Réfléchir sur la fin du monde : quelle utilité ?

L’eschatologie désigne la réflexion doctrinale sur la fin des temps. Le terme lui-même est très récent, puisqu’il n’est apparu qu’en 1804, mais l’intérêt pour cette question est ancien et remonte aux origines même du christianisme. C’est actuellement un sujet très à la mode dans certains milieux chrétiens. On peut trouver des blogs et des sites, souvent conspirationnistes, spécialisés dans ce domaine. Certains chrétiens passent leur vie à faire des recherches sur la question, étant persuadés qu’ils vivent « les derniers temps » et assistent à la mise en place du « nouvel ordre mondial » qui aboutira au règne de « l’Antéchrist ».

A l’inverse, d’autres chrétiens, souvent lassés par les excès des précédents, se désintéressent complètement du sujet, qu’ils trouvent trop compliqué, trop flou ou même sans intérêt. Ils préfèrent se concentrer sur des choses plus concrètes, comme « leur sanctification ».

Pour commencer cette nouvelle série consacrée à l’eschatologie, je souhaiterais tout d’abord montrer, dans ce premier article introductif, l’intérêt du sujet. Bien loin d’être une simple spéculation sur l’avenir, notre vision de la fin des temps a un impact direct sur notre comportement et donc sur le monde.

Je vous résumerai ensuite ma propre position sur le sujet en vous présentant les points que je développerai dans les articles suivants.

Eschatologie et politique

Au cours de l’histoire, l’eschatologie a eu une influence considérable sur la vie politique. Un survol exhaustif étant bien trop long, je prendrai simplement un exemple : le dispensationalisme.

Le dispensationalisme est une doctrine inventée au XIXe siècle par un certain John Nelson Darby. Pour diverses raisons, celle-ci est devenue très populaire aux Etats-Unis. La principale caractéristique de cette doctrine est l’établissement d’une séparation radicale entre Israël et l’Eglise. Par conséquent, les chrétiens qui y adhèrent croient que le retour de Jésus doit être précédé de la restauration physique « d’Israël ». D’après ces personnes, il faut que les Juifs puissent retourner « chez eux » et reconstituer un Etat. C’est ce qu’on appelle le sionisme chrétien. Ce courant pèse lui-même énormément sur la politique extérieure américaine, puisqu’il a été adopté par une part significative de l’électorat américain, ce qui explique le soutien inconditionnel des Etats-Unis à Israël. Ainsi, que l’on soit croyant ou non, nous constatons qu’une doctrine théologique a des conséquences très concrètes sur la politique mondiale.

Ce qui est vrai pour le monde, l’est aussi pour notre vie. En effet, notre vision de la fin des temps peut directement influencer notre comportement. On peut bien sûr penser à des cas extrêmes où certaines personnes considéraient que le retour de Christ était tellement proche qu’il n’était plus nécessaire de faire des études ou qu’il ne fallait plus avoir d’enfants car la grande tribulation approchait. Cependant, au-delà de ces exemples presque caricaturaux, mais néanmoins bien réels, il faut que nous prenions conscience que notre perception de l’Eglise et de sa mission est directement liée à notre vision de la fin des temps.

Fin du Monde quelle utilité

Les conséquences de l’eschatologie sur notre foi

Il existe de nombreuses théories divergentes concernant la fin des temps. Néanmoins, d’une manière générale, elles se rejoignent toutes dans l’idée d’une « catastrophe finale ». D’après cette croyance, le monde se détériore, les choses vont de pire en pire, et la période qui précèdera le retour de Jésus sera nécessairement marquée par une grande apostasie, un déchainement du mal.

Ayant grandi dans des milieux évangéliques qui véhiculaient ces croyances, j’y ai longtemps crues. Mes études d’histoire m’ont cependant complètement fait changer d’avis et, aujourd’hui, je ne peux tout simplement plus adhérer à ces idées. Je ne peux plus croire à un monde qui se détériore de jour en jour ou à une fin catastrophique, alors que toute l’histoire prouve le contraire.

Par ailleurs, une telle doctrine pose un problème fondamental : comment croire et obéir aux paroles de Jésus, qui nous demande de faire de toutes les nations des disciples, si dans le même temps, nous pensons que toutes ces nations finiront justement dans l’apostasie ? Comment annoncer le Royaume sans croire à son avènement ici bas ?

Conclusion

Cette nouvelle série d’articles a donc pour but de proposer une autre vision de la fin des temps et du retour de Jésus. Par rapport aux enseignements dominants, je développerai quatre idées clefs :

a) Jésus ne reviendra pas pour résoudre tous les problèmes, mais Il attend que tous les problèmes soient résolus pour revenir;

b) Il faut distinguer le retour de Jésus et le retour de Christ. Nous attendons le retour de Jésus, mais Christ est déjà revenu.

c) Les prophéties bibliques de « la fin des temps » ne parlent pas de la fin du monde mais de la fin de l’Ancienne Alliance. Celle-ci a définitivement pris fin en 70 ap. J-C. avec la destruction du Temple.

d) Toutes les prophéties bibliques concernent Israël, et non l’Eglise, et se sont donc accomplies (ou non) avant 135 ap. J-C., date qui marque la fin de l’histoire d’Israël.

Articles liés

Sommaire de la série :

Les chrétiens et la fin du monde

Article suivant :

C’était mieux avant ! Mythe de l’âge d’or et nostalgie du passé

 

A propos David Vincent 213 Articles
Né en 1993, David Vincent est chrétien évangélique doctorant en sciences religieuses à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes. Ses recherches portent sur l’histoire de la théologie chrétienne et de l’exégèse biblique, les rapports entre théologie et savoirs profanes, et l’historiographie confessionnelle. Il est membre de l’association Science&Foi et partage ses travaux sur son blog et sa chaîne Youtube.
  • Bible2000

    Bonjour,
    Pour le monde, il y aura une fin catastrophique à la venue de Jésus.

    1 Thessaloniciens 5.3: « Quand les hommes diront: Paix et sûreté! alors une ruine soudaine les surprendra, comme les douleurs de l’enfantement surprennent la femme enceinte, et ils n’échapperont point. »

    Matthieu 13.40, 49: « Or, comme on arrache l’ivraie et qu’on la jette au feu, il en sera de même À LA FIN DU MONDE. … 49 Il en sera de même à la fin du monde. Les anges viendront séparer les méchants d’avec les justes,  »

    2 Thessaloniciens 1.7-10: « et de vous donner, à vous qui êtes affligés, du repos avec nous, lorsque le Seigneur Jésus apparaîtra du ciel avec les anges de sa puissance, 8 au milieu d’une flamme de feu, pour punir ceux qui ne connaissent pas Dieu et ceux qui n’obéissent pas à l’Évangile de notre Seigneur Jésus. 9 Ils auront pour châtiment une ruine éternelle, loin de la face du Seigneur et de la gloire de sa force, 10 lorsqu’il viendra pour être, en ce jour-là, glorifié dans ses saints et admiré dans tous ceux qui auront cru, car notre témoignage auprès de vous a été cru. »

    2 Pierre 3.7-12 : « 7 tandis que, par la même parole, les cieux et la terre d’à présent sont gardés et réservés pour le feu, pour le jour du jugement et de la ruine des hommes impies. …10 Le jour du Seigneur viendra comme un voleur; en ce jour, les cieux passeront avec fracas, les éléments embrasés se dissoudront, et la terre avec les oeuvres qu’elle renferme sera consumée. …12 tandis que vous attendez et hâtez l’avènement du jour de Dieu, à cause duquel les cieux enflammés se dissoudront et les éléments embrasés se fondront! »

    Malachie 4.1: « -Car voici, le jour vient, Ardent comme une fournaise. Tous les hautains et tous les méchants seront comme du chaume; Le jour qui vient les embrasera, Dit l’Éternel des armées, Il ne leur laissera ni racine ni rameau. ….3 Et vous foulerez les méchants, Car ils seront comme de la cendre Sous la plante de vos pieds, Au jour que je prépare, Dit l’Éternel des armées. »

    A) Jésus n’attend pas que tous les problèmes soient résolus pour revenir et le monde ira de pire en pire.

    2 Timothée 3.13: « mais les hommes méchants et les imposteurs iront de mal en pis, séduisant et étant séduits. »

    Luc 21.25: « …Et sur la terre, il y aura de l’ANGOISSE chez les nations qui NE SAURONT QUE FAIRE, au bruit de la mer et des flots, »

    Jude 1.7: « … Sodome et Gomorrhe… sont données en exemple, subissant la peine d’un feu éternel. »

    B) Le retour de Jésus EST le retour du Christ (du Oint, de celui qui a été Oint; « christ = oint »), car le Christ (le Oint) c’est Jésus.

    Actes des Apôtres 4.27: « En effet, contre ton saint serviteur Jésus, que tu as oint, Hérode et Ponce Pilate se sont ligués dans cette ville avec les nations et avec les peuples d’Israël, »

    Jean 20.31: « Mais ces choses ont été écrites afin que vous croyiez que JÉSUS EST LE CHRIST, le Fils de Dieu, et qu’en croyant vous ayez la vie en son nom. »

    C)
    Hébreux 8.7: « En effet, si la première alliance avait été sans défaut, il n’aurait pas été question de la remplacer par une seconde. »

    Le temps dans le verset est au passé; la première alliance avait donc pris fin AVANT que l’auteur de l’épitre au Hébreux en parle, donc avant l’an 70. L’apôtre Paul nous dit que la loi a pris fin à la mort de Jésus; or, la loi appartenait à l’ancienne alliance. Si la loi a pris fin c’est parce que l’ancienne alliance, à laquelle appartenait la loi, a pris fin. Il est écrit que la première alliance A ÉTÉ REMPLACÉ PAR LA NOUVELLE; la première a donc pris fin. Quand ? Lorsque la nouvelle alliance a débutée. Par quel moyen ? Par le sang de Jésus. C’est donc avant l’an 70 que le sang de Jésus a été versé. Si l’une a remplacé l’autre, c’est que l’autre est AVANT la première, sinon on ne parlerait pas de remplacement d’une alliance par une SECONDE. Ceci montre que ces deux alliances ne pouvaient pas être en même temps. L’une devait prendre fin afin de laisser la place à l’autre. Or, nous sommes sous cette seconde alliance dès le temps où la première alliance a pris fin à la mort de Jésus; c’est le sang versé à cette mort qui est le sang de la seconde alliance, la nouvelle.

    Hébreux 10.16 : « Voici l’alliance que je ferai avec eux, Après ces jours-là, dit le Seigneur: Je mettrai mes lois dans leurs coeurs, Et je les écrirai dans leur esprit,… »

    Luc 22.20: « …Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang, qui est répandu pour vous. »

    Romains 10.4: « car Christ est la fin de la loi, … »

    Romains 7.4: « …vous avez été, par le corps de Christ, mis à mort en ce qui concerne la loi, »

    Romains 7.6: « Mais maintenant, nous avons été dégagés de la loi, étant morts … »

    D) Les prophéties ne sont pas seulement pour Israël, mais aussi pour le monde et l’Église (donc concernant également la nouvelle alliance qui avait été prophétisée pour tous les croyants de l’Église de Jésus-Christ, Église qui rassemble en UN Juifs et non Juifs).

    Éphésiens 5.23: « …Christ est le chef de l’Église, qui est son corps, et dont il est le Sauveur. »

    Colossiens 1.24: « …pour son corps, qui est l’Église. »

    Éphésiens 2.16: « et de les réconcilier, l’un et l’autre en un seul corps, avec Dieu par la croix,… »

    Galates 3.28: « Il n’y a plus ni Juif ni Grec, …car tous vous êtes un en Jésus Christ. »

    Apocalypse 10.11: « Puis on me dit: Il faut que tu prophétises de nouveau sur beaucoup de peuples, de nations, de langues, et de rois. »

    Apocalypse 13.10: « Si quelqu’un mène en captivité, il ira en captivité; si quelqu’un tue par l’épée, il faut qu’il soit tué par l’épée. C’est ici la persévérance et la foi des SAINTS.

    Apocalypse 14.12: « C’est ici la persévérance des SAINTS, qui gardent les commandements de Dieu et la foi de Jésus. »

    Raymond Houle
    bible2000.net

  • Bonjour Raymond,

    Cela faisait longtemps. Merci pour ton commentaire.
    Chaque point sera discuté dans un article particulier, au plaisir de pouvoir échanger avec toi 🙂

  • La traduction « fin du monde » ne reflète pas exactement ce qu’entend la Bible, qui parle plutôt de « but des temps ». Cette dernière traduction est plus en harmonie avec le reste de la Bible, quand on veut bien la lire avec des yeux spirituels, et non pas avec nos tics d’occidentaux 🙂

    • Le titre était volontairement provocateur, mais un article expliquera justement pourquoi l’expression « fin du monde » n’est pas appropriée 🙂