandis que d’autres DISAIENT… C’est faux et vous tordez les écritures une fois de plus. Or, il est écrit qu’une partie DISAIT (ceci) tandis que d’autres DISAIENT (cela). C’est complètement différent. Il est écrit que les gens de la multitude disaient au moins deux choses différentes. Ils (les uns) disaient: « comment les entendons-nous dans notre propre langue à chacun, dans notre langue maternelle? ». Donc les uns DISAIENT que TOUTE la multitude les entendaient parler dans leur langue maternelle et non pas qu’une partie seulement de la multitude les entendait. Donc TOUS les entendaient, mais TOUS ne disaient pas la même chose. Les uns disaient que TOUS les entendaient, tandis que les autres qui entendaient comme eux, disaient qu’ils sont pleins de vin doux. Parmi EUX TOUS, ils disaient donc deux choses différentes: « les uns disaient qu’ils entendaient TOUS » et les autres (qui ne CONTREDISAIENT PAS les dires des premiers) disaient: « ils sont plein de vin doux ». Mais les deux groupes de cette multitude les entendaient TOUS parler dans leur propre langue. Cela concorde très bien avec les autres explications que j’ai données sur le fait qu’il faut être déjà converti et avoir reçu le Saint-Esprit pour pouvoir interpréter des langues par l’Esprit.
          ___Donc, c’est faux quand vous écrivez : « Ceux qui disaient: ‘ils sont pleins de vin doux’ ne sont pas les mêmes qui entendaient en leur langue maternelle ». J’ai démontré que ceux qui disaient ‘ils sont pleins de vin doux’ font également partie de la multitude qui entendait dans leur langue maternelle; une partie de la multitude qui entendait dans leur langue disait qu’ils sont pleins de vin doux et cela à cause de l’attitude des 120 qui parlaient en même temps sans être gêné tout en étant dans la joie qui n’était pas produite par le vin doux comme quelques-uns ont pensé (Zacharie 10.7); ce n’était donc pas à cause d’un charabia qui n’a pas eu lieu et que le texte ne parle aucunement (d’ailleurs, aucun texte ne parle d’un charabia dans tout le nouveau testament). Je pense qu’on peut clore la discussion ici. J’encourage à relire tous mes commentaires plus haut, lesquels peuvent être tous copiés et publiés en totalité.

          Raymond Houle

  • marc laugt

    Shor L. c’est la première fois que j’entend complètement ce genre d’interprétations concernant le parler en langues, c’est très séducteur mais en même ça pose un certains nombre de problèmes.

    Je résume pour voir si j’ai bien compris parce que c’est compliqué vos discours respectifs. Je crois que j’ai bien compris le sens du parler en langue, c’est un parlé de l’esprit en une langue de l’esprit inaccessible et incompréhensible par l’intelligence humaine. Et concernant l’interprétation des langues ce serait d’entendre dans sa langue maternel ce qui est dit à la place d’entendre le ‘blablabla’. Un peu comme quand on voit un film américain en français : les acteurs ont parlé en anglais quand ils ont été enregistré, mais nous quand on vois le film en français une fois traduit, on les entends en français. Là Dieu fait la traduction instantanément dans leur langues maternelles, qui fait qu’ils entendent les paroles qui sont dites dans leurs propres langues maternelles. Ainsi une seule personne parle mais les autres l’entendent dans leur propre langue (plein de langues différentes en même temps, puisqu’il y a plusieurs nationalités).

    Le problème est que tu demanderas à n’importe qui qui a le don d’interprétation des langues, et personne te dira que c’est comme ça que ça fonctionne. Tu ne fais que repousser le problème à un autre endroit, parce que tu dis que le parler en langue tel qu’exercé chez les charismatiques est juste par contre le don d’interprétation des langues lui est totalement faux.

    En plus tu fais des confusions, puisque tu parles de don d’interprétation des langues concernant la foule non convertie qui entendirent dans leurs propres langues les 120, comme si elle ont reçu le don d’interprétation des langues, et donc une fois reçu elles pourront l’exercer plus tard (le don d’interprétation), en ce sens c’est faux. Que tu dise que Dieu a ouvert leurs oreilles ponctuellement et qu’ils entendirent ce qui était dit dans leur langues maternelles (exercice du don d’interprétation des langues), là ça serait juste, mais que tu parles du don d’interprétation comme s’ils pouvaient le refaire, là c’est faux car là ça nécessiterait qu’ils aient l’Esprit Saint. Or le texte dit bien : « Et vous recevrez (au futur) le don du Saint Esprit ».

    maintenant il y a un hic dans ce que tu dis, c’est qu’il dit : « ne sont ils pas tous galiléen ? » en opposition avec « dans notre propre langue maternelle », si c’était de la manière que tu dis, ils n’auraient pas dit ça, ils auraient parlé d’une autre manière, parce que dans ton contexte ils auraient bien sûr compris que ce n’est pas eux qui ont parlé dans leur langue parce qu’une même parole est entendue dans une langue et par son voisin dans une autre. Donc la manière dont c’est dit semble plutôt dire que c’est réellement des langues humaines qui furent parlé à la pentecôte.

    Tu as quand même le mérite de donner une interprétation au versé : « Ainsi donc les langues sont un signe, non pour les croyants, mais pour les incrédules; au lieu que la prophétie est un signe, non pour les incrédules, mais pour les croyants. » (1 Cor 14:22) parce que tu es le premier qui en donne une interprétation, parce que dans toute la littérature que j’ai lu, autant charismatique que non charismatique, tout le monde laissent ce versé de côté. Je vais réfléchir à ce que tu dit. Maintenant ce que tu dis peut être, dans un sens, uniquement une manière de parler, mais cela mérite réflexion. Je m’explique : tu dis que le parler en langue est un signe pour l’incroyant parce que ça révèle son incrédulité, mais on peut également dire : le parler en langue est un signe pour le croyant car ça révèle sa foi. Puisque le parler en langue révèle à la fois l’incrédulité du non croyant (Vous êtes fou) et à la fois la foi du croyant (vous n’êtes pas fou, je l’accepte tel quel). Idem pour la prophétie.
    Personnellement j’ai essayé de mon côté de trouver une signification à ce verser, et ça m’a conduit au contraire à une interprétation pas très élogieuse de la glossolalie. Mais bon ce n’est pas parfait et je suis encore en réflexion. Je posterai peut être dans quelques jours ma réflexion en état des lieux.

  • marc laugt

    Juste un dernier point que j’ai oublié de dire :

    Le parler en langue n’est pas comme tu le dis l’accomplissement de Joël, mais c’est l’effusion du St Esprit qui l’ait. De même le parler en langue n’est pas le seule signe du baptême dans le St Esprit comme tu le dis, par exemple regarde Joël, ou de nombreux passages dans l’ancien testament, ou encore Actes 19:6 où là la moitié parlèrent en langues à la réception du St Esprit et l’autre moitié eux prophétisèrent à la réception du St Esprit.

    Beaucoup de confusion existe malheureusement à ce sujet dans les milieux charismatiques, qui mériteraient des éclaircissements.

    • @marc laugt 24 décembre 2015 á 4 h 02 min
      _________
      Je me cite :
      Le parler en langue n’est pas pour les incrédules mais est un signe pour eux.
      Cela on l’a déjà dit car les incrédules se heurtent au parler en langues car ils n’y croient pas et ne peuvent pas le manifester car ils sont incrédules.(je ne dis pas par là, que c’est le seul signe distinctif qu’on a le Saint-Esprit)

      le lien : http://didascale.com/quest-ce-que-le-parler-en-langues/#comment-775

      Ai je dis que le parler en langue est l’unique signe qu’on a le Saint-Esprit ?
      Non je n’ai jamais dis cela.
      Ainsi vous ne me lisez pas correctement ou ne comprenez pas ce que j’écris.
      Quelle crédibilité dois je vous accorder ?
      Car avant d’imputer à un commentateur une pensée, il convient de le lire correctement et surtout de le comprendre ?

      Quand je dis, je me cite encore :
      ► Le « don des langues » est propriété exclusive du Saint-Esprit car c’est l’accomplissement de la prophétie de Joël

      Il y a un contexte dans mon écrit.
      Ici, c’était pour faire ressortir que ce don est manifesté à cause de l’accomplissement de la prophétie de Joël et que nul ne peut dire que le parler en langue n’est pas de l’Esprit car certains enseignent que le « parler en langues » (sons incompréhensibles) est satanique.
      J’ai bien précisé que sous ce rapport on frise le blasphème contre l’Esprit car le parler en langue c’est bien l’accomplissement de la prophétie de Joël.
      Or si on parle de prophétie de Joël il est évident que l’on parle non pas de Satan mais bien du Saint-Esprit.

      J’aurai pu aussi écrire :
      Le « don des langues » est propriété exclusive du Saint-Esprit car il s’inscrit dans l’accomplissement de la prophétie de Joël.

      Comprenez que je n’ai jamais dit que le parler en langue est l’unique signe que l’on a le Saint-Esprit ou est par lui seul l’accomplissement de la prophétie de Joël, car par ailleurs j’ai bien dit que TOUS ne parlent pas en langues.
      Et l’ensemble de mes démonstrations prouvent que le Saint-Esprit peut venir chez l’un avec le don des langues, chez l’autre avec le don d’interprétation, chez l’autre le don des guérisons…

  • @marc laugt 24 décembre 2015 á 3 h 19 min
    ______________
    En réponse à votre commentaire :

    Concernant votre résumé je précise à partir de votre commentaires certaines phrases pour éviter les remarques déjà faites.

    Je crois que j’ai bien compris le sens du parler en langue, c’est une langue donnée par le Saint-Esprit, une nouvelle langue parlée par l’esprit selon que le Saint-Esprit donne de s’exprimer, une langue inaccessible et incompréhensible par l’intelligence humaine.
    Et concernant l’interprétation des langues ce serait d’entendre dans sa langue maternelle ou usuelle ce qui est dit à la place d’entendre le ‘blablabla’.

    Dieu, au travers du don d’interprétation des langues, donne le sens de ce qui est dit par la nouvelle langue.
    Il donne l’interprétation instantanément dans les langues maternelles(usuelles), qui fait qu’ils entendent les paroles dîtes en esprit dans leurs propres langues humaines.
    Ainsi si une seule personne parle en langues mais que d’autres appartenant à différentes nationalités ayant le don d’interprétation des langues l’entendent chacun entendra dans sa propre langue humaine maternelle ou nationale.

    Je précise :
    S’il y a plusieurs nationalités tels que l’un parle le Russe, l’autre l’Allemand, un autre le Français, un autre l’Anglais et que chacun possède le don d’interprétation des langues, il entendront celui qui parle en de nouvelles langues, chacun en sa propre langue humaine mais cela ne veut pas dire que celui qui parle en langue parle une(des) langue(s) humaine(s)

    Quand celui qui parle en langues s’exprimera dans la/les langue(s) inconnue(s) des humains (ce fameux shabalababa »), le Russe va entendre dans la langue Russe, l’Allemand dans la langue Allemande, le Français dans la langue Française, l’Anglais dans la langue Anglaise, donc il entendront en leur langue humaine de l’intelligence.

    De sorte que chacun va dire à celui qui parle en de nouvelles langues, « je t’entends parler ma langue » ou « tu dis des choses merveilleuses à Dieu dans ma langue ».
    Cependant celui qui parle en langue ne parle la langue d’aucun mais parle selon que l’Esprit lui donne de s’exprimer en une langue inconnue des hommes.
    De là on a fait dire par manque de Révélation que le « parler en langue » est une langue humaine.
    Mais ce n’est pas cela !
    On entends en « langue humaine » par le truchement du don d’interprétation des langues mais le parler en langue reste une langue incompréhensible de toute intelligence d’homme.
    De sorte que si quelqu’un d’autre arrive et n’a pas le don d’interprétation, il entendra celui qui parle en langue dire le « shabalabba » tandis que les autres possédant le don d’interprétation entendrons chacun en leur langue humaine maternelle.

    *****
    J’ai déjà entendu le témoignage de plusieurs qui ont le don d’interprétation, ils entendent bien en leur propre langue humaine ce qui est dit et entendu par un autre en « shabalababa ».

    *****
    Je cite : tu dis que le parler en langue tel qu’exercé chez les charismatiques est juste par contre le don d’interprétation des langues lui est totalement faux.
    ___________
    R:
    Je n’ai jamais dit cela.
    J’ai dit que l’on pourrait reprocher à certaines assemblées d’exercer le don des langues voir même les dons de l’Esprit dans le désordre avec des manifestations charnelles.
    – Dans le désordre parce que la Bible demande que celui qui parle en langue à haute et intelligible voix en assemblée(entendu par tous) puisse aussi donner l’interprétation et s’il ne se trouve pas d’interprètes que l’on n’élève pas la voix mais que chacun parle à soit même et à Dieu. C’est à dire en son cœur ou à voix basse dans le souffle inaudible du murmure.
    – Désordre encore car il y a des gesticulations ou des tremblements etc. des trucs qui font dire, ce n’est pas de Dieu…
    – Désordre car on ne maitrise pas les choses spirituelles.

    ******
    Je cite : …tu parles de don d’interprétation des langues concernant la foule non convertie …

    … Or le texte dit bien : « Et vous recevrez (au futur) le don du Saint Esprit ».

    __________
    R :
    La foule ce sont des juifs, des hommes pieux,[Actes 2:5] ce ne sont pas des inconvertis ou des incroyants dans le sens strict mais des Israélites. Or l’israélite n’est pas sans Dieu.
    Ils connaissent Dieu car ils sont Israël et non pas des païens entre les païens.
    Ils ont tous la connaissance de la loi mosaïque et ils sont tous réunis à Jérusalem pour célébrer la fête juive de la Pentecôte.
    Ce sont des juifs connaissant déjà Dieu et ayant déjà les rudiments par la loi mosaïque.

    La promesse de Dieu est bien pour le Juif premièrement de sorte que lors de l’effusion de l’Esprit, Dieu pour confirmer les promesses faites aux patriarches et accomplir la promesse de Joël visita non seulement les 120 (des Juifs) mais encore ceux qui accoururent et qui étaient aussi des Juifs pieux.

    Aux uns Dieu donne le don des langues, aux autres le don d’interprétation des langues.
    D’autres qui n’ont pas reçu et l’un ou l’autre s’écrient « Ils sont plein de vin doux »
    Pierre par la suite les exhorte par l’Esprit et explique ce qui s’était produit.
    De là beaucoup de juifs eurent le cœur vivement touché et il y eut en ce jour environ 3000 baptisés d’eau.
    Mais il n’y avait que des Juifs.
    Preuve que l’Esprit les avaient tous bien visité conformément à ses promesses.
    Quand Pierre dit : »Vous recevrez le don du Saint-Esprit » il parle dans la généralité pour ceux qui entendaient l’interpellation et se laissaient encore convaincre par Dieu.

    Dieu donne son Esprit a qui il veut car il est écrit « sur toute chair ».
    Cependant chacun aura à rendre compte à Dieu de ce qu’il aura reçu de Dieu.
    La parabole des talents est suffisamment claire la dessus.
    Si les païens eux même en Actes10 reçurent le Saint-Esprit et le parler en langue sans le baptême d’eau et sans même qu’ils ne demande le Saint-Esprit à plus forte raison le Seigneur était capable de donner l’Esprit et ses dons à ceux à qui les promesses étaient destinés savoir le peuple juif.
    Ne soyez pas étonné que les dons divers de l’Esprit soient répandu le jour de la pentecôte sur les juifs qui n’avaient rien demandé, les héritiers directs de leur propre promesse.

    *******
    C’est assez incompréhensible le reste de votre commentaire…
    Ceux qui dirent : »Ne sont-ils pas tous galiléens » sont ceux qui entendaient le parler en langue en leur langue maternelle.
    Ils sont étonnés car ils reconnaissent que ce qu’ils entendaient des 120 leur parvenait à chacun dans leur langue or il y avait là plus d’une douzaine de nationalités différentes.
    Ils se rendaient tous bien compte que ces galiléens ne pouvaient pas parler toutes les langues maternelles de chez eux.
    Donc on est bien dans le critère du miracle et l’expression du don d’interprétation des langues chez ceux qui entendaient dans les langues maternelles(leur langues humaines).

    ****
    Pour 1 Cor.14:21-25
    Paul dresse un postulat selon la Loi :
    C’est par des hommes d’une autre langue Et par des lèvres d’étrangers Que je parlerai à ce peuple, Et ils ne m’écouteront pas même ainsi, dit le Seigneur.

    Ce postulat dit que Dieu va parler à ce peuple par des lèvres d’étrangers ce qui spécifie qu’il s’adressera dans d’autres langues et qu’il ne l’écoutera pas même ainsi.

    Mais comment reconnaitra t-on que cette prophétie est accomplie si l’on ne reconnait pas son signe ?

    Le postulat montre un reproche de Dieu envers son peuple qui est incrédule face aux prophéties, aux paroles de la lois et des prophètes et qui demeurera incrédule même lorsque Dieu leur parlera avec des lèvres d’étrangers c’est à dire en d’autres langues.
    Dieu a accomplit cette parole en donnant « le don de parler en de nouvelles langues », ces langues incompréhensibles.
    Donc le « don des langues » est venu et il est le signe de l’accomplissement de cette prophétie révélant l’incrédulité et les incroyants tel que Dieu l’avait annoncé auparavant.
    Quoi que révélant celui qui croit de celui qui ne croit pas, les langues sont un signe non pour le croyant mais pour l’incroyant à cause de la prophétie donnée et qui s’adressaient aux incroyants.

    A contrario et à cause du postulat, la prophétie qui est donnée dans une langue intelligible et comprise de tout humain est un signe pour le croyant car auparavant ceux qui ont cru aux paroles de Dieu dîtes dans la langue comprise du peuple (alors que les autres demeuraient incrédules) furent justifiés par Dieu.
    La prophétie ne peut pas être un signe pour l’incroyant, quoi qu’elle révèle l’incroyant du croyant.

    • marc laugt

      « Ai je dis que le parler en langue est l’unique signe qu’on a le Saint-Esprit ? » Désolé j’avais mal lu, désolé (j’avais lu une phrase au positif alors qu’elle été à la négative).

      « J’ai déjà entendu le témoignage de plusieurs qui ont le don d’interprétation, ils entendent bien en leur propre langue humaine ce qui est dit et entendu par un autre en « shabalababa » » Ah bon t’es sûre, ou tu as interprété leur témoignage dans ce sens ? Moi j’ai demandé à plein de personnes, et tous m’ont répondu unanimement qu’ils entendaient le Blablabla et qu’après ils entendaient dans leurs pensées ou dans leurs cœurs la signification de ce qui avait été dis, et après ils redisaient (re-exprimaient) avec leur propres mots la signification qui leur avait été donnée. Un pasteur m’a même expliqué qu’une fois il a reçus l’interprétation et qu’il a dit « non Seigneur je ne dirai rien, re-dit le à quelqu’un d’autre », et qu’une autre personne a dit la même chose mais exprimé avec des mots différents. J’ai également vu plusieurs fois une personne parler en langue et après donner l’interprétation de son propre parlé en langue, là idem, il ne s’est pas entendu parler dans sa propre langue. Un pasteur m’as également dit qu’une fois il y a quelqu’un qui a parlé en langue et lui a interprété, et qu’après une personne est venu lui dire que le parler en langue était de l’autrichien (ou de l’allemand) et que l’interprétation qu’il en avait donné été juste… Donc en disant cela tu dis que l’interprétation des langues tel qu’exercé est faux (ayant souvent déménagé, j’ai été dans beaucoup de type d’églises charismatique, donc c’est générale).

      « Ils se rendaient tous bien compte que ces galiléens ne pouvaient pas parler toutes les langues maternelles de chez eux » Oui, c’est ce que je dit. Mais là l’étonnement que tu dis n’est pas que ces galiléens ne pouvaient pas parler toutes les langues maternelles de chez eux, mais qu’une seule parole est entendue dans une langue et par son voisin dans une autre, c’est là le miracle et l’étonnement. Voilà pourquoi je dis que le contexte générale fait plutôt penser que c’était des langues humaines, et non comme tu dis.

      « Quand Pierre dit : »Vous recevrez le don du Saint-Esprit » il parle dans la généralité pour ceux qui entendaient l’interpellation et se laissaient encore convaincre par Dieu. » Donc tu dis que « Vous recevrez le don du Saint-Esprit » s’adresse uniquement à ceux qui entendirent le Blablabla et dirent vous êtes plein de vin doux et pas aussi à ceux qui les entendirent dans leurs propres langues ?

      • Si on se situe en assemblée et que l’Esprit veut donner l’interprétation ne serait-ce pas désordre que pendant que l’un parles en langue l’autre interprète ?
        Donc il est normal que le don en assemblée passe par l’émission en langues et l’interprétation après, Dieu est un Dieu d’ordre.
        Si l’interprétation vient par celui qui parle, Dieu ne lui donnera pas non plus l’interprétation en simultanée.
        Imaginez vous l’embarras de celui qui parle et les oublis possibles.

        Cependant dans l’assemblée il est évident que d’autres peuvent entendre en leur langue directement et confirmer l’interprétation donné par un autre.
        Dieu fait comme il veut, le don d’interprétation n’est pas limité à la seule expression de la langue suivie de l’interprétation.

        L’interprétation peut être donnée à quelqu’un en simultanée afin de prouver le miracle de la pentecôte ou encore confirmer un autre qui interprète et à besoin d’être fortifié en sa Foi.
        Dieu fait comme il veut.
        Celui qui entends directement en sa langue doit comprendre qu’il a lui aussi reçu le don d’interprétation.

        J’ai le témoignage suivant :
        En assemblée une sœur priait doucement en langues, une autre passant l’entendait directement en français.
        Celle qui priait s’entendait dire « shabalababa », l’autre entendait en français.
        Après l’autre lui a dit ce qu’elle disait de ce qu’elle avait entendu pendant qu’elle parlait en langues.
        Selon que l’Esprit veut l’on peut recevoir après ou pendant.
        Dépends de l’utilité de la chose et la raison pour laquelle l’Esprit fait ainsi.

        Si c’est pour l’édification commune ce qui se fait le plus souvent on trouvera parler en langues suivi d’interprétation mais si Dieu veut toucher quelqu’un particulièrement ou si Dieu veut répondre à une prière par un signe cela peut se manifester aussi différemment comme pour le jour de la pentecôte.
        L’Esprit fait comme il veut.

        Certains ne savent pas qu’ils ont reçu le don d’interprétation, Dieu leur fera entendre directement en leur langue(français par exemple) et un autre interprétera mais la personne n’a pas parlé le français mais en d’autres langues.

        Cela ne veut pas dire que je dis que la manière que c’est manifesté en assemblée c’est faux, loin de là.
        J’ai insisté sur le jour de la pentecôte pour simplement dire que ce qui se disait par les langues reçues par les 120 ce n’était pas des langues humaines mais bien des langues étrangères, incompréhensibles de toute intelligence d’homme.

        Un postulat ferme:
        Nul ne peut comprendre le parler en langues, cela est une base immuable et doctrinale, sinon ce n’est plus le parler en langues.
        Donc nul ne peut venir dire que la langue exprimée par celui qui parle en langues est une langue humaine car c’est dire que l’Écriture est mensonge.
        Je cite bien :
        « 1 Corinthiens 14:2 En effet, celui qui parle en langue ne parle pas aux hommes, mais à Dieu, car personne ne le comprend, et c’est en esprit qu’il dit des mystères.

        Donc la Révélation est que l’on entends selon que l’Esprit le permets dans une langue humaine et connue et il n’y a pas mille façons pour cela : on reçoit l’interprétation de la langue donnée par l’Esprit dans l’exercice du don d’interprétation des langues.

        Dans l’un des témoignage que vous avez donné, un a dit que c’était de « l’Allemand ou Autrichien » parce qu’il a entendu directement en sa langue humaine.
        Mais était ce une langue humaine qui était parlée par celui qui vocalisait en de nouvelles langues ?
        Êtes vous certain que la personne parlait en « Allemand ou Autrichien » ou que c’est l’autre qui l’entendaient en « Allemand ou Autrichien » ?
        L’autre entendait directement en « Allemand ou Autrichien » mais la langue parlée n’était pas « Allemand ou Autrichien ».
        C’est cela le miracle de la Pentecôte.
        Ce qui spécifie que celui qui entendait directement avait reçu le don d’interprétation et il a confirmé l’interprétation reçu par un autre (le pasteur).
        J’espère que le pasteur a su lui dire que Dieu lui avait donné le don d’interprétation des langues.
        Si vous dîtes que la personne parlait en langues cela ne peut être une langue humaine car ce serait faire mentir l’Écriture.

        J’ai retrouvé ce témoignage là où celui qui parlait en langues ne faisait que prier et l’autre comprenait :
        https://actualitechretienne.wordpress.com/2015/12/03/polygamie-un-pasteur-americain-de-60-ans-epouse-une-seconde-femme-de-19-ans/#comment-244635

        Bien à vous !

      • Je cite : Donc tu dis que « Vous recevrez le don du Saint-Esprit » s’adresse uniquement à ceux qui entendirent le Blablabla et dirent vous êtes plein de vin doux et pas aussi à ceux qui les entendirent dans leurs propres langues ?

        Je dis que la foule a grossi au fur et à mesure et que les 3000 âmes ne pouvaient pas être toutes présentes au même moment quand il y eu l’effusion de l’Esprit, que d’autres âmes vinrent au fur et à mesure que Pierre parlait et exhortait.

        3000 âmes cela ne prends pas le temps de notre lecture du récit.
        Cela a bien du prendre du matin jusqu’au soir pour baptiser tant de monde.
        Parmi tous ces Juifs, il est évident qu’il y a de ceux qui vinrent sous le témoignage des autres et il est manifeste que Pierre à lui tout seul ne peut pas se faire entendre par une foule de 3000 âmes en une seule fois.
        Combien de fois lui même et les apôtres ont dû répéter ces paroles et d’autres paroles à ceux qui venaient ?
        Plusieurs fois…

        Celui qui a reçu un ou plusieurs dons de l’Esprit parmi tous ceux qui sont énumérés a reçu le don du Saint-Esprit car les dons divers de l’Esprit sont les signes que l’on a reçu le don du Saint-Esprit.
        Les apôtres dans le livres des Actes reconnaissaient que les disciples avaient reçus le don du Saint-Esprit par le parler en langues.
        D’autres le voient par le don des miracles, des guérisons, d’interprétation des langues etc.

        Quand il y eu le miracle de la pentecôte l’Esprit s’est répandu non seulement sur les 120 mais encore sur les premiers qui accoururent et entendirent en leur langue maternelle.
        Tous ceux là avaient déjà reçu le don de l’Esprit.

        S’ils entendaient en leur langue, ils avaient le don d’interprétation ils avaient aussi reçu déjà le don du Saint-Esprit.

        Donc la parole de Pierre s’adressait spécifiquement au reste de la foule qui n’avait pas encore eu accès à cette grâce.

        Ceux qui disaient, « ils sont plein de vin doux » ne sont pas ceux qui parlaient en langues, ni ceux qui entendaient en leur langue maternelle.
        Il est fort probable que ceux là n’avait pas le don du Saint-Esprit car rien ne nous permets de le confirmer de manière formelle.

        Selon ce que je lis des textes, le don spirituel est bien le signe distinctif que l’on a reçu le don du Saint-Esprit..
        Pour vous celui qui a reçu un don spirituel quelconque est ce bien suffisant afin de reconnaitre qu’il a reçu le don du Saint-Esprit ?

        • marc laugt

          « Êtes vous certain que la personne parlait en « Allemand ou Autrichien » ou que c’est l’autre qui l’entendaient en « Allemand ou Autrichien » ? » Dans cette angle c’est vrai qu’un doute persiste, je n’en sais rien techniquement.

          Mais c’est vrai que tel que l’on me l’a expliqué, même si l’interprétation est donné plus tard, ce n’est pas comme s’ils entendaient une voie audible sans discerner s’il l’entendent par leurs oreilles ou par leur esprit, mais ils remarquent bien la différence, c’est dans leur esprit, leur pensée ou dans leur cœur.

          « Pour vous celui qui a reçu un don spirituel quelconque est ce bien suffisant afin de reconnaitre qu’il a reçu le don du Saint-Esprit ? » Si le don est réitérable ou réitéré de manière constante, oui c’est suffisant. Par contre je pense que Dieu peut ouvrir les yeux ou les oreilles de quelqu’un, donc momentané, ou bien lui donner une vision, ou bien lui parler en lui disant de répéter aux autre (donc prophétiser) ou bien de faire un miracle à travers ses mains, cette chose se trouvant être ponctuel et donc non réitérable, et qu’il n’ai pas reçut le don du St Esprit. Par contre je crois aussi que Dieu peut donner un don ponctuel en tant que signe et manifestation à quelqu’un qui a reçut le St Esprit, ou qui est remplit du St Esprit. Je pense aussi que Dieu peut donner le St Esprit et remplir quelqu’un sans que cela soit suivi d’un signe.

        • marc laugt

          « Un postulat ferme:
          Nul ne peut comprendre le parler en langues, cela est une base immuable et doctrinale, sinon ce n’est plus le parler en langues. »
          Je pense que ce n’est pas du tout un postulat, il faudrait que tu nous en donne plus pour appuyer tes dire. Pour qu’il y ait un postulat, il faudrait qu’il repose sur beaucoup de versés, or ce n’est pas du tout le cas, il y a un sacré manque à ce sujet. Ce versé peut se comprendre comme le dit bible2000 comme le fait que personne ne le comprend car personne dans l’assemblé ne parle la langue dîte, et pas que personne ne pourrait la comprendre ou qu’il est impossible que quelqu’un la comprenne. Je pense que 99% des personnes comprennent ce versé comme cela de manière naturel.

          Malgré tout ton explication mérite d’être entendu et réfléchit.

        • @marc laugt 29 décembre 2015 á 17 h 25 min
          ___________
          Bonjour Marc,

          Dans l’exercice des dons chacun est aussi libre de l’exercer ou pas.
          La réitération(qui plus volontaire qu’imposée) d’un don ne valide pas le fait de l’avoir reçu car beaucoup reçoive le « talent » (voir la parabole) mais le cache. Mais ont ils reçu ? Oui !

          J’ai reçu le don du parler en de nouvelles langues, mais ce n’est pas l’Esprit qui oblige et force (sauf cas d’un danger immédiat ou d’une attaque spirituelle), mais bien moi quand je veux parler et l’effort doit être constant et permanent sinon on le « met au placard ».
          Combien de fois j’ai du me forcer à parler en de nouvelles langues, je ne compte plus car la chair à cette manie d’assoupir, on a plus la force de jeûner, de prier, de louer, on est toujours lourd bien souvent et l’on doit se forcer, dominer sur la chair pour demeurer dans la piété.

          Il en est de même des autres dons :
          – Si le chrétien ne va pas prier pour les autres comment le don des guérisons se manifestera t-il ?
          – Si dans l’assemblée celui qui a reçu le don d’interprétation ne se dispose pas envers l’Esprit comment portera t-il l’interprétation ? etc.
          L’Esprit se servira de celui qui sera disposé.

          Donc il y a aussi la sanctification, ma persévérance etc. de celui qui a reçu le don, il doit aussi le faire fructifier en lui par la mise en pratique du don.
          L’Esprit Saint ne « jette » pas ses dons de manière sporadique, il ne donne pas et il enlève, il donne définitivement car Dieu ne se repent pas de ses dons, ni de son appel (Ro.11:29)…
          Si un jour une personne, même si elle n’est pas baptisée d’eau, vient en assemblée et reçoit une interprétation d’une langue, elle a reçu le don d’interprétation.
          Libre à elle de savoir ensuite ce qu’elle fait du don de l’Esprit, si elle le fait fructifier (baptême d’eau et persévérance dans les choses de Dieu), ou si elle met en oublie le don du Saint-Esprit.

          Même pour Timothée, Paul lui dit :« 2 Timothée 1:6 C’est pourquoi je t’exhorte à ranimer le don de Dieu que tu as reçu par l’imposition de mes mains. »
          Si on ne se maintient pas en « forme spirituellement » par un exercice quotidien et pratique, il est évident que le don « s’assèche » et que l’on oublie même qu’on a reçu le baptême de l’Esprit.
          Si l’Écriture dit qu’il y a beaucoup d’appelés mais peu d’Élus, c’est bien parce que l’appelé ne persévère pas afin d’être un Élu.
          De 10 vierges (toutes sont l’Église et appelées aux noces) 5 folles, 5 sages.
          Cependant dès le départ toutes ont l’Esprit mais 5 laissent s’assécher et perdent le fruit, tandis que d’autres entretiennent, raniment la lampe, produisent encore la Lumière et entrent dans la gloire de l’Époux.
          5 folles ont mis en oublie la Sagesse de la pratique et de la prévenance. L’huile s’assèche et après quand on veut récupérer le temps perdu, c’est bien souvent trop tard.

          De plus l’Écriture dit que le don de l’Esprit est répandu sur toute chair, le Seigneur n’a jamais dit sur toute « bonne chair qui persévère ».
          Beaucoup ont reçu le don du Saint-Esprit mais ils n’en font pas cas !

          Dieu fait comme il veut avec qui il veut.
          Il donne autant à celui qui fait, qu’à celui qui ne fait pas selon la dimension de sa Grâce (a l’un 1, à l’autre 2, à l’autre 5) mais c’est à chacun de savoir ce qu’il fait de ce qu’il a reçu de Dieu.

        • @marc laugt 29 décembre 2015 á 17 h 43 min

          « Un postulat ferme:
          Nul ne peut comprendre le parler en langues, cela est une base immuable et doctrinale, sinon ce n’est plus le parler en langues. »
          etc.
          _______________

          Je dis que les antichrists assis dans le Temple de Dieu renversent la Vérité, veulent changer les temps et les lois de Dieu.
          On ne pourra pas faire taire l’incrédulité et des milliards de paroles et de miracles n’y changeront rien.

          L’on prends Dieu pour un incapable ou un insensé, puisqu’on dit de Dieu qu’il donne le don de prophétie qui est manifesté directement en langues intelligibles pour que tous comprennent dans l’assemblée et l’on dit encore qu’il donne le « don des langues » qui fait parler dans d’autres langues humaines incompréhensibles et qu’il faut un « don d’interprétation des langues » pour comprendre ce qui se dit en langues.

          Vous ne trouvez pas cela complètement insensé ?
          Pourquoi Dieu perdrait-il son temps à faire parler dans une autre langue humaine que l’assemblée ne comprends pas alors qu’il peut faire parler directement dans la langue intelligible des auditeurs par le don de prophétie ?

          Or Paul dit que l’AMOUR consiste à l’édification de tous en assemblée.
          Si Dieu voile la parole qui est(appartient) au peuple, alors il n’est plus Amour car il voilerait ce qui est pour l’édification de tous.
          Donc si la parole est voilée, c’est qu’elle ne s’adresse pas aux hommes mais à Dieu.
          Cependant dans son Amour, Dieu veut édifier encore par tout ce qu’il fait alors il donne le « don d’interprétation des langues » pour entendre ce qui se dit directement à lui et cela afin que l’Église soit édifiée.

          En effet, comment Dieu qui est Sagesse Infini peut-il donner le don de prophétie et le don des langues si cela sert strictement à la même chose ?
          Si Dieu a donné le don de prophétie et le don des langues c’est que chaque don à son utilité et sa fonction propre.
          Et si par Sagesse Dieu a donné le « don d’interprétation des langues » c’est bien parce qu’il sait que PERSONNE sur terre ne peut comprendre ce que dit l’esprit de celui qui parle en langue.
          S’il a donné le « don d’interprétation des langues » c’est à cause encore de son AMOUR car il a déjà donné le don de prophétie, la parole de sagesse et de connaissance.

          Alors soit on prends Dieu pour un insensé, soit l’on est des incrédules.
          Et je dis que Dieu est Sagesse Infini donc je conclu que tous ceux qui parlent autrement sont des incrédules vérifiés par la parole suivante : C’est par des hommes d’une autre langue Et par des lèvres d’étrangers Que je parlerai à ce peuple, Et ils ne m’écouteront pas même ainsi, dit le Seigneur.

          Et cette parole est accomplie et s’accomplit encore car même ici l’on écoute pas le Seigneur.

          Cependant j’ajoute que :
          Certains confondent « don des langues // interprétation des langues » avec le don de prophétie, la parole de sagesse, la parole de connaissance.

          La prophétie,la parole de sagesse, la parole de connaissance s’adressent directement aux hommes.
          Donc toute prophétie, parole de sagesse, parole de connaissance est en langue intelligible et s’adresse aux humains.
          La prophétie va exhorter, édifier, consoler mais en langue intelligible et va s’adresser directement aux hommes.
          Du genre dans une prophétie on entendra : » Mon peuple, mon enfant, mon bien aimé…ainsi je te parle etc. »

          Mais dans l’exercice du « don d’interprétation des langues » vous n’aurez pas de  » Mon peuple, mon enfant, mon bien aimé…ainsi je te parle etc. »
          Si après l’exercice du « don des langues » quelqu’un donne une interprétation sous cette formulation, ce n’est pas l’interprétation de la langue mais une prophétie, donc exercice du « don de prophétie, de la parole de Sagesse ou de la parole de connaissance » et non pas exercice du « don d’interprétation des langues ».

          Pourquoi ?
          Car dans l’exercice du don des langues on s’adresse à Dieu et non pas aux hommes.
          L’on dit à Dieu des choses merveilleuses donc l’interprétation rends ce que l’on dit à Dieu et non pas ce que Dieu veut dire aux hommes(comme par prophétie) et cela édifie car on entends comment l’esprit (l’esprit de l’homme en lui) prie Dieu, comment il demande à Dieu, comment il rends grâce à Dieu, comment il loue Dieu selon que l’Esprit-Saint l’inspire et lui donne de s’exprimer etc.

          On est enseigné et édifié ainsi de façon pratique sur la manière que l’esprit(notre esprit) lui même adore Dieu dans sa langue, une langue non comprise et maîtrisé par l’intelligence humaine.
          Ainsi notre intelligence reçoit un enseignement pratique de la manière de faire et de procéder dans l’adoration sans bien entendu penser pouvoir en atteindre l’excellence et la perfection qui est dans l’Esprit et par l’esprit seul.

          Ainsi jamais l’exercice du « don des langues », n’est dans le sens d’une prophétie(langue intelligible) ou parole de sagesse ou de connaissance, qui s’adresserait aux hommes.
          Sinon le don de prophétie et/ou la parole de sagesse et/ou de connaissance(données en langues intelligibles donc s’adressant directement aux hommes) ne serait d’aucune utilité.

          Il y a « don de prophétie ou/et parole de sagesse ou/et de connaissance » d’un côté et « don des langues » avec ou sans « don d’interprétation des langues » d’un autre côté.
          Le don d’interprétation des langues ne peut être manifesté s’il n’y a manifestation préalable du don des langues.

          1Cor.14 jette les bases fermes.
          1) 2 En effet, celui qui parle en langue ne parle pas aux hommes, mais à Dieu, car personne ne le comprend, et c’est en esprit qu’il dit des mystères.

          2) 14 Car si je prie en langue, mon esprit est en prière, mais mon intelligence demeure stérile.

          a) Celui qui parle en langue ne parle pas aux hommes.
          Pourquoi voudriez vous que cela soit une langue intelligible car elle ne s’adresse déjà pas aux hommes mais à Dieu.

          b) Celui qui parle en langue parle en esprit ou par son esprit et c’est son esprit qui est en prière, en louange, en adoration, en action de grâce, c’est son esprit qui parle à Dieu.
          Quand on parle ici de mystères, on parle de choses inaccessibles à toute intelligence d’homme sauf si quelqu’un possède le don d’interprétation qui rends ce que l’esprit dit à Dieu.

          c) L’intelligence de quiconque parle en langue demeure stérile, de même que l’intelligence de tous ceux qui l’entendent, (Sauf s’il y a don d’interprétation des langues) car celui qui parle en langue s’adresse directement à Dieu en esprit.

          Paul insiste : 15 Que faire donc ? Je prierai par l’esprit, mais je prierai aussi avec l’intelligence ; je chanterai par l’esprit, mais je chanterai aussi avec l’intelligence.
          16 Autrement, si tu rends grâces par l’esprit, comment celui qui est dans les rangs de l’homme du peuple répondra-t-il Amen ! à ton action de grâces, puisqu’il ne sait pas ce que tu dis ?
          17 Tu rends, il est vrai, d’excellentes actions de grâces, mais l’autre n’est pas édifié.
          18 Je rends grâces à Dieu de ce que je parle en langue plus que vous tous ;
          19 mais, dans l’Eglise, j’aime mieux dire cinq paroles avec mon intelligence, afin d’instruire aussi les autres, que dix mille paroles en langue.

          a) Paul dit 10000 paroles en langue
          Pourquoi dans les 10000 paroles en langues il n’y a aucune qui ne soient saisies par l’intelligence donc humaine ?
          Simplement parce que les paroles en langues ne sont pas en langues humaines intelligibles car elles ne sont pas pour l’homme mais pour Dieu.
          On parle par son esprit et non pas par son intelligence.
          Il y a l’esprit et l’intelligence.
          Et là on comprends parfaitement l’Écriture qui exprime que l’épée de l’Esprit sépare entre âme et esprit (Héb.4:12).
          Mon esprit parle selon que l’Esprit lui donne de s’exprimer, mon intelligence(âme) en entends les sons mais elle(mon intelligence) demeure stérile car ce qui est par l’esprit appartient à l’esprit et est pour l’Esprit(Dieu) et non pas pour l’intelligence(l’âme).
          Néanmoins Dieu à cause de son Amour peut vouloir encore enrichir notre intelligence dans l’apprentissage des choses de l’esprit et nous donner l’aperçu des choses de l’Esprit par le « don d’interprétation des langues ».

          Je reconnais alors en moi deux choses, l’homme spirituel et intérieur, mon esprit qui est vivant en moi et l’homme terrestre qui fonctionne et inter réagit selon l’intelligence.

          J’ai parlé en langue et parlé des milliards de paroles en langue JAMAIS mon intelligence n’a compris un seul mot de ce que je dis.
          Et pourtant je prie en langue, j’ai passé des heures et jamais mon intelligence n’a saisi un seul mot.
          Alors je fais quoi ?
          Je demande à Dieu d’inspirer intelligemment ma prière, ma louange, mon adoration et je prie, je loue, j’adore par l’intelligence.
          Sinon si je prie en langue, je ne comprends rien et je ne comprendrais rien sauf si j’ai le don d’interprétation et que l’Esprit lui même me rends l’interprétation de ce que je dis afin d’édifier mon intelligence.
          Cependant ce que je dis en langue n’est pas une prophétie, ni une parole de connaissance, ni une parole de sagesse mais des paroles qui s’adressent à Dieu et à lui seul.
          Mais rare j’ai entendu de tels cas où celui qui prie en langue en reçoive instamment l’interprétation.
          J’ai reçu aussi ces témoignages.

          Un milliard de paroles d’enseignements ne servira à rien, car soit l’on croit, soit l’on ne croit pas et 1Cor.14 est limpide pour qui ne demeure pas dans l’incrédulité.

          Désolé s’il y a des répétitions.

  • marc laugt

    Salut,

    Je comprend enfin un truc que tu dis sur l’interprétation des langues, comme quoi si normalement dans le parler en langue au moins une personne parmi les auditeurs comprend ce qui est dit, il n’y aurait pas besoin de don d’interprétation parce qu’il suffit que cette personne fasse la traduction. Donc si normalement l’utilisation du don des langues doit être où au moins une personne comprend, alors le don d’interprétation n’aurait aucune utilité et n’existerait pas. Maintenant il existe un cas où son utilité est vraiment réelle et à mon avis elle était fréquente : c’est le cas où l’étranger ne connait pas la langue du pays (ou très mal) et est donc dans l’incapacité de traduire.

    Je vais de nouveau recueillir des témoignages autour de moi sur l’interprétation des langues et sur internet (même si je me méfie un peu d’internet parce qu’on peut trouver n’importe quoi). Mais ce que tu dis est peut être vrai, il y a peut être des témoignages où ça s’est passé comme tu le dis, et dans ce cas l’interprétation des langues se manifesterait de deux façons différentes.

    Malgré tout il y a un hic, comme tu fais bien de le remarquer. Sur les milliers de paroles en langues que j’ai entendues et qui ont été interprété, il n’y en a été qu’une seule qui a été adressé à Dieu, et quand je l’ai entendu j’ai dis ‘wooowwe’, j’étais émerveillé, les paroles étaient techniquement une ‘merveille’.

    Reste une question : à quoi sert le parler en langues ? Les gens disent : ça sert à s’édifier soi même. Mais je trouves ça totalement stupide et totalement antropocentré. C’est similaire à dire que par exemple la prière sert à s’édifier soi même, la prière ne sert pas du tout à cela, ce n’est pas du tout le but de la prière, et pourtant quand tu prie, tu t’édifie toi même. Si l’utilité n’est que comme tu le dis de séparer l’incrédule du croyant, alors je ne vois pas de raison de continuer de parler en langue, sauf si une autre situation se présente où l’on doivent ‘séparer’ l’incroyant du croyant (ou tout trucs dans ce sens).

    Beaucoup font le raccourci suivant : si ce n’est pas dans l’église que ce don doit être manifesté alors ça doit l’être dans le privé. Mais ça n’est pas du tout écrit, en fait il n’y a rien d’écrit. On peut peut-être imaginer l’opposition ‘lieu publique où il n’y a que des croyants’ (église) avec ‘lieu publique où se trouve des croyants et des incroyants’ (donc plus église) ou encore ‘lieu publique où il n’y a que des incroyants’. Ce que je veut dire c’est que ‘pas dans l’église’ ne veut pas forcément dire ‘lieu privé’.

    « Un milliard de paroles d’enseignements ne servira à rien, car soit l’on croit, soit l’on ne croit pas et 1Cor.14 est limpide pour qui ne demeure pas dans l’incrédulité ». Evites d’être rigoureux, Parce que parmi les charismatiques comme je te le dis, tu es le premier que j’entends qui dis ça. Et pourtant bien sûre qu’ils croient et qu’ils ne sont pas incrédule, et qu’ils exercent le parler en langues. Je pense que parmi les charismatiques, il doit exister moins d’une personne sur mille qui dit ce que tu dis ou y croit, ou comprennent les choses de cette manière.

    Quand je dis : « Par contre je pense que Dieu peut ouvrir les yeux ou les oreilles de quelqu’un, donc momentané… », je parle bien sûr de tous les hommes, et donc y compris les non-croyants, et donc là il y a un problème, si on devait dire par exemple qu’il avait reçu l’Esprit Saint, c’est pour cela que je fait une distinction.

    Je dis qu’il y a trop peu de versés, pour être sûr que c’est ta façon de penser et que les versés ne sont pas assez clair, et qu’il y a plusieurs interprétations, et que c’est important de trouver encore d’autres interprétations, et des choses qui auraient pu nous échapper.

    Il y a un hic dans ce que tu dis, et c’est pour ça que je ne prend pas pour argent comptant : depuis que je suis enfant, à chaque fois que je lis Actes 2, j’étais émerveillé, mais si j’imagine les choses tel que tu les dis, alors je n’ai plus du tout cette émerveillement. Et finalement je me dis, à quoi ça sert ? « Si Dieu voile la parole qui est(appartient) au peuple, alors il n’est plus Amour car il voilerait ce qui est pour l’édification de tous ». Oui, oui, oui, oui, oui, oui mais c’est pire que ça. Quelle est l’utilité pour l’homme que Dieu agisse comme cela (miracle et manifestation du parler en langue), et si c’est pour Dieu qu’Il agit (puisque ne parle pas aux homme mais à Dieu), alors quel est l’intérêt pour Dieu que Dieu agisse ainsi, et si finalement ça n’est ni intérêt pour Dieu, ni intérêt pour l’homme, à quoi ça sert ? Si ça sert à l’incrédule, à quoi ça sert, parce que l’incrédule par la manifestation du parler en langue va rester éventuellement encore plus incrédule et ne va pas se repentir. Alors ça sert au jugement ? mais alors, Dieu n’est pas Amour. Et quel est l’intérêt pour les chrétiens de faire ainsi ? Donc il y a quelque chose qui cloche finalement. Je suis émerveillé et j’aime énormément les paraboles. Pourtant il est écrit à ce sujet un truc du genre : « Pourquoi est-ce que tu leur parle en parabole ? C’est pour qu’en entendant ils ne comprennent, et qu’en voyant ils ne voient pas, car Dieu a endurcit le cœur de ce peuple jusqu’à maintenant ». Et pourtant Dieu a t il endurcit le cœur de tout le monde ? Est-ce que personne ne comprend ? Est-ce que personne ne voit ? Il est aussi dit Il a ouvert les yeux des aveugle. Moi Ses paraboles ça me fait comprendre, ça m’ouvre les yeux, ça me fait voire des choses que je n’ai pas vus, et ça m’ouvre l’accès au Royaume des cieux. Donc moi quand je lis ses paraboles je comprend et je vois, et je trouve ça très bien, j’aime beaucoup les paraboles, et j’aime beaucoup qu’il ai parlé en paraboles. Maintenant imaginons un fait, imaginons que Jésus ait donnés des paraboles incompréhensibles et qu’il n’est pas possible de comprendre et que la même situation se représente : « Pourquoi est-ce que tu leur parle en parabole ? C’est pour qu’en entendant ils ne comprennent, et qu’en voyant ils ne voient pas, car Dieu a endurcit le cœur de ce peuple jusqu’à maintenant ». Ne trouverons nous pas ça dégeulasse (donc pas Amour), ne trouverons nous pas ça bizarre, il y a quelque chose qui cloche. De même pour le parler en langue tel que pratiqué il y a quelque chose qui cloche, de même que le parler en langue que tu parle et son interprétation et la signification de la pentecôte. Quel est le rôle du parlé en langue ? Quel en est le but ? Ce n’est pas pour égarer le peuple, ou pour rendre incrédule les incrédule.

    • Salut Marc,

      Pour le but du parler en langues :
      http://www.verhoevenmarc.be/PDF/langue-Rendal-F.pdf (Chapitre 5 et 6)
      L’ensemble du texte est assez simple et rapide à lire.

      Pour la question du but, il m’a convaincu, et comme pour toi, il a confirmé le pourquoi de mon émerveillement lorsque j’ai lu pour la première fois Actes 2. Ce signe montrait que Yahvé n’était pas seulement le dieu des juifs, mais celui de toutes les nations, montrant ainsi l’universalité du message de l’Évangile, la non-exclusivité de la langue hébraïque pour s’adresser à Dieu.

      A vrai dire, et dans l’interprétation de Shor.L et dans celle Rendal, je trouve encore quelques hics. N’ayant pas la pleine lumière sur ce sujet, je réserve mon jugement.

      Pour partage, j’ai moi-même expérimenté le parler en langues ‘shabalabala’. J’en ai tiré une grande fierté, un certain orgueil, plus qu’une réelle édification. Ça fait à peu près un an que je ne me sens plus poussé à pratiquer ce langage. Un examen (je crois honnête) de ma pratique personnelle de ce langage m’a montré qu’il était en tout point stérile. Une question me trotte : si la glossolalie est un don dont la personne qui l’a reçu doit faire fructifier, je me demande quels sont les fruits que demandera le Seigneur pour l’exercice de ce talent.

      Quelqu’un aurait-il la connaissance de la pratique de ce don durant l’histoire de l’Église entre les premiers siècles de notre ère et l’émergence des mouvement pentecôtistes ?

      Que chacun agisse avec conviction !

      • Bonjour jorel,

        J’ai lu le pdf en question, j’avoue qu’il m’a emballé au départ pour que je retombe après dans une profonde désillusion.

        Par exemple en page5-6 ou il parle du pasteur âgé qui se sentait revigoré suite au « parler en langue ».
        L’Écriture ne dit-elle pas que celui qui parle en langue prie en esprit et que l’Esprit reçu, c’est comme des fleuves d’eaux vives qui coule du sein?
        L’Eau Vive n’est elle plus un breuvage ?
        Qui aujourd’hui a soif, ne boit de l’eau en suffisance n’est pas désaltéré ?
        Pourquoi l’Esprit qui est « EAU VIVE » ne peut-il pas être EAU de rafraichissement de l’esprit qui fortifie et abreuve l’être tout entier ?

        La sagesse ne crie elle point ceci ?
        • Psaumes 16:9 Aussi mon cœur est dans la joie, mon esprit dans l’allégresse, Et mon corps repose en sécurité.
        • Proverbes 18:14 L’esprit de l’homme le soutient dans la maladie ; Mais l’esprit abattu, qui le relèvera ?
        • Proverbes 17:22 Un cœur joyeux est un bon remède, Mais un esprit abattu dessèche les os.

        Celui qui prie en langue s’édifie lui même et son esprit est en prière.
        Son esprit est plongé dans l’Eau Vive, s’abreuve…
        Si ce pasteur dans son vieil âge priait en langue, glorifiant Dieu en lui disant des choses merveilleuses que nul ne peut comprendre, quoi de plus normal que son esprit étant édifié qu’il se sente revigoré en son corps.
        Dieu faisait couler en lui des fleuves d’eaux vives et il buvait encore du Psaumes 103:5 C’est lui qui rassasie de biens ta vieillesse, Qui te fait rajeunir comme l’aigle.
        Pourquoi juger en mal ce que l’on ne comprends pas ?

        Ainsi je conteste encore à cet enseignement de faire dire que toutes les langues données par l’Esprit étaient des langues humaines(Alors que Jésus dit NOUVELLES langues) tandis que Paul dit bien que personne ne le comprends et qu’il préfère dire en assemblée 5 paroles en intelligence que 10000 paroles en esprit.
        Preuve que le parler en langues est bien le « shabalababa » et que les apôtres en Actes2 parlaient bien en « shabalababa ».
        Tous ceux qui parlent en langue parlent en esprit et disent des paroles mystérieuses à Dieu.
        Mystérieuses car personne ne comprends, la langue elle même est mystérieuse, nouvelle, inconnue et s’adresse à Dieu en merveilles excellentes.
        La version synodale rends le verset avec plus de clarté en disant :
        1 Corinthiens 14:2 Car celui qui parle en langue inconnue ne parle pas aux hommes, mais à Dieu, puisque personne ne le comprend, — c’est sous l’inspiration de l’Esprit qu’il prononce des paroles mystérieuses –,

        En quoi une langue humaine connue est une « nouvelle langue » vu que le Seigneur dit de « nouvelles langues » ?
        Ce qui est nouveau est ce qui est inconnu de tous et que personne ne connait.

        Quand la Bible dit en plusieurs endroit personne (Oudeis) aucun d’entre nous ne dit « excepté celui là ou celle là » donc « personne » c’est dit dans un sens général, intemporel, universel.
        Pourquoi quand Paul dit « personne(nul) ne le comprends » pour Rendal F., ce n’est plus « personne » mais « certaines personnes » ?
        Voyez vous il démontre lui même par cette technique en page8-9 qu’il y a bien un seul « glossa », or il retombe dans les mêmes travers qu’il dénonce en faisant dire que « personne » veut dire « certaine personne » page9 !

        Personne c’est personne, nul c’est nul et non pas sauf un ou des, de même que « glossa » en actes2, c’est la même chose qu’en 1Cor.14 et partout dans la Bible où l’on parle du « don du parler en de nouvelles langues ».

        Son enseignement n’est pas rigoureux et c’est là que le bats blesse.

        De plus le « baptême du feu » n’a strictement rien à voir avec le jugement.
        Le baptême du feu est le baptême de l’épreuve de notre Foi afin que notre foi soit purifiée.
        Notre foi est comme l’or.
        Pour enlever les scories de l’or, on passe l’or au feu afin de le purifier.
        C’est ainsi que Dieu pour purifier notre Foi et l’affermir et la rendre inébranlable nous fait passer par l’épreuve(le feu) et au creuset afin d’enlever les scories et que nous nous relevions triomphant.
        Le baptême du feu c’est par exemple, l’épreuve d’Abraham avec Isaac demandé en sacrifice.
        Épreuve au travers de laquelle Abraham fut justifié par « ses œuvres selon la Foi » et qu’il fut déclaré « ami de Dieu ».(Jacques2)
        Car la Foi sans les œuvres est morte.

        C’est ici le verset révélant ce baptême du feu :
        1 Pierre 1:
        6 C’est là ce qui fait votre joie, quoique maintenant, puisqu’il le faut, vous soyez attristés pour un peu de temps par diverses épreuves,
        7 afin que l’épreuve de votre foi, plus précieuse que l’or périssable qui cependant est éprouvé par le feu, ait pour résultat la louange, la gloire et l’honneur, lorsque Jésus-Christ apparaîtra,

        Pierre l’exprime très bien ici en comparant l’or à la foi et le feu à l’épreuve.

        A chacun de comprendre aussi.

        • Bonjour Shor.L

          Effectivement comme je l’ai moi-même dit, sa position soulève des questions qu’il n’aborde pas vraiment.
          Cependant, sans vouloir faire son avocat, ce que vous dites n’est pas non plus rigoureux et absolu. Je comprends votre interprétation (qui soulève également certaines questions), mais essayez de concevoir qu’il puisse y en avoir d’autres (qu’elles soient plus faibles ou pas). Je m’explique.

          Quand on emploie le mot « personne », il n’est pas automatique que ce soit dans le sens absolu et universel. Ça peut être un « personne » contextuel. Paul parlait à un publique spécifique dans sa lettre. Bien que sa lettre nous parle encore aujourd’hui, nous n’étions pas sa première cible.
          Imaginons que j’ai des enfants, regardant un film en langue étrangère, sans sous-titrages. Je peux très bien leur dire, « Arrêtez de regardez des films en langues étrangères, car personne ne comprend (ici). Ne regardez pas, à moins qu’il y ait des sous-titres ».
          De plus, si vous tenez à ce que le « personne » soit vraiment absolu, selon votre propre interprétation, vous éliminez ceux qui ont le don d’interpréter. Or, ces derniers comprennent. Donc le « personne » ne peut être absolu au sens très strict.

          Concernant la question des mystères, si je prend l’Apocalypse de Jean, c’est un livre qui regorge de beaucoup de mystères, parlant de choses spirituelles. Pourtant, il est écrit en langue intelligible.
          Autre part, pas très loin d’ailleurs du fameux chapitre 14 de la la première lettre aux Corinthiens, Paul dira : Voici, je vous dis un mystère: Nous ne mourrons pas tous, mais nous serons tous changés
          Les mystères n’ont donc pas besoin d’un langue inintelligible pour être exprimés, bien que ce soit en esprit qu’on les dit et saisit.

          Enfin, bien que je ne partage pas le ton de Rendal emploie lorsqu’il évoque l’anecdote du pasteur âgé, je crois que ce qu’il veut dire et qu’on a tendance à trop vite dire Amen aux expériences.
          Je suis convaincu que plusieurs catholiques par exemple, dans certaines de leurs pratiques religieuses, se sentent fortifiés physiquement ou spirituellement, sans que ces pratiquent ne soient véritablement appuyées bibliquement.
          Cela dit, quand vous dites « Pourquoi juger en mal ce que l’on ne comprends pas ? », je suis tout à fait d’accord. On a tendance à trop vite mal parlé de ce dont on ignore. Folie, manque de sagesse…

        • @Shor.L,

          Concernant le feu, vous avez raison de rappeler que le feu se rattache aussi beaucoup à l’épreuve.
          J’en viens maintenant à certaines difficultés de votre lecture. Dans Actes 2, selon vous quand les langues de feu descendent, il y a deux types de personne dans ceux qui entendent :
          – les croyants, qui reçoivent instantanément le don d’interprétation
          – les incrédules, qui se moquent, ne comprenant pas le langage.
          Je trouve cela dérangeant, dans le sens où dans ce schéma, si l’on a pas le don d’interpréter qui nous soit donné, on bascule dans le camps des incrédules. Or, tous les croyants n’interprètent pas.

          Deuxième point : quand l’apôtre Paul dit « je parle en langues plus que vous tous », veut-il dire qu’il passe plus de temps à prononcer le fameux « shabalababa » que les les autres ayant reçu ce don ?

          Troisième point : S’il y a un seul Esprit, quel est l’utilité d’avoir plusieurs langues inintelligibles ? Car Actes 2 nous parles bien de « plusieurs langues », Jésus disait « de nouvelles langues ». Il y aurait donc plusieurs type de glossolalie ? Si la glossolalie est la langue spirituelle des anges, y aurait-il eu un Babel version angélique, pour qu’il y en ait plusieurs langues ?

          Bien à vous

        • Bonjour Jorel,

          Déslé je n’avais pas lu votre réponse.

          Le mot « personne » en 1Cor.14 est bien dans un sens absolu.
          Pourquoi ?
          Parce que Paul compare la langue à un instrument joué en disant :
          1Cor.14:
          7 Si les objets inanimés qui rendent un son, comme une flûte ou une harpe, ne rendent pas des sons distincts, comment reconnaîtra-t-on ce qui est joué sur la flûte ou sur la harpe ?
          8 Et si la trompette rend un son confus, qui se préparera au combat ?
          9 De même vous, si par la langue vous ne donnez pas une parole distincte, comment saura-t-on ce que vous dites ? Car vous parlerez en l’air.

          Un instrument de musique s’il rends un son confus le rends partout où il est joué et non pas dans une seule et unique assemblée.
          Donc personne c’est personne, c’est à dire aucune intelligence sur terre.

          ***
          Ensuite le don d’interprétation ne permets pas de comprendre la langue mais permets de donner à ceux qui entendent le sens de ce qui est dit à Dieu.
          Si j’ai parlé d’une saisie directe de ce qui était dit, c’était pour expliquer ce qui s’était produit le jour de la Pentecôte. En Actes2 le don d’interprétation a permis de saisir directement la langue car c’était ici la première fois que les hommes étaient baptisés de l’Esprit.
          J’ai oublié dans un de mes commentaires de préciser que j’expliquais ce qui c’était passé en Actes2.

          Mais dans une assemblée de l’Église, le don d’interprétation vient après que la langue a été donné.
          Si dans l’Église quelqu’un entends directement en sa langue maternelle, Dieu veut simplement signifier à cette personne Qu’elle a reçu le don d’interprétation.

          ***
          La traduction de 1Cor.14:2 que je trouve la plus correcte est la synodale disant : 2 Car celui qui parle en langue inconnue ne parle pas aux hommes, mais à Dieu, puisque personne ne le comprend, — c’est sous l’inspiration de l’Esprit qu’il prononce des paroles mystérieuses –,
          Ce qui est mystérieux ce n’est pas ce qui se dit car avec l’interprétation tous peuvent saisir les merveilles qui se disent à Dieu mais la langue que personne ne comprends.
          C’est la langue qui est mystérieuse car incomprise.

          ***
          Je ne me rappelle pas avoir dit que en Actes2 la troisième catégorie de Juifs étaient des incrédules.
          J’ai précisé que ce groupe n’avait reçu ni les langues, ni l’interprétation donc il est humain pour eux de dire en néophytes : »Ils sont remplis de vin doux »
          Paul dit en 1Cor.14 qu’ils diront « ils sont tous fous »
          Mais Paul précise deux catégories « homme du peuple » ou « incrédule ».
          Ici « homme du peuple » n’est pas un « incrédule » mais devant le don des langues chacun tient le même langage.
          L’incrédule se définit comme celui qui a déjà entendu l’enseignement mais qui demeure réfractaire.
          L’homme du peuple est celui qui arrive et entends quelque chose de bizarre qu’il ne comprends pas. C’est l’ignorant, le néophyte.
          Il dira : « Ils sont ivres ou fou. »
          Si on enseigne ce néophyte, qu’il comprends et croit, il grandit en intelligence spirituelle et saisira qu’il s’agit d’un don du Saint-Esprit, c’est le parler en langues et que c’est normal d’entendre du « shabalababa ».
          S’il ne croit pas en l’enseignement, il demeure alors imperméable et il dira alors en incrédule : « ils sont tous fou ».

          N’est ce pas ainsi que les incrédules aujourd’hui traitent ceux qui disent « shabalababa » ?
          On dit : « Ils sont tous des timbrés, des illuminés, des fanatiques charismatiques aimant les sensations fortes, des personnes tombant en transe,… » bref, les jolies petits mots doux habituels !

          ***
          Paul dit qu’il parle en langue plus que tous simplement parce qu’il usait de ce don en abondance entre lui et Dieu.
          Il le dit afin d’exciter les chrétiens à en faire aussi bon usage entre eux et Dieu mais d’en user avec Sagesse et ordre dans l’assemblée. Il exige l’interprétation si on vocalise en langue en assemblée !

          ***
          La Glossolalie est encore appelée par Paul, don de la diversités des langues.
          Donc une diversité de langues et Jésus ne dit pas une nouvelle langue mais de nouvelles langues (pluriel).
          Si vous me demandez pourquoi c’est ainsi c’est comme me demander par exemple d’expliquer pourquoi l’animal ailé appelé oiseau existe dans autant de variante, de couleur, de forme etc.
          Dieu est immensément varié en sa Sagesse et aime exceller dans la multiplicité des choses.
          Observez la nature et là on est conquis par la grandeur de Dieu.

          Maranatha !

          Bien à vous !

    • @Marc

      bonjour Marc,

      Si dans l’assemblée quelqu’un entends en sa langue maternelle ou humaine, il a reçu le don d’interprétation des langues car le don des langues n’est reçu de l’intelligence des humains que par le truchement du don d’interprétation des langues et par aucun autre moyen.

      Il y a deux manifestations de ce don d’interprétation selon que la Bible laisse voir.
      ► Soit comme le jour de la Pentecôte ou Dieu inaugurait le Saint-Esprit au milieu des Juifs.
      Le parler en langue inconnue fut/est directement saisi dans la langue maternelle par le don d’interprétation.(Miracle de l’Esprit)
      En assemblée cela peut arriver pour quelqu’un qui ne sait pas encore qu’il a reçu le don d’interprétation ou encore pour confirmer une interprétation donnée par un autre suite à une langue inconnue, ou fortifier un disciple dans l’exercice du don des langues etc.
      ► Soit comme Paul l’explique, que l’un parle en langue et qu’ensuite un autre interprète ou celui qui parle en langue interprète.
      S’il n’y a pas d’interprètes alors que nul n’élève la voix dans l’assemblée mais parle à lui même et à Dieu dans le souffle du murmure(à voix basse ou en son cœur).

      ****
      Concernant le but du parler en de nouvelles langues.

      A quoi servent ?
      – Le don des guérisons ? : A guérir les malades
      – Le don de prophétie ? : A édifier, consoler, exhorter l’Église.(Toujours donné dans la langue intelligible du peuple ou de(s) (l’)auditeur(s)
      – Le don de la parole de connaissance ? : A révéler ou mettre en lumière quelque chose de particulier ou caché etc (Toujours en langues intelligibles).
      – Le don de la parole de Sagesse ? : A donner un conseil selon Dieu, une marche à suivre etc. (Toujours en langues intelligibles).
      – Le don des langues : A parler à Dieu en esprit dans une/des langue(s) mystérieuse(s)
      – Le don d’interprétation des langues : A édifier l’Église en rendant compréhensible à notre intelligence ce qui a été dit à Dieu dans l’exercice du don des langues.[Ne s’adresse pas de manière directe au peuple mais révèle en langue humaine ce qui a été dit à Dieu par la langue donnée par l’Esprit]

      A noter que le don des langues demande une rigueur spirituelle pour sa manifestation en assemblée parce que Dieu est un Dieu d’ordre et de paix !
      Ces directives sont donnée pas Paul en 1Cor.14…
      Sinon dans la solitude de sa voiture ou de sa chambre ou de la forêt ou du murmure ou du cœur tous sont libres de parler en de nouvelles langues et abondamment !

      Le don des langues à plusieurs objectifs :
      1) Parler à Dieu de choses que l’intelligence est incapable de parler avec Dieu car cela peut être des choses profondes propres à notre être et inconnues de notre intelligence.
      Notre esprit qui connait les profondeurs de notre être sait ce dont nous avons besoin et par l’Esprit de Dieu fait monter à Dieu l’expression de ces besoins selon qu’il est écrit : « 26 De même aussi l’Esprit nous aide dans notre faiblesse, car nous ne savons pas ce qu’il nous convient de demander dans nos prières. Mais l’Esprit lui-même intercède par des soupirs inexprimables ;
      27 et celui qui sonde les cœurs connaît quelle est la pensée de l’Esprit, parce que c’est selon Dieu qu’il intercède en faveur des saints. »

      C’est pourquoi l’apôtre Paul a désiré que tous parlent en langues car il en reconnaissait l’utilité profonde pour qui veut l’excellence dans le Seigneur.
      Je crois que quiconque veut du don des langues, Dieu le lui donne et cela avec abondance.
      Il faut simplement le vouloir, croire, le demander au Nom du Seigneur Jésus-Christ, le recevoir et parler sans douter.
      Cependant tous ne parleront pas en langues car tous ne croient pas !
      C’est bien pour cela que Paul dit : « tous parlent ils en langues …? »
      De même tous peuvent aussi posséder le don de prophétie, des guérisons etc. mais il faut y aspirer aussi.

      Ainsi l’édification pour celui qui parle en langue est semblable à celui qui prie, qui loue, qui adore, qui chante par l’intelligence et selon Dieu..

      Quel intérêt si on peut le faire par l’intelligence ?
      De dire à Dieu des choses que JAMAIS l’intelligence ne saura exprimer à Dieu car l’intelligence ignore ces choses et ne les connait même pas !
      Comment voulez vous demander à Dieu des choses que le Saint-Esprit lui même n’est pas capable de faire comprendre à votre intelligence qui est trop faible pour ces choses ?

      Avantage donc du parler en langue ?
      Quel est l’avantage de celui qui peut avoir ce que l’autre ignore ou ne sait pas demander ?
      Et bien il possèdera des choses dont l’autre ne saurait soupçonner l’existence, l’Esprit révélant à notre esprit les profondeurs de Dieu selon qu’il est écrit :
      1 Corinthiens 2:
      9 Mais, comme il est écrit, ce sont des choses que l’œil n’a point vues, que l’oreille n’a point entendues, et qui ne sont point montées au cœur de l’homme, des choses que Dieu a préparées pour ceux qui l’aiment.
      10 Dieu nous les a révélées par l’Esprit. Car l’Esprit sonde tout, même les profondeurs de Dieu.
      11 Lequel des hommes, en effet, connaît les choses de l’homme, si ce n’est l’esprit de l’homme qui est en lui ? De même, personne ne connaît les choses de Dieu, si ce n’est l’Esprit de Dieu.
      12 Or nous, nous n’avons pas reçu l’esprit du monde, mais l’Esprit qui vient de Dieu, afin que nous connaissions les choses que Dieu nous a données par sa grâce.
      13 Et nous en parlons, non avec des discours qu’enseigne la sagesse humaine, mais avec ceux qu’enseigne l’Esprit, employant un langage spirituel pour les choses spirituelles.
      14 Mais l’homme animal ne reçoit pas les choses de l’Esprit de Dieu, car elles sont une folie pour lui, et il ne peut les connaître, parce que c’est spirituellement qu’on en juge.
      15 L’homme spirituel, au contraire, juge de tout, et il n’est lui-même jugé par personne.
      16 Car Qui a connu la pensée du Seigneur, Pour l’instruire ? Or nous, nous avons la pensée de Christ.

      Voilà ce qui se passe quand je prie en langue, je reçois de Dieu des choses profondes qui nourrissent mon homme intérieur et plus que mon intelligence ne peut le comprendre, ne saurait m’enseigner ou saisir.
      Ce son des choses qui son au delà de l’intelligence et qui appartienne à l’esprit.
      Je reçois par/en mon esprit des choses excellente et profondes qui tôt ou tard jailliront en mon bénéfice et au bénéfice de mon être tout entier et de mon entourage.
      Ce sont aussi ces fameux fleuves d’eaux vives qui jaillissent jusque dans la Vie Éternelle que je recevrais dans l’excellence.

      Utilité : l’Excellence en Christ !

      C’est injuste et déséquilibré par rapport à ceux qui n’ont pas ce don ?
      Non !
      Pourquoi non ?
      Simplement parce que tous peuvent parler en langue.
      Cependant tous ne parlent pas car tous ne croient pas !
      Si, si je peux vous l’attester par l’Esprit qui m’en convainc instamment !]
      Donc si vous voulez être dans cette plénitude de l’excellence de l’Esprit : « Parlez en de nouvelles langues au nom de Jésus ! »
      Qui vous en empêche sinon votre propre incrédulité ?
      C’est vous qui fixez la barre et vos propres limites.

      Et si vous trouvez cela injuste tandis que vous ne parlez pas en langues alors que vous le pourriez si vous y croyiez, vous ne pouvez vous en prendre qu’à votre incrédulité(ou à vous même) et non à Dieu ou aux autres qui parlent, car Dieu a tout disposé pour tous afin que chacun en use avec abondance.
      N’est ce pas ?

      2) La seconde raison à déjà été évoqué, c’est la faiblesse de notre intelligence face aux choses de l’Esprit.
      Ce don vient en relai à une incapacité ou faiblesse de l’intelligence.

      3) Une autre raison c’est l’accomplissement de la prophétie :
      C’est par des hommes d’une autre langue Et par des lèvres d’étrangers Que je parlerai à ce peuple, Et ils ne m’écouteront pas même ainsi, dit le Seigneur.

      Cela est envisagé comme jugement mais est plutôt une supplication de Dieu à croire en lui…

      4) L’accomplissement des paroles annoncées par Jésus:
      Marc 16:17 Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru : en mon nom, ils chasseront les démons ; ils parleront de nouvelles langues ; ils parleront de nouvelles langues

      Notez que Jésus ne montre pas les nouvelles langues en jugement mais en MIRACLE.
      Celui qui hérite du miracle est celui qui croit car le juste vivra par sa foi.
      Celui qui ne croit pas se voit dans la prophétie en 3)

      Ainsi le parler en langue est un MIRACLE et pour saisir ce miracle il faut la Foi, y croire.
      De même pour saisir ce qui se dit au travers de ce miracle Dieu a donné un autre miracle : Le don d’interprétation des langues.

      Liste non exhaustive…

      Bien à vous !

  • marc laugt

    @Jorel
    J’ai finit de lire le pdf de Rendal. Son but comme quoi le parler en langue sert aux Juifs incrédules pour leur témoigner que le salut est autant destiné aux païens qu’à eux même est nouveau pour moi. Il faut que j’y réfléchisse sérieusement.

    Mais dans un sens, qu’est-ce qu’il est extrême, ou des fois un peu enfantin. Par exemple : « Ne voilà-t-il pas que non seulement leur Yahvé comprend l’arabe, le Grec et les treize autres aussi bien que l’hébreu, mais voici que son Saint-Esprit le parle Lui-même au travers des apôtres et des disciples ».

    Comme tu le dis, il y a pas mal de hic.

    Par exemple :
    1 Cor 13:8-13 :
    8 L’amour ne meurt jamais. Les prophéties disparaîtront, les langues cesseront, la connaissance disparaîtra. 9 En effet, nous connaissons en partie et nous prophétisons en partie, 10 mais quand ce qui est parfait sera venu, ce qui est partiel disparaîtra. 11 Lorsque j’étais enfant, je parlais comme un enfant, je pensais comme un enfant, je raisonnais comme un enfant; lorsque je suis devenu un homme, j’ai mis fin à ce qui était de l’enfant. 12 Aujourd’hui nous voyons au moyen d’un miroir, de manière peu claire, mais alors nous verrons face à face; aujourd’hui je connais en partie, mais alors je connaîtrai comme j’ai été connu.
    13 Maintenant donc ces trois choses demeurent: la foi, l’espérance et l’amour; mais la plus grande de ces choses, c’est l’amour.

    Il est évident que « quand ce qui est parfait sera venu » ne correspond pas à la bible puisqu’il est écrit : « nous verrons face à face », « je connaîtrai comme j’ai été connu », donc ça se rapporte au monde à venir, à la nouvelle création, ou au retour du Seigneur. Les prophéties disparaîtront car nous verrons face à face, le don de connaissance disparaitra car nous connaîtrons comme nous avons été connu, le don des langues disparaitra car les langues disparaitront, nous n’utiliserons plus une langue ou un langage comme moyen de communication. Comme il est écrit, ce que nous serons n’a pas encore été manifesté, pourtant il y a certains détailles dont on connait : nous verrons face à face, nous connaîtrons comme nous avons été connu, nous auront un corps spirituel, nous ne prendrons pas de femmes donc on n’aura surement pas de sexe (mâle, femelle) …

    Il est important de réfléchir au fait que les langues disparaitront, et du coup on peut se poser une question : est-ce que les langues angéliques existent ? « Quand je parlerais les langues des hommes et des anges » : Puisque le texte est une hyperbole, on ne peut pas en être sûre à 100%, il reste une possibilité que les langues angéliques n’existent pas (car peut être qu’entre eux ils n’en ont pas besoin).

    [quote]Quelqu’un aurait-il la connaissance de la pratique de ce don durant l’histoire de l’Église entre les premiers siècles de notre ère et l’émergence des mouvement pentecôtistes ?[/quote]Je connais un peu comment ça se passait les premiers siècles, mais très peu comment ça s’est passé lors de l’émergence des mouvement pentecôtistes. Les dons de l’esprit ainsi que le parler en langues ont continué jusqu’au troisième siècle, puis ils ont commencé à disparaitre jusqu’à totalement disparaitre du quotidien au quatrième-cinquième siècle. Maintenant on voit tout de même la manifestation des dons de l’esprit (excepté le parlé en langue où l’on ne voit pas d’exemples) dans l’histoire, mais c’est beaucoup plus rare, jusqu’à l’émergence des mouvement pentecôtistes.

    @Shor L.

    Théoriquement c’est intéressant de penser que le but du parler en langue est de parler à Dieu de choses que l’intelligence ou notre langue humaine est incapable de parler puisque limité, mais est-ce que c’est vrai ? Le problème c’est l’interprétation des langues : si celui qui parlait en langues disait des choses que l’intelligence ou notre langue humaine est incapable de parler alors il serait impossible de traduire techniquement ce qui est dit en langues dans notre langue humaine où bien entendu notre intelligence est capable de comprendre.

    1 Cor 14:12-17 :
    12 De même vous, puisque vous aspirez aux dons spirituels, que ce soit pour l’édification de l’Église que vous cherchiez à en posséder abondamment.
    13 C’est pourquoi, que celui qui parle en langue prie pour avoir le don d’interpréter.
    14 Car si je prie en langue, mon esprit est en prière, mais mon intelligence demeure stérile.
    15 Que faire donc ? Je prierai par l’esprit, mais je prierai aussi avec l’intelligence; je chanterai par l’esprit, mais je chanterai aussi avec l’intelligence.
    16 Autrement, si tu rends grâces par l’esprit, comment celui qui est dans les rangs de l’homme du peuple répondra-t-il Amen ! à ton action de grâces, puisqu’il ne sait pas ce que tu dis ?
    17 Tu rends, il est vrai, d’excellentes actions de grâces, mais l’autre n’est pas édifié.

    Il est intéressant de regarder ici l’énonciation : « Car si je prie en langue, mon esprit est en prière, mais mon intelligence demeure stérile ». On utilise le mot « car » donc cela fait référence au versé qui précède qui dit : « que celui qui parle en langue prie pour avoir le don d’interpréter », ainsi ce n’est pas seulement pour l’auditeur qu’il est demandé d’interpréter mais également pour sa propre intelligence. De même il est dit : « Autrement, si tu rends grâces par l’esprit, comment celui qui est dans les rangs de l’homme du peuple répondra-t-il Amen ! à ton action de grâces, puisqu’il ne sait pas ce que tu dis ? », il est dit le mot « autrement » ainsi cela signifie que le versé qui précède se situe en assemblé et non en privé. De même il est dit : « comment celui qui est dans les rangs de l’homme du peuple répondra-t-il Amen ! à ton action de grâces, puisqu’il ne sait pas ce que tu dis ? », ainsi « prier avec l’intelligence » et « chanter avec l’intelligence » signifie interpréter et chanter l’interprétation, sinon les auditeurs ne seraient toujours pas capable de répondre amen (comprendre).

    Ainsi on devrait dire pour mieux comprendre :
    12 De même vous, puisque vous aspirez aux dons spirituels, que ce soit pour l’édification de l’Église que vous cherchiez à en posséder abondamment.
    13 C’est pourquoi, que celui qui parle en langue prie pour avoir le don d’interpréter.
    14 Car si je prie en langue, mon esprit est en prière, mais mon intelligence demeure stérile.
    15 Que faire donc ? Je prierai par l’esprit, mais j’interpréterai aussi; je chanterai par l’esprit, mais je chanterai l’interprétation aussi.
    16 Autrement, si tu rends grâces par l’esprit, comment celui qui est dans les rangs de l’homme du peuple répondra-t-il Amen ! à ton action de grâces, puisqu’il ne sait pas ce que tu dis ?
    17 Tu rends, il est vrai, d’excellentes actions de grâces, mais l’autre n’est pas édifié.

    1 Cor 2:13-16 :
    13 Et nous en parlons, non avec des discours qu’enseigne la sagesse humaine, mais avec ceux qu’enseigne l’Esprit, employant un langage spirituel pour les choses spirituelles.
    14 Mais l’homme animal ne reçoit pas les choses de l’Esprit de Dieu, car elles sont une folie pour lui, et il ne peut les connaître, parce que c’est spirituellement qu’on en juge.
    15 L’homme spirituel, au contraire, juge de tout, et il n’est lui-même jugé par personne.
    16 Car Qui a connu la pensée du Seigneur, Pour l’instruire ? Or nous, nous avons la pensée de Christ.

    On ne parle pas ici du parler en langue.

    Romains 8:26-27 :
    26 De même aussi l’Esprit nous aide dans notre faiblesse, car nous ne savons pas ce qu’il nous convient de demander dans nos prières. Mais l’Esprit lui-même intercède par des soupirs inexprimables ;
    27 et celui qui sonde les cœurs connaît quelle est la pensée de l’Esprit, parce que c’est selon Dieu qu’il intercède en faveur des saints.

    Là encore on ne parle pas du parler en langues : ceux sont des soupires et non des paroles, et Il les fait en dehors de nous, de même pour « il intercède en faveur des saints ». Le don d’intercession se fait dans notre intelligence.

    [quote]Ce sont aussi ces fameux fleuves d’eaux vives qui jaillissent jusque dans la Vie Éternelle que je recevrais dans l’excellence.[/quote] Les fleuves d’eaux vives ne font pas référence au parler en langue, mais à l’Esprit que devait recevoir ceux qui auront cru. La preuve étant que les langues disparaitront.

    [quote]C’est injuste et déséquilibré par rapport à ceux qui n’ont pas ce don ?
    Non !
    Pourquoi non ?
    Simplement parce que tous peuvent parler en langue.
    Cependant tous ne parlent pas car tous ne croient pas ![/quote]
    Tu racontes n’importe quoi : il est vrai que l’incrédulité peut t’empêcher de le recevoir, mais ce n’est pas pour cette raison qu’il est dit : « Tous parlent ils en langues ? » : Relis le chapitre 12 sur le corps et ses différents membres pour en connaitre la raison. De même si on est pas tous apôtre, est-ce que c’est parce qu’on est incrédule ? « Un seul et même Esprit opère toutes ces choses, les distribuant à chacun en particulier comme il veut ».

    Les prophéties de type louange donc qui s’adressent à Dieu existent…

    • @marc laugt 3 janvier 2016 á 5 h 33 min
      Je cite : Théoriquement c’est intéressant de penser…, mais est-ce que c’est vrai ?
      ___________
      R :Celui qui parle en langue s’édifie lui même dit l’Écriture.

      Quel est le but de l’édification ?
      S’édifier c’est se « construire personnellement », se perfectionner pour atteindre la stature parfaite de Christ, se revêtir de toutes les armes de l’Esprit, s’enrichir, se nourrir, s’abreuver etc. en la connaissance de Christ afin d’être à son image parfaite.

      Celui qui écoute une prophétie, un message inspiré, étudie la parole de Dieu le fait dans quel but ?
      N’est ce pas pour s’édifier lui même et avoir une meilleure assise en Christ par la connaissance qu’il acquiert de Dieu ?

      Pourquoi user en abondance d’un don que Dieu a donné à cet effet crée t-il en vous un tel doute ?
      De plus c’est l’Écriture qui montre que ce qui est dit à Dieu sont des choses excellentes.

      Quelle différence faite vous entre une édification par ce qui est faible et par ce qui est excellent ?
      C’est ici encore la réalité !
      Si un choix doit être fait, je prends l’excellence de l’Esprit par la Foi.
      Le texte biblique le dis et cela ne vient pas de moi :
      Romains 8:26 De même aussi l’Esprit nous aide dans notre faiblesse, car nous ne savons pas ce qu’il nous convient de demander dans nos prières.
      Le texte dit clairement : nous ne savons pas ce qu’il nous convient de demander dans nos prières
      De fait, Dieu accorde un Don qui permets de triompher de cette carence de notre être, pourquoi s’en dessaisir, c’est comme abandonner <b<une arme de Dieu qui est la prière par l’Esprit en de nouvelles langues.
      ***
      Je cite : Le problème c’est l’interprétation des langues
      ____
      R:Un problème qui existe à cause des enseignements fallacieux sur le sujet qui a entrainé du désordre dans l’assemblée de Dieu.
      Comme je l’ai déjà dit: Une langue n’est pas une prophétie.
      Aujourd’hui on en fait une prophétie, c’est du désordre.
      Et à cause de cela on méprise l’enseignement fondamental de l’apôtre Paul et l’on pèche par ignorance et par doute dans l’Église.
      D’où les incohérences, les aberrations, le dramatique désordre que l’on retrouve tous le long du jour au travers de l’utilisation du don des langues en assemblée.
      Solution : Abolir le doute qui vient des enseignements fallacieux. Revenir à l’enseignement pur, retrouver l’intelligence des textes.
      ***
      Je cite : ainsi ce n’est pas seulement pour l’auditeur qu’il est demandé d’interpréter mais également pour sa propre intelligence.
      ______
      Notez bien ceci :
      Le contexte de l’écrit : En assemblée
      L’objectif de l’écrit : la Charité

      Quel est le contexte de 1 Cor.14 quand Paul parle d’aspirer au dons divers en assemblée ?

      Paul met en avant un objectif : La CHARITÉ.
      Et mettant l’accent sur la Charité il demande à l’Église d’abonder dans les donc spirituels qui sont d’utilité COMMUNE dans une assemblée de l’Église réunie.

      La prophétie qui est toujours donnée en langue intelligible est un don d’utilité commune par défaut car on édifie directement le peuple.
      Paul était très sensible à cela : Édifier l’Église, nourrir le troupeau, porter une parole qui mène à se perfectionner en Christ.
      Ainsi celui qui exerce le don de prophétie demeure dans un partage plus GRAND car sert à l’édification COMMUNE alors que celui qui prierait en langue sans interprétation s’édifierait tout seul.

      Lequel en effet sous le rapport de l’Amour est le plus grand ?
      Celui qui nourrit tout le monde ou celui qui se nourrit tout seul ?
      Le plus grand est celui qui nourrit tout le monde car il est d’utilité commune et il est le serviteur de tous.
      C’est cela l’AMOUR, la Charité…se faire serviteur de TOUS !
      Ainsi Paul a parlé du don de prophétie en privilège sur le don des langues exercé sans interprétation.

      MAIS Paul dit ceci : 1 Corinthiens 14:5 Je désire que vous parliez tous en langues, mais encore plus que vous prophétisiez. Celui qui prophétise est plus grand que celui qui parle en langues, à moins que ce dernier n’interprète, pour que l’Eglise en reçoive de l’édification.

      Vous lisez bien comme moi, le :
      1) à moins que ce dernier n’interprète
      2) POUR QUE l’Eglise en reçoive de l’édification

      ► Le à moins que spécifie que celui qui prophétise n’est pas plus grand que celui qui parle en langue si celui qui parle en langue est interprété dans l’assemblée.
      Ils sont donc égaux sous le rapport de l’Amour car ils servent tous les deux à l’Édification Commune.
      ► Observez bien le but de l’Amour : Servir à l’Édification de Tous !

      Donc Paul ne dit pas que le don de prophétie est plus grand, mais que celui qui prophétise est plus grand dans l’assemblée car il édifie tout le monde (car tous le comprenne) que celui qui parle en langue SAUF (je dis bien SAUF) si celui qui parle en langue est interprété pour l’Édification commune.

      Ainsi le don de prophétie n’est pas plus grand que le don des langue puisque ce sont deux dons de l’Esprit et chacun possède son utilité.
      MAIS dans l’Église comme personne ne comprends le parler en langue (s’il n’y a aucun interprète) alors ce don n’est d’aucune utilité pour tous mais n’est d’utilité que pour celui qui parle en langue car il s’édifie lui même et non pas un autre.
      Cependant s’il interprète ou un autre le fait il édifie l’Église.

      C’est pourquoi en ASSEMBLÉE, s’il n’y a pas d’interprète que l’on n’élève pas la voix en de nouvelles langues car c’est du désordre.
      Qu’on privilégie donc le don de prophétie car celui qui prophétise est compris par tous et cela édifie tous et l’on demeure véritablement dans l’Amour.
      Si on porte une langue, alors qu’elle soit interprétée sinon que l’on se taise si l’on ne parle pas en langue intelligible à voix haute.
      Voilà le message de Paul.

      Paul exige t-il de celui qui parle en langue de prier pour le don d’interprétation pour son édification personnelle ?
      NON !
      Car il dit dès le départ que celui qui prie en langue s’édifie lui même et cela bien entendu sans interprétation.
      L’interprétation n’est utile que pour l’assemblée, que pour l’Église et non pas pour celui qui parle en langue car celui qui parle en langues s’édifie déjà lui même en esprit.
      Ce passage de 1Cor.14:12-16 n’est que dans l’exercice du don des langues MAIS dans l’Église :

      En effet, celui qui parle en langue s’édifie lui même en esprit.
      Il n’a pas besoin pour lui même du don d’interprétation.
      Le don d’interprétation n’a d’utilité que dans la vocalisation de la langue en assemblée pour l’édification commune.
      Cependant il est arrivé que certains chrétiens me rendent le témoignage qu’ils s’étaient entendu parler en langues dans leur langue usuelle, maternelle.
      Ce témoignage veut simplement dire que Dieu avait donné à ces derniers le don d’interprétation afin qu’il l’utilise dans l’assemblée. C’est un signe quand Dieu veut révéler ce don d’interprétation chez quelqu’un qui ignore qu’il a ce don, il peut agir ainsi, comme pour le jour de la Pentecôte.
      ***
      Je cite : Ro.2…..
      On ne parle pas ici du parler en langue.
      ________
      Pierre en Actes2 prends deux versets dans deux psaumes différents pour parler de Judas.
      Pourquoi ne lui reprochez vous pas de retirer les versets de leur contexte ?
      Voyez vous, il y a un langage de l’Esprit propre à l’Esprit pour ce qui est de l’Esprit.

      Mais je réponds à votre argumentation par ceci :
      Celui qui parle en langue s’édifie lui même selon l’Esprit et Ro2:9-12 parle d’édification et de recevoir de Dieu des choses qui sont propres à l’Esprit et enseignées à notre esprit.
      Quoi de meilleur et de plus excellent que celui qui parle en langue qui s’édifie lui même par l’Esprit et dit et reçoit directement de Dieu des paroles ineffables et inégalables en merveilles par l’Esprit en son esprit ?

      Celui qui parle en langues s’édifie lui même, en son propre esprit en disant sous l’inspiration de l’Esprit des choses merveilleuses à Dieu.
      Pour dire ces choses merveilleuses, il faut d’abord les recevoir en son esprit par l’Esprit.
      Celui qui reçoit en son esprit, reçoit des choses merveilleuses et est nourrit d’une nourriture solide et excellente en son esprit.
      Donc le don des langues accorde de recevoir de Dieu des merveilles de Dieu qu’on lui exprime par nos lèvres en langues inintelligibles.
      C’est bien l’expression de Ro.2:9-14 qui bien entendu est aussi lisible pour celui qui enseigne en langue intelligible par l’Esprit.
      Cependant dans ce même chemin l’excellence est donné dans le parler en langue car celui qui parle en langue s’édifie, se nourrit, se bâtit, mets des pierres précieuses à son édifice lui même.

      La citation de Romains 8:26-27 va dans le même sens.
      Le texte parle de soupirs inexprimables et Dieu qui sonde les cœurs voit.
      Donc on est dans un contexte particulier du souffle de l’Esprit qui ne sont pas des gémissements audibles mais des soupirs inaudibles du cœur et inexprimables par l’intelligence.
      Quand j’ai cité ce passage c’était afin de faire ressortir ce que le parler en langue produisait en nous par la prière en de nouvelles langues.
      Notre esprit va chercher ce qui est de plus profonds en nous afin de l’exprimer à Dieu dans ce que l’intelligence est incapable de faire et ne peut pas faire.
      ***
      Je cite :
      La preuve étant que les langues disparaitront.
      _________
      R: Les langues disparaitront quand ce qui est parfait viendra, donc avènement et résurrection/transformation en corps glorieux et céleste.
      Jusqu’à là, le don des langues est toujours actif et est une aide précieuse, voir incontournable(sinon il n’existerait pas et les apôtres ne l’auraient pas reçu en PREMIER don manifesté) pour être plongé dans les choses de l’Esprit et être rempli en son esprit du Saint-Esprit.
      Observez que la parabole des vierges sages, elles ont rempli elles même leur lampe !
      N’attendez pas que Dieu vous remplisse lui même quand il vous a déjà donné tous ce qu’il convient pour le faire.
      Vous voulez de l’huile mais vous refusez l’huile par le don.
      Vous vous retrouverez tôt ou tard asséché ou desséché ou a court d’huile.
      De même on veut des fleuves d’eau vive qui coulera jusque dans la Vie Éternelle, qui est l’Esprit mais si l’on entretient pas le DON (relire 2Timothée1:6), il s’assèche.
      Comment s’entretenir sinon au travers des louanges, de l’adoration, des actions de grâce en intelligence etc…
      Or l’Esprit vient à notre aide pour cela par le don des langues dans ce que nous ignorons même de Dieu, que Dieu veut nous révéler mais que l’intelligence est incapable de saisir.
      Si on vous donne un mulet et une voiture toute équipée pour parcourir des milliers de kilomètres vous prenez quoi ?
      Le mulet je suppose….! non ?
      Moi je dis que vous préférez le mulet.
      Permettez moi de prendre la voiture et de vous inviter à vous y embarquer, pour aller plus loin sans vous soumettre à une fatigue excessive ce qui ne vous sera d’aucun avantage en ces temps d’Apostasie.
      Vous ne voulez toujours pas ?
      Libre à vous alors !
      Chevauchez pendant que je roule. A chacun son rythme !
      ***
      Je cite : Tu racontes n’importe quoi : il est vrai que l’incrédulité peut t’empêcher de le recevoir, mais ce n’est pas pour cette raison qu’il est dit : « Tous parlent ils en langues ? » : Relis le chapitre 12 sur le corps et ses différents membres pour en connaitre la raison. De même si on est pas tous apôtre, est-ce que c’est parce qu’on est incrédule ? ….
      _________
      R: Non vous n’y êtes pas du tout car Paul dit :
      ► « Recherchez la Charité… »
      ► « …Aspirez aussi aux dons spirituels, mais surtout à celui de prophétie. »
      ► « Je désire que vous parliez TOUS en langue »

      TOUS doivent posséder la CHARITÉ sinon celui qui ne possède pas la Charité n’est pas de Dieu mais du malin.
      Donc il y a bien des choses que tous doivent(l’amour) ou peuvent posséder(les dons de l’Esprit).

      Mais Paul ne dit pas :
      – Aspirez aux ministères(à ne pas confondre à la charge d’évêque) d’apôtre, de prophète, d’évangéliste, de pasteur, de docteur,
      ou
      – Je désire que vous soyez tous apôtre, prophète, évangéliste, pasteur, docteur.

      Ainsi il y a bien une différence entre les ministères et les dons du Saint-Esprit.
      Le ministère c’est la personne toute entière qui est don de Christ(je dis don de Christ et non pas don de l’Esprit-Saint) à l’Église.
      Tandis que les neuf charismes que l’on cite tous, sont dons de l’Esprit-Saint donnés pour l’utilité commune.
      Le don de l’Esprit peut s’exercer sans que la personne ne soit un ministère.
      Celui qui exerce le don de prophétie[Don de l’Esprit-Saint] n’est pas forcément un ministère de prophète[Ministère de prophète].
      Voyez vous la différence ?

      Donc TOUS peuvent aspirer à tous les dons de l’Esprit selon que l’Esprit le donne à chacun et en recevoir un bon petit paquet ou tous, pourvu que l’on en fasse un usage qui soit pour l’utilité commune, donc selon L’AMOUR.

      Cependant tous ne peuvent pas être un ministère car cette responsabilité incombe strictement au Seigneur et non à celui qui aspire.

      C’est le Seigneur qui nomme, donne la charge et on est saisi par l’Esprit dans le ministère.
      C’est pourquoi, j’ai toujours dit que les « pasteurs » d’aujourd’hui sont des détenteurs de titre de « pasteur » et non pas des ministères de pasteurs établis par Christ.
      La différence ?
      On aspire pas à être apôtre, pasteur, prophète, évangéliste, docteur, c’est impossible !
      Cela nous tombe dessus ? OUI !
      Au travers d’un appel précis du Seigneur qui est sans équivoque et qui se voit à l’œil nu dans l’exercice du ministère.

      L’apostolat est donné par Christ et est un ministère que l’on reçoit et qui se manifeste par des signes indubitables et des miracles particuliers.
      Généralement celui qui est appelé à l’apostolat quand il voit venir le Seigneur, il prends la poudre d’escampette car il sait quand il s’embarque dans cette charge, ce n’est plus lui qui serre sa ceinture et qui va où il veut mais c’est le Seigneur qui lui serre la ceinture et le propulse Lui même où Il veut.
      Quand vous êtes un ministère mettez une croix à votre vie terrestre et si vous êtes marié, que votre femme soit spirituelle.
      Sincèrement ceux qui se disent apôtres ne savent pas ce qu’ils disent car ils seraient tombés premièrement en supplication devant Dieu pour dire : »Envoie quelqu’un d’autre, pas moi ! »
      Regardez Moïse, il a « chié grave dans son froc »…jusqu’à ce que Dieu se fâche…[Excusez l’expression mais c’est cela !]

      Le ministère c’est autre chose que le don de l’Esprit car il est exigé de celui qui est un ministère une vie irréprochable ce qui n’est nullement le cas dans l’exercice d’un don spirituel qui peut être manifesté même par celui qui est fraichement converti à Christ.

  • marc laugt

    « Un seul et même Esprit opère toutes ces choses, les distribuant à chacun en particulier comme il veut ». Bien entendu la foi est nécessaire, mais ce n’est pas suffisant, il faut que Dieu veuille, comme pour n’importe quel ministère.

    La motivation première pour l’interprétation des langues est bien entendu l’édification de l’église, mais au versé 14 on dit « mon intelligence demeure stérile », on parle et on s’inquiète de l’intelligence de celui qui parle en langue et non de celui de l’auditeur. Bien entendu je ne dis pas que Paul nous demande ou nous « commande » d’interpréter notre parler en langue en privé, mais je dis qu’il y a un petit quelque chose malgré tout.

    Personnellement je trouve ça bizarre et étrange que le don des langues soit différent de tous les autres dons, et dans un sens dans presque tous les domaines. Je m’explique : Tous les autres dons servent pour édifier l’autre, en conjugaison avec l’autre, ce n’est pas le cas du parler en langues, c’est tout l’inverse. Pour tous les autres c’est l’amour qui est le let-motif, là pour le parler en langues ce n’est pas le cas. Dans tous les autres dons on peut vérifier plus ou moins si c’est juste ou pas, mais dans le parler en langue ce n’est pas le cas. Je m’explique : imaginons que je pense que Dieu m’a parlé et qu’il m’a demandé d’imposer les mains à un malade pour qu’il soit guéri. Je lui impose les mains et là rien ne se passe, il n’est pas guéri, alors je me remets en question, il y a quelque chose qui cloche, alors je me dis que Dieu ne m’a pas parlé ou je n’ai pas cru assez. Imaginons que Dieu me demande de donner une prophétie à quelqu’un, j’ai une petite crainte, parce que lui est capable de me dire si je dis n’importe quoi ou non, et alors là je me remets en question. Mais il n’en est pas ainsi pour le parler en langue, si je dis n’importe quoi personne (y compris moi) ne le saura. Et donc je serais incapable de distinguer si je suis dans mon trip (et si je m’imagine une folie) ou non. Dans tous les autres dons c’est Dieu qui prend l’initiative et non nous, sauf pour le parler en langue où c’est celui qui parle en langue qui prend l’initiative. Par exemple lorsque quelqu’un prophétise c’est Dieu qui lui a demandé de prophétiser, mais pas pour le parler en langue. Pour tous les autres dons, les dons ne sont pas une capacité en quelque sorte, mais pas pour le parler en langue. Je m’explique : prenons le don de connaissance, ou le don de guérison c’est plus simple : quand Dieu me demande de guérir quelqu’un le miracle a lieu, et c’est Dieu qui le fait, mais si je voyais un malade et que je voulais le guérir, aurai je la capacité de le faire, et si j’essayai de le faire, aurai je la capacité de le faire par moi-même, est-ce que ça marcherai, ou au final il ne se passerait rien même si j’essaie de le faire de toute mes forces par l’imagination. Mais ce n’est pas le cas du parler en langue. Etc…

    Alors ton interprétation Shor L. explique toutes ces choses, mais il y a des hics je trouve.

    Si ce sont des langues humaines, le hic est encore plus grand, à moins qu’on se plante aujourd’hui dans l’utilisation, le sens, la cause et la raison du parler en langue. C’est pour cela que je recherche le but du parler en langue. Imaginons qu’on nous donne un tournevis et que nous n’en connaissons pas le but, ne ferons-nous pas n’importe quoi avec le tournevis, n’imaginerons nous pas n’importe quoi. L’avantage de l’interprétation de Rendal, bien que déplaisante sur certains points, est que le parler en langue est par nature pour les autres (des personnes autres que celui qui parle en langue), bien que pas fait pour les croyants, et que finalement il peut être identique aux autres dons (pour autrui, éprouvable, c’est Dieu qui prend l’initiative …).

    Bon oublions toutes ces choses, j’aimerai qu’on parle d’autres sujets. Il y a des choses profondes dont une, mal comprise sur lequel je me questionne toujours, sur lequel tout est construit et qui est fausse :

    Qu’est-ce qui distingue l’Esprit de l’ancien testament et le Saint Esprit du Nouveau testament ? Et ce qui s’y rattache : baptême, recevoir l’Esprit Saint, les dons de l’Esprit ?

    • @marc:
      Le verset 14 ne doit pas être ôté de son contexte qui est dans un enseignement général concernant l’usage des dons(langue et interprétation) en assemblée de l’Église réunie car le don d’interprétation des langues n’est d’aucune utilité hors de l’assemblée.

      Au v:14 Paul ne faisait que rappeler la raison pour laquelle au v:13 il demande de prier pour le don d’interprétation.
      Ainsi quand au v:15 il dit 15 Que faire donc ? Je prierai par l’esprit, mais je prierai aussi avec l’intelligence ; je chanterai par l’esprit, mais je chanterai aussi avec l’intelligence.

      Il montre ici le don des langues exercé avec interprétation des langues.
      je prierai, chanterai, rendrai grâce par l’esprit : don des langues
      je prierai, chanterai, rendrai grâce par l’intelligence : don d’interprétation des langues
      etc…
      Mais tout cela en assemblée.

      Le v:16 prouve que l’enseignement donné par Paul du v:11 à 16 est bien dans le cadre de l’assemblée à cause de ceci : 16 Autrement, si tu rends grâces par l’esprit, comment celui qui est dans les rangs de l’homme du peuple répondra-t-il Amen ! à ton action de grâces, puisqu’il ne sait pas ce que tu dis ?

      ► Le don d’interprétation n’est d’utilité que dans une assemblée de l’Église car le don des langue suffit pour l’édification personnelle.

      Concernant l’utilisation des dons l’Écriture parle de « don » et non pas de « prêt ».
      Ce qui est donné n’est pas prêté par Dieu, c’est à chacun d’user du don de l’Esprit comme il le veut et non pas comme Dieu veut car Dieu veut déjà sinon il n’aurait pas fait « don de.. »
      De sorte que vous êtes en Dieu autorisé à user du don des guérisons, de prophétie, des paroles de sagesse, de connaissance etc. autant que vous êtes bien disposé.
      Dieu ne demande que cela !(parabole de l’huile, des talents, 2Tim.1:6)
      C’est à vous de faire fructifier car Dieu vous a déjà donné un ordre « Faire valoir »…
      De sorte qu’un grain donne soit 30, 60 ou 100 (parabole des terrains)
      Pourquoi 30 ou 60 et pas toujours 100 ?
      Car certains « se limitent » dans l’usage des dons de Dieu et restreignent leur propre fruit pour leur propre compte alors que Dieu veut l’abondance pour ses brebis !

      De plus, selon le Seigneur Jésus lui même, le don des langues est un miracle, il ne s’aborde que par la Foi. Donc si vous doutez vous n’êtes plus dans la Foi.

      Pour votre dernière question :
      C’est un tout autre sujet qui nous éloignera de trop du sujet principal.

      Bien à vous !

  • marc laugt

    Citation : « Au v:14 Paul ne faisait que rappeler la raison pour laquelle au v:13 il demande de prier pour le don d’interprétation ».
    Tu me traite presque d’aveugle, explique-moi comment et en quoi dire : « Car si je prie en langue, mon esprit est en prière mais mon intelligence demeure stérile » rappelle la raison pour laquelle au v:13 il demande de prier pour le don d’interprétation (qui est pour édifier l’église). Il devrait être écrit à la place : « Car si je prie en langue, mon esprit est en prière mais la personne à côté demeure stérile (autant dans son esprit que dans son intelligence). Là effectivement ça rappellerai la raison pour laquelle au v:13 il demande de prier pour le don d’interprétation. Mais en disant « mon intelligence demeure stérile », il y a quelque chose qui cloche, et il montre par cela que le parler en langue n’est pas parfait ou complet pour l’édification personnelle. Ainsi Non le don des langue ne suffit pas pour l’édification personnelle.

    citation : « c’est à chacun d’user du don de l’Esprit comme il le veut et non pas comme Dieu veut car Dieu veut déjà ». Ainsi la personne qui a le don de guérison, dès qu’il veut quand il voit un malade il peut le guérir. Il est vraiment égoïste alors, parce qu’il ne guérit pas beaucoup de malade, il pourrait aller dans des hôpitaux et guérir tous le monde. Paul dit : « Trois fois j’ai prié le Seigneur de l’éloigner de moi, et il m’a dit : Ma grâce te suffit, car ma puissance s’accomplit dans la faiblesse ». De même celui qui a le don de prophétiser peut alors prophétiser quand il veut, dès qu’il veut et à qui il veut, ou alors celui qui a le don de faire des miracle peut faire un miracle quand il veut, dès qu’il veut et le miracle qu’il veut. Il y quelque chose qui cloche … C’est vrai qu’avec la prière on peut demander à Dieu de faire quelque chose (prophétiser, guérir, faire un miracle …), mais ce n’est pas forcé que Dieu réponde ou te dise oui. (Mais étrangement ce n’est pas le cas du parler en langue …)

    • Bonjour Marc

      Non je ne vous considère pas en aveugle, loin de là !
      Le verset 14 commence par un « CAR ».
      Conjonction de coordination introduisant une proposition qui explique ou justifie ce qui vient d’être énoncé.
      A.− Introduisant une prop. qui explique ou justifie une prop. précédemment énoncée….

      Je n’invente rien c’est simplement du français et des règles basiques du français.

      Le verset doit se lire ainsi :
      C’est pourquoi, que celui qui parle en langue prie pour avoir le don d’interpréter, car si je prie en langue, mon esprit est en prière, mais mon intelligence demeure stérile.

      Le verset dit « je » ici car Paul demande à celui qui parle en langue de prier aussi pour le don d’interprétation, donc celui qui parle serait aussi celui qui interprète dans l’assemblée.

      Ainsi comprenez que si mon esprit est en prière, mon esprit s’édifie.
      Dans l’homme il n’y a pas que le corps mais encore l’intelligence et l’esprit.
      Il y a l’homme terrestre et l’homme céleste, la nouvelle créature.
      Il ne manque strictement rien au parler en langues car le parler en langue ne s’adresse pas aux hommes mais à Dieu.
      L’interprétation n’est donnée par Dieu que par pure Grâce et selon l’Amour dans l’Église pour l’édification de tous(si d’aventure quelqu’un parlerait à haute voix en vocalisant dans l’assemblée en langues) car tous entendront par l’interprétation parler des merveilles de Dieu.

      Mais l’interprétation ne sert strictement à rien pour celui qui prie en esprit entre lui seul et Dieu.
      Car l’esprit utilise le langage de l’Esprit afin de s’adresser à Dieu et à Dieu seul et l’esprit édifie l’être tout entier.
      Celui qui mange un aliment naturel nourrit tout son être.
      Si mon esprit se nourrit, il nourrit forcément tout mon être.
      Quand je mange d’un aliment terrestre, seule ma bouche plus particulièrement ma langue prends le GOUT mais mon corps tout entier reçoit la force prodiguée par l’aliment.
      Comment l’esprit fortifie mon être entier ?
      Et bien comme quand je mange d’un aliment quelconque et que cela nourrit tout mon corps, des cheveux jusqu’au orteils !
      Vous comprenez ainsi ?

      Aucun parler en langue n’est un message pour les hommes mais Dieu par Amour peut faire entendre ce qui se dit dans la langue afin d’édifier l’intelligence par le don d’interprétation.
      Mais quand moi même je prierai en langues même sans que mon intelligence ne prenne le gout de ce que dit l’esprit, elle reçoit la fortification tout de même comme quand seul la langue prends le gout de l’aliment alors que le corps tout entier est nourrit, y compris la langue.

      Soyez rigoureux et intuitif, je vous en prie !

      ****

      Concernant les dons je crois une chose : Nous sommes des incrédules, des tièdes ou des froids, car si nous croyons Dieu selon les Écritures nous serions tous au moins des « Étienne » par excellence.
      Observez le témoignage des 10 diacres choisis par imposition des mains des apôtres.
      Ils ne sont même pas appelés à l’Évangélisation mais au service des tables MAIS Étienne se démarque !
      Pourquoi lui particulièrement se démarque autant ?…Où sont les autres ?
      N’ont-ils pas tous reçus de l’Onction ? Étienne a reçu plus ? Dieu veut pour Étienne et pas pour les autres ?
      Je ne crois pas,….Étienne est déclaré homme plein de foi et d’Esprit-Saint car il faisait fructifier en lui le Saint-Esprit.

      En homme intelligent et zélé, chaud, pour Dieu il a fait fructifier encore plus ce qu’il avait reçu de l’imposition des mains car il avait compris les choses !

      Si Etienne parlait comme nous, il aurait dit du genre: « Mais cela ne m’a été donné que pour les tables ! Je ne peux pas ce serait déplaire à Dieu, Dieu ne veut pas ! »
      Effectivement il aurait été zélé pour les tables et n’aurait pas été le premier martyr.

      C’est ici la différence.

      Dormons si nous voulons mais celui qui ne dort pas fait fructifier le don de Dieu car il se lève et se fait zélé pour Dieu et produit le fruit selon Dieu.

      A chacun d’agir selon la Foi et son Amour pour Dieu en toute sagesse et intelligence spirituelle portant des fruits dignes de la repentance selon Dieu.

      Observez jésus, il passait des nuits à prier pour les malades, chasser les démons etc. et ne s’arrêtait que lorsqu’il n’y avait plus de vases à remplir.
      Avez vous saisi ?
      L’huile est là autant qu’il y a des vases vides !

      Bien à vous.

  • Bible2000

    Première partie (1 sur 2):
    ___En « 1 Cor 14 », si avoir l’interprétation d’une langue est uniquement ENTENDRE dans sa propre langue maternelle ce que l’autre prononce en charabia (donc sans entendre le charabia lui-même), alors comment ferait-on pour savoir qu’on a vraiment une interprétation d’une langue ? Car il n’y aurait pas de différence à nos oreilles entre celui qui parle en langue et celui qui parle déjà notre langue, puisqu’on les entendrait tous deux en français. Si dans l’assemblée, une 1re personne dit en français « Dieu est bon » et qu’une 2e personne dit « chabadatata » que l’Esprit ferait entendre par « Dieu est bon » comme interprétation, alors on entendrait en français tous les deux dire « Dieu est bon ». On ne verrait donc pas la différence entre les deux. Pas moyen de savoir si l’un avait dit « Dieu est bon » en langue ou en français; et on penserait que tous les autres les ont entendus en français également, donc on ne verrait pas la nécessité d’interpréter du français à d’autres Français; puisqu’on ne sait pas si on entend réellement le français qui n’est pas interprété ou si on entend un français interprété par l’Esprit. On ne peut donc pas donner une interprétation aux autres puisqu’on ne sait pas s’il y avait réellement eu un parler en langue.
    ___Même chose en « Actes 2 »: comment une personne de la foule aurait pu savoir qu’il y avait PLUSIEURS LANGUES DIFFÉRENTES qui se parlaient (selon « Actes 2.11 ») si c’était des langues charabiatiques de l’Esprit et non humaines ? Il aurait fallu OBLIGATOIREMENT qu’une personne ENTENDE aux moins DEUX langues différentes avec ses propres oreilles pour discerner que c’était vraiment des langues différentes, donc obligatoirement des langues humaines; car deux langues humaines différentes ont des sons de cloches différents à l’oreille. Car si la personne avait ce genre d’interprétation de deux langues charabiatiques différentes (donc les entendant tous les deux dans sa langue maternelle par l’Esprit), elle n’aurait pas pu savoir si cela correspondrait à deux langues humaines différentes au lieu d’une seule, car elle aurait reçu l’interprétation UNIQUEMENT dans sa propre langue maternelle et non dans deux langues humaines différentes. Or, si elle savait que c’était plusieurs langues différentes qui se parlaient c’est parce qu’elle distinguait et ENTENDAIT réellement des langues différentes avec ses oreilles, car avec uniquement une soit-disant interprétation charabiatique directe de l’Esprit dans ses oreilles ou dans son cerveau cela ne lui aurait pas permis de savoir si c’était deux langues humaines différentes, pourtant en réalité c’était le cas selon « Actes 2.11 ». Par ailleurs, en sachant que son voisin entendait dans une langue différente de celle qu’elle entendait elle-même, c’est qu’elle entendait réellement la même chose que son voisin entendait, donc il y avait deux langues différentes (la sienne et celle de son voisin), donc obligatoirement des langues humaines et non pas deux langues charabiatiques de l’Esprit à nos oreilles dont on ne sait pas si c’est la même langue ou deux langues à nos oreilles puisqu’on ne les connait pas et qu’on ne sait pas en faire la différence s’il y en a deux ou une seule. Mais comme nous le verrons plus bas, il n’y avait pas ce genre d’interprétation charabiatique en « Actes 2 ». Or, peu importe le raisonnement humain qui pourrait être donné ici pour expliquer cette soit-disant interprétation de plusieurs langues charabiatiques, nous verrons plus loin qu’une interprétation de l’Esprit d’un soit disant charabia est faux bibliquement, car ce qui était ENTENDU était PRÉCISÉMENT CE qui était PARLÉ, donc sans avoir passé par une interprétation quelconque entre la bouche de celui qui parle et les oreilles de celui qui entend.

    Actes 2.6 « …chacun les ENTENDAIT PARLER dans son propre langage ».

    ___Shor a écrit : « Quand la Bible dit en plusieurs endroit personne (Oudeis) aucun d’entre nous ne dit ‘excepté celui là ou celle là’ donc ‘personne’ c’est dit dans un sens général, intemporel, universel. ».
    ___Si un parent dit à ses enfants: « Si vous n’écoutez pas, personne ne mangera de friandises demain », il est sous-entendu qu’on fait exception des parents ou d’autres qui pourraient en manger quand même; la chose n’avait été dite qu’aux enfants; dans le contexte, cela sous-entendait : « personne d’entre vous les enfants ».

    1 Corinthiens 14.2: « En effet, celui qui parle en langue ne parle pas aux hommes, mais à Dieu, CAR PERSONNE (oudeis) ne le comprend… »

    ___ En « 1 Cor 14.2 », le sens du mot « personne » doit être interprété avec le mot grec « gar » qui signifie « car » ou « parce que ». Ici, la raison pourquoi il est clair que celui qui parle en langue ne parle pas aux hommes, mais à Dieu, est PARCE QUE (CAR) tous ceux dans l’assemblé qui l’entendent ne le comprennent pas. Donc si, en parlant en langue, habituellement personne ne le comprend, c’est parce que cela est adressé à Dieu et non aux hommes. Par exemple, même si une seule fois, personne ne comprend celui qui parle en langue (le chinois) dans l’assemblée de Corinthes, cela est la preuve qu’il s’adresse à Dieu et non aux hommes; c’est donc obligatoirement des actions de grâçe, des louanges, des remerciements qu’il offre à Dieu par l’Esprit. C’est cela l’idée de Paul dans ce verset.
    ___Nous verrons que lorsque la Bible dit « personne » (« oudeis » en grec), c’est souvent avec un SOUS-ENTENDU, donc souvent lié à des EXCEPTIONS. Ainsi donc, prendre comme fondation inébranlable l’argument que le mot « personne » est toujours dans un sens « universel », « intemporel » et « absolu », c’est s’appuyer sur un mur de raissonnements qui est appelé à s’effondrer. Voici quelques exemples parmi tant d’autres où on trouve ce mot grec « oudeis » (numéro Strong: 3762) qui est traduit par le mot « personne » en « 1 Cor 14.2 » dans « …PERSONNE ne le comprend ». Ce mot grec « oudeis » signifie « aucun » ou « rien » (donc « aucune » chose, « aucune » personne):
    http://www.enseignemoi.com/bible/strong-biblique-grec-oudeis-incluant-f-eacute-minin-oudemia-et-neutre-ouden-3762.html

    1) __________
    Matthieu 17 : 20: « …si vous aviez de la foi comme un grain de sénevé,… RIEN (« oudeis ») ne vous serait impossible. »

    ___Dans ce verset, il est sous-entendu que le mot « rien » (« aucune » chose) sous-entend qu’on ne peut pas faire tout ce qu’on veut en dehors de la volonté de Dieu. On ne peut pas jeter un sort à un serviteur qui obéit à Dieu, ni tuer des gens que Dieu veut sauver, ni se donner des milliards de dollars pour nos convoitises charnelles, etc. Ce mot « oudeis » n’a donc pas un sens absolu ou universel, mais est lié à l’interprétation de ce que Dieu sous-entend.

    2) __________
    Marc 16.6: « (6) Il leur dit : Ne vous épouvantez pas; vous cherchez Jésus de Nazareth, qui a été crucifié; il est ressuscité,… (8) Elles sortirent du sépulcre et s’enfuirent. La peur et le trouble les avaient saisies; et elles ne dirent RIEN (oudeis) à PERSONNE (oudeis), à cause de leur effroi. »

    ___Ici, « oudeis » n’a donc pas un sens « intemporel » ni « absolu » puisque pour lire ce récit aujourd’hui il a fallu qu’elles l’aient dit plus tard À UN MOMENT DONNÉ et aussi qu’elle le dise à QUELQU’UN. Donc, avec {« rien » : « aucune » chose } et {« personne » : « aucune » personne } on a un sous-entendu qui inclut deux exceptions ici (temporel et absolu).

    3) __________
    *** Apocalypse 7.9: « …une grande foule que PERSONNE (oudeis) ne pouvait dénombrer,… »

    ___Il est évident qu’on SOUS-ENTEND que le mot « personne » exclu » Dieu lui-même, car:

    Matthieu 19.26: « …Aux hommes cela est impossible, mais à Dieu tout est possible.

    4) ___________
    *** Jean 10.18: « [Jésus dit:] PERSONNE (oudeis) ne me l’ôte [la vie], mais moi, je la laisse de moi-même…. »

    ___Ici, le mot « personne » lié au verbe « ôter » n’est pas dans un sens absolu, car ceci SOUS-ENTEND que c’est en rapport avec le fait que Jésus décide de lui-même que d’autres personnes lui ôteront la vie ou non, car:

    Actes 5.30: « …Jésus, que VOUS AVEZ TUÉ, en le pendant au bois. »

    5) __________
    *** 1 Jean 4.12: « PERSONNE (oudeis) ne vit jamais Dieu… ».

    ___Ici aussi, dans {« Aucun » ne vit jamais Dieu}, le mot littéral « aucun » (« personne ») n’est pas absolu, car il est SOUS-ENTENDU que le Fils et les anges font exception, car:

    1 Corinthiens 8.6: « néanmoins pour nous il n’y a qu’un seul Dieu, le Père, »

    Jean 6.46: « C’est que nul n’a vu le Père, SINON CELUI qui vient de Dieu; celui-là a vu le Père. »

    Matthieu 18.10: « Gardez-vous de mépriser un seul de ces petits; car je vous dis que leurs ANGES dans les cieux VOIENT continuellement LA FACE DE MON PÈRE qui est dans les cieux. »

    6) __________
    *** 1 Corinthiens 14.2: « En effet, celui qui parle en langue ne parle pas aux hommes, mais à Dieu, car PERSONNE (oudeis) ne le comprend… »

    ___Comme dans les exemples précédents, il est évident ici aussi que le mot « personne » SOUS-ENTEND qu’il s’applique seulement dans le contexte d’une réunion se situant dans une région où on ne parle pas ordinairement ces langues étrangères qui se parlent par l’action de l’Esprit ici. On sous-entendant donc : « …habituellement lors de vos réunions personne ne le comprend ». Mais dans le passé, à la fête de la Pentecôte, où plusieurs personnes étaient venues à Jérusalem ce jour-là pour se réunir à cette occasion, chacun savait parler la langue de son propre pays d’origine puisque c’était leur langue maternelle. Il était donc ÉVIDENT que pendant cette fête à Jérusalem, c’était une exception et qu’à cause de cela chacun entendait PARLER les disciples (Actes 2) dans leur PROPRE LANGUE maternelle étrangère à celle du pays d’Israël où cette fête se passait. C’était aussi la volonté de Dieu que les différentes langues parlées miraculeusement par les disciples correspondent précisément aux langues maternelles de ces visiteurs présents qui sont arrivés d’autres pays à Jérusalem pour cette fête.
    ___En lisant bien on comprendra que c’est bien CE qui était PARLÉ que les autres ENTENDAIENT; donc sans « interprétation » entre les PAROLES PARLÉES et les oreilles qui ENTENDENT; il n’y avait donc pas deux sortes de sons qui voyageaient dans l’air via les molécules d’air qui se frappent les unes sur les autres jusqu’à la membrane de chaque tympan dans chaque oreille qui entendait. Chaque disciple ne parlait qu’une seule langue étrangère à la fois; il y avait donc plusieurs langues différentes qui étaient parlées et c’était des langues humaines, car les paroles que la foule ENTENDAIENT de leurs oreilles étaient bien les paroles PARLÉES. Que ce soit par l’Esprit ou non, cela ne change rien à l’affirmation du texte biblique qui nous confirme que c’était bien CE qu’ils PARLAIENT qui a été ENTENDU, c’est bien leurs PAROLES que la foule ENTENDAIT. C’est bien EUX que chacun ENTENDAIT PARLER et non le Saint-Esprit APRÈS qu’eux aient parlé : chacun « LES ENTENDAIT PARLER ».
    ___Qui est-ce qui parlait leur langue maternelle humaine ? Le texte de « Actes 2.6 » nous dit très clairement que ce sont les disciples eux-mêmes: « …PARLER dans SA PROPRE LANGUE » (Actes 2.6); et c’est cela que chacun ENTENDAIT; LEURS PAROLES qu’ils PARLAIENT était ce que chacun ENTENDAIT et non pas l’interprétation de leurs paroles que le Saint-Esprit aurait supposément transformées par la suite; c’est toute une différence. Les disciples PARLAIENT et c’est CE PARLER qui était ENTENDU. Or, PARLER signifie PRONONCER DES PAROLES; ce sont donc CES PAROLES PRONONCÉES qui étaient ENTENDUES; et ce que CHACUN de la foule ENTENDAIT PRONONCER était dans leur propre langue maternelle. Les disciples PARLAIENT donc des LANGUES HUMAINES et ces langues étaient les langues MATERNELLES des gens de la foule qui LES ENTENDAIENT. C’est ce que le texte biblique démontre clairement. Ignorer cette vérité écrite, c’est laisser le malin prendre place par des faux raisonnements qu’il produit, ce qui en séduit un grand nombre parmi lesquels certains n’ont pas l’amour de la vérité, mais la combatte (Rom 10.17; Luc 18.8; 2 Thes 2.10-12; 2 Tim 3.7).

    Actes 2.4 (Darby): « …et commencèrent à PARLER D’AUTRES LANGUES… »

    Actes 2.11: « …PARLER DANS NOS LANGUES des merveilles de Dieu? »

    Actes 2.7: « …ces GENS QUI PARLENT ne sont-ils pas tous Galiléens? »

    Actes 2.6: « … chacun les entendait {PARLER dans SA PROPRE LANGUE}. »

    ___Il faut prendre le temps CONSTATER, de RÉALISER ce qui est réellement écrit. Même si on dit que c’est seulement dans leur cerveau que l’Esprit-Saint a fait entendre l’interprétation d’un shabadatata (langue incompréhensible) alors leurs oreilles auraient quand même entendu ce supposé shabadatata qui serait le son véhiculé par l’air jusqu’à l’oreille. Répétons-le, « chacun a entendu parler EUX » et non pas « chacun a entendu parler l’Esprit-Saint interpréter » : « Comment LES entendons-nous PARLER…? », autrement dit: « Comment entendons-nous parler EUX » et non pas: « Comment entendons-nous parler le Saint-Esprit qui interprète ». C’est donc bien EUX qui parlaient les langues, selon qu’il est écrit: « ils parlaient d’autres langues » (version « Darby » qui est considérée par beaucoup comme étant la version biblique la plus précise en français). C’est bien eux qui parlaient d’autres langues au pluriel; et il est bien écrit que c’est EUX que les autres ENTENDAIENT.
    Q1.: Ils ENTENDAIENT quoi ?
    R1.: Ils ENTENDAIENT PARLER.
    Q2.: Ils ENTENDAIENT PARLER QUI ?
    R2.: Ils LES entendaient parler; ils n’entendaient donc pas le Saint-Esprit parler une interprétation, mais EUX.
    Q3.: Ils PARLAIENT comment ?
    R3.: ILS PARLAIENT d’AUTRES LANGUES.
    Q4.: Ils les ENTENDAIENT donc PARLER COMMENT ?
    R4.: Ils LES ENTENDAIENT PARLER D’AUTRES LANGUES.
    Q5.: Que sont ces AUTRES LANGUES QU’ILS ENTENDAIENT PARLER ?
    R5.: « (Actes 2..6) chacun LES ENTENDAIT PARLER DANS SA PROPRE LANGUE. ».
    Q6.: Qu’est-ce qu’ils ENTENDAIENT PARLER DANS SA PROPRE LANGUE ?
    R6.: « Actes 2.11: Crétois et Arabes, comment les entendons-nous parler dans nos langues des merveilles de Dieu? ».

    ___Alors, oui, le texte biblique nous dit bien qu’ILS PARLAIENT des merveilles de Dieu dans des langues humaines par le moyen du Saint-Esprit. Les disciples parlaient donc des langues que les autres entendaient et ces langues entendues étaient celles de leurs propres dialectes maternels. Ainsi, lorsqu’il est écrit qu’ILS PARLAIENT D’AUTRES LANGUES (v. 4) et que la foule LES ENTENDAIT PARLER, cela veut bien dire ce que ça veut dire: « chacun les entendait parler dans sa propre langue » (Actes 2.6). C’est même d’une extrême simplicité à comprendre tellement, dans le texte, c’est bien expliqué minutieusement et à répétition (Luc 10.21; Jacques 4.6).
    ___Si le malin vient interférer et embrouiller l’intelligence (Éphésiens 2.2; 6.12; Actes 5.3) par de faux raisonnements pour voir au travers sa paire de lunette, il faut dans ce cas arrêter cette activité charnelle diabolique (Jacques 3.15) dans notre cerveau et seulement ACCEPTER LA PAROLE ÉCRITE (Actes 2.41; 17.11). C’est tout un tour de passe-passe dans le raisonnement pour faire dire « noir » ce qui est « blanc ».

    à suivre…
    Raymond Houle http://www.bible2000.net

  • Bible2000

    …suite – Deuxième partie (2 sur 2):

    1) dire qu’en « Actes 2 » ils parlaient des langues incompréhensibles, c’est AJOUTER une fausseté au texte,
    2) dire qu’en « Actes 2 » les disciples ne parlaient pas des langues humaines, mais une langue de l’Esprit, c’est AJOUTER une fausseté au texte,
    3) dire qu’en « Actes 2 » des gens entendaient du CHARABIA, c’est AJOUTER une fausseté au texte,
    4) dire qu’en « Actes 2 » un groupe de gens entendait du CHARABIA pendant qu’un autre groupe de personnes entendait dans leur propre langue, c’est AJOUTER une fausseté au texte,
    5) dire qu’en « Actes 2 » une partie de la foule était déjà convertie en ayant déjà reçu le Saint-Esprit qui leur donnait l’interprétation de supposées langues inconnues, c’est AJOUTER une fausseté au texte,
    6) etc. etc.

    ___Mieux vaut rester simple comme un enfant (Marc 10.14; Luc 10.21) et faire comme Jésus qui disait: « il est écrit… » (Mt 4.3), et non: « Je raisonne humainement l’écriture que… » (2 Cor 10.4). Ce qu’on ajoute embrouille; il est écrit: « ce qu’on y ajoute vient du malin » (Matthieu 5.37). Hélas! Plusieurs veulent à tout prix TORDRE (2 Pierre 3.16) le texte biblique pour l’ajuster à leurs expériences « spirituelles » qu’ils chérissent comme un veau d’or (Actes 7.41; 1 Jean 5.21).
    ___À certains endroits en « 1 Corinthiens », le mot « don » n’est pas dans l’original en grec (c’est le traducteur qui l’ajoute; par exemple, comparez les versions « Segond 1910 » et « Darby » en « 1 Cor 14.13 »). Mais c’est la MANIFESTATION de l’Esprit qui est DONnée et non obligatoirement un « don » qui demeurerait à toujours; autrement dit, dans ce contexte de « 1 Cor », le « don » n’est pas le « don » d’un « don », mais le « don » est la manifestation de l’Esprit, car c’est l’Esprit lui-même qui opère les choses; cette manifestation se fait QUAND l’Esprit le veut et au travers qui il veut; tantôt au travers d’une personne, tantôt au travers d’une autre personne et tantôt au travers la même personne : « COMME il veut », de la MANIÈRE qu’il VEUT. Par exemple, une guérison se fait QUAND l’Esprit de Dieu veut, car c’est Lui qui opère la guérison et non pas nous; or, l’Esprit n’est pas à notre service, mais c’est nous qui devons être à son service (soumis à Lui et conduit par Lui: « Gal 5.16, 18 »). C’est Jésus la tête et non pas nous; or, c’est la tête qui dirige le corps et non l’inverse; nous sommes le corps de Christ et Jésus veut le diriger par Son Esprit. Si Jésus ne pouvait faire aucun miracle de lui-même (Jn 14.10b; Mat 12.28) nous devons prendre exemple sur lui (Jn15.5b) et nous laisser diriger (notre voilier) par le vent de l’Esprit, LE laisser agir en nous où, quand et COMME IL LE VOUDRA.

    1 Corinthiens 12.7: « Or, à chacun la MANIFESTATION de l’Esprit est DONnée… »

    1 Corinthiens 12.11: « Un seul et même Esprit OPÈRE… COMME il VEUT. »

    Jean 5.19: « … le Fils NE PEUT rien faire de lui-même, il NE FAIT QUE ce qu’il voit faire au Père; »

    Jean 3.8: « Le vent souffle où il veut, et tu en entends le bruit; mais TU NE SAIS d’où il vient, ni où il va. IL EN EST AINSI de tout homme qui est né (litt.: « généré ») de l’Esprit. »

    ___Ainsi donc, selon « 1 Corinthiens 14 », l’Esprit peut faire parler une personne dans une autre langue sans que celle-ci sache ce qu’elle dit, de sorte qu’elle prononce des louanges à Dieu et ceci l’édifie intérieurement, car la gloire de Dieu se manifeste en elle au travers la louange (Ps 22.3). L’Esprit peut faire interpréter ces paroles dans la langue maternelle des gens qui sont là présent; ainsi, cela les édifie en les réjouissant de connaitre cette louange (qui était cachée à leur comphéhension) prononcée à Dieu.
    ___Je crois que d’un autre côté, selon « Marc 16.17 », l’Esprit peut AUSSI faire parler une personne dans une nouvelle langue, c’est-à-dire dans une langue différente de la sienne qu’elle NE CONNAISSAIT PAS (car la langue est nouvelle), soit pour prêcher le Message ou soit pour dialoguer avec une autre personne qui parle cette langue différente afin de l’aider dans une situation quelconque; Dieu n’est pas limité dans ce qu’il veut faire. Comment savoir qu’il s’agirait de nouvelles langues HUMAINES ? À cause du contexte où l’évangile est PRÊCHÉ aux incroyants. De plus, pour les incroyants, il arrive que Dieu appuie Sa Parole par des signes et des miracles. On parle donc de miracles en faveur des incroyants pour qu’ils soient sauvés; ce parler en langue ici (en « Marc 16.17 ») pourrait être le Message de Dieu dans leur propre langue maternelle pour que ces gens soient sauvés. Pour leur CONFIRMER la véracité de Son message (parlé dans leur langue), Dieu peut ACCOMPAGNER ces paroles soit par des miracles de guérisons, soit en chassant des démons, etc. (Marc 16.17 et 20). En « Marc 16.15 », on voit bien que c’est dans un contexte d’évangélisation aux incroyants.

    Marc 16.15: « Puis il leur dit: Allez (litt.: en « étant allé ») par tout le monde[, et] PRÊCHEZ la bonne nouvelle à toute la création. … (17) Voici les miracles qui ACCOMPAGNERONT ceux qui auront cru: en mon nom, ils chasseront les démons; ils parleront de nouvelles langues; (18) ils saisiront des serpents; s’ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur feront point de mal; ils imposeront les mains aux malades, et les malades, seront guéris. … (20) Et ils s’en allèrent prêcher partout. Le Seigneur travaillait avec eux, et CONFIRMAIT la parole PAR LES MIRACLES qui l’ACCOMPAGNAIENT. »

    ___Ici, ces MIRACLES (au pluriel) accompagneront CEUX qui auront cru et non CELUI qui aura cru. Autrement dit, parmi CEUX qui auront cru, l’Esprit peut manifester un miracle au travers d’une personne et un autre miracle au travers d’une autre; donc, des miracles qui accompagneront l’ensemble de ceux qui auront cru, donc de ceux (dans un sens globale) qui auront cru. Ici, c’est donc dans un contexte d’évangélisation aux incroyants, car ces miracles accompagnent ceux qui évangélisent. Ce n’est donc pas toujours la même personne (au singulier) qui est obligatoirement accompagné par TOUS ces miracles. Car :

    1 Corinthiens [Darby] :
    12.27: « Or vous êtes le corps de Christ, et [ses] membres chacun en particulier. »

    12.18: « Mais maintenant, Dieu a placé les membres, – chacun d’eux, – dans le corps, comme il l’a voulu. (19) Or, si tous étaient un seul membre, où serait le corps ? »

    12.28: « Et Dieu a placé les uns dans l’assemblée : … ensuite des miracles, puis des dons de grâce de guérisons,… [diverses] sortes de langues. » (29) Tous sont-ils apôtres ? Tous sont-ils prophètes ? Tous sont-ils docteurs ? Tous [font-ils] des miracles ? (30) Tous ont-ils des dons de grâce de guérisons ? Tous parlent-ils en langues ? »

    ___Les réponses des versets 29 et 30 suposent un « NON »; donc Dieu n’a pas voulu que tous parlent en langues (verset 19), car il est écrit que Dieu a PLACÉ seulement LES UNS pour recevoir cette manisfestation de l’Esprit (versets 7 et 28). Ainsi donc, par la bouche d’une personne, l’Esprit peut faire sortir des paroles de louanges (à Dieu) dans une langue humaine différente de celle de cette personne sans qu’elle sache ce qu’elle dit (Actes 2.11; 1 Corinthiens 12); mais aussi, l’Esprit peut donner temporairement la connaissance parfaite instantanée d’une langue humaine pour transmettre un message à une autre personne qui parle cette autre langue (Marc 16.17). Dieu fait ce qu’il veut pouvant augmenter temporairement la foi d’une personne pour qu’elle puisse agir d’une façon inébranlable dans une circonstance précise. On est appelé à agir, penser, parler, etc. sans cesse selon la mesure de foi que Dieu départie en chacun de nous.

    1 Corinthiens 12.8-9: « En effet, à l’un EST DONNÉE par l’Esprit… (9) à un autre, LA FOI, par le même Esprit; »

    2 Corinthiens 10.15: « …si votre foi augmente »

    Romains 12.3 [Darby]: « … mais de penser… selon la mesure de foi que Dieu a départie à chacun. »

    Galates 5.16 [Darby]: « …Marchez par l’Esprit,… »

    Galates 5.18: « …conduits par l’Esprit… »

    ___En plus d’acquérir instantanément et temporairement la connaissance parfaite d’une nouvelle langue humaine dans le but de prêcher à un incroyant ou d’aider une autre personne, les nouvelles langues humaines (en « Marc 16.17 ») pourraient autant être l’expression d’actions de grâce prononcées dans une langue inconnue de celui qui parle afin d’attirer la conscience des auditeurs incroyants (qui connaissent cette langue: « Actes 2.11 ») sur le fait que c’est une évidence d’une manifestation surnaturelle venant de Dieu en sorte que ce SIGNE (Actes 2.12) soit pour eux (à ces incroyants) un appel à venir à Dieu via le Message que ces croyants leur prêcheront aussitôt après (Actes 2.14-40) lequel disposera leur coeur (Actes 2.37) à accepter cette Parole prêchée (Actes 2.41). De cette façon, ce signe (le parler en langue), ayant sensibilisé la conscience de ces incroyants, aura permis à Dieu de capter l’attention de ce peuple pour leur parler (1 Corinthiens 14.21) par les disciples; ainsi, ce signe accompli son but (la conversion des croyants), mais aussi l’égarement de ceux qui refusent (Ésaïe 28.11-13). Mais Donc, une partie de ceux qui entendent refuse le Message de Dieu (1 Cor 14.21; Mat 22.14; Jn 12.48), car la Parole divise également (Jean 10.19; Luc 12.51). Ainsi, en « Marc 16.17 », il pourrait autant s’agir de louange (dans une langue inconnue de celui qui la parle) que de dialogue dans une autre langue instantanément apprise par le moyen de l’Esprit pour prêcher le message ou venir en aide à une autre personne.

    ___À titre d’exemple, voici une vidéo où un chrétien parle une nouvelle langue humaine qu’il ne connaissait pas (le russe) et qu’il a apprise instantanément et temporairement dans une situation très particulière que Jésus, lui avait indiquée à l’avance. (Quelqu’un connait-il d’autres témoignages semblables ?). Cette manifestation peut être prise au sérieux, car dans d’autres vidéos, il témoigne que le Seigneur a déjà opéré quelques résurrections par lui (cela ne signifie pas qu’on doit accepter aveuglément tous ses enseignements sans vérifier ce qu’en dit la Bible).
    Voici le titre de la 1re vidéo sur Youtube: « MOULACKA ET JÉSUS SONT FACE A FACE ».
    https://www.youtube.com/watch?v=MZqhUHiqMPY
    Voici la suite de ce témoignage sur la 2e vidéo intitulée: « OU EST IGOR IVANOVITCH DE KIEV »
    https://www.youtube.com/watch?v=xLO6-ZQ8eCY

    ___Tant qu’à moi je n’ai jamais appartenu à une dénomination quelconque depuis ma conversion, mais j’ai été témoin de beaucoup de choses dans le milieu Pentecôtiste, car pendant quelques années, j’ai fréquenté ce milieu au début de ma vie chrétienne il y a plus de 30 ans déjà. Les démons tordent la réalité en tentant d’imiter ce que l’Esprit de Dieu fait. Oui, dans bien des assemblées « chrétiennes », il y a de faux parler en langues, de fausses interprétations de charabia, de fausses guérisons, de faux miracles, de fausses présences soit-disant de « DIEU », de fausses joies, de faux pleurs, de faux rires, etc. etc., tout cela pour séduire et tromper dans le but d’éviter une réelle communion avec Dieu par l’Esprit. Ainsi, bien des gens S’ATTACHENT à de mauvais esprits séducteurs. Pourtant, je crois que l’Esprit de Dieu peut agir encore aujourd’hui comme il le faisait au début, il y a 2000 ans. Mais où est rendu la VRAIE FOI que Dieu produit ? Aujourd’hui, il n’y a jamais eu autant de soit disant chrétiens dans toute l’histoire de l’humanité. Mais…

    1 Timothée 4.1: « -Mais l’Esprit dit expressément que, dans les derniers temps, quelques-uns abandonneront la foi, pour s’attacher à des esprits séducteurs et à des doctrines de démons, »

    Jacques 1.22: « Mettez en pratique la parole, et ne vous bornez pas à l’écouter, en vous trompant vous-mêmes par de faux raisonnements. »

    Luc 18.8: « … Mais, quand le Fils de l’homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre? »

    Galates 5.6: « …en Jésus Christ, …la foi qui est agissante par l’amour. »

    Raymond Houle
    http://www.bible2000.net

    • marc laugt

      @Bible2000 tu dois quand même admettre qu’il y a quelque chose de bizarre dans le texte de Actes, c’est que certains dirent qu’ils sont plein de vin doux. En effet toi si tu entendais quelqu’un parler une autre langue, est-ce que tu dirais qu’il est plein vin doux ? Ça ne te viendrait même pas à l’esprit. Par contre si ils ont entendue quelque chose qui ne ressemble pas à une langue et qu’en plus on est dans un temps de fête où les gens buvaient, alors oui ils ont pu imaginer qu’ils étaient plein de vin doux, ou alors explique moi les choses.

      • Bible2000

        Bonjour Marc,
        ___Aujourd’hui, si un incroyant voyait un groupe de dix personnes dehors en train de parler seul à haute voix dans une grande joie en regardant vers le ciel, alors oui, cet incroyant pourrait croire qu’ils ont bu de l’alcool au point d’être ivre. Imaginons maintenant, que chaque personne de ce groupe de dix personnes parle chacun dans une langue différente, ce serait encore plus convainquant pour l’incroyant qu’ils sont ivres, d’autant plus que l’incroyant ne sait pas si, tout ce qui se dit, ce sont de vraies langues puisqu’il parle seulement le français. Cela ne ferait-il pas penser à un groupe de personnes qui sortent d’un hôtel (d’un club) parlant seul l’un à l’autre sans dialogue. Ce serait aussi une chose inhabituelle d’en voir 120 agir de la sorte ?

        ___Le vin peut produire la joie, mais l’Esprit de Dieu produit aussi la joie; la source n’est donc pas la même. Normalement, l’incroyant ne sait pas que l’Esprit de Dieu produit la joie; c’est pourquoi il serait porté à croire que c’est le vin qui produit cette joie et ce manque de gêne.

        Proverbes 21.17: « Celui qui aime la joie reste dans l’indigence; celui qui aime le vin et l’huile ne s’enrichit pas. »

        Dictionnaire Larousse : « indigent = Qui manque des choses les plus nécessaires ; nécessiteux : Vieillard indigent. »

        Ésaïe 16.10-11: « (10) La joie et l’allégresse ont disparu des campagnes; dans les vignes, plus de chants, plus de réjouissances! Le vendangeur ne foule plus le vin dans les cuves; j’ai fait cesser les cris de joie. (11) On crie dans les rues, parce que le vin manque; toute réjouissance a disparu, l’allégresse est bannie du pays. »

        Zacharie 10.7: « Éphraïm sera comme un héros; leur coeur aura la joie que donne le vin; leurs fils le verront et seront dans l’allégresse, leur coeur se réjouira en l’Éternel. »

        ___C’est pourquoi l’apôtre Paul compare le vin en rapport avec l’action du Saint-Esprit qui produit la joie. L’un (la joie de l’ivresse) est de la débauche, mais l’autre (la joie par l’Esprit) est spirituel et pur.

        Éphésiens 5.18: « Ne vous enivrez pas de vin: c’est de la débauche. Soyez, au contraire, remplis de l’Esprit; (19) [en] vous entretenant par… des cantiques spirituels, chantant… de votre coeur au Seigneur ; »

        Actes des Apôtres 2.4: « Et ils furent tous remplis du Saint Esprit, et se mirent à parler en d’autres langues, selon que l’Esprit leur donnait de s’exprimer. »

        1 Thessaloniciens 1.6:  » … avec la joie du Saint Esprit, »

        ___Maintenant, imaginons que ce groupe est de 120 personnes qui louent à haute voix dans la joie en regardant vers le ciel et parlant dans 120 langues différentes comme s’ils étaient tous dans la confusion et l’incohérence en se parlant tous dans des langues différentes; il est presque certain que sur le coup l’incroyant croira qu’ils sont en train de fêter à moitié ivre, ou bien il se DEMANDERA ce qui se passe. S’il se fie à celui qui loue en langue dans sa langue en français, il aurait peut-être un doute que ça pourrait être un miracle venant de Dieu, mais il se posera des questions.

        Actes des Apôtres 2.12: « Ils étaient tous dans l’étonnement, et, ne sachant que penser, ils se disaient les uns aux autres: Que veut dire ceci? (13) Mais d’autres se moquaient, et disaient: Ils sont pleins de vin doux. »

        Raymond Houle

        • marc laugt

          oui je ne sais pas, je n’arrive pas trop à imaginer. Le contexte est quand même un peu différent de ce que tu dis. Un ça se passe dans le temple, et deux ce ne sont pas des athées mais des juifs dans ‘leur’ temple. De plus ce sont les autres qui étaient dans la confusion et l’incohérence, pas les 120, et les 120 ne se parlaient pas du tout mais parlaient à Dieu. Alors oui c’est vrai que le débordement de la joie seul peut expliquer les choses, mais je n’en sais rien, je me demande s’il n’y a pas plus.

        • Bible2000

          À: « marc laugt 23 janvier 2016 á 20 h 26 »:
          ___Selon « Actes 1 », à Jérusalem, les 120 allaient dans une chambre HAUTE où ils sont montés et où ils avaient l’habitude d’aller auparavant (Actes 1.13) (il y a différents points de vue, à savoir si cette chambre haute était dans le temple ou non; lire « Luc 24.53 » et « Actes 2.46 »). Cependant, à l’instant où ils ont reçu le Saint-Esprit le jour de la Pentecôte, il n’est pas dit qu’ils étaient dans le temple, mais dans une MAISON (« Actes 2.2 »), bien que certain pense que « maison » est utilisé ici pour signifier le « temple ». Par ailleurs, (selon « Actes 2.41 ») pour qu’il y ait 3000 âmes qui se convertissent en ce même jour, il est fort probable que ce soit dehors que Pierre leur ait prêché par la suite, puisque, selon « Actes 2.14 », il a fallu qu’il se lève se présentant (avec les onze et non les 120) devant eux et qu’il ÉLÈVE la voix pour parler à cette FOULE; car aussi, selon « Actes 2.6 », il y eu un certain temps entre l’instant où ils ont reçu le Saint-Esprit et entre le temps où les gens de la foule sont arrivés.
          ___Bien entendu, lorsque les 120 parlaient d’autres langues, ils n’étaient pas dans la confusion ni dans l’incohérence et ils ne se parlaient pas les uns aux autres, mais je disais cela du point de vue de ce qu’un Juif (incroyant en Jésus), qui les regardait agir, pouvait penser ne sachant pas trop ce qui se passait.
          ___Il faut tenir compte aussi qu’il n’est pas dit qu’il y eu beaucoup de personnes qui ont dit : « Ils sont pleins de vin doux », c’est peut-être seulement deux ou trois personnes qui ont dit cela. De plus, ces personnes disaient cela, non nécessairement parce qu’ils croyaient que les 120 étaient ivres, mais plutôt pour se MOQUER d’eux comme s’ils ne prenaient pas trop au sérieux ce qui se passait.

          Actes 2.13: « Mais d’autres se MOQUAIENT, et disaient: Ils sont pleins de vin doux. »

          ___Que ce soit des Juifs d’il y a 2000 ans ou que ce soit de Juifs d’aujourd’hui, certes ils peuvent croire que Dieu existe, mais ils sont quand même des incroyants s’ils ne croient pas en Jésus-Christ, car ils ne croient pas le message de Dieu prêché par Jésus. Or, ne pas croire en Jésus c’est ne pas croire en Dieu le Père; ce sont donc des incroyants.

          Jean 13.20: « …celui qui me reçoit, reçoit celui qui m’a envoyé. »

          Jean 12.37: « Malgré tant de miracles qu’il avait faits en leur présence, ils ne croyaient pas en lui, »

          Jean 14.24: « …Et la parole que vous entendez n’est pas de moi, mais du Père qui m’a envoyé. »

          ___En résumé, comme vous dites, le débordement de joie seul peut expliquer « Actes 2.13 »; surtout en s’imaginant vivre chaque détail de cette scène (écrite) au fur et à mesure qu’elle se déroule.

          Raymond Houle

  • Personne est-ce vraiment personne ?
    Il existe environ 222 occurrences du strong Oudeis dans le NT.

    A la lecture des différents versets comportant ce terme, le sens est toujours donné de manière absolue.

    Voici quatre versets tirés du lot avec le strong 3762 Oudeis
    • Marc 13:32 Pour ce qui est du jour ou de l’heure, personne(3762 oudeis) ne le sait, ni les anges dans le ciel, ni le Fils, mais le Père seul.

    • Jean 8:20 Jésus dit ces paroles, enseignant dans le temple, au lieu où était le trésor ; et personne(3762 Oudeis)ne le saisit, parce que son heure n’était pas encore venue.

    • Jacques1:13(b) Car Dieu ne peut être tenté par le mal, et il ne tente lui-même personne(3762 Oudeis).

    Je pense que cela se passe de commentaires car Oudeis dans ces contextes est donné de manière absolue.
    • 1 Corinthiens 14:2 En effet, celui qui parle en langue ne parle pas aux hommes, mais à Dieu, car personne(3762 Oudeis) ne le comprend, et c’est en esprit qu’il dit des mystères.
    Va t-on encore proclamer qu’en 1Cor.14:2 « oudeis » doit se lire différemment ?
    Pourquoi veut-on encore tordre le sens des Écritures, n’est ce pas pour proclamer ce qui est charnel ?

    ♦ Pourquoi en 1Cor.14:2 Oudeis est bien utilisé de manière absolue ?
    Démonstration au travers de l’analogie donnée par l’apôtre Paul.
    1Cor.14:7 Si les objets inanimés qui rendent un son, comme une flûte ou une harpe, ne rendent pas des sons distincts, comment reconnaîtra-t-on ce qui est joué sur la flûte ou sur la harpe ?
    8 Et si la trompette rend un son confus, qui se préparera au combat ?

    Avant de poursuivre écoutez ceci :
    [youtube https://www.youtube.com/watch?v=fV_VnTSTNn0&w=854&h=480%5D
    C’est soft(selon les goûts) mais qui a compris ?
    Personne car c’est une langue créée de toute pièce et simplement chantée phonétiquement.

    Si je prends cette vidéo, je la passe chez un chinois, un japonais, un américain, un français etc. personne ne comprendra car la langue n’existe pas et aucune intelligence d’homme ne la connait.

    L’apôtre Paul compare le don des langues à des sonorités que l’on entendrait d’un instrument qui rendrait un son confus ou un son qui n’est pas distinct.
    On entends le son mais personne n’est capable de discerner la mélodie, la partition, le sens de ce qui est joué.
    Si donc je joue de mon instrument qui rends un son confus dans l’assemblée X et que je vais dans toutes les assemblées du Monde avec le même son confus personne ne saisira ce qui sera joué, car c’est le son qui est confus de sorte que personne ne pourra saisir ce qui est joué et dire c’est telle ou telle partition.

    Ainsi, le don des langues c’est comme l’instrument joué avec un son confus, c’est comme les paroles de cette chanson.
    On entends les sonorités mais nul ne connait ce qui se joue car le son est confus ou se qui se dit car la langue est nouvelle.
    Ainsi, c’est la parole qui est mystérieuses et incompréhensible et c’est bien ce que dit l’apôtre Paul.
    C’est la langue même qui est « confuse », « non distincte » donc mystérieuse, elle est par conséquent incompréhensible par quiconque entends et quelque soit le lieu dans le monde entier.

    Exemple d’une belle cacophonie ici :
    [youtube https://www.youtube.com/watch?v=1to-W2Koi2I&w=854&h=480%5D
    Alors vous avez compris quelque chose ?
    C’est quelle partition ici ? Du Mozart, du Beethoven, du Shakira …?
    Et si un américain, un chinois, un japonais, un Russe… entends, il dira quoi ? Que c’est du Mozart ?
    Comprenez donc !

    Allez un bon petit son pour finir et écoutez dès les premières notes de musique, vous savez ce qui vient derrière (si bien entendu vous connaissez cette chanson mais qui n’a jamais entendu du B.M. ? :
    [youtube https://www.youtube.com/watch?v=pSm0Qa7F0e0&w=854&h=480%5D

    Emancipate yourselves from mental slavery ….
    oh yyyyeeaaaaaaaahhhhhhh !

    Bises fraternelles !

  • Pingback: Mon parcours personnel - Didascale()

  • Pingback: La glossolalie chrétienne existe-t-elle ? - Didascale()